“No Meat. No Problem.”

10402551_10153831683496064_8933224425144463217_n

 

Une plante est un être vivant.
Une plante exprime un stress quand elle est agressée.
Ainsi, l’odeur si agréable du gazon fraîchement coupé est l’expression du stress de ce même gazon. C’est une odeur particulière…
Les plantes communiquent entre elles, s’informant de la présence de prédateurs.
Les racines d’une plante sont capables de trouver leur chemin vers l’eau et la nourriture (orientation cybernétique).
Les arbres “parents” aident leur “progéniture” à accéder à la lumière.
Les plantes c’est touchant: Imaginez qu’elles passent toute leur vie à essayer de trouver une solution pour féconder, elles passent par des moyens de génie (graine à hélices, graines marchantes, sucs du fructose, poison etc..)

« Mais du coup qu’est ce qui est le pire ? consommer un oeuf non fécondé bio qui n’a aucune complexité ou une plante ?
Pourquoi ne pas se nourrir d’un animal qui a bien vécu et qui à été tué d’une façon qui lui a causé le moins de stress possible ( moins que dans la “nature” ou il aurait surement été égorgé ) ? »

( Matthieu Castellan )

Et pourquoi on prend des dopés pour promouvoir l’éthique vegan (cf photo ci-contre)?
Je rappelle qu’un dopé est un adepte forcené du No Pain No Gain, donc de la possession de soi, des autres, du monde. C’est quelqu’un qui force la nature (la sienne pour commencer) pour la contraindre à lui donner ce qu’il veut. Et quand on pense qu’il force la nature pour juste de gros muscles et de la performance, ce bodybuilder vegan, on pleure…
Rien qu’avec toutes les hormones de synthèse qu’il pisse, un dopé porte atteinte aux écosystèmes. Il ne mange pas de viande, mais il agresse animaux et plantes avec ces hormones…
Sans parler des prises de masse à 10.000 kcal nécessaire pour les gros dopés. Et des 6000 kcal minimum pour maintenir la masse acquise.

Bref, la souffrance, c’est loin des yeux (et du cerveau), loin du cœur?
La souffrance, on la voit juste là où on peut projeter nos propres peurs, angoisses, névroses, croyances?

La vie se nourrit de la vie.
C’est peut-être flippant, mais c’est ce fonctionnement qui fait que nous pouvons en parler aujourd’hui.
Ceci étant dit, et compris je l’espère, nous allons pouvoir parler de la logique écosystémique et du respect dû à la vie. Respect qui n’est motivé, rappelons-le, que par le fait que nous sommes nous-mêmes des êtres vivants. Nous sommes donc intéressés au premier chef par la possibilité pour la vie de perdurer.
Respect qui peut se construire par la culture et non par des croyances non questionnées.
Oui, c’est pas par grandeur d’âme, mais par intérêt, comme pour tout, car nous ne sommes jamais détachés de l’éducation, des conditionnements et des besoins innés et acquis. Nous ne sommes pas de pures âmes “libres”…
L’engagement pour une cause nous gratifie.

Mais que vaut un intérêt qui n’est pas bien compris (fruit d’une instruction large)? Que vaut un intérêt étouffé par des croyances et enfermé dans des problématiques identitaires inconscientes d’elles-mêmes?

°

°

[Précision :
Je ne suis pas anti-vegan juste parce que je cherche la modération et la réflexion, hein 😉
Moi-même, je cherche à limiter la consommation de viande. Depuis bien 20 ans (après avoir eu une période “tout végétal” vers mes 22 ans).
Les positions binaires tuent (cf propos de Watzlawick).
Ceci n’est donc pas une position anti-vegan. De nombreux pratiquants Lafay sont vegan et je les soutiens… d’autant plus qu’ils ont su élargir leur réflexion et considérer à la fois les relations à soi, aux autres, au monde]

Content Protection by DMCA.com

MÉTHODE LAFAY, Tome 2 : LE LIVRE QUI PERTURBE L’ESTABLISHMENT DE LA MUSCULATION

_DSC5303

Arnaud, en train de lire les Fondations de la Santé du Tome 2

 

Il y a tout juste un an, le Tome 2 de la Méthode Lafay, autrement appelé « L’Espace Stratégique », sortait en librairie.
Depuis, c’est l’omerta qui prévaut : pas un seul site de musculation (à part musculaction.com), pas une seule page facebook consacrée à cette activité, n’en a parlé.
Ni en bien, ni en mal !

Or, le livre vert (tome 1) a beaucoup fait parler. Il fait encore beaucoup parler.
Beaucoup ne se sont pas gênés pour en dire du mal, et même faire des vidéos diffamatoires et mensongères à son sujet. Et ça continue…

Si le Tome 2 est victime d’une telle omerta, c’est peut-être bien qu’il y a d’excellentes raisons : son approche innovante est très subversive car elle remet totalement en question la pratique habituelle de la musculation. Références scientifiques à l’appui.
Et les références qui ont permis de réaliser autant le Tome 1 que ce Tome 2 sont ce que de nombreux détracteurs ont bêtement appelé : de la Philo de comptoir.

Ce n’est donc pas leur intérêt d’attirer l’attention des pratiquants de musculation sur ce livre qui expose les travaux de grands cybernéticiens, même en en disant du mal. Ce serait comme s’ils se tiraient une balle dans le pied…
Non seulement ils seraient ridiculisés au yeux de leur public, mais ils le verraient certainement partir. Même le pratiquant le plus « No Pain No Gain », une fois lu ce Tome 2, verra sa vision du sport complètement chamboulée.

C’est donc une perte de clientèle qui pourrait s’amorcer très vite pour les « ténors » de la musculation classique, une véritable hémorragie.
Leur stratégie est donc d’essayer, par tous les moyens, de détruire à fois mon image publique et le Tome 1. Si ça marchait, personne ne parlerait plus du Tome 2.

 

12347760_10153777173056064_1384318969130753350_n 12369072_10153777174026064_7581027977005784694_n

 

D’autre part, pour ceux qui ont suivi une formation classique en enseignement et pratique de la musculation, le Tome 2 de la Méthode Lafay leur montre qu’il faut tout revoir, retourner en quelque sorte à l’école et se remettre à apprendre en reconsidérant ce qui s’avère être leurs acquis universitaires. Ce n’est pas facile pour tout le monde, même si certains ont déjà franchi le pas.

Donc, messieurs les pratiquants de bodybuilding, crossfit ou street workout, ne vous y trompez pas : bien des leaders, des animateurs de pages facebook que vous fréquentez, ont lu le Tome 2 de la Méthode Lafay. Mais ils n’ont pas envie que ça se sache.
Et c’est parce qu’ils l’ont lu que vous voyez de plus en plus d’articles (et même certains livres) qui se mettent à parler de :
– dangers du No Pain No Gain (en reprenant ma définition et mes recherches sans me citer);
– systémique (autre nom de la deuxième cybernétique);
– auto-régulation (en essayant de trouver d’autres sources qui ont utilisé le terme, mais c’est dur et surtout très incomplet quand ça existe, donc ils en reviennent à copier maladroitement mes propos);
– rapport au stress (celui du quotidien et celui de l’entraînement);
– Efficience;
– stratégie.

Le but de la manœuvre parait évident : s’approprier autant que possible un maximum des résultats de mes recherches avant que le Tome 2 ne devienne trop populaire. En espérant même qu’il ne devienne pas trop populaire (d’où l’omerta).
Cela vient aussi d’une réaction de survie complètement irrationnelle : ce qu’ils ont lu dans le Tome 2 les a tellement bouleversés qu’ils se doutent que cela va affecter la musculation à jamais et ils ont juste très très peur de disparaître.

Afin de compléter ce petit texte, voici les propos de Maxime Bratanoff, préparateur physique, au sujet du rapport existant entre les professionnels de la musculation et le Tome 2 :

« Etant immergé de part mon métier dans le milieu de la musculation/préparation physique, je sais que des auteurs connus ont eu l’ouvrage entre les mains.
Le livre a eu tellement d’impact sur tout le monde, moi également, que cela m’a fait faire un virage à 180° concernant ma vision de la santé, qui est la Mission que je me suis promis de poursuivre pour moi, mes proches, et mes élèves.
Cela m’a valu personnellement de subir les foudres de mes anciens collègues et mentor et de me faire taire, sans sommation, sans vergogne, sans confrontation directe. Tout l’inverse d’une coopération qui aurait pu être possible.
L’exemple même de la lutte pour la dominance décrite dans le Tome 2 !

Et là, depuis plusieurs mois curieusement, l’on peut très bien voir que des posts/articles de ces auteurs/promoteurs changent d’avis brusquement sur « la zone de confort », les fondations de la santé, le fait de « Durer en musculation », qu’il n’y a pas que la musculation dans la vie…etc.

Ils reprennent les idées d’Olivier de manière pernicieuse et malheureusement vaine car ils n’ont pas créé un vrai fond dans leur enseignement.
La cybernétique leur échappe. Ce qui les fonde leur échappe. Ils brillent par leur incompétence et leur copies risibles.

”Beaucoup d’efforts, peu d’effets”. »

Il paraît évident que la Méthode Lafay, de par son approche singulière, dérange énormément depuis 11 ans. Malgré les attaques régulières, les campagnes de diffamation incessantes, le livre vert reste cependant n°1 des ventes. Et le succès du Tome 2 ne fait que développer encore plus le succès de cette approche.
Finalement, l’omerta appliquée consciencieusement par l’establishment de la musculation ne fait que retarder un processus inéluctable.

Il est temps que le milieu de la musculation traditionnelle élargisse sa zone de confort, afin d’y intégrer honnêtement mes apports au lieu d’essayer, pour certains, de les copier vainement, en espérant que cela ne va pas se voir.

La dernière série d’articles sur l’approche systémique, écrite par Yann Ollivier, s’approche des 100.000 lectures.
N’est-il pas vain, finalement, de vouloir étouffer ce Tome 2?
N’est-il pas vain, finalement, de mépriser publiquement, ou de feindre d’ignorer, tout en copiant en douce?

Pour finir, je lève mon verre au un an de l’Espace Stratégique, Tome 2 de la Méthode Lafay 🙂

Olivier Lafay

Le Tome 2 sur amazon : http://www.amazon.fr/gp/product/2851809091…

Méthode Lafay, l’approche écosystémique de la transformation du corps (cybernétique).

Content Protection by DMCA.com

Diaphragme, muscles et santé : exercez-vous

MISE A JOUR IMPORTANTE :

Depuis le 4 août 2018, le nouvel ouvrage de la Méthode Lafay est disponible en précommandes ici:

https://igg.me/at/sybernetics

 

Plus d’informations dans l’article dédié :

SYBERNETICS: PRECOMMANDES OUVERTES !

Bonjour à tous,

Je souhaite vous proposer ici une technique de progression pour le diaphragme.

Avant toute chose, je vais commencer par une petite information technique sur le diaphragme et l’intérêt de l’exercer régulièrement. Cela ne se veut pas pleinement exhaustif, aussi, tout ne se trouvera pas dans ce texte qui se veut simple et informatif pour le plus grand nombre:

 

diaphragmeforme

Le diaphragme se situe dans la cage thoracique et a la forme d’une coupole.

 

Le diaphragme et le système nerveux:

Pour résumer en quelques mots, notre système nerveux se divise entre le système nerveux central (SNC)et le système nerveux périphérique.(SNP)

Le SNP se divise lui-même en plusieurs parties, dont le système nerveux autonome, qui se divise lui-même, pour sa partie motrice entre:

-le système nerveux sympathique

-le système nerveux parasympathique

Le système nerveux sympathique sert à augmenter le rythme cardiaque et intervient dans les moments où l’on a besoin d’activer l’organisme (ex: il faut fuir un danger). Le rythme cardiaque, respiratoire augmentent..

Un diaphragme tendu influera mécaniquement sur ce système nerveux.

A l’inverse, le système nerveux parasympathique permettra de diminuer la fréquence cardiaque, le rythme respiratoire..il permet le retour au calme de l’organisme, il permet de maintenir son homéostasie, de maintenir l’équilibre de l’organisme.

On peut agir sur le système nerveux parasympathique via la respiration diaphragmatique. On diminue la fréquence cardiaque, le rythme respiratoire, on oxygène l’organisme, le corps et les muscles se détendent..on récupère mieux entre les séances ainsi. Et si l’exercice est réalisé au moment de se coucher, le sommeil n’en sera que plus récupérateur au fil du temps.

Pendant les séances, un meilleur contrôle de la respiration, un retour au calme plus rapide après un fort état d’essoufflement permettront de mieux enchaîner les séries et d’éviter la dyspnée (essoufflement/respiration courte) et l’hyperventilation non volontaire en exercice.

 

Diaphragme1

Le diaphragme est le principal muscle inspirateur : lorsqu’il se contracte, celui-ci s’abaisse créant une pression négative dans les poumons. Un appel d’air est crée: on inspire.

 

Ajoutons à cela qu’une bonne respiration permet de réguler l’équilibre acido-basique du corps, au même titre que l’alimentation.

 

Les conséquences d’un déséquilibre acido-basique:

« L’accumulation d’acides dans les tissus peut entraîner diverses conséquences : l’accroissement des inflammations, le ralentissement du métabolisme, la déminéralisation, un affaiblissement général de l’organisme, une sensibilité accrue au stress, une diminution du seuil de la douleur ou une accélération du processus de vieillissement.

Voici quelques pathologies pouvant être liées à une surcharge acide de l’organisme: Les rhumatismes, le diabète, les affections rénales et vésicales, la maladie de Basedow (hyperfonctionnement de la glande thyroïde), les maladies cancéreuses en général, les leucémies, l’ostéoporose. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89quilibre_acido-basique

 

Ainsi, par exemple, certains pratiquants ne réalisant pas le diaphragme, s’hydratant peu ou négligeant le fait de manger des légumes, se retrouvent avec des tendinites à répétitions, qui disparaissent dès qu’ils font attention à ces quelques points.

Autre point important, soulevé par Olivier dans un article sur les abdominaux, un diaphragme peut-être tendu à cause du stress ou en raison de tensions au niveau cervical, au niveau des trapèzes.

« – dénouer les tensions des trapèzes, ce qui libérera la cage et donc étirera abdominaux et diaphragme. L’exercice Z est important. Ainsi que les étirements. On part ici des trapèzes pour aller au diaphragme, transverse, abdominaux). »

http://olivier-lafay.com/2011/07/22/travail-des-abdominaux-penser-global-agir-global/

 

Les conséquences se feront ressentir au niveau émotionnel:

«  Il n’est pas bon de générer des tensions dans une zone déjà naturellement sujette aux tensions, zone où se manifestent nos émotions). », et peuvent à terme causer des pathologies au niveau du dos.

En outre, il n’est pas rare que des personnes stressées au travail, faisant de l’apnée de manière inconsciente à cause du stress, générant des tensions au niveau du diaphragme, se retrouvent avec des douleurs au dos, voire avec un dos totalement bloqué par moments.

Et la solution passera notamment par le fait d’exercer son diaphragme régulièrement.

Maintenant, vous avez une idée plus précise de l’intérêt d’exercer son diaphragme et de son importance. 😉

L’article ici se focalise sur le diaphragme mais retenez que l’important est de penser « global » et que le travail du diaphragme s’inscrit en relation avec les exercices de la méthode, l’exercice Z, le travail du transverse.

 

Avant de passer à la technique, voici un petit rappel sur la manière d’exercer son diaphragme:

 

Et maintenant passons à la technique de progression que je souhaite vous proposer:

Nous allons commencer ainsi:

Inspiration profonde.

Expiration 5sec.

Cinq secondes de repos.

Inspiration profonde.

Expiration 10 secondes.

Dix secondes de repos.

Et ainsi de suite, en augmentant de 5 secondes à chaque fois et le temps de repos, et le temps d’expiration.

Quand on atteint une expiration d’environ 30 à 40 secondes, on bloquera le temps de repos entre 30 et 45 secondes. (celui-ci n’augmente pas plus)

Une fois une expiration d’une minute atteinte, on cessera de chronométrer l’expiration et on travaillera en maxis. On pourra fermer les yeux, et se détendre.

Plus votre niveau de détente augmentera, plus vos performances sur l’exercice augmenteront. Il ne faut donc pas s’acharner et se faire du mal, mais se relaxer.

Lors des phases « de repos », la respiration reste calme et lente.

Lors des expirations, même les expirations courtes (5 secondes, 10 secondes au début) doivent se être réalisées comme si on souhaitait tenir le plus longtemps possible. Simplement, à la fin du temps imparti, on relâchera doucement l’expiration. Très vite vous constaterez que votre expiration devient de plus en plus douce et lente.

Plus vous progresserez à l’exercice, plus vous pourrez diminuer les temps de repos entre les dernières expirations et plus vous pourrez réduire la phase de démarrage de l’exercice.

Il faut faire l’exercice au moins autant de fois qu’il y a de séances dans la semaine, pendant une durée minimale de dix minutes.

Si vous êtes très motivé et souhaitez réaliser l’exercice plus longtemps, ou chaque jour dans la semaine, c’est tout à fait possible.

De cette manière, on peut atteindre (voire dépasser) la minute trente d’expiration en quelques semaines.

(Article de Denis Tiquet).

 

Vous pouvez vous procurer la Collection Lafay ici : http://amzn.to/2rvdpXD

Content Protection by DMCA.com