MISE EN PERSPECTIVE

Publié le Laisser un commentaire

La musculation classique comme produit d’une pĂ©dagogie de la soumission.
 
Jusqu’aux annĂ©es 1950, le peuple Ă©tait exploitĂ© bĂȘtement. Il n’aimait pas vraiment ça. Mais on le faisait bosser de force. Et on le jetait une fois usagĂ©.
 
Puis, les progrĂšs technologiques ont ouvert la voie Ă  la fabrication du fameux “ascenseur social”.
Avec un nouveau discours oĂč non seulement les dominants ont continuĂ© Ă  exploiter le peuple, mais oĂč on a fait entrer dans la tĂȘte des gens que c’Ă©tait cool (et mĂ©ritant) de… s’exploiter soi-mĂȘme.
 
Comme l’explique Alain Ehrenberg dans “Le culte de la performance” et “la fatigue d’ĂȘtre soi”, chacun a Ă©tĂ© sommĂ© de devenir l’entrepreneur de sa propre vie.
 
Depuis une quinzaine d’annĂ©es, la foi dans ce nouveau mythe a bien baissĂ©. Beaucoup d’appelĂ©s et peu d’Ă©lus pour ceux qui s’exploitent tout seuls comme des grands dans le but de devenir l’Ă©lite, de “rĂ©ussir”.
Et cela a fini par se voir.
 
Aussi, certains parmi nous se rĂ©fugient dans des “mondes parallĂšles”, ils fuient comme dirait Laborit.
 
La musculation classique est une de ces fuites. On s’enferme dans la pratique, on se met hors du monde, on se rĂȘve en demi-dieu ou en super-hĂ©ros.
Mais bizarrement, alors que ceux qui se rĂ©fugient dans la musculation ont bien compris que leurs chances de rĂ©ussir en s’exploitant soi-mĂȘme sont minces, ils font nĂ©anmoins perdurer le mythe dans leur pratique de la musculation : constamment, ils sortent de leur zone de confort (au sens physiologique) et s’exploitent eux-mĂȘmes Ă  s’en dĂ©truire.
Le but a changĂ© mais l’idĂ©ologie reste la mĂȘme.
La pĂ©dagogie de la soumission a bien fonctionnĂ© et on considĂšre “naturellement” que l’auto-destruction est enviable, et la seule voie possible pour “exister”.
 
Est-il normal de s’exploiter soi-mĂȘme jusqu’Ă  en crever, de pratiquer le culte de la souffrance qu’on s’inflige tout seul comme un grand? Est-ce normal quand on peut faire autrement?
A force de “dressage”, on ne sait plus oĂč est sa propre libertĂ©.
 
Tant de conquĂȘtes sociales, de pas vers l’instruction, pour finalement se faire Ă  soi-mĂȘme, tout seul, ce que les dominants nous faisaient autrefois…
Certains tout lĂ -haut, doivent bien rire de voir tous ces rats, prisonniers de leurs cages, qui s’appliquent autant Ă  s’auto-mutiler.
 
Faites comme vous voulez, entraĂźnez-vous comme vous voulez, mais sachez qu’il est possible de pratiquer une musculation oĂč l’on se respecte soi-mĂȘme, oĂč l’on a le droit de s’aimer, et qui… marche 🙂
 

Laisser un commentaire