APPLICATION LAFAY SUR IOS ET SUR ANDROID !

Elle est disponible ici:

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.ldmt.android.lafay

Elle est disponible également sur IOS ici:
https://appsto.re/fr/Q2Jkfb.i

Vous trouverez dans l’application les premiers niveaux (hommes et femmes) en accès gratuit, ainsi que la possibilité d’entretenir votre carnet d’entraînement, de créer vos séances, vos propres exercices et l’utiliser comme bon vous semble.

Un abonnement permet d’accéder à des services supplémentaires: l’accès aux statistiques ainsi qu’à un réseau social exclusif qui vous permet de suivre des pratiquants, échanger avec eux, commenter leurs séances recevoir des conseils de la part de LDMT (équipe de professionnels au service de la Méthode Lafay) sous vos séances. Vous serez notifié des commentaires de vos amis et de leurs séances.

Vos retours et suggestions d’amélioration sont les bienvenus à l’adresse suivante: contact@ldmt.fr .

Les premiers utilisateurs explosent de joie (cf vidéo)

 

 

UN NOUVEL OUTIL DANS VOTRE LOGICIEL DE TRAITEMENT DE L’INFORMATION

statues

 

Si vous avez lu l’article d’hier sur « la fonction des relations », je vous propose un autre bond en avant 🙂

Je suis le perturbateur de votre système, qui vous influence pour ajouter un nouvel outil à votre « logiciel » (à votre manière de considérer et traiter le monde, d’y agir).

Car, comme je l’ai déjà dit : « je ne suis pas libre de me changer moi-même, c’est l’autre qui m’aide à changer. »

En lisant l’article, vous avez engrangé un certain nombre d’idées, donc de solutions opérationnelles possibles.

Mais, est-ce que cela suffit pour agir différemment, dès la fin de la lecture?

Chez certains, oui. Ils intègrent immédiatement les données de mon article à leur « logiciel ». Ils voient désormais les choses différemment et vont pratiquer différemment.

Chez d’autres, il manque une « logique » pour que cela devienne « actif »; il manque un processus.

Ce qui leur manque, c’est qu’on leur dise juste ceci : « vous pouvez désormais traiter différemment les informations, pour votre plus grand bien, si vous décidez consciemment d’ajouter cet outil de recul stratégique à votre personnalité. »

Gregory Bateson appelle « apprentissages secondaires » les multiples conditionnements qui font une « personnalité ».
C’est une mise en forme de vous-mêmes, par de multiples conditionnements opérés dès votre naissance, qui fait ce que vous êtes.

Si vous vous dites que vous pouvez élargir votre personnalité, pour votre bien, en y ajoutant les outils donnés dans mon article, alors il est très possible que ces outils restent en conscience ou tout proches de la conscience, et soient donc régulièrement utilisés.

En fait, ce qui manque à la plupart des gens, pour qu’il y ait un véritable changement, ce n’est pas seulement de disposer de nouvelles informations sur leur comportement, de comprendre, mais de savoir comment intégrer une bonne fois les outils de compréhension donnés. Comme faire pour qu’ils deviennent, ces outils, « une seconde nature »…

Ce qui leur manque, c’est ce qu’il faudrait qu’ils se disent pour que leur personnalité intègre un nouvel apprentissage, en soit complètement imprégnée, au point de fonctionner désormais différemment.

Ce qu’il leur faudrait, c’est donc un nouveau discours intérieur.

Une nouvelle forme narrative (merci à messieurs White et Epston)…

°

Vous pouvez, si vous le souhaitez, commenter en disant ce qu’il faudrait que vous vous disiez pour que votre logiciel intègre une bonne fois les outils de l’autre article

Sinon, commentez juste pour dire ce que cet article vous apporte

LA FONCTION D’UNE RELATION DANS VOTRE SYSTÈME

(amour, musculation, automobile, musique, etc.)

 

mains

 

C’est la toute première question à vous poser. C’est l’essentiel pour mieux se comprendre et s’orienter. C’est LA question !
Et, c’est directement issu de l’approche cybernétique, la plus complète qui soit en matière de psychologie des comportements.

1 – nous sommes des machines biologiques à traiter de l’information.
C’est-à-dire que notre système nerveux puise en permanence de l’information, en nous et hors de nous, pour trouver le comportement qui semble le mieux adapté. Le but naturel de la machine biologique est de survivre et se reproduire.
Il faut donc bien retenir que nos sens servent à recueillir de l’information.

2 – le traitement de l’information est pour l’essentiel totalement inconscient.
Imaginez ce qui se passerait si vous deviez consciemment analyser un nombre considérable de données afin de juste franchir une marche d’escalier…
J’ai pris l’exemple de la marche, car c’est une aptitude de l’organisme extrêmement complexe. Les créateurs de robots connaissent bien ce problème.

3 – lorsque nous traitons l’information, forcément, nous réalisons des opérations à l’aide d’outils – déjà – intégrés en nous. Cela se fait à notre insu, l’immense majorité du temps, ce qui donne une idée de notre « liberté » 🙂
Nous traitons l’information d’après des processus conditionnés :
– par nos gènes ;
– par notre environnement socio-culturel (école, tv, travail, livres, cinéma, amis) ;
– par notre éducation familiale (souvent le lieu des tout premiers traumatismes).

4 – le traitement de l’information a un unique objectif : l’adaptation aux aléas de la vie. Nous cherchons à nous adapter au mieux, mais nous le faisons uniquement, et c’est très IMPORTANT à comprendre, compte tenu de nos outils de traitement de l’information !
Nos conditionnements ont produit une structure comportementale, une homéostasie, qui par définition tient à sa forme et va donc éviter tout grand changement ; elle persévère dans son « être » et traite donc les informations dans ce but.

Les systèmes sont conservateurs… par définition. Ce qui signifie que tout ce que vous avez obtenu de la vie (en bien et en mal), tout ce qui vous a mis en forme (structuré ), constitue un filtre qui met l’accent sur certaines informations, en élude certaines, en rejette d’autres, afin d’assurer la stabilité de ce que vous êtes (de votre système).
Cette stabilité peut être totalement auto-destructrice. Nous ne cherchons pas nécessairement notre propre bien…
Nos réactions auto-destructrices sont les fruits de nos conditionnements.
Et dans une société qui est faite de multiples douleurs, dès l’enfance, nos conditionnements, qui oeuvrent à notre insu, je vous le rappelle, ne nous veulent pas toujours du bien.

5 – si nous sommes par nature des systèmes, c’est-à-dire ayant une volonté de stabilité (homéostasie), nous avons aussi le potentiel des systèmes complexes, celui qui nous permet de changer, mais toujours dans une dialectique avec l’homéostasie.
En permanence, la possibilité du changement s’oppose à l’homéostasie. Le mouvement vers un « autre que soi » s’oppose à la stabilité.
C’est bien normal, car si nous pouvions changer n’importe comment, n’importe quand, sans règles de transformations, nous n’aurions plus d’identité.
Notre identité est le fruit d’une mémorisation d’informations dans le cadre d’un système relativement stable.

6 – Nous pouvons donc changer, gagner en liberté, mais il nous faut pour cela nous poser des questions essentielles. Il nous faut nous demander, pour mieux se comprendre et modifier les opération inflexibles dictées par l’homéostasie, quelle est la fonction dans notre système de nombreux comportements.
Cela nous apprendra des choses sur nous, sur notre fonctionnement, sur nos conditionnements et la manière dont ils nous gouvernent à notre insu.

Quelle est la fonction dans notre système d’un acte ?
Quelle est la fonction dans notre système d’une pensée ?
Quelle est la fonction dans notre système d’une émotion ?
Quelle est la fonction dans notre système d’une passion ?
Quelle est la fonction dans notre système d’une addiction ?
Quelle est la fonction dans notre système d’une femme, d’un homme (de tel ou tel homme, de telle ou telle femme)?

Chaque comportement, intérêt, pensée, a une fonction : nous adapter aux aléas de la vie en respectant notre stabilité interne (fruit de nos conditionnements).

Si nous ne pensons pas ces fonctions, forcément nous ne ferons en aucun cas dévier les opérations produites par nos conditionnements. Nous ne changerons pas, même en nous démenant comme des dingues (en nous faisant violence, NPNG)…
Nous pourrons obtenir des changements superficiels, mais qui entreront en conflit avec la manière globale dont le système se perçoit, ou avec de multiples mécanismes qui lui sont propres.
Le système cherche à changer, oui (nous cherchons à changer), mais en nous soumettant aux injonctions inscrites en nous, dictant la « bonne manière » de changer. Et cette « bonne manière » en restant fidèle à nos croyances (conditionnements) peut s’opposer et à notre physiologie et à ce qu’est un système humain équilibré psychologiquement.
D’où une souffrance physique et morale, inéluctable (à court, ou moyen terme)

7 – souvent, quand nous répondons à nos conditionnements (le « bon » comportement ayant rempli la « bonne fonction » dans le système) lors d’un traitement d’informations, nous nous sentons bien ou « mieux ».
C’est normal, car nous avons en nous un système de récompense, qui « flatte » notre obéissance !

Mais cela ne signifie PAS que nous avons pris la bonne décision, adopté le comportement le plus sain (physiquement et psychologiquement). Cela va dépendre de l’état de notre système de traitement des informations !
Donc de nos conditionnements…

Par exemple, si vous vous êtes senti très faible à plusieurs moments de votre vie (souvent l’enfance et l’adolescence), et que vous avez ressenti très fort le besoin de vous renforcer, il se peut que vous optiez pour une pratique No Pain No Gain (violente) de la musculation. Cette pratique violente aura pour but de vous rendre plus fort, certes, mais aussi de vous rendre par l’action conforme à certains conditionnement sociaux et familiaux, et de libérer des drogues (endogènes) vous permettant d’obtenir une satisfaction (et donc une reproduction des actes).
A terme, malgré votre sentiment de satisfaction (construit en interne, je le rappelle), vous allez souffrir physiquement et moralement. Et tout handicap va annihiler votre possibilité de compenser la faiblesse ressentie par la force montrée.

Autre exemple : si votre père battait votre mère, vous battait, et trompait votre mère, et que vous êtes une femme, alors il y a de fortes chances que votre système vous conduise, totalement à votre insu, à vous remettre dans une situation soit identique, soit similaire. Votre choix de partenaire se fera inconsciemment, sur la base de signaux infimes, mais bel et bien exprimés.
Et la rigidité de votre homéostasie donnera naissance à une addiction : vous serez possédée par la situation (par l’autre).
L’homme remplit une fonction dans votre système… Ne pas dévier d’un modèle. Et il sera très dur d’en sortir si vous ne réfléchissez pas à la fonction qu’occupe chaque homme rencontré.

°

CONCLUSION :

Prenez le temps de vous observer. C’est cela le recul stratégique. Et cherchez régulièrement à comprendre les fonctions de vos comportements (sensations, émotions, pensées, actes, paroles, écrits).
Qu’est-ce que cela cherche, à rassurer, protéger, reconduire, reproduire, compenser ?
Est-ce sain ? Sur quelles bases j’en décide ? Comment faire évoluer la situation au mieux (et cela veut dire : comment trouver ou retrouver ma zone de confort, et l’élargir)?

Les élèves Lafay sur Facebook, n°61

Voici quelques unes des nombreuses photos qui ont été postées sur mon mur facebook, du 01 novembre au 30 novembre 2016.
Tous suivent la Méthode, soit 2 à 3 entraînements par semaine, sans charges additionnelles, selon la devise « mens sana in corpore sano ». Certains sont des pratiquants aguerris, d’autres s’entraînent depuis peu.
Tous ont adhéré à la polyvalence athlétique proposée par la Méthode, que ce soit pour briller dans leur sport de prédilection (arts martiaux, triathlon, rugby, tennis de table, etc), ou pour juste avoir le plaisir de vivre dans un beau corps, en pleine forme.
Vous pouvez cliquez sur ces photos pour les agrandir et voir ainsi de plus près les excellents résultats de la plupart d’entre eux.

 

Nicolas Ehret

nicolas-ehret-1 nicolas-ehret

Jérôme le Lafayen

jerome-le-lafayen jerome-le-lafayen1

Alice Pnta

alice-pnta alice-pnta1

Antoine Maillard

antoine-maillard

Msmg Msmg

msmg-msmg msmg-msmg1

Laëtitia Lafay

laetitia-lafay

Dali Zarrouk

dali-zarrouk dali-zarrouk1

Maxime Bratanoff

maxime-bratanoff maxime-bratanoff1

Claude Henonin et Léa Zindel Dietlin

claude-henonin lea-zindel-dietlin

Keziah M Gillet et Yoann Gaiero

keziah-m-gillet yoann-gaiero

Julien Taverna

julien-taverna jeff-pont

Charlotte Moreau

charlotte-moreau charlotte-moreau1

François Lafay

francois-lafay

Franck Bernard et Fabien Apffel

franck-bernard fabien-apffel

Poly Pocket

poly-pocket poly-pocket1

Thibaud Molimard

thibaud-molimard thibaud-molimard1

Geoffrey Ruin

geoffrey-ruin-1 geoffrey-ruin

Elle Lafay et Maë Va Bien Rob‎

elle-lafay mae-va-bien-rob%e2%80%8e

Nicolas Beguin et Fao Ziouf

nicolas-beguin fao-ziouf

Paul Lafayen

paul-lafayen paul-lafayen1

Valentin Lamy

valentin-lamy-avantvalentin-lamy-apres

Alex Ollier et Romain Alu

alex-ollier romain-alu

Andréas Laval Lafayen et Benoît Delattre

andreas-laval-lafayen benoit-delattre

Cédric Dubois et Denis Pouchain

cedric-dubois denis-pouchain

Jonathan Dgmt

jonathan-dmgt-1 jonathan-dmgt

Michael Royet et Yliès Mtl

michael-royet ylies-mtl

Ma Ni Lafayen

ma-ni-lafayen-1 ma-ni-lafayen

Manuel Efficience

manuel-efficience%e2%80%8e manuel-efficience%e2%80%8e1

Frederic Nay Nett et Gilles Doyen

frederic-nay-nett gilles-doyen

Mickael Lafay

mickael-lafay mickael-lafay1

Yannick Trouvé

yannick-trouve yannick-trouve1

Mars Cials

mars-cials

Corentin Nicolas

corentin-nicolas-1 corentin-nicolas

Rhino Lafayen

rhino-lafayen-1 rhino-lafayen

J-Baptiste Frey et Sandy Chevillard

j-baptiste-frey sandy-chevillard

Chris Viste et Azog Leprofanateur

chris-viste azog-leprofanateur

Manea le Lafayen

manea-le-lafayen manea-le-lafayen1

 

L’amitié, l’amour… apprivoiser…

marie-terrayNe trouvez-vous pas que beaucoup d’hommes et de femmes se désirent, s’utilisent, se blessent, mais ne prennent pas le temps de s’apprivoiser?
Comment faire croître et durer une relation si on n’a su rendre l’autre unique?
Et si cela aussi s’apprenait?

Petite mise en perspective, avant les articles à venir 🙂

°

« Vous êtes belles, mais vous êtes vides, leur dit-il encore. On ne peut pas mourir pour vous. Bien sûr, ma rose à moi, un passant ordinaire croirait qu’elle vous ressemble. Mais à elle seule elle est plus importante que vous toutes […]. »

°

– J’y gagne, dit le renard, à cause de la couleur du blé.

Puis il ajouta:

– Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde. Tu reviendras me dire adieu, et je te ferai cadeau d’un secret.

Le petit prince s’en fut revoir les roses:

– Vous n’êtes pas du tout semblables à ma rose, vous n’êtes rien encore, leur dit-il. Personne ne vous a apprivoisé et vous n’avez apprivoisé personne. Vous êtes comme était mon renard. Ce n’était qu’un renard semblable à cent mille autres. Mais j’en ai fait mon ami, et il est maintenant unique au monde.

Et les roses étaient bien gênées.

– Vous êtes belles, mais vous êtes vides, leur dit-il encore. On ne peut pas mourir pour vous. Bien sûr, ma rose à moi, un passant ordinaire croirait qu’elle vous ressemble. Mais à elle seule elle est plus importante que vous toutes, puisque c’est elle que j’ai arrosée. Puisque c’est elle que j’ai mise sous globe. Puisque c’est elle que j’ai abritée par le paravent. Puisque c’est elle dont j’ai tué les chenilles (sauf les deux ou trois pour les papillons). Puisque c’est elle que j’ai écoutée se plaindre, ou se vanter, ou même quelquefois se taire. Puisque c’est ma rose.

Et il revint vers le renard:

– Adieu, dit-il…

– Adieu, dit le renard. Voici mon secret. Il est très simple: on ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux.

– L’essentiel est invisible pour les yeux, répéta le petit prince, afin de se souvenir.

– C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante.

– C’est le temps que j’ai perdu pour ma rose… fit le petit prince, afin de se souvenir.

– Les hommes ont oublié cette vérité, dit le renard. Mais tu ne dois pas l’oublier. Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. Tu es responsable de ta rose…

– Je suis responsable de ma rose… répéta le petit prince, afin de se souvenir.

°

Illustration de Marie Terray (la rose du Petit Prince).

FIT EVENING 6

Interview avec le Dr Vincent NOIRY, ostéopathe, médecin du sport, spécialiste de médecine mécanique, enseignant d’arts martiaux et membre de LDMT.
Il est l’auteur de la préface du Tome 2: l’Espace Stratégique et nous parle dans cette interview de la médecine mécanique, pratique encore assez peu connue.

Pensez au pouce bleu si vous avez aimé la vidéo et n’hésitez pas à poser vos questions en commentaires sous la vidéo.

L’EXPLOITATION DE L’HOMME PAR L’HOMME

15871850_10211558156048962_3935769699169496231_n

 

Le débat récent sur le veganisme (énième débat) m’a donné envie de vous proposer cette réflexion.

Les vegans affirment que les problèmes du monde seront résolus par l’abandon du régime carné.
C’est faux, et je vous donne ci-dessous une architecture de raisonnement, afin d’y réfléchir.

1 – la lutte pour la dominance est un état primaire et fondamental chez tout être vivant (je vous renvoie aux travaux d’Henri Laborit). Chacun cherche à se gratifier en tant qu’individu. A survivre… A se reproduire…
Donc chacun, plus ou moins consciemment, cherche à dominer, afin d’être bien placé lorsqu’il s’agit de satisfaire besoins et désirs.

2 – chez l’humain, cela a donné, entre autres, l’exploitation de l’homme par l’homme et l’exploitation de la nature.
Les progrès de la science sont dus au besoin… de satisfaire au mieux nos besoins. Tenter de posséder la nature, c’est tenter de la rendre apte à nous satisfaire et non à nous détruire.
La nature se fout en effet des individus que nous sommes…

De même, la cybernétique est la science qui permet de mieux comprendre les systèmes complexes : donc de les contrôler, de les rendre prévisibles, et aussi d’en produire (la Méthode Lafay est la création d’un système complexe à l’aide des outils de la cybernétique).

Pour se gratifier au mieux, il est préférable d’être bien placé sur l’échelle de dominance. En effet, utiliser d’autres humains permet de d’obtenir bien davantage de pouvoir sur sa vie que si on est tout seul (en faisant proportionnellement moins d’efforts).

3 – l’exploitation de l’homme par l’homme, pour la satisfaction « hiérarchisée » (certains ont bien plus que d’autres) des besoins, entraîne la destruction des écosystèmes naturels.
C’est la création d’écosystèmes « pour l’humain », englobant la nature, l’asservissant, la malmenant. Je vous renvoie au tome 2 de la Méthode d’Edgar Morin, si vous voulez creuser ce sujet.

4 – Une utilisation plus raisonnable de la nature exige une redéfinition des rapports sociaux (qui devraient être aussi plus raisonnables).
a – plus je veux être dominant, plus je vais assurer mon pouvoir en utilisant d’autres humains, qui vont exploiter la nature en concurrence avec d’autres groupes humains dont le dominant, à chaque fois, veut être plus dominant que moi.
b – la règle de base est donc de tirer un maximum de ressources de la nature pour assurer la lutte pour la dominance, et non la respecter (globalement).

5 – faire cesser l’exploitation de l’homme par l’homme, ou au moins la diminuer grandement, permettrait de mieux respecter la nature.
En effet, faire cesser l’effervescence de la lutte de tous contre tous, permettrait d’accorder du temps et de l’énergie au respect des écosystèmes naturels.
Avoir du temps pour faire autre chose que se battre les uns contre les autres, se valoriser aux dépens des autres, utiliser leur travail pour avoir de la dominance, etc., ce serait la possibilité de vivre en accord avec les processus naturels.
Comme le dit Gregory Bateson, si l’on va mal, c’est qu’on a oublié de regarder le fonctionnement de la nature.

6 – une société plus paisible, respectant les écosystèmes naturels, et humains, aurait le temps, les connaissances et l’équilibre psychologique nécessaire pour, éventuellement, envisager sereinement le végétarisme ou le végétalisme (voyez donc que je ne condamne pas ces pratiques).

7 – par contre, si on ne fait pas cesser l’exploitation de l’homme par l’homme, l’adoption du végétalisme pour « sauver le monde » est une erreur majeure.
L’exploitation de la nature, pour assurer le maintien des échelles de dominance, continuera ; les écosystèmes seront de plus en plus détruits. Les espèces animales disparaîtront.
Du moment que vous raquez pour manger, que ce soit des végétaux ou des animaux, les dominants conserveront le pouvoir.
Le stress exercé par les puissants sur les masses sera toujours aussi fort, et même pire. Les gens seront donc toujours enchaînés et malheureux.
Je dis « et même pire », car l’antispécisme, moteur de l’idéologie vegan, conduit à la désacralisation absolue de l’humain, donc à un « j’m’en-foutisme » absolu des autres, donc à une grande « liberté » quant à leur exploitation (supérieure à ce qui se passe aujourd’hui, où l’on brandit encore des valeurs humanistes, dernier rempart contre l’exploitation totale).
Passer de la sacralisation absolue de l’humain à la désacralisation absolue est juste une énorme connerie.

Donc, on ne peut être heureux, dans une société enfin paisible, juste en cessant de manger de la viande…

°

°

Illustration de Lionel Richerand

LA BIBLE DE LA PREPARATION PHYSIQUE : un bon livre ?

didier-reiss-2 didier-reiss-1

Par Didier Reiss et Pascal Prévost, experts reconnus jusque dans les mondes explorés par Star Trek, et même au-delà.
°

bible-prepa-physiqueLa première chose à faire, si l’on veut parler de ce livre, est de passer le titre, qui sonne comme un peu sectaire (enfermant le lecteur dans un absolu) et prétentieux. Une bible, c’est un indépassable, au sens religieux…
Le mieux aurait peut-être été de laisser le soin aux lecteurs de décider si ce livre est réellement aussi complet qu’un enseignement religieux, et s’il se suffit à lui-même.

Il est vrai que le lecteur y trouvera de nombreuses études et assertions liées, qui auraient gagné à être contextualisées, afin d’éviter ce qui ressemble parfois, selon moi, à des généralisations quelque peu déconnectées de l’expérience de nombreux sportifs. Je pense notamment à l’emploi des tractions larges.

Dans l’Univers Lafay, certes très éloigné de l’entraînement No Pain No Gain ou Less Pain More Gain dont semblent se réclamer les auteurs, la « vérité » professée par ceux-ci sur les tractions larges n’en est plus une. Des dizaines de milliers de personnes peuvent en témoigner.

La question de la contextualisation est cruciale, et c’est le propre d’un féru de cybernétique de pouvoir remplir correctement cette tâche. Ainsi, en supervisant la rédaction de cet ouvrage, j’aurais pu apporter aux auteurs mon œil d’expert sur certaines assertions, valables avant tout dans leur contexte. Bien entendu, c’est sans prétention. N’importe quel membre de LDMT aurait pu effectuer correctement ce travail. Il suffit juste d’être un peu éclairé en cybernétique pour éviter certaines erreurs, qui vont malheureusement réduire le champ d’investigation des lecteurs, en leur instillant des croyances limitantes.

D’autre part, des lecteurs m’ont rapporté, non sans joie, que La Bible de la préparation physique fournissait de quoi prouver scientifiquement l’efficacité des séries longues pour se muscler. Heureusement qu’elles n’ont pas « prouvé » le contraire…
A-t-on vraiment besoin de prouver l’efficacité des séries longues, sauf face à des esprits bornés, étroits, qui sont incapables d’accepter ce que la réalité leur offre d’évidences ?

Cela fait bien longtemps que l’on sait que les séries longues sont efficaces. Ne serait-ce qu’en remontant aux entraînements de certains bodybuilders de l’ancien temps, comme Bobby Pandour. Les dizaines de milliers de transformations de physiques grâce à l’entraînement Lafay en sont aussi une preuve concrète implacable.

Et, il y a 30 ans, Jean Texier, célèbre bodybuilder et philosophe, expliquait qu’un tonnage effectué rapidement avec des charges légères donnait autant de résultats, si ce n’est plus, qu’un gros tonnage réalisé avec des charges lourdes en prenant son temps, et il prenait des exemples pour montrer l’efficacité des séries longues.
Mais pour certains sportifs, certes pas les plus fûtés, l’effet de la « blouse blanche » est déterminant pour leur faire accepter ce qui se trouve devant leurs yeux et qui malmène leurs croyances. Certains (beaucoup) ne voient que ce qu’ils croient. Et refusent tout le reste…
Et on a pu le constater même chez des enseignants en STAPS, pourtant titulaires d’un doctorat. Mais ceci (la soumission à l’ordre établi à travers l’obtention de diplômes) éclaire peut-être cela…
On ne devient pas borné par hasard et, pour certains, c’est même la récompense d’un gros effort, qui leur a pris des années.

Ce que je déplore également, à la lecture de cet ouvrage, c’est l’absence d’un mode d’emploi, d’une… méthode. Effectivement, si l’on omet (à tort) la question des contextes d’application, le lecteur semble ressortir bien savant de la lecture, à condition de se souvenir de ce qu’il a lu. Mais qu’en fait-il ? N’a-t-il pas fait que renforcer ses croyances prééxistantes à la lecture ?

C’est bien le problème d’une Bible. Le dogme transparaît sans cesse, mais le mode d’emploi pour une application positive est peu présent ou guère efficace. Et c’est bien pourquoi de très nombreuses personnes se sont détournées de la religion…

Une Bible enferme le lecteur dans des croyances, et aussi vrais que soient les éléments qui la composent, et dont elle se revendique, il n’y a guère de place pour la différence.

En témoignent les violences religieuses à travers l’Histoire : inquisition, St Barthélémy, massacre des indiens d’Amérique, massacre colonialistes en Afrique, etc.

Et c’est ce qu’a vécu la Méthode Lafay dans l’univers du fitness, et même plus largement du sport : rejet, violences diverses, tentatives de la faire taire, de la soumettre, de l’éliminer.
Et accusation de secte…

Oui, tout y est ! Quand un titulaire d’un doctorat, enseignant Chercheur en STAPS, traite une pratique alternative, aux résultats nombreux et fondée scientifiquement, de « secte », sans même avoir pris le temps de l’étudier, on sait que l’on vient d’éprouver la rigidité du système qui l’a amené là où il se trouve. Enfermement religieux plutôt qu’attitude scientifique ? Limitation des capacités d’investigation par les dogmes ?

Et, embrasse-t-il tous les matins la source de sa foi : la Bible (de la préparation physique) ?

Finalement, il pourrait bien y avoir cohérence, dans La Bible de la préparation physique, entre le titre et le contenu, une cohérence qui poursuivrait un but, qu’il soit ou non exprimé consciemment : la validation de l’ordre établi. Et peut-être même la récupération des différences à son profit.

De fil en aiguille, j’en arrive à ce qui m’a le plus intéressé dans cet ouvrage : la référence à Edgar Morin, auteur que je connais très bien, et le discours de cybernéticien que j’ai pu voir à un moment, dans ce livre, où l’adoption de « boucles » est énoncé.
J’avoue avoir été très surpris, car je suis le seul à avoir parlé de ces sujets, me faisant d’ailleurs copieusement insulter (philo de comptoir ont-t-ils tous dit)… et le texte « cybernéticien » (dans sa formulation) de ce livre ressemble énormément à ce que j’écris depuis 2004.
Comme je n’étais cité nulle part, j’ai approfondi un peu ma réflexion, et fait quelques recherches, afin de prouver certains constats.
Puis, il y a quelques temps, Didier Reiss a avoué sa méconnaissance totale de la cybernétique (screen en illustration de cet article).

didier-reiss

Et ce fût un deuxième choc…

Et, récemment, Stéphane Morin et Fréd Hurlin, tous deux titulaires d’un doctorat en sciences du sport et enseignants en STAPS, ont déclaré que mes références ne valaient rien (Or Edgar Morin est une référence centrale chez moi) et qu’Edgar Morin n’a rien écrit sur la préparation physique, donc.. ce n’est pas une bonne référence.
Ils ont dit ceci tout en considérant que « La Bible de la préparation physique » est une référence majeure pour les sportifs…
Heu…
C’est pourtant dans ce livre qu’Edgar Morin est présenté comme référence…

Donc, Edgar Morin ne vaut rien si c’est Lafay qui en parle, mais est une référence si c’est Didier Reiss et Pascal Prévost qui le citent ?

Troisième choc !

Didier Reiss, et Pascal Prévost, dans leur ouvrage (La Bible de la préparation physique) font référence à Edgar Morin et nomment le livre sur lequel ils s’appuient : l’Introduction à la pensée complexe.
Alors, certes, il y a « Pensée Complexe » dans le titre, mais ce n’est pas l’ouvrage majeur de Morin. C’est même un ouvrage très périphérique.
L’oeuvre majeure d’Edgar Morin, c’est « La Méthode » (3000 pages très denses).

Dans la Méthode, Edgar Morin reprend toutes les références de la Méthode Lafay, dont Gregory Bateson et Heinz Von Foerster. Quand on connaît l’oeuvre d’Edgar Morin, on sait cela.
Et il propose un néologisme : la Sybernétique. Un terme qui est censé exprimer le passage de la première à la deuxième cybernétique et ses développements (Pensée Complexe et Dialogique, notamment).
Ce terme est repris sur certaines 4° de couverture des livres d’Edgar Morin. Donc toute personne s’intéressant vraiment à Edgar Morin sait que :
c’est une œuvre qui se réclame de la cybernétique ;
c’est une œuvre qui repose sur les mêmes référence que la Méthode Lafay (et pour cause).

Or, tenez-vous bien, Didier Reiss a reconnu sa méconnaissance de la cybernétique, des années après la publication de « La Bible de la préparation physique », dans lequel il cite pourtant un… cybernéticien, Edgar Morin, qu’il admire (forcément).

Plus fort encore !

Didier Reiss et Pascal Prévost citent Edgar Morin et le livre « Introduction à la pensée complexe ».
Mais ne ne voient pas le rapport entre cybernétique et sport, entre cybernétique et musculation…

Bon faites comme moi, ouvrez le livre et lisez (screen du passage en illustration).

complexite-extrait-bible-pp

Ne riez pas.
Dans ce livre, Edgar Morin lie « cybernétique » et « complexité ».

J’avais dit : « ne riez pas. »

intro-pensee-complexe-morin

Donc ces deux auteurs prennent comme référence un livre qu’ils n’ont pas lu. D’un auteur qu’ils ne maîtrisent pas.

Mais pourquoi ont-ils fait ça ?

Je pense que chaque lecteur attentif de la Méthode Lafay, de ses articles et références, saura répondre à cette question.

Arrivé à ce point de mon exposé, je préfère conclure, même si j’aurais encore beaucoup de choses à dire, et je vais vous soumettre ceci :

1 – On peut se demander, légitimement, comment ces auteurs ont pu écrire un texte « cybernéticien » dans leur livre, un texte qui ressemble énormément à ce que j’écris depuis 2004.
Puisqu’ils ne connaissent rien à la cybernétique.

2 – on comprend peut-être mieux pourquoi ces auteurs refusent de débattre avec moi.

3 – ce qui se passe rejaillit sur la réputation des éditions Amphora qui, je l’espère, sauront faire le nécessaire.

4 – si vous voulez vous familiariser avec la Pensée Complexe et la cybernétique, vous savez où il faut vous rendre désormais : dans l’Univers Lafay. Ailleurs, cela reste un peu…

°

Olivier Lafay

Stéphane MORIN

stephane-morin

Monsieur Stéphane Morin, dont la médiocrité s’est étalée de manière affligeante sur nos pages, est aussi un menteur récidiviste 🙂
Puisqu’il va jusqu’au bout de la grossièreté et du mensonge, en nous accusant de l’empêcher de s’exprimer, on peut lui communiquer que la surprise qui l’attend bientôt va être de taille.

Il nous a accusé publiquement d’avoir supprimé ses interventions et de l’empêcher de s’exprimer.
Mais…
Pourquoi aurait-on supprimé les propos d’un homme s’humiliant tout seul sur nos pages?
Son obsession à refuser tout débat, sa lâcheté, ses gros smiley en guise de réponse à des questions de fond, ont amplement confirmé tous les propos que nous tenons sur le système idéologique dont il est à la fois le rejeton et l’un des promoteurs actifs.

Et, sur sa propre page, tous les lâches qui montrent leur incompétence en refusant tout débat public avec nous, se comportent comme des hyènes s’acharnant sur un os (bien trop dur pour eux)… car c’est tellement facile, tellement facile d’agresser à distance en refusant le débat qu’on a pourtant offert ici 🙂

Très bien…
Nous allons monter en puissance et, ce qui est certain, c’est qu’ils ne font que reculer l’échéance.
Ce sont les tenants d’une lutte absurde pour la dominance où tous les coups sont permis (ah les belles valeurs du sport), mais où ils se prennent constamment les pieds dans le tapis, aveuglés par leur narcissisme enfantin, leur besoin d’écraser, de rivaliser, de soumettre.

Nous allons les prendre à leur jeu 🙂

NOTA : pour ceux qui n’ont pas suivi, il y a les screens de la « conversation » avec ce monsieur sous l’article « Questions aux préparateurs physiques ».
Il est venu nous attaquer bille en tête, façon kamikaze et nous lui avons proposé un débat de fond, sur des bases scientifiques. Mais, selon lui, c’est « trop facile » de débattre sur le net.
Nous avons répondu que, puisque c’était facile, il pouvait donc nous montrer l’étendue de ses compétences. et il a fui, bottant en touche, et montrant aussi, de par ses confusions, qu’il avait voulu faire illusion sur le sujet de la cybernétique.

On ne lui en aurait pas voulu, s’il n’avait été aussi agressif et soucieux, justement, de faire illusion. La cybernétique a été utilisée pour la première fois par Olivier Lafay, et développée avec ses collaborateurs de LDMT (c’est la base de la Méthode Lafay).
Mais monsieur Morin préfère faire mine de maîtriser, tout en nous traitant de secte. Si si, il a fait ça 🙂
Or, s’il maîtrisait, il aurait compris tout l’intérêt de la démarche de la Méthode Lafay et serait le premier à nous soutenir.
Plutôt que nous traiter de secte, ce qui n’est guère scientifique, vous en conviendrez 🙂

Il est grand temps que la seule manière de s’opposer à nous dont sont capables nos adversaires soit de nous traiter de secte.
Donc, soit vous venez librement démontrer, ici, devant notre public (quelle belle occasion, n’est-ce pas?) que nous sommes une secte gérée par des incompétents en matière de sport, soit nous allons agir pour que ce genre de terminologie (insultes publiques, diffamation) ne soit plus jamais employée à notre égard.

 

QUESTIONS AUX PREPARATEURS PHYSIQUES

Un bon préparateur physique, reconnu, qui brasse de l’argent, n’est-il pas avant tout la personne qui fournit au sportif le bon médecin s’y connaissant en dopage, qui fournit les spécialistes sachant aider à la récupération ainsi que l’accès aux filières de produits dopants?

Un bon préparateur physique n’est-il pas celui qui saura amener le sportif à la blessure, à la douleur à vie, à la dépression, en le contraignant à adopter des techniques destructrices mais génératrices de performance?

Un bon préparateur physique doit-il mépriser la physiologie, l’humain et faire mine de maîtriser la science de l’entraînement, alors qu’il ne fait, en réalité, que du dressage par la douleur et de l’accommodation aux drogues de la performance?

Le sport n’est-il pas devenu finalement, l’apologie de l’auto-destruction au service d’une gloire éphémère?

ABSOLU ET RELATIF en MUSCULATION : où est la vérité?

eugeneCertains disent qu’il n’y a pas de vérité absolue en musculation. Comme ça… de façon légère et pourtant assurée 🙂
Mais est-ce que cette affirmation est une vérité absolue?
Qui peut prétendre déclarer absolument vrai qu’il n’y a pas de vérité absolue en musculation?
Un gourou?
Un ignorant?
Ou un manipulateur?
Il n’y a pas de vérité absolue en physiologie? En biomécanique? En nutrition? Etc.
En fait, il y a des vérités absolues en musculation sur de très nombreux points.
D’autres sont des questions de « choix », mais généralement basés sur une profonde ignorance des mécanismes qui nous déterminent.
La connaissance, quand on la maîtrise, permet de distinguer :
les vérités fondamentales en musculation (absolues) qu’on ne peut contourner sans risque d’échec. Elles sont très nombreuses;
les vérités relatives aux choix du type de musculation. En effet, le choix de faire du powerlifting, du bodybuilding, de l’haltérophilie, du crossfit, entraîne de facto des vérités absolues dans leur contexte (sinon on change de type de musculation), mais relatives dans le sens où cela dépend du but poursuivi;
des valeurs qui chapeautent ces choix. Par exemple, si votre but est de vous préserver, vous devrez tenir compte de certains absolus. Si votre but est de briller en compétition, ou d’être énorme et sec, vous devrez tenir compte d’autres absolus. Vous n’aurez par exemple pas 60 de bras sec au naturel, sans dopage. C’est une vérité ABSOLUE 🙂
Bref, réfléchissez avant de parler d’absolu et de relatif 😉