IDIOCRACY

Publié le Laisser un commentaire

(quand la lutte pour la dominance, et la m√©moire traumatique, impens√©es, germent dans le terreau fertile du net, produisant des imb√©ciles essentiellement occup√©s, au nom de “belles valeurs”, √† niveler par le bas)

Je vis cela tous les jours sur les pages Lafay depuis 13 ans et le ph√©nom√®ne ne fait que prendre de l’ampleur.

Ceux, celles, qui d√©j√†, depuis bien longtemps, avant le net, salissaient, d√©truisaient, rabaissaient, sans jamais apprendre ni cr√©er, soucieux de niveler par le bas, d√©sireux de passer partout le bulldozer de la b√™tise, ont int√©gr√© le fait manifeste qu’ils sont la majorit√©.
Int√©gr√© le fait qu’ils peuvent m√™me, gr√Ęce au net, s’unir, faire pression, √©craser et, au nom des diff√©rences, faire taire la diff√©rence. Faire taire la seule diff√©rence qui importe, et qu’il faudrait d√©velopper : la capacit√© √† prendre du recul, penser, se cultiver, d√©battre et concevoir des possibilit√©s de vivre ensemble qui ne conduisent pas √† la guerre, √† l’auto-destruction, et qui n’annihilent pas l’intelligence.

Le probl√®me, effectivement est que la b√™tise et l’ignorance cherchent √† prendre de la dominance, non pas en s’√©puisant elles-m√™mes, et en devenant autres, en devenant finesse, subtilit√©, intelligence, mais en se camouflant derri√®re des valeurs ultimes cens√©es faire taire toute r√©flexion et tout d√©bat.

Si nous analysons, dans des articles et vid√©os, les probl√®mes li√©s √† la pratique No Pain No Gain, on lit des r√©actions du genre : “Pourquoi vous critiquez toujours la fonte?” ou “pourquoi tant d’intol√©rance?”

Si on demande un d√©bat argument√© √† toute personne venant imposer un avis qui nous semble incorrect, on lit “Vous √™tes contre la libert√© d’expression !”

Si on dit aux gens de suivre s√©rieusement la M√©thode, vu qu’elle a √©t√© pens√©e pour permettre les meilleurs r√©sultats, plut√īt que de faire selon son feeling en associant sans recul tout et n’importe quoi, des gens, trop de gens, s’exclament : “Vous √™tes une secte, des gourous !”

Dans une soci√©t√© abrutie, o√Ļ il est imp√©ratif de ne pas “suivre”, de manifester sa capacit√© √† √™tre une sorte de Dieu, cr√©ant le savoir ex-nihilo, celui qui SUIT ce dogme imb√©cile, et ils sont l√©gions, s’assure ainsi de ne rien apprendre.
Il continuera sa vie durant √† “penser” que ceux qui suivent un enseignement, se cultivent et r√©fl√©chissent sont adeptes de sectes.

Si on dit √† une femme que l’exhibition r√©guli√®re (dans des vid√©os de pole dance) de ses parties intimes, en partie seulement cach√©es par des v√™tements tr√®s “ouverts”, nous choque, on lit : “Vous √™tes racistes, misogynes, et vous ne savez pas contr√īler vos hormones masculines !”
Mais si c’√©tait un homme qui s’exhibait ainsi, il serait qualifi√© de porc…
D√©j√†, ouvrir les cuisses, m√™me habill√©, c’est du “manspreading”…

Etc.

Le net est un puissant vecteur de la maladie mentale, du fascisme (faire taire toute r√©flexion en noyant le d√©bat sous de l’√©motionnel) et de la b√™tise.

Se placer sur le terrain de l’√©motionnel, pour √©chapper √† toute discussion rationnelle, instruite, qui pourrait nous remettre en question, √©tait d√©j√† un classique avant le net.
Mais, actuellement, c’est devenu, gr√Ęce √† la d√©mocratisation √©crasante de la b√™tise permise par les r√©seaux sociaux, une norme de fonctionnement totalement int√©gr√©e par une majorit√©, impens√©e et un mod√®le de soci√©t√© d√©sirable, une id√©ologie pour le pr√©sent et l’avenir.

Constamment, tous les jours, √† toutes les heures, on a droit √† une interaction o√Ļ l’on dit : “Il y a un probl√®me ici que l’on peut analyser ainsi et √©ventuellement r√©soudre, de mani√®re rationnelle.”
Et on lit en retour : “Vous √™tes m√©chants!” (m√©chant √©tant le terme qui recouvre l’homophobie, le refus de la libert√© d’expression, le racisme, la misogynie, le sexisme, etc.).

Qu’est-ce que peut devenir un monde o√Ļ tout d√©bat et toute rationalit√© sont exclus?

Laisser un commentaire