Le poids des corps (l’homme qui faillit tuer un dieu)

Publié le Laisser un commentaire

bdjulien

 

AVERTISSEMENT : la BD que je vous propose ici a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©e par un pratiquant de la mĂ©thode. Elle joue avec les limites, les dĂ©passe mĂŞme souvent. C’est ce qui la rend drĂ´le, dĂ©capante… mais aussi grinçante.
Julien Lauber (le dessinateur et scĂ©nariste) a fondĂ© ce pur dĂ©lire sur un des aspects de la “lĂ©gende Lafay”, c’est-Ă  dire sur les rumeurs que ceux qui veulent nuire Ă  mon travail et ma personne font courir depuis de nombreuses annĂ©es.
Dans leurs fantasmes, je suis un dictateur implacable qui “dominerait et censurerait le net” (eh oui, rien que ça). Une vidĂ©o a mĂŞme tournĂ© sur youtube oĂą j’Ă©tais directement assimilĂ© Ă  Hitler (j’Ă©tais Hitler).

Ces attaques viennent (Ă©videmment) de fervents supporters et commerçants du petit milieu de la musculation traditionnelle. Ce microcosme “anti-Lafay” se reconnaĂ®t par son environnement aisĂ©ment identifiable : les gros muscles avant tout, le culte des haltères (qui rendent, selon eux, plus “viril” que les pompes) et le commerce de poudres de perlimpinpin et autres gadjets.

Ceux qui s’intĂ©ressent de près Ă  la MĂ©thode savent donc que j’ai Ă©tĂ© traitĂ© de tous les noms, traĂ®nĂ© dans la boue, diffamĂ© (de 2004 Ă  aujourd’hui, car cela continue… tous les jours). Les attaques contre mes livres ont fini par s’essouffler face aux rĂ©sultats incontestables des pratiquants. On est alors entrĂ© dans la phase suivante (toujours d’actualitĂ©) oĂą je suis dĂ©crit comme un dictateur/ dirigeant de secte… et oĂą les centaines de milliers de pratiquants sont prĂ©sentĂ©s comme des moutons dĂ©biles.
Le message en filigrane est fort simple Ă  comprendre : Olivier Lafay est le Diable. Vous n’achèteriez pas un livre du Diable en personne, quand mĂŞme?

C’est tout Ă  fait logique, quand on y pense, puisque ma place de n°1 du sport en France depuis huit ans bientĂ´t ne peut selon eux s’expliquer par la valeur de mon travail et l’intĂ©rĂŞt public de ma conception de la musculation. Ayant une vision diamĂ©tralement opposĂ©e, et des intĂ©rĂŞts en concurrence avec moi, ces dĂ©tracteurs sont forcĂ©s de trouver une “explication” qui satisfasse Ă  la fois leur orgueil, leurs croyances et leurs intĂ©rĂŞts commerciaux.

Donc, ma place de n°1, la reconnaissance publique de mon travail, ne peuvent s’expliquer que par un “complot Lafay”, organisĂ© par des services occultes qui manipulent des pratiquants naĂŻfs et endoctrinĂ©s. Il faut alors imaginer les 90% de pratiquants qui ne viennent jamais sur le net, ou très rarement, manipulĂ©s par une mĂ©canique occulte extrĂŞmement puissante, pour saisir toute la saveur de ces rumeurs.

Ces dĂ©lires hallucinatoires Ă  mon sujet, qui fantasment Ă  la fois sur ma toute puissance et mon incompĂ©tence (vous avez dit paradoxe?), sont d’autant plus drĂ´les qu’ils viennent d’un millieu très sectaire, repliĂ© sur ses “fondamentaux” naĂŻfs. Cela a inspirĂ© un dessinateur pratiquant de la MĂ©thode qui a “poussĂ© le bouchon” encore plus loin. Il est allĂ© jusqu’au bout de cette logique en inventant un monde dont je suis le maĂ®tre absolu, et oĂą des “haltère-mondialistes” luttent contre mon oppression.

Avant de lire (de savourer), notez simplement que, si je suis responsable d’avoir transmis Ă  un large public cette crĂ©ation, c’est bien Julien qui est responsable des textes et dessins, et donc de son imaginaire. Je n’ai fait que prĂ©senter la BD en donnant le contexte Ă  ceux qui ne le connaissent pas. Car, sans le contexte, la BD devient incomprĂ©hensible.
Ne cherchez cependant pas une morale ou un message, il n’y a en a, Ă  mon avis, pas. C’est juste un dĂ©lire basĂ© sur un dĂ©lire, qui passe par un humour provocateur Ă  l’extrĂŞme.

Ci-dessous, la version la plus lisible (mais sans gifs animés).
Pensez Ă  cliquer sur l’icĂ´ne “plein Ă©cran”.

http://www.manolosanctis.com/album/4751/embed/

Cliquez ici pour accéder à une version un peu moins lisible (mais intégrant des dessins animés très amusants)

Cliquez ici pour accĂ©der au blog de l’auteur de cette BD

Laisser un commentaire