SPARTIATES? PRIMATES !

Publié le Laisser un commentaire

 

Il n’y a pas plus mouton que celui qui veut rĂ©soudre tout problème par la violence. Car c’est ce qui a Ă©tĂ© enseignĂ© et promu depuis qu’existe la stratification sociale (la hiĂ©rarchie au service de puissants). C’est une stagnation comportementale qui nous rapproche du chimpanzĂ©

Par contre, user de son intelligence pour s’informer, dĂ©battre et trouver des compromis, ou une hiĂ©rarchie dans le rapport liĂ©e au savoir, ou Ă  l’amour, sans violence donc, est beaucoup plus rare. Cela demande d’utiliser des parties de son cerveau qui sont spĂ©cifiquement humaines (zone orbito-frontale).
C’est donc de ce cĂ´tĂ© que se trouve le progrès humain. C’est donc lĂ  que devrait ĂŞtre encouragĂ©e l’Ă©volution. C’est ça l’humanisme. Humaniser l’homme ne se fait pas avec ses petits poings…

Souvent, quand nous tentons de dĂ©battre avec des dĂ©tracteurs, lorsque ceux-ci perdent sur le terrain du savoir et de l’intelligence, ils exigent une confrontation physique.
Il y a bien entendu la croyance que, ayant perdu sur le terrain intellectuel, ils pourraient gagner sur le terrain du combat physique (ce qui exprime leur mĂ©pris de l’intelligence).
Mais il y a aussi cette croyance profondément ancrée que la vérité se trouve du côté de la force brutale. Le pouvoir exerçant une pression physique serait le siège de la bonne croyance. De la vérité.

Les spartiates Ă©taient autant destructeurs que soumis.
Ils exerçaient la force au service de la vérité du moment (celle du pouvoir les soumettant).
Ce n’Ă©tait en aucun cas des hommes libres.

Evoluer, c’est passer d’un mode d’ĂŞtre liĂ© Ă  la stratification sociale, oĂą des moutons se pensent des aigles parce qu’ils ne veulent pas rĂ©flĂ©chir, mais juste cogner… Ă  un mode d’ĂŞtre sybernĂ©tique, oĂą la violence que l’on ressent en soi est dĂ©chargĂ©e habilement, et oĂą les sports de combat et arts martiaux, et musculation, sont utilisĂ©s non plus comme moyens d’avoir le dessus en cas de conflit, mais comme rĂ©gulateurs-constructeurs d’une personnalitĂ© apaisĂ©e et Ă©panouie.

Laisser un commentaire