Thomas Dalla Costa, de 65 à 90 kgs pour 1m86

MISE A JOUR IMPORTANTE :

Depuis le 4 août 2018, le nouvel ouvrage de la Méthode Lafay est disponible en précommandes ici:

https://igg.me/at/sybernetics

Plus d’informations dans l’article dédié :

SYBERNETICS: PRECOMMANDES OUVERTES !

 

Je m’appelle Thomas,j’ai 20 ans,je mesure 1m86 pour 83kg (actuellement). Je suis monté jusqu’à 90 kgs en prise de masse (photo ci-dessous).

thomas dalla costa2

Je me situe dans le Gard plus précisément à St Christol les Alès. J’ai commencé la musculation en Février 2012 SERIEUSEMENT (training et nutrition) .

Jusqu’en 2011, je faisais quelques abdos et quelques pompes (en séries), puis j’ai fait 3 mois en salle en 2012 mais avec une alimentation pas très équilibrée et un entrainement non suivi. Mon passé sportif est assez conséquent, j’ai toujours adoré le sport. Pour moi, c’est un mode de vie, une passion. Quand je fais pas de sport, je déprime ! (Tennis de table 9 ans), VTT (2 ans) course a pied (1fois/semaine), moto cross, etc…

En 2012, j’ai commencé la musculation. Je suis vraiment parti de loin. J’étais extrêmement maigre (1m85 pour 66kg) mais j’avais un avantage par rapport aux autres : j’étais extrêmement motivé et j’adorais me retrouver en salle pour m’entraîner. Malgré mon manque de connaissances, les résultats sont assez vite arrivés, car comme j’étais quelqu’un d’assez gourmand, j’étais en permanence en excès calorique. Du coup, je donnais suffisamment à mes muscles de quoi se développer. Je mangeais beaucoup mais pas ce qu’il fallait.

thomasdalla

Thomas avant, à 65kg.

En janvier 2012, je me suis regardé dans le miroir et je me suis demandé pourquoi je faisais de la musculation. Je n’étais pas satisfait, je voulais encore beaucoup plus… Mon physique était assez musclé mais j’étais toujours maigre à mon goût et j’avais toujours autant honte de me mettre torse nu… Mes abdos n’étaient pas bien visibles. Je me suis dit que quelque chose n’allait pas du tout dans mon hygiène de vie; j’ai donc commencé à rechercher des infos où j’ai pu, et j’ai petit à petit appris des connaissances dans le monde de la musculation (nutrition, entrainement, récupération etc..). Puis en m’informant encore et encore je suis tombé sur le livre ‘’ la Méthode lafay ‘’ je l’ai donc testée.

Et là, gros choc ! Mon physique se transformait de mois en mois avec une alimentation adaptée bien sûr… Je ne cessais de progresser et de me muscler tout en me faisant plaisir.

Au début, niveau performances, j’étais plus bas que terre, je ne passais pas une traction, je faisais peut-être 15 pompes maximum en me tortillant comme un lézard et pas un dips ! Donc j’avais du boulot mais ça ne me faisait pas peur car j’avais une motivation hors du commun et un mental d’acier. Ma phrase fétiche ->Never give up.

Au début, quand j’ai commencé dans le monde de la musculation, ma phrase était NO pain No gain. Mais je l’ai vite retirée de ma tête : j’ai pu progresser, et même davantage, en m’entraînant intelligemment et sans passer mon temps à forcer.

Je suis actuellement au niveau 3 (3ème boucle depuis que j’ai commencé la Méthode) car mes performances ne sont pas terribles et j’ai peut-être passé trop vite les niveaux, donc je reste beaucoup plus longtemps sur les niveaux là… et bien jusqu’à la stagnation psychologique ET physique ! ( environ 2 à 3 mois). Et je veux prouver que même avec une méthode en poids de corps, on peut se forger un physique bien musclé et endurant et ce, grâce à toi Olivier, que je remercie.

Avant de commencer la méthode, j’avais une revanche à prendre sur moi-même. C’est compliqué à expliquer mais bon… En fait pendant mon adolescence, jusqu’à 14 ans, je ne mangeais que des conneries et mon corps était une ‘’poubelle’’. Donc je me suis pris en main progressivement, j’ai appris à prendre de bonnes habitudes et d’année en année, je me suis construit une diète.

thomas dalla costa4

Pour bien comprendre comment je vois les choses du côté de l’alimentation, il faut comprendre une chose. Chaque aliment que je mets dans mon assiette à  un but bien précis. Je ne mange pas parce que j’ai faim, mais parce que mon corps en a besoin pour se développer. Au fil de mes recherches durant mes premières années d’entrainement, j’ai souvent été exposé à un problème. Je me disais que le régime alimentaire qui allait avec la musculation était quelque chose de très difficile à suivre et que je n’arriverais pas à le suivre très longtemps car je n’aurais rapidement plus de vie sociale, mais j’ai bien appris à manger sainement sans me priver !

Au début, je parcourrais les forums de musculation dans l’espoir de trouver les secrets pour être sec et musclé, chose que je n’ai jamais trouvée. Par la suite, j’ai pris le problème dans l’autre sens. Je me suis penché sur les plus beaux pratiquants de la méthode LAFAY. J’ai lu leurs blogs, leurs articles, décomposé leurs diètes et regardé des heures et des heures de vidéo de leurs trainings. J’ai souhaité en parler avec d’autres passionnés sur les forums et j’en apprenais chaque jour ! Après avoir bien assimilé leurs modes de vie, j’ai décidé de vérifier par moi même en testant la Méthode. Très rapidement, mon corps a commencé à se transformer. Des détails sont apparus un peu sur tous mes muscles : mes abdominaux commençaient à apparaître pour la première fois de ma vie. Je me suis tenu à cette fameuse Méthode car j’avais un plaisir fou à m’entraîner. Je progressais très bien et je mangeais équilibré donc tout était nickel !

Je voulais à tout prix changer car à l’époque, tout au long de mon enfance, beaucoup de mes potes se moquaient de moi car j’étais très mince et presque anorexique. Donc je me suis pris en main et comme j’avais une motivation sans faille, j’ai fait mon bout de chemin, et petit à petit j’ai avancé et je suis arrivé à un physique ‘’ qui me correspond’’ on va dire . Mes résultats sont un genre de vengeance contre ces gens qui m’ont critiqué car, quand ils me revoient, ils sont presque bouche bée. Donc pour moi je pense que tout le monde peut changer, il faut juste s’en donner les moyens et se faire un minimum mal côté entrainement (mais vraiment le minimum possible) et alimentation puis s’y tenir !

Quand je me regarde dans le miroir, je me dis que j’ai pris la bonne voie et que toutes ces séances passées avec la Méthode m’ont fait un bien fou, que ce soit coté sportif et SANTE car la Méthode n’est pas juste de la musculation pour moi. Cette Méthode est un mode de vie, une passion, un art de vivre et tout ça se résume juste à encore remercier Olivier pour cette mine d’or je dirais.

thomasdallacosta

Pour parler Du No pain No gain, quand j’ai commencé la musculation ‘en 2011, j’étais comme la plupart des pratiquants. Je faisais des pompes tous les jours et comme étant non efficient, je me disais que, plus j’en ferais, plus je prendrais de la masse… GROSSE erreur ! J’ai fait ça pendant 1 ou 2 mois et j’ai plus tenu le coup (baisse de progression, baisse de performance etc… J’ai appris ce que c’était l’efficience et depuis un bon moment je l’ai adoptée !

Pour ceux qui n’ont pas encore compris ce qu’est cette notion d’efficience mise au point par Olivier Lafay, je vais le citer :

L’efficience, telle que je l’ai définie, consiste à progresser de manière harmonieuse, avec un maximum d’aisance, en dépensant un minimum d’énergie. Il s’agit de devenir stratège de votre développement, d’être souple, de ne pas chercher à “tout donner”, jusqu’à l’épuisement, à chaque entraînement. Etre un habile stratège, c’est produire à chaque instant l’action ou la non-action adaptée, base d’un entraînement qui soit à la fois efficace et efficient. Comprendre l’efficience permet de devenir un bon stratège. Autrement dit, l’entraînement devient efficient parce qu’on a su développer son potentiel de stratège, après avoir compris ce qu’était l’efficience.

La stratégie, c’est l’ensemble des opérations réalisées dans la recherche d’une victoire à moindre coût. La stratégie, c’est la recherche du chemin de moindre résistance. Il s’agit de savoir réaliser de petites adaptations qui engendreront de grands effets, de faire de petits changements qui engendreront de grands changements. Il s’agit aussi de savoir quand ne pas agir… Lorsque vous prenez du recul pour observer la situation afin d’y effectuer de petits changements générateurs de progrès continus, sans trop d’efforts, vous devenez efficients. Vous créez le recul stratégique. La Méthode promeut, de par sa philosophie et son fonctionnement pratique, une progression ne causant pas une formidable déperdition d’énergie (physique et psychique).

L’affrontement constant avec soi-même (la compétition permanente avec soi-même) est épuisante, énergivore et chronophage. Si vous privilégiez le « no pain no gain », alors vous allez passer du temps à vous entraîner et du temps à y penser (perte d’énergie psychique). Vous allez certainement passer beaucoup de temps à récupérer des dommages physiques et psychologiques que vous vous imposerez… La rage (et le désespoir) de ne pas réussir est une consommation d’énergie… Vous serez peut-être même obligé de vous doper (accélération de la récupération) pour constater des gains satisfaisants.

Cette focalisation aliénante sur le muscle est un frein, ou même un obstacle radical, à votre épanouissement global, car l’énergie que vous lui dédiez n’est évidemment pas utilisable ailleurs.

Subordonner la construction du corps à la construction de soi, c’est comprendre qu’il faut réserver son énergie pour l’utiliser au mieux dans l’optique d’un développement qui ne saurait se résumer à un gros tour de bras (ou à des performances exceptionnelles)… “

Personnellement, la prochaine étape c’est de continuer la méthode bien sûr, de manger sainement , rester NATUREL bien évidemment , PRESERVER MA SANTE , me faire plaisir en m’entraînant et continuer à avoir une vie sociale agréable, continuer mon hygiène de vie que j’ai et qui me va très bien.. ET continuer à apprendre de jour en jour de ma passion LA NUTRITION, QUI CELLE-CI EVOLUE D’ANNEE EN ANNEE. Donc voila, moi je suis de quelqu’un de très large d’esprit , quelqu’un de naturel et je me sens bien comme je suis, puis je suis heureux avec ce que j’ai.

thomas dalla costa1

Avec le recul, j’ai vraiment pris en compte le fait de pouvoir apprendre des choses extraordinaires dans le monde de la musculation et j’en apprends encore de jour en jour. Tout ça pour dire que je me sens beaucoup mieux qu’avant car la connaissance que j’avais aujourd’hui, je ne l’avais pas quand j’étais plus jeune donc grâce à l’évolution d’aujourd’hui, je continue encore à progresser et c’est ça qui est génial. Et j’aime faire part de mes connaissances que j’ai et également en recevoir car on a n’a jamais assez.

Concernant mon physique, mon objectif est d’être encore plus massif sans être énorme.. J’ai quand même pris 19 kg depuis que j’ai commencé mais je voudrais quand même garder un physique assez athlétique. J’aimerais monter vers les 90 kg assez sec, ça m’irait bien. Je vais tout faire pour !

Mon objectif sportif est d’atteindre un mode 25 à la triade (ampli complète), faire 30 tractions complètes et 70 dips en une série, devenir encore plus endurant, tout en conservant une bonne masse musculaire. Car même si j’ai un physique pas mal, je n’ai pas des modes exceptionnels (J’ai validé un mode 20 au niveau 4 à la triade, ce qui est loin d’être énorme !). Mais comme je suis parti de rien, j’ai quand même passé un TRES gros cap !

Voila je voulais encore te remercier Olivier pour ton livre et ta disponibilité envers moi. Tu es un mec en or et ça, personne ne te le changera !

Content Protection by DMCA.com

Répéter jusqu’à en mourir

Freud parle de “compulsion de répétition”, Levine parle de “remise en actes”, Watzlawick parle de “toujours plus de la même chose”. On pourrait également citer Karli, Lipton, Selye, Rossi, etc, qui tous ont abordé ce sujet à leur manière.

Il s’agit de notre tendance à vouloir répéter une situation (où nous avons été mis en difficulté) aussi souvent que possible, en espérant, au final, gagner.

C’est un processus inconscient, qui s’appuie sur des racines animales profondes.

 

Le savoir permet de chercher d’autres voies.
Ne pas le savoir, c’est s’agenouiller, s’humilier en pensant combattre : revenir sans cesse sur une confrontation où l’on a été vaincu, en espérant remporter, au final, l’affaire. Tout cela en faisant dans la surenchère à chaque fois, en se disant que si la stratégie a échoué jusque là, c’est que l’on n’en a pas assez fait. Incapable de se dire que, si l’on a échoué, c’est uniquement parce que la stratégie est mauvaise.
Mais ceux qui sont pris dans cet engrenage ne le peuvent, car leur horizon limité (manque de recul critique) ne leur permet que cette stratégie.

C’est donc un serpent qui se mord la queue de plus en plus fort…

C’est la mouche qui bute sans cesse contre la vitre, alors qu’un léger vol latéral de quelques cm lui permettrait d’envisager la sortie, là où la fenêtre est légèrement ouverte.

L’image est donc celle d’un cercle infernal dont il faut sortir, et cela se fait en étant créatif, ouvert, en réfléchissant à nos conditionnements.

 

Mes articles de fond sur le blog ont pour objet d’apporter des éléments permettant de dépasser ces situations. Car sortir d’un cercle infernal, c’est pouvoir progresser de manière générale, et pas seulement en musculation. Cela évitera ainsi la monomanie (type bodybuilding obsessionnel) et le dopage (qui est l’outil “salvateur” de ceux qui butent sur un mur, de manière répétitive, en pensant qu’il est physiologique, alors que c’est bien plus que ça). Cela évitera les blessures à répétition, les agressions haineuses compulsives qui rendent esclave de celui que l’on hait et qui étouffent la créativité.

Quand un problème se pose en musculation, l’erreur est de chercher sa solution uniquement dans le domaine spécifique de la musculation.

Content Protection by DMCA.com