Le Mythe Végétarien

Cette vidéo va faire polémique, c’est certain.
Je propose de mettre les propos tenus en perspective de la façon suivante :
Cette femme s’est engagée très activement dans une forme particulière d’alimentation durant 20 ans.
Elle a donc mis 20 ans à accepter de s’être fourvoyée, de s’être engagée sur un mauvais chemin (c’est son discours, pas le mien).
Mais que fait-elle ensuite?
Elle se met à prôner un mode d’alimentation diamétralement inverse à celui qu’elle a défendu durant deux décennies.

Autrement dit, c’est un virage à 180° en ce qui concerne l’alimentation : elle est passée de la condamnation de la viande à la défense absolue du mode d’alimentation carné.
Idéologiquement, c’est un virage à… 360°.
En fait, elle reste une idéaliste dont la raison est gouvernée par son besoin impératif de « sauver le monde ».

Elle n’a pas beaucoup changé sur le fond. En mauvaise santé à cause de ses choix alimentaires durant 20 ans, elle remet peu en cause son propre fonctionnement, préférant trouver une nouvelle « religion ».
D’où sa vision monolithique de l’agriculture (qui devient l’ennemie), du soja, et son adhésion sans recul à un nouveau mythe : le mythe paléo.
Si elle continue à évoluer ainsi, on peut espérer une troisième étape dans son approche de la nourriture et du monde, une étape où son rapport sera moins emballé, moins exclusif, plus nuancé, plus « complexe » (comme le dirait Edgar Morin).

« La réalité se manifeste là où nous échouons. »
(Paul Watzlawick)

L’urgence de « changer le monde », de le « sauver », afin de donner un sens à sa vie, peut nous condamner à porter des oeillères, ce qui condamne finalement tout véritable changement.

Olivier Lafay

Ps : si vous partagez cette vidéo, pensez à copier-coller le texte ci-dessus lors de votre partage, sinon il n’apparaîtra pas.
Pps : si vous voulez en savoir davantage sur les relations entre alimentation et identité (image de soi), j’ai écrit un chapitre entier sur le sujet dans le livre « Méthode de nutrition« .

Content Protection by DMCA.com

MUSCULATION , CROSSFIT , BODYBUILDING , VÉGANISME ET AUTRES VÉRITÉS : QUI A RAISON ?

12565368_10153871087186064_7602833103237028962_n

 

Peut-on dire que toutes les opinions se valent?
Ou existe-t-il des opinions plus vraies que d’autres?

Le vegan a-t-il une conception supérieure du lien aux animaux ou une simple opinion divergente, mais égale à bien d’autres?
Le sport « No Pain No Gain » vaut-il le sport pratiqué « en douceur »?
Lui est-il supérieur? Inférieur?

Où est la Vérité?

°

°

– Pour commencer, deux petites définitions –

La réalité de premier ordre = le consensus scientifique + les constatations irréductibles (tomber du haut d’une falaise, par exemple, on en meurt).

La réalité de second ordre = l’interprétation qu’on fait de la réalité de premier ordre.
Ce sont nos croyances sur ce qu’est le monde, les autres, soi-même.
Ces croyances peuvent être plus ou moins fondées.

On peut dire que la réalité de premier ordre fait l’objet d’un consensus, à condition d’être au fait des découvertes scientifiques; ce qui nécessite un minimum de volonté de savoir (d’apprendre).
Cela nécessite aussi de ne pas avoir sombré dans la psychose ou d’autres formes de folie dangereuse (quand on pense, par exemple, pouvoir défier Newton en sautant du haut d’une falaise de cinquante mètres et survivre grâce aux pouvoirs légués par le grand esprit qu’on a prié juste avant).

La réalité de second ordre est celle des visions du monde, des interprétations, des conceptions qu’on se fait de la réalité de premier ordre.
Si le premier ordre était l’objectivité, le second serait la subjectivité.

Le premier problème que nous rencontrons, en réfléchissant un peu est celui-ci : nous avons tous tendance à confondre les deux réalités, à prendre nos réalités pour LA réalité, à prendre nos vessies pour des lanternes, et à les considérer ensuite comme absolues (non négociables).

C’est pour ça qu’il faut examiner ce qu’est une « vision du monde » (une « vérité ») et se demander pourquoi et comment toutes les visions du monde (les opinions) ne se valent pas.

Car, en fait, elles ne se valent pas…

– – – – – – – – – – – – – – – — – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

On peut toujours dire que l’opinion d’un ignorant vaut bien celle d’un savant.
Mais cet avis ne pourra être autre que contextuel (dépendant d’un contexte connu ou inconnu, défini ou à définir).
Celui qui relativise ainsi le savoir du savant doit savoir se relativiser lui-même.

Car la « vérité » est toujours contextuelle.

La vérité du savant dépend d’un contexte, et ce contexte est fait de :
– la culture de son époque (qui l’a façonné);
– ses relations (qui l’ont façonné);
– ses croyances (mixte entre culture et expérience);
– son apprentissage (relatif à une époque).

Boris Cyrulnik nous raconte que, à la fin des années 1950, en fac de médecine, on apprenait aux étudiants qu’un pervers était une personne qui avait des relations sexuelles anormales, dont les relations sexuelles hors-mariage.
La définition scientifique de la norme et de la sexualité, était liée autant à la culture de cette époque qu’aux savoirs scientifiques à disposition (les uns façonnant l’autre, et vice versa).
La norme a évolué et peut-on dire qu’on compte des millions de pervers en France à notre époque, puisque les relations sexuelles hors-mariage sont devenues « normales »?

On voit bien que la « vérité » est contextuelle. Mais il ne suffit pas de dire que toutes les opinions se valent, en s’appuyant, consciemment ou non, sur l’idée que les contextes sont en évolution constante, pour se gratifier lors d’une confrontation d’idées (pour avoir le sentiment de victoire).
En effet, l’exemple de Boris Cyrulnik nous montre bien que celui qui se cultive bénéficie d’un avantage certain : sa vérité est plus largement contextualisée. Il essaie de mieux se comprendre, de mieux comprendre l’autre, de mieux comprendre son époque, l’évolution du monde (ici, on voit que sa vision de la sexualité sera nécessairement plus riche, plus souple).
Il garde plus aisément le contrôle, puisque ses propos contiennent moins d’erreurs. Ce qui lui permet de gérer l’inhibition de l’action (et donc de moins courir le risque d’être malade).
En cherchant la bonne compréhension (du monde, des autres, de soi), il veille ainsi à la qualité de ses relations, ce qui a un impact considérable sur sa santé et son plaisir de vivre.
Il peut également s’avérer très créatif, puisqu’il dispose d’une base de savoirs élargie, lui permettant d’inventer de quoi se gratifier et même de quoi faire évoluer le monde.

L’exemple de Boris Cyrulnik nous montre qu’un simple recul sur le sens des mots peut nous apporter une vision moins superficielle du monde.
Et, comme l’a démontré Hannah Arendt, la superficialité, qu’on soit ou non instruit, est la cause essentielle de la « banalité du mal ».
Le mal qu’on se fait à soi, le mal qu’on fait aux autres.

A quoi cela sert de se plaindre du monde, si on n’est pas en mesure de comprendre pourquoi il est tel qu’il est et de se mettre en mesure de le changer?
A quoi cela sert de vivre si on est persuadé que ce sera une vie de souffrance? Si rien n’a de sens?
Hannah Arendt nous montre que la culture est la solution (des savoirs multiples que l’on pense, met en relation, tout en se pensant soi-même). Le recul critique, basé sur des savoirs larges, est la solution.

N’est-ce pas stupide de passer à côté?

En rattachant la notion de vérité à celle d’épanouissement, on saisit bien que cela mérite qu’on s’y penche, qu’on devrait peut-être s’attacher à être moins ignorant, qu’on devrait accorder davantage de prix à la culture.
Creusons maintenant la notion de vérité.

Quelqu’un d’instruit, de cultivé, prononce une vérité relative, tout comme un ignorant, mais cette vérité est construite sur une base multiple, où de nombreux savoirs, de nombreuses idées, se sont vus confrontés.
Il bénéficie donc d’un contexte plus riche, plus large, que celui de l’ignorant.
Dans le contexte d’une époque et de savoirs existants, ce qu’il dit sera donc plus vrai.
La vérité qui pourrait l’arranger (lui donner un pouvoir) est tempérée par la vérité de multiples savoirs à sa disposition.
Plus il est cultivé, donc, plus il est « libre » dans ses jugements (plus lucide, plus honnête). Plus il peut être nuancé, également.

L’ignorant base aussi sa vérité sur la culture qui l’a façonné, ainsi que ses relations (son éducation). Mais il lui manque les savoirs qui vont lui permettre de relativiser, modifier, améliorer ses croyances.
Il n’a pas confronté son idée de la vérité à d’autres vérités. Et, quand il se trouve face à quelqu’un qui en sait davantage que lui, il peut le nier (le rejeter sans l’écouter) pour éviter d’avoir à remettre en question ses propres croyances.
L’ignorant déclare alors que son opinion vaut celles des autres.
Il fait de ses croyances un savoir, car il confond les deux. Il a cessé d’apprendre et ne veut pas se confronter à l’incertitude.
Le contexte de sa « vérité » est donc très étroit, beaucoup plus étroit que le contexte de celui qui est plus cultivé.

Donc :
1 – On peut être ignorant sans être instruit (contexte très étroit).
2 – Mais on peut être instruit et ignorant (lorsqu’on n’arrive pas à relativiser ses propres connaissances, lorsqu’on ne sait pas en douter, où chercher à les compléter). C’est un contexte étroit.
3 – On peut être moyennement instruit et cultivé. Cela signifie qu’on est apte à remettre en question ses certitudes. Une personne cultivée (qui a appris à prendre du recul sur soi, les autres, le monde) est toujours en disposition d’apprendre. Elle aime faire évoluer sa vision de la vérité. C’est un contexte plus ou moins large.
4 – on peut être instruit et cultivé. A ce niveau, on peut mettre en lien de nombreuses connaissances et faire évoluer souplement notre vision de la vérité. C’est un contexte très large.

Comprendre que ces 4 niveaux existent, c’est comprendre que toutes les opinions ne se valent pas.

La personne instruite et cultivée prononce un jugement qui se trouve à la croisée de multiples savoirs, même si ce jugement est en partie façonné par ses intérêts, ses projets.
L’égo, la volonté de dominance, ne quittent pas le jugement, mais sont tempérés.

La personne ignorante juge selon les valeurs dominantes d’une époque, les vérités superficielles qui courent entre les gens et dans les médias, puisque cette personne ignorante n’a pas appris à remettre en question ce qui lui paraît comme des évidences.
Pour l’ignorant, qu’il soit instruit ou non, le monde s’arrête là où il a cessé de le penser.
Pour l’ignorant, ce qu’il dit « va de soi »…

Le jugement de l’ignorant est un mixte d’opinions auxquelles il n’a jamais réfléchi et de sa volonté de dominance (à laquelle il n’a jamais réfléchi puisqu’il ne sait pas comment il fonctionne).

Il ne s’agit donc (surtout) pas de s’arrêter à dire : « chacun sa vérité ».
Il s’agit de chercher à comprendre comment chacun (et donc soi-même) construit sa vérité. Il s’agit de comprendre comment les vérités des uns et des autres peuvent se mettre en lien, se concurrencer, se hiérarchiser.

La vérité la plus communément admise n’est pas, généralement, la vérité la plus aboutie. Car cette vérité est le plus souvent celle du pouvoir, c’est la vérité que le pouvoir a imposée à tous, pour son propre intérêt.

Dans chaque interaction entre deux individus (entre deux opinions sur la vérité), chacun devrait pouvoir se mettre en condition de :
– se demander où veut l’emmener sa propre volonté de dominance (et comment);
– se poser des questions sur le contexte qui l’a amené à émettre ce qu’il pense être la vérité;
– se poser des questions sur le contexte qui amène son interlocuteur à dire SA vérité.

Bref, chacun devrait être capable de dire d’où il parle, et de chercher à savoir d’où l’autre parle.

Et un moyen simple d’évaluer le niveau d’adhérence d’une personne à ses croyances et à sa volonté de dominance est son refus de dire d’où il parle; et AUSSI son refus d’accepter la position de l’autre (celle qui constitue le contexte de son jugement).
L’ignorant est au fond conscient de ce que l’ignorance ne vaut pas le savoir. Puisqu’il refuse de considérer que son opinion puisse être peu ou mal fondée, voire infondée.
Et il refuse d’accepter d’où l’autre parle (c’est-à-dire le contexte qui conduit l’autre à parler comme il parle, qui peut être un contexte fait de nombreux savoirs).

Le véritable ignorant nie l’autre. Il ne fait pas que le rejeter, il oppose à l’autre un déni formel : « tu n’existes que comme obstacle, pas comme personne. »
L’ignorant instruit rejette mais ne nie pas l’autre. Il va devoir composer avec la personne qui lui fait face pour tenter de la dominer.
La personne cultivée essaie de prendre en elle-même (littéralement : comprendre) le contexte de l’autre. Si elle le domine, elle le fera sur la base d’une reconnaissance de ce qu’est l’autre : son parcours, ses croyances, ses savoirs, ses affects, etc.

Ainsi, en présence de « vérités » qui s’entrechoquent, il faut savoir agir, comme le disait Léonard de Vinci, avec une rigueur obstinée (ostinato rigore) afin d’examiner les contextes, de savoir les articuler, les relativiser, les hiérarchiser…
Tout en modérant ses velléités de dominance, ou tout du moins en les transférant dans une volonté toujours renouvelée de progresser (d’apprendre). Plutôt que de chercher absolument à dominer l’autre, celui dont la « vérité » est différente, il s’agit d’utiliser cette énergie de dominance pour évoluer : la volonté de vaincre décide alors d’utiliser le savoir pour parvenir à ses fins. En voulant dominer l’autre, je me cultive. Et plus je me cultive, plus je sais relativiser, modérer, mon aspiration à la dominance.

Olivier Lafay

°

°
Références bibliographiques :
Paul Watzlawick
La réalité de la réalité
L’invention de la réalité
Les cheveux du baron de Munchausen
Hannah Arendt
Considérations morales
Jugement et responsabilité
La banalité du mal
Henri Laborit
Eloge de la fuite
La légende des comportements
La nouvelle grille
Jean-Louis Le Moigne
Le constructivisme (3 tomes)
Edgar Morin
La Méthode (6 tomes)
Jean-Marc Fert
Apprendre à penser complexe (2 tomes)

Content Protection by DMCA.com

L.D.M.T.

L.D.M.T.

 

Par le texte suivant, j’officialise l’existence de L.D.M.T.
Mais qu’est-ce donc que cette naissance? Et pourquoi?

L.D.M.T. est une entreprise regroupant 15 personnes passionnées par l’Univers Lafay et qui ont décidé de l’agrandir et de le renforcer en y investissant du temps, de l’énergie et de l’intelligence.

L.D.M.T. signifie La Douceur Mène à Tout. Comme ça, le décor, l’ambiance, le projet, y sont posés.

L.D.M.T. est une première dans le monde du sport. Pourquoi? Parce qu’il ne s’agit pas d’un regroupement d’opportunistes motivés par le seul gain financier, mais bien plutôt d’une association de personnes passionnées par les valeurs et l’approche innovantes que j’ai élaborées et mises à votre disposition. C’est une collectivité au fonctionnement hétérarchique, une symbiose, un pluri-organisme motivé avant tout par l’envie de porter des valeurs jusqu’au point où elles transformeront vraiment la vie des gens. En bien…
Le profit n’est pas la motivation première, l’exploitation prédatrice d’un public, d’un marché, n’est pas la motivation première.
De même, dans sa structure, il ne s’agit pas d’une entreprise classique.

C’est pour cela qu’on ne parle pas chez nous de directeur marketing, de community manager ou de responsable communication. C’est pour ça qu’une part non négligeable de cette collectivité est constituée de professionnels de santé, venus de divers horizons thérapeutiques. L’idée est de tout mettre en oeuvre pour permettre aux pratiquants de croître et durer.

L.D.M.T. comporte donc en son sein un médecin du sport, spécialiste de médecine mécanique, un hypnothérapeute et un étudiant en 6e année de médecine avec Master 1 de biologie orienté sur l’épigénétique.
Mais L.D.M.T. comporte également un préparateur physique, un ingénieur captivé par la cybernétique, deux avocats et quelques personnes que vous connaissez déjà comme étant des piliers de l’Univers Lafay.

L.D.M.T. est une entreprise soucieuse d’écosystémique et dont le comportement sera éco-citoyen avec une constante en ligne de mire : l’humain plutôt que le seul profit.
Vous le constaterez bientôt avec la manière dont nos projets vont être diffusés et rentabilisés.
Vous l’avez déjà constaté avec la manière dont j’ai moi-même développé mon projet lorsque j’étais encore seul : la gratuité surtout, l’investissement affectif, la proximité réelle, la quête constante de la dignité pour tous.

Bien entendu, toutes ces personnes ne peuvent vivre pour le moment de l’entreprise L.D.M.T. Certaines ne désirent d’ailleurs pas en vivre : elles ont déjà un métier gratifiant et rémunérateur.
Pour les autres, leur éventuelle rémunération dépendra de l’intérêt que vous allez porter à nos projets, de votre réceptivité aux modes de rémunération mis en place, de la valeur que vous allez donc donner à L.D.M.T.
L.D.M.T. rémunère donc quelques personnes à temps plein, plusieurs personnes à temps plus ou moins partiel, et on y trouve plusieurs personnes vous faisant bénéficier gracieusement de leurs services. Comptons également ceux qui ont investi de l’argent dans la structure, ce qui nous a permis de constituer L.D.M.T. et de lancer nos premiers projets.

L.D.M.T., cela va donc être :
– une présence quotidienne accrue sur les espaces Lafay, pour mieux soutenir les pratiquants;
– la rédaction en commun d’articles par des professionnels de santé, soutenant l’approche Lafay;
– des projets ambitieux et novateurs dont nous vous parlerons bientôt.

L.D.M.T. est destiné à Durer et Croître. Ne soyez donc pas trop chagrins si vous ne faites pas partie de la première mouture, alors que vous en rêvez. Cette première mouture est ce qu’il y avait de plus conforme à nos besoins (et nos moyens) pour démarrer, mais elle évoluera pour intégrer d’autres éléments. Devenir membre de L.D.M.T. est donc possible, sera donc possible…

L’expression « jamais perdu, toujours soutenu » va prendre un nouveau sens, un nouveau goût.

Ci-dessous, la présentation des membres de L.D.M.T.
Tous n’y sont pas, car certains préfèrent rester discrets.

 

VINCENT NOIRY : médecin du sport, spécialiste de médecine mécanique, enseignant de Taî Jitsu, coureur à pieds.
Sportif de toujours, volontiers sur un mode compulsif, j’ai pu expérimenter en direct les effets d’une pratique excessive et agressive, ses dégâts sur l’organisme.
L’acquisition d’une vision mécaniste du corps humain, m’a permis de développer une véritable vision du geste sportif et fait adopter les techniques « poids de corps », la conceptualisation et la dimension stratégique apportées par Olivier Lafay leur donnant une dimension sans équivalent.
Je suis particulièrement attaché à la dimension subversive de la méthode, à son incitation à prendre son existence en mains et à en disposer en dehors des chemins habituellement tracés.

Je suis quotidiennement confronté aux effets délétères de multiples techniques agressives d’entraînement sportif, ainsi qu’aux souffrances engendrées par une vision « no pain no gain » de l’existence, aux logiques d’accumulation et de dominance.
J’espère contribuer au développement de LDMT, à la promotion des valeurs humanistes qui l’accompagnent.
Il me semble possible d’apprendre aux individus à collaborer avec leur corps , à éviter les pratiques sportives agressives et non durables ; j’ai même le secret espoir, à travers de simples préconisations d’entraînement, de contaminer insidieusement le reste de leur existence …

 

MAXIME BRATANOFF : préparateur physique spécialiste de la posture et du travail des appuis.
Mon objectif consiste à transmettre et enseigner au plus grand nombre mes acquis spécifiques au sein des espaces Lafay en utilisant l’approche cybernétique de l’entrainement créée par Olivier Lafay.
Apporter un soutien/personnalisation selon les besoins des pratiquants Lafay, cela afin de faciliter encore davantage leur autonomie (avec comme base théorique les apports du Tome 2)
Créer avec mes collègues des articles de fond et « pratiques » dans l’esprit de l’Efficience, mécanisme de va et vient permanent .

 

ADRIEN LERMECHIN : pratiquant de la méthode depuis plusieurs années.
Ingénieur (chimie-environnement) de formation.
Passionné par le développement de l’univers Lafay (livres, lectures, articles) et les valeurs partagées (coopération, douceur, entre-aide, etc.), je souhaite m’engager dans LDMT pour participer à la propulsion de cet univers.
Administrateur du groupe protéo-system et moniteur sur le forum musculaction depuis 2 ans.

 

YANN OLLIVIER : étiopathe, professeur d’anatomie, et pratiquant de la Méthode Lafay.
Familier avec la cybernétique de part mon métier, le travail d’Olivier m’a séduit dès 2006 et j’ai rapidement compris la nécessité de transmettre les valeurs de LDMT au plus grand nombre.
Mon désir est donc :
– de promouvoir ces valeurs,
– d’étendre les concepts de la Méthode Lafay à d’autres domaines de la connaissance
– de conseiller les pratiquants sur les questions techniques et de santé liés ou non à l’entraînement en collaboration avec les médecins, coachs et thérapeutes de LDMT.

Pour qu’ensemble, nous apportions un peu de douceur dans ce monde de brutes.

 

FABIEN SOUCAZE : pratiquant la Méthode depuis plusieurs années.
Moniteur Lafay depuis 2009.
Administrateur du groupe Protéo-system depuis 2 ans sur Facebook et plus récemment le groupe Nutrition.
Praticien en hypnose Humaniste formé en 2015 (école IFHE).
Conscient que l’Univers Lafay évolue à grande vitesse et participant déjà depuis de nombreuses années à son évolution, je reste passionné pour évoluer avec lui.
De part mes compétences acquises grâce à la Méthode ces dernières années et à ma formation de Praticien en hypnose Humaniste (thérapie/psychothérapie), cela me permet d’avoir une vision globale. Ainsi je peux aider et orienter les personnes de manière adaptées, aussi bien dans le cadre de la musculation qu’en dehors.

La coopération et l’entraide sont pour moi les clés de voûte d’une vision Humaniste.
J’essaie d’alimenter jour après jour cette vision et l’équipe de LDMT en est pour moi un parfait exemple.

 

BAPTISTE METAYER : pratiquant de la méthode depuis 6 ans, juriste de formation.
Présent sur les espaces internet de la méthode depuis 2010, d’abord avec le forum musculaction.com, puis sur les groupes facebook spécifiquement dédiés à la Méthode Lafay.
J’ai ainsi eu l’opportunité de m’enrichir grâce aux interventions des pratiquants les plus avancés et expérimentés et je souhaiterais donc partager cette expérience avec les pratiquants en les aidant à déceler les applications concrètes de l’Efficience Lafay.

Fervent lecteur des auteurs de références ayant permis l’élaboration de la méthode lafay et de son univers, notamment les constructivistes, sinologues et cybernéticiens. J’aimerais partager et développer leurs idées avec les autres pratiquants afin que chaque sportif qui le souhaite puisse croître et durer sur le chemin de la santé.

C’est là l’un des objectifs de l’équipe de LDMT, en s’appuyant sur l’énorme travail de synthèse fourni par Olivier, une équipe de personnes venant d’horizons différents mais partageant des valeurs communes qui unissent leurs compétences pour promouvoir ces valeurs.

 

RAPHAEL ARDITTI: Etudiant en 6e année de médecine
Master 1 de biologie orienté sur l’épigénétique
Initié et formé à la cybernétique par les travaux d’Olivier Lafay depuis bientôt 8 ans, j’essaie de relier cette science au domaine médical afin d’envisager autrement la formation des médecins.
En rejoignant LDMT, je souhaite notamment apporter mon aide à ceux qui désireraient s’approprier ces connaissances, grâce à la rédaction d’articles ainsi que des interventions plus ciblées sur les espaces internet dédiés à LDMT.

 

THI TUY LIEN DO : pratiquante de la Méthode Lafay et collaboratrice d’Olivier depuis fin 2013, s’occupe de tâches à caractère administratif afin d’alléger la charge de travail d’Olivier Lafay.
Elle participe également à l’expansion de l’univers Lafay en coulisses, ainsi que sur les groupes en donnant des conseils et en orientant les membres quand elle le peut.
Convaincue des bienfaits de l’univers de la Méthode et adhérent pleinement au travail d’Olivier Lafay et à ses valeurs, s’investir dans une entreprise visant à promouvoir le développement durable, la coopération et l’altruisme est une évidence pour elle.
Compagne de Denis Tiquet, les valeurs Lafay font partie de son quotidien.

 

AUDREY COLONNA : Pratiquante passionnée par la Méthode Lafay depuis 2012 et par l’étude de la Relation modélisée par le groupe de Palo Alto.
Je m’investis auprès des pratiquants afin de concrétiser leur désir de changement grâce aux outils stratégiques du Tome 2.
En formation à l’Institut Gregory Bateson à Liège où j’étudie l’approche systémique et stratégique de Palo Alto, je me forme également au recadrage auprès d’Arnaud.
Je m’engage avec l’équipe de LDMT dans l’objectif de promouvoir les valeurs de dignité humaine et d’altruisme dans le domaine sportif et les partager avec le plus grand nombre.

 

ARNAUD ISAMBOURG : Consultant dans la Méthode et collaborateur officiel d’Olivier depuis Août 2013 , j’occupe actuellement la place de Recadreur et enseignant dans la Méthode LAFAY.
Je participe également à la rédaction d’articles et de livres
Avec Denis , nous participons à la gestion de l’univers Lafay sous les directives d’Olivier et l’aide de Thi.
Nous développons :
– la communication et pédagogie;
– conseils et développements individuels;
– administratif;
– gestion des espaces et pages officielles.

 

DENIS TIQUET : pratiquant de la Méthode Lafay et passionné par les travaux d’Olivier Lafay, il collabore officiellement avec ce dernier depuis août 2012.
Arrivé sur les espaces Lafay en 2006 et remarqué à la fois pour la qualité de ses conseils et celle de ses interventions lors des conflits à gérer en raison, notamment, des nombreuses attaques contre la Méthode, il devient très vite « moniteur Lafay » sur musculaction puis modérateur et enfin, plus tard, co-administrateur du forum.
Participant à la rédaction d’articles et de livres ainsi qu’ à l’administration de l’univers Lafay, il intervient également sur facebook où il met ses savoirs et son expérience acquis au fil des années à participer, échanger et étudier, au service des espaces et des pratiquants, dans le but d’améliorer la qualité des conseils, des échanges tenus, et donc pour aider l’univers Lafay à..croître et durer. ‘-)
La naissance de LDMT, une entreprise créée sur la base des travaux et valeurs promues au sein de l’univers Lafay, est vue par lui comme l’aboutissement de plusieurs années d’investissement au service de cet univers.
Mais c’est aussi, pour lui, le début d’une nouvelle ère avec la possibilité de porter les valeurs de la Méthode : coopération, entraide, cohésion, à une plus large échelle et ainsi de pouvoir amener du bien-être et les outils pour lutter contre les souffrances et problèmes du quotidien au plus grand nombre.

 

PASCAL BENATTAR : Ingénieur Télécom, Chef de projet Validation Logiciel Systèmes Embarqués
Moniteur, Modérateur puis Co-Administrateur du forum Musculaction de 2007 à 2012
Formé à la cybernétique dans ses aspects liés aux télécommunications et à la transmission du signal et de l’information. A développé par la suite dans le cadre de sa participation à l’administration de l’univers Lafay ses compétences dans les aspects de la cybernétique liés à la communication, au management, à la sociologie et à la psychologie.
Apporte maintenant du support interne à l’équipe pour l’aider à promouvoir les valeurs importantes de la Méthode : développement de la coopération, du recul critique, de la culture et de la complexification.

Content Protection by DMCA.com

Les élèves Lafay sur Facebook, n°50

Voici quelques unes des nombreuses photos qui ont été postées sur mon mur facebook, du 01 décembre au 31 décembre 2015.
Tous suivent la Méthode, soit 2 à 3 entraînements par semaine, sans charges additionnelles, selon la devise « mens sana in corpore sano ». Certains sont des pratiquants aguerris, d’autres s’entraînent depuis peu.
Tous ont adhéré à la polyvalence athlétique proposée par la Méthode, que ce soit pour briller dans leur sport de prédilection (arts martiaux, triathlon, rugby, tennis de table, etc), ou pour juste avoir le plaisir de vivre dans un beau corps, en pleine forme.
Vous pouvez cliquez sur ces photos pour les agrandir et voir ainsi de plus près les excellents résultats de la plupart d’entre eux.

 

Charles le Lafayen

Charles le Lafayen Charles le Lafayen1

Chris Tel et Alice Pnta

Chris Tel Alice Pnta

Mathieu Oliver et Bruno Guimaraes

Mathieu Oliver Bruno Guimaraes1

Arnaud Isg et Clement Ly

Arnaud Isg Clément Ly

Winie Lafayenne et Charlotte Moreau

Winie Lafayenne2 Charlotte Moreau

Pascal Martin

Pascal Martin Pascal Martin3

Alioune Gueye

Alioune Gueye Alioune Gueye1

Sandra Xavier Bouanich Anhelo

Sandra Xavier Bouanich Anhelo Sandra Xavier Bouanich Anhelo1

Stone Scofield

Stone Scofield Stone Scofield2

Francois Thebault

Francois Thebault Francois Thebault2

Anais Guidal

Anais Guidal Anais Guidal1

Sim Lelafayen

Sim Lelafayen Sim Lelafayen1

Ben Lafay et Ben Lafayen

Ben Lafay Ben Lafayen

Bertillou Lafay – et avec Matt Lafay

Bertillou Lafay Bertillou et Matt Lafay

Guiime ML et Vince Mal

Guiime ML Vince Mal

Kik’s Lafay

Kik's Lafay

Lou Lafay

Lou Lafay Lou Lafay1

JuJu Lafay et Wandal Oulamara

JuJu Lafay Wandal Oulamara

Mickael Potdevin

Mickael Potdevin Mickael Potdevin1

Anaïs Dumont

Anaïs Dumont Anaïs Dumont1

Jejos Lps et Damien Lafayen

Jejos Lps Damien Lafayen

Jason Le Maçon

Jason Le Maçon Jason Le Maçon1

Lia Mlf

Lia Mlf

 

Dali Zarrouk

Dali Zarrouk

Lily Gremaud

Lily Gremaud Lily Gremaud3

Francesco Lafay et Loïc Melanie

Francesco Lafay Loïc Melanie

François-Xavier Ouvrard

François-Xavier Ouvrard François-Xavier Ouvrard1

Makena Lafayenne

Makena Lafayenne Makena Lafayenne1

Valentin Riber

Valentin Riber avantValentin Riber1

Snakeyes Lafayen

Snakeyes Lafayen Snakeyes Lafayen1

Cali Tom Meunier Cornuel et Caroline K-ro Lafay Delh

Cali Tom Meunier Cornuel1 Caroline K-ro Lafay Delh

William Lafay

William Lafay William Lafay1

Thibaud Molimard

Thibaud Molimard1 Thibaud Molimard3

Hellyza Bat

Hellyza Bat Hellyza Bat1

Tristan Natsho Fliller

Tristan Natsho Fliller

So Lafay

So Lafay

Elo LaFée‎

Elo LaFée‎ Elo LaFée1

Romain Ander

Romain Ander1 Romain Ander2

Timothée Petit

Timothée Petit Timothée Petit1

Gégé Némo

Gégé Némo

Arnaud Le Berrigaud

Arnaud Le Berrigaud Arnaud Le Berrigaud1

Gregory Mollatte

Gregory Mollatte Gregory Mollatte1

Leslie Fonsa et Fox Nino

Leslie Fonsa Fox Nino

Adrien Tz et Antoine Maillard

Adrien Tz Antoine Maillard

Walidinho SO

Walidinho SO Walidinho SO après

Mickaël Roux et Rémi Lafayen

Mickaël Roux Rémi Lafayen

Lionel le Stanc

Lionel le Stanc Lionel le Stanc2

Guillaume Vogel

Guillaume Vogel1 Guillaume Vogel2

Maxime Lallier

Maxime Lallier

Manea le Lafayen

Manea le Lafayen Manea le Lafayen1

Jérôme le Lafayen

Jérôme le Lafayen Jérôme le Lafayen1

D’jo Lass’Tuce‎

D'jo Lass'Tuce‎ D'jo Lass'Tuce1

Chris Viste

Chris Viste avantChris Viste1

Pascal Carrère-Gée

Pascal Carrère-Gée Pascal Carrère-Gée1

Nicolas Galley et Nabil Belaid

Nicolas Galley Nabil Belaid

Julien Laviale

Julien Laviale Julien Laviale1

Guillaume Potiron

Guillaume Potiron Guillaume Potiron1

Kevin Dubuc

Kevin Dubuc Kevin Dubuc1

Nico Mewy

Nico Mewy Nico Mewy1

Max Husselstein

Max Husselstein Max Husselstein2

Geoffrey Ruin

Geoffrey Ruin Geoffrey Ruin1

Bass Ferry

Bass Ferry après Bass Ferry

Nathan Borie

Nathan Borie Nathan Borie1

Kikitos Lafayen

Kikitos Lafayen Kikitos Lafayen1

Taurus Lafay

Taurus Lafay Taurus Lafay2

Marc Cervera et Jany Zytynski

Marc Cervera Jany Zytynski

Rachid Ait Lah

Rachid Ait Lah Rachid Ait Lah1

Sebastien Lafay Dufloucq

Sebastien Lafay Dufloucq Sebastien Lafay Dufloucq1

Raph Aël

Raph Aël avantRaph Aël après

Samy Ezzahhaf

Samy Ezzahhaf Samy Ezzahhaf1

Stéphane Bellot-Godin

Stéphane Bellot-Godin Stéphane Bellot-Godin1

Florian Strini

Florian Strini Florian Strini1

Nicolas Populo et Xii LeLafayen

Nicolas Populo Xii LeLafayen

Anis Debit et Djé Lafayen

Anis Debit Djé Lafayen

Nicoellia Aparisi et Mickay Lafay

Nicoellia Aparisi Mickay Lafay

Ayoub Belfquih

Ayoub Belfquih

Franck Lafay et Skiing Brice

Franck Lafay Skiing Brice

Jimmy Palka Lafayen

Jimmy Palka Lafayen1 Jimmy Palka Lafayen2

Steven Dumas et Christophe Fournier

Steven Dumas Christophe Fournier

Carlos Alves

Carlos Alves

Tarantini Paul et Sébastien Ruggieri

Tarantini Paul Sébastien Ruggieri

Tyger Fahime

Tyger Fahime Tyger Fahime1

Spim Lafayen et Wally Boulestin

Spim Lafayen Wally Boulestin

Alexandre Petit

Alexandre Petit avantAlexandre Petit après

Damien Moulin

Damien Moulin

Juliien Moorel et Joffrey Zauzau

Juliien Moorel Joffrey Zauzau

Florian Lingois

Florian Lingois

Lee War

Lee War

John Doeuf

John Doeuf

Sébastien Roger Le Louarn et Lfy Alex

Sébastien Roger Le Louarn Lfy Alex

Ramon Le Rousseau et Ghislain Lang

Ramon Le Rousseau Ghislain Lang

Chuck Morray

Chuck Morray

Clément CoutCout et Valentin De Bourg-Palette

Clément CoutCout Valentin De Bourg-Palette

Aaron Junior Derycke

Aaron Junior Derycke2

Cyrille Reyolpud

Cyrille Reyolpud

Luca La Qualunque

Luca La Qualunque Luca La Qualunque1

Franck Martino et Mat Marquilly

Franck Martino Mat Marquilly

François Bodyfit

François Bodyfit

Nico Lr

Nico Lr

Nicolas Martinez et Paul Sabat

Nicolas Martinez Paul Sabat

Lucas Lefebvre

Lucas Lefebvre avantLucas Lefebvre maintenant

Louis Moret

Louis Moret

Shõgun The-Samuraï‎

Shõgun The-Samuraï‎

Mehdi Kadi

Mehdi Kadi

Pablo Rosillo et Ryan Fitt

Pablo Rosillo Ryan Fitt

Mike Sheguey et Nicolas Mury

Mike Sheguey Nicolas Mury

Seb Ouh et Sofiane André

Seb Ouh Sofiane André

Scyra Lafay

Scyra Lafay avantScyra Lafay après

Jo Lafay

Jo Lafay

Content Protection by DMCA.com

« No Meat. No Problem. »

10402551_10153831683496064_8933224425144463217_n

 

Une plante est un être vivant.
Une plante exprime un stress quand elle est agressée.
Ainsi, l’odeur si agréable du gazon fraîchement coupé est l’expression du stress de ce même gazon. C’est une odeur particulière…
Les plantes communiquent entre elles, s’informant de la présence de prédateurs.
Les racines d’une plante sont capables de trouver leur chemin vers l’eau et la nourriture (orientation cybernétique).
Les arbres « parents » aident leur « progéniture » à accéder à la lumière.
Les plantes c’est touchant: Imaginez qu’elles passent toute leur vie à essayer de trouver une solution pour féconder, elles passent par des moyens de génie (graine à hélices, graines marchantes, sucs du fructose, poison etc..)

« Mais du coup qu’est ce qui est le pire ? consommer un oeuf non fécondé bio qui n’a aucune complexité ou une plante ?
Pourquoi ne pas se nourrir d’un animal qui a bien vécu et qui à été tué d’une façon qui lui a causé le moins de stress possible ( moins que dans la « nature » ou il aurait surement été égorgé ) ? »

( Matthieu Castellan )

Et pourquoi on prend des dopés pour promouvoir l’éthique vegan (cf photo ci-contre)?
Je rappelle qu’un dopé est un adepte forcené du No Pain No Gain, donc de la possession de soi, des autres, du monde. C’est quelqu’un qui force la nature (la sienne pour commencer) pour la contraindre à lui donner ce qu’il veut. Et quand on pense qu’il force la nature pour juste de gros muscles et de la performance, ce bodybuilder vegan, on pleure…
Rien qu’avec toutes les hormones de synthèse qu’il pisse, un dopé porte atteinte aux écosystèmes. Il ne mange pas de viande, mais il agresse animaux et plantes avec ces hormones…
Sans parler des prises de masse à 10.000 kcal nécessaire pour les gros dopés. Et des 6000 kcal minimum pour maintenir la masse acquise.

Bref, la souffrance, c’est loin des yeux (et du cerveau), loin du cœur?
La souffrance, on la voit juste là où on peut projeter nos propres peurs, angoisses, névroses, croyances?

La vie se nourrit de la vie.
C’est peut-être flippant, mais c’est ce fonctionnement qui fait que nous pouvons en parler aujourd’hui.
Ceci étant dit, et compris je l’espère, nous allons pouvoir parler de la logique écosystémique et du respect dû à la vie. Respect qui n’est motivé, rappelons-le, que par le fait que nous sommes nous-mêmes des êtres vivants. Nous sommes donc intéressés au premier chef par la possibilité pour la vie de perdurer.
Respect qui peut se construire par la culture et non par des croyances non questionnées.
Oui, c’est pas par grandeur d’âme, mais par intérêt, comme pour tout, car nous ne sommes jamais détachés de l’éducation, des conditionnements et des besoins innés et acquis. Nous ne sommes pas de pures âmes « libres »…
L’engagement pour une cause nous gratifie.

Mais que vaut un intérêt qui n’est pas bien compris (fruit d’une instruction large)? Que vaut un intérêt étouffé par des croyances et enfermé dans des problématiques identitaires inconscientes d’elles-mêmes?

°

°

[Précision :
Je ne suis pas anti-vegan juste parce que je cherche la modération et la réflexion, hein 😉
Moi-même, je cherche à limiter la consommation de viande. Depuis bien 20 ans (après avoir eu une période « tout végétal » vers mes 22 ans).
Les positions binaires tuent (cf propos de Watzlawick).
Ceci n’est donc pas une position anti-vegan. De nombreux pratiquants Lafay sont vegan et je les soutiens… d’autant plus qu’ils ont su élargir leur réflexion et considérer à la fois les relations à soi, aux autres, au monde]

Content Protection by DMCA.com

Mes bonnes résolutions pour 2016

12512816_10153828231811064_6558307008752732844_n

 

En ce début d’année, et comme chaque année, chacun y va de ses petits ou de ses grands engagements.
Toutes ces « bonnes résolutions » se résument en quelques mots : on veut changer pour être mieux.

Si vous êtes ici, c’est que soit vous désirez initier ou entretenir un changement, soit vous venez épier ce qui se passe sur la page du n°1 en sport.

Les premiers (ou premières) doivent savoir que cette page leur apportera de quoi évoluer d’une manière radicale et très différente de ce que vous propose habituellement le monde du fitness. Des milliers de photos, de témoignages, d’articles, publiés régulièrement depuis 2004, en attestent.

Les seconds sont là pour surveiller, piquer quelques idées au passage, qu’on retrouvera formulées plus ou moins adroitement dans leurs livres ou sur leurs pages et sites.
Bien entendu, je ne serai pas cité, même chez ceux qui parlent de respect, de coopération, et même de… douceur.

Puisque je sais qu’ils sont là, ces « seconds », alors je vais leur confier une de mes bonnes résolutions pour 2016…

Vouloir apporter du sang neuf dans le milieu du sport m’a demandé un investissement titanesque.
Des années de travail, de lectures, de réflexions, d’expérimentations, de doutes. Et aussi des coups, dès que le livre vert est sorti, des coups et encore des coups… Une violence hallucinante.

Il a fallu ramer à contre-courant, et prendre tellement de coups (et ça continue, encore en 2015).
L’opposition a été massive, radicale, moqueuse, injurieuse, méprisante, etc.
Je peux dire que mon SNC (système nerveux central) a pris cher, très cher,.

Donc, soyons clairs quant à ce qui va se passer à l’avenir.
J’occupe une position dominante; je ne vais donc pas me priver d’utiliser les moyens à ma disposition pour me faire respecter et faire payer le prix à ceux qui m’ont torpillé ou pompé (et même les deux).
Il faudrait être idiot pour laisser des personnes malhonnêtes, galvaudant à l’infini mon travail, le vidant de sa substance, s’approprier ce qui est le fruit d’un long investissement (et d’un long combat).

Je sais que mon travail, pour des raisons qui tiennent à sa logique et sa pertinence, va inspirer de plus en plus de gens.
Aussi, je vais mettre en avant, sur mes pages, ceux qui me citent, me respectent, quel que soit leur profil sportif. Il n’y aura pas besoin d’être « lafayen » pour être exposé, mis en avant sur mes pages.
Le respect suffira.
Les gens dignes seront valorisés, les gens indignes seront écartés.

Etant donné que j’occupe une position dominante, avec un pouvoir d’influence bien réel, ceux qui seront ainsi mis en avant connaîtront inévitablement des répercussions heureuses sur leur notoriété et donc un éventuel commerce de leurs compétences.

Ce qui, mécaniquement, réduira l’espace commercial de ceux qui me copient, me dénigrent, inlassablement, et sans le moindre égard.
Ces gens finiront ainsi par disparaître et mourir, ensevelis sous la masse de ceux qui seront le renouveau du sport : un sport basé sur d’autres valeurs.

Je vais le faire avec les auteurs (cf le grand bond en avant fait par le livre sur le SW, avec un auteur qui me respecte, ainsi qu’avec le livre Aequilibrium).
Je vais le faire avec les coachs.
Je vais le faire avec des administrateurs de sites.

Il y a un monde dans lequel j’aimerais que nous vivions tous, comme le disait Gregory Bateson lors d’une conférence.
Je pense que, depuis 11 ans, chacun sait de quel monde je parle, de ses valeurs, de sa logique.
Et je compte bien y arriver.

°

°

Je sais aussi que cette page est très lue (en douce) par ceux-là même qui me dénigrent et/ou me copient.
Je sais donc que mon texte précédent va être lu et discuté.

Que va-t-il se passer?

Je peux le prédire sans aucune difficulté : « ils » vont se dépêcher de copier encore plus, « ils » vont accélérer leurs tentatives de copie et de destruction.

Non, ils ne vont pas revoir leur positionnement, leur attitude à mon égard.
Cela leur est impossible. Ce n’est pas possible, en effet, dans une logique No Pain No Gain d’assouplir sa position et de se mettre à « considérer » celui dont on veut la place.

Donc, il ne reste que deux possibilités :
– abandonner la lutte (ce qu’ils n’ont jamais fait et ne comptent jamais faire);
– tenter de me dépasser avec encore plus de frénésie. Pour des raisons d’orgueil et de survie.

Tout le monde sait comment ça va finir : par leur mort commerciale ou une vie végétative.
Ils le savent au fond d’eux. Mais ils sont prisonniers de mécanismes implacables, qui les conduisent à leur perte.
Pour eux, le respect, la coopération, c’est une soumission.
Et il n’est pas question pour eux, dans leur imaginaire guerrier, de mâles alpha, de se « soumettre ». Puisqu’ils VEULENT soumettre, que c’est leur vie, leur conception de la réussite…

Cela me fait de la peine, quelque part.
Comme le dit un passage du film « la Stratégie Ender », pour mieux combattre un ennemi, et le vaincre vraiment, à un certain niveau d’interaction, il faut très bien le connaître. Et très bien connaître son ennemi, c’est aussi, inévitablement, commencer de l’aimer.
C’est totalement écosystémique comme vision. C’est du Nardone (cf Chevaucher le tigre).

Mais cet amour-là ne peut exclure la destruction de l’ennemi qui veut vous d0étruire…
C’est un amour qui veut, comme tout amour le devrait, l’évolution de l’autre, son épanouissement, mais qui doit se préserver, car il n’est pas exclusif, ni auto-destructeur. Il est déjà pour lui-même et il est pour beaucoup. Il est vagues de croissances, processus évolutifs, processus de construction, à visées larges, très larges.

Alors tant pis pour ceux qui auront été compris mais ne peuvent comprendre.

Olivier Lafay

Content Protection by DMCA.com

NEUVIÈME COMMANDEMENT : L’énergie de commande tu utiliseras

NEUVIÈME COMMANDEMENT : L’énergie de commande tu utiliseras

« Cet article est renversant, profond, intelligent et très clair.
Et si vous avez lu le Tome 2 de la Méthode Lafay (L’espace stratégique), il vous paraîtra encore plus puissant.
N’hésitez pas à nous donner votre avis, ainsi qu’à poser des questions.»

(Olivier Lafay)

°

°

NEUVIÈME COMMANDEMENT : L’énergie de commande tu utiliseras

(par Yann Ollivier, étiopathe, professeur d’anatomie et cybernéticien)

Suite de la série intitulée :
LES DIX COMMANDEMENTS DE L’APPROCHE SYSTÉMIQUE APPLIQUÉS À LA MÉTHODE LAFAY

aka
LES DIX COMMANDEMENTS DE LA CYBER-MUSCULATION (N° 9)

°

Nous terminions le commandement précédent en évoquant le concept chinois Wu Wei (无为), principe de stratégie qui résume la nécessité de savoir quand agir et quand ne pas agir. Cette notion va permettre une excellente introduction à ce neuvième commandement sur la maîtrise de l’énergie de commande. C’est avec ce dernier que nous rejoignons directement le coeur de l’Espace Stratégique établi par Olivier Lafay, c’est-à-dire, pour reprendre l’analogie de l’auteur, les bureaux qui gèrent et contrôlent les rendements et la production de l’usine (notre corps et ses processus homéostatiques en grande majorité inconscients).

C’est derrière cette image que se cache la notion fondamentale de la maîtrise de l’énergie de commande. Mais de quoi s’agit-il exactement et quel est le lien avec le concept de stratégie chinoise Wu Wei (无为) ?

 

1930324_10153827950241064_7974416105887009377_n

 

Commençons par citer Joël de Rosnay :

« Les informations émises par un centre de décision peuvent être démultipliées dans des proportions très importantes. Surtout quand elles sont reprises et amplifiées par les structures hiérarchiques des organisations ou par les réseaux de diffusion.

Au plan énergétique, le métabolisme du conducteur d’une machine est négligeable vis-à-vis des puissances qu’il peut déclencher et contrôler. Il en est de même d’un chef d’entreprise ou de tout responsable d’une grande organisation. Il faut distinguer entre énergie de puissance et énergie de commande. L’énergie de puissance, c’est la ligne électrique et le courant qui chauffe une résistance ; ou la canalisation d’eau qui amène la pression. L’énergie de commande se traduit par l’action du thermostat ou du robinet : c’est de l’information. »

 

Reformulé pour le sujet qui nous intéresse, l’énergie de puissance, c’est l’organisme du pratiquant qui fournit un travail musculaire et l’énergie de commande, c’est l’action stratégique. Celui qui par l’expérience et la culture a avancé sur le chemin de l’Efficience est comme un homme qui se tiendrait à côté d’une vanne et qui saurait quand l’ouvrir et quand la maintenir fermée. Qu’il ouvre cette vanne par un geste anodin et il libère une énergie potentielle énorme mais si le moment n’est pas opportun, cette ouverture peut avoir des effets plus ou moins délétères. Cette action peut alors le desservir alors qu’elle était censée produire un effet positif.

Maintenir une vanne ouverte sur un réseau de canalisations déjà saturé ou sur un même réseau présentant une fuite importante, c’est provoquer à plus ou moins long terme, des ennuis : risque de pannes, de destruction et/ou de gaspillage de matériel et de ressources. Le lecteur perspicace transposera facilement cet exemple à celui de l’activité physique mais nous y reviendrons plus loin.

Nous voyons donc ici le lien fort qui existe entre cette notion de l’approche systémique et le principe de stratégie chinoise Wu Wei (无为). On rejoint ici le 6ème commandement, Différencier pour mieux intégrer.
Cette relation entre cybernétique et stratégie chinoise est d’ailleurs l’objet du chapitre 1 du Tome 2 de la Méthode Lafayi et aboutit à la notion d’Efficience et d’Action stratégique.

Dans ce chapitre, on apprend que l’essence de la stratégie chinoise est de ne pas chercher à forcer les processus naturels mais, bien au contraire, de les observer avec attention pour en comprendre les lois et ainsi repérer quand un processus naturel, une situation, peut tourner à notre avantage, nous apporter des bénéfices ou la résolution d’un problème. On ne cherche donc pas à imposer sa loi au monde par une attitude guerrière frontale et énergivore mais à coopérer avec lui, sans que cela nous coûte trop en temps et en énergie.

Il s’agit donc de savoir, depuis notre espace stratégique, quand ouvrir ou maintenir fermée la vanne pour obtenir un maximum d’effets au niveau de l’usine de production, c’est-à-dire, au niveau de notre développement physique et mental. Ce centre décisionnel, nous sera également très utile pour trouver des solutions élégantes face à des problèmes du quotidien, à condition qu’il soit enrichi par l’assimilation perpétuelle d’informations qui augmente notre stock de réponses possibles (fructification de notre imagination créatrice).

Comme la notion d’énergie de commande peut être appliquée à de nombreux domaines, nous allons envisager la question de sa maîtrise à différents niveaux de complexité croissante. Nous évoquerons donc successivement :

– Le niveau du pratiquant débutant : les premiers pas du chef d’entreprise dans l’usine
– Le niveau du pratiquant avancé : sa promotion dans le centre décisionnel
– Le niveau du système d’échange et de diffusion de l’Univers Lafay : son inscription au club des chefs d’entreprise
– Le niveau du système de recadrage Lafay : son appel aux service d’un consultant pour remettre l’entreprise sur les rails.
– Le niveau du système d’échanges et de diffusion en relation avec d’autres plateformes d’échange et réseaux de diffusion : sa formation continue pour améliorer ses compétences de stratège

a) Tout d’abord au niveau du pratiquant débutant qui ne possède que le livre vert. Il forme un système invididu-entraînement très dépendant des informations contenues dans ce livre et sauf exception, sa maîtrise de l’énergie de commande est encore faible. C’est que la finalité du Proteo-system est avant tout de provoquer un déséquilibre progressif et contrôlé du système-individu qui va lui permettre, pas à pas, de se transformer physiquement et mentalement. C’est un outil formidable qui régule l’entraînement du pratiquant mais qui nécessite d’être asservi à un centre supérieur de décisions capable d’en exploiter le plein potentiel.

Le pratiquant découvre tout d’abord son corps et se familiarise inconsciemment avec les concepts qui sous-tendent la Méthode Lafay. Le chemin est balisé et possède des gardes-fous pour écarter le pratiquant d’une attitude NPNG dans l’entraînement.

Seulement, certains individus, encore trop prisonniers de leurs conditionnements modifient les données du livre vert en espérant ainsi augmenter, à court terme, la production et améliorer le rendement de leur usine (leur corps) sans penser aux conséquences à moyen terme. Ils ré-organisent les niveaux à leur convenance, négligent les étirements et le repos et s’étonnent ensuite de leur stagnation, voire de leur échec.

Il faut garder à l’esprit que l’émergence de la Méthode Lafay s’est faite dans une société profondément individualiste, violente, froide, cynique et qui a érigé le culte de la performance et de la compétition à outrance comme valeurs morales les plus hautes.
Les valeurs d’une telle société ont été profondément ancrées de générations en générations dans le système nerveux des individus si bien que, malgré l’attirance inconsciente qu’exerce l’approche novatrice du Proteo-System, la résistance au changement est très forte.

C’est que l’individu va devoir remettre en question sa vision du monde, prendre du recul sur ses conditionnements s’il veut avancer sur le chemin de l’Efficience, s’il veut apprendre à croître et durer.

Une telle remise en question est, pour beaucoup, impossible voir intolérable. Pour l’instant. C’est que leur vision de la réalité entretient une homéostasie dite fermée. C’est-à-dire que leur résistance au changement est grande face à une déstabilisation qui peut pourtant leur apporter beaucoup.

b) C’est à partir du moment où le pratiquant a découvert ses propres conditionnements et ses croyances limitantes qu’il entre enfin véritablement dans l’Espace Stratégique. Bien qu’être conscient d’un comportement problématique ne signifie pas nécessairement s’en être libéré, il s’agit d’un début indispensable pour espérer devenir le stratège de son développement.

Le pratiquant avancé sait donc qu’il doit se cultiver pour rendre réellement efficiente l’utilisation du Livre Vert. Il prend progressivement du recul sur son rapport à l’entraînement, aux autres et au monde grâce aux articles de fond écrits par Olivier Lafay et ses collaborateurs ainsi que par ses lectures, échanges et expériences personnelles.
Et avec les parutions de la Méthode de Nutrition en 2010 et du Tome 2 : L’espace stratégique en 2014, l’auteur met à la disposition du public de nouveaux manuels permettant une autonomisation encore plus grande.

Le transfert de compétence est encore plus facile et le pratiquant apprend pas à pas à utiliser l’énergie de commande au mieux.

Il sait maintenant quand il a intérêt à ouvrir la vanne pour faire évoluer son organisme dans la direction choisie ou quand il doit s’abstenir pour éviter d’augmenter l’état d’instabilité de son corps déjà très sollicité par des perturbations mal maîtrisées (contraintes externes).

Il apprend également à reconnaître les vagues de croissance quand elles se présentent à lui et il en profite pour en tirer un maximum de bénéfices sans dépense énergétique excessive. L’entraînement devient alors une véritable source de plaisir, il n’est plus vu comme une contrainte et les appréhensions disparaissent. Il n’est plus question de chercher à sortir de sa zone de confort, seulement de l’élargir.

Et quand on a ressenti cette sensation de « surfer » sur une vague de croissance, on ne cherche ensuite qu’une chose, c’est en surfer une nouvelle. C’est là qu’on comprend tout le potentiel de la boucle et de la mini-boucle.

Il s’agit, en fait, avec ces techniques anti-stagnations de maintenir basse la production de l’usine en fonction de l’état du marché à un instant donné et dans l’attente de jours meilleurs. C’est-à-dire qu’il faut harmoniser en permanence les contraintes internes et externes pour stimuler son système neuro-musculaire sans le stresser inutilement. Lorsque les contraintes externes diminueront ou qu’une vague de croissance se présentera, on pourra alors augmenter en douceur les contraintes internes liées à l’entraînement. Depuis notre espace stratégique nous contrôlons ainsi la quantité d’informations délivrée aux systèmes effecteurs (les muscles) pour opérer.

D’un point de vue physiologique, c’est via le système neuro-hormonal que l’information libérée par l’énergie de commande va atteindre les muscles et produire ainsi le travail musculaire nécessaire à l’entraînement par exemple.

Si l’individu est parfaitement détendu, relâché, que ses contraintes externes sont faibles ou nulles et que son entraînement provoque une instabilité douce et contrôlée, alors c’est qu’il peut ouvrir la vanne en grand et faire travailler son organisme a plein régime. L’énergie de commande portera ainsi pleinement ses fruits.

Si, en revanche, l’individu se sait inhibé, frustré, en pleine lutte pour la dominance, fatigué ou malade, il a tout intérêt à maintenir la vanne fermée ou faiblement ouverte. En effet, dans cette situation, l’information libérée par l’énergie de commande se heurtera aux modifications neuro-hormonales matérialisant l’inhibition de l’action (ou l’état de stress ponctuel).
Le signal nécessaire au travail et à la croissance musculaires (les potentiels d’action passant par voie nerveuse et les sécrétions hormonales) sera parasité par la perturbation des moyens de communication de l’organisme. On dira alors que le rapport signal sur bruit est en faveur du bruit et l’information libérée par l’énergie de commande n’aura pas les effets escomptés sur le système musculaire.

Dans cette situation, le pratiquant a tout intérêt à maintenir la vanne fermée et à chercher à se désinhiber partiellement ou complètement par la pratique des 4 piliers, des techniques anti-stress, la résolution du problème, une aide extérieure, etc…

 

10603607_10153827958816064_8542606709848643679_n

 

c) Cette aide extérieure, quand il s’agit d’un obstacle inhérent à l’entraînement peut justement être trouvée sur les Espaces Internet de la Méthode Lafay. Ce réseau social a justement été conçu pour permettre aux pratiquants de trouver rapidement des solutions à leurs problèmes. Il faut le voir comme un système d’échanges et de diffusion qui repose sur le libre accès à une énergie de commande fabuleuse. L’affluence massive et quotidienne de dizaines de milliers de pratiquants sur ce système permet donc à tous les pratiquants d’obtenir des informations rapidement pour résoudre un problème spécifique ou continuer à se cultiver par les échanges, les rencontres et la lecture.
Il s’agit en quelque sorte d’un club ouvert à tous où se réunissent les chefs d’entreprise pour améliorer le rendement de leurs usines grâce aux échanges et à la coopération.
Rappelons que l’ouverture sur le monde (homéostasie ouverte) est une nécessité pour enrichir le panel de notre action stratégique et que les Espaces de la Méthode sont une opportunité en or pour complexifier notre structure et pour ainsi croître et durer.

Ce réseau de diffusion permet également une autre utilisation de l’énergie de commande. En effet, grâce à la fréquentation très importante de ces espaces, les articles publiés régulièrement par Olivier Lafay touchent un grand nombre de lecteurs et cela facilitent ainsi la promotion de son travail, profitable au plus grand nombre.

d) Quand les réponses fournies par le niveau précédent ne suffisent pas pour résoudre le problème, il reste le Recadrage Lafay géré par Arnaud Isambourg, pratiquant emblématique de la Méthode. Un suivi approfondi est parfois la clé d’une transformation corporelle fulgurante. On confie alors la gestion de l’entreprise à un spécialiste-consultant le temps de la remettre sur les rails et d’entraîner à nouveau sa croissance. On lui permet d’accéder à notre Espace Stratégique et on lui confie temporairement notre énergie de commande. Grâce à son expérience et son point de vue élevé sur le fonctionnement du Proteo-System, il repérera rapidement les points de blocages du système individu-entraînement. Il recherchera donc les points d’amplification du système (troisième commandement) et saura débloquer la situation par un usage maîtrisé de l’énergie de commande. Ce recadrage sera souvent l’occasion d’un déclic pour le pratiquant qui prendra alors conscience des obstacles qui entravaient son action stratégique.

e) Pour finir, nous aimerions parler à nouveau du système d’échanges et de diffusion (SED) formé par les Espaces Internet de l’Univers Lafay et de sa relation avec le milieu extérieur. Nous avions vu qu’il permettait aux pratiquants de trouver rapidement les informations nécessaires à la résolution de problèmes spécifiques et à la prise de recul stratégique personnel. La maîtrise de l’énergie de commande du pratiquant est donc facilitée par le niveau de complexité supérieur à lui. Le pratiquant, via ses recherches ou une demande, envoie une information dans le SED et les informations appropriées lui reviennent rapidement. De façon inverse, l’administrateur suprême du SED, c’est-à-dire Olivier Lafay, peut envoyer dans le réseau des informations qui trouveront un écho important via des dizaines de millier de lecteurs. Il peut donc continuer à transmettre le fruit de son travail à un public très large, ces informations « émises par un centre de décision [seront] démultipliées dans des proportions très importantes » et aideront ainsi les pratiquants à avancer toujours plus loin sur le chemin de l’Efficience et donc de la transformation physique et mentaleii.

Et au-delà du niveau d’organisation du SED de l’Univers Lafay ? Existe-il un niveau d’intégration supérieur ?

Non, à ce niveau, la chaîne d’informations circulantes qui va du pratiquant aux centres de décision suprêmes (les gestionnaires des Espaces Lafay) et inversement s’arrête. Le système se referme sur lui-même du point de vue de l’information-structure comme dirait Laboritiii. Il est néanmoins en attitude d’ouverture complète sur son milieu extérieur (homéostasie ouverte) et donc ouvert aux dialogues et à l’échange avec tous les spécialistes du sport, de la santé et d’autres disciplines connexes.
Cette attitude permet de regrouper des réseaux d’influence et donc de développer encore plus le potentiel de l’énergie de commande et ainsi en étendre la maîtrise au plus grand nombre. De tels échanges seraient donc, une aubaine pour les auteurs et spécialistes en recherche de reconnaissance et une occasion supplémentaire pour tous les pratiquants de se cultiver et donc d’améliorer leur Action Stratégique.

C’est pour cette raison qu’Olivier Lafay ne cesse de tendre la main comme en témoigne ce court extrait :

« Je sais que mon travail, pour des raisons qui tiennent à sa logique et sa pertinence, va inspirer de plus en plus de gens.
Aussi, je vais mettre en avant, sur mes pages, ceux qui me citent, me respectent, quel que soit leur profil sportif. Il n’y aura pas besoin d’être « lafayen » pour être exposé, mis en avant sur mes pages.
Le respect suffira.
Les gens dignes seront valorisés, les gens indignes seront écartés.
Etant donné que j’occupe une position dominante, avec un pouvoir d’influence bien réel, ceux qui seront ainsi mis en avant connaîtront inévitablement des répercussions heureuses sur leur notoriété et donc un éventuel commerce de leurs compétences. »

Tout est dit. Ce n’est sûrement pas le leader qui a le plus à gagner dans ces échanges, dans ce jeu à sommes non-nulles. La notoriété et l’expansion de l’Univers Lafay ne cesse de croître et à la vue des chiffres des ventes de livres à l’étranger, ce n’est pas prêt de s’arrêter.
Nous avons abordé le concept chinois Wu Wei (无为) dans cet article. Il signifie savoir quand agir et quand ne pas agir. Il s’agirait donc pour certains de savoir qu’il est temps pour eux d’agir et de saisir la main qu’Olivier leur tend. Nous verrons rapidement qui a assimilé le concept.

Pour conclure, nous avons vu avec ce commandement que l’autonomisation du pratiquant passait par la maîtrise progressive de sa propre énergie de commande, c’est-à-dire par l’apprentissage de l’action stratégique. Le pratiquant doit donc, pas à pas, avancer sur le chemin de l’Efficience en prenant du recul sur sa vision du monde et ses conditionnements en se cultivant. Mais sur ce chemin, il n’est pas seul comme en témoigne une des devises de l’univer Lafay : « Jamais perdu, toujours soutenu ».

C’est qu’il peut compter sur une plate-forme d’échanges très importantes où il trouvera les solutions à ses problèmes et où il continuera à développer son recul stratégique. En cas de stagnation importante ou d’échecs répétés, il pourra compter sur le Recadrage Lafay, un service de qualité animé par Arnaud Isambourg. Cette plate-forme d’échanges et son service de Recadrage permettront un transfert de compétence de l’énergie de commande depuis des manuels spécialisés et des spécialistes de la Méthode vers l’Espace Stratégique du pratiquant.

C’est une fois qu’il aura une bonne maîtrise de son usine depuis son centre décisionnel qu’il réalisera que son aventure sur le chemin de l’Efficience ne fait que commencer et que la complexification de sa structure est un processus infini. Il cherchera donc à progresser toujours plus et à appliquer ses compétences de stratège à tous les autres domaines de son existence. C’est pourquoi Olivier Lafay cherche tant à multiplier les échanges et dialogues avec d’autres spécialistes de la santé, du sport ou d’autres domaines. C’est en vue de démocratiser le savoir et de permettre au plus grand nombre de devenir des individus à haute complexité dans une société hyper-complexe en pleine mutation.

Et la devise « peu d’efforts, beaucoup d’effets » qui résume très bien la notion d’utilisation de l’énergie de commande doit être la boussole qui guide nos pas sur la voie de l’Action stratégique.
°

Yann Ollivier (site : www.yann-ollivier.fr)

°

i Méthode de Musculation, Tome 2 : L’espace Stratégique parOlivier Lafay ; Chapitre 1:Le chemin de l’Efficience p28
ii Il ne s’agit pas exactement d’un servo-mécanisme mais le fonctionnement en est très proche. Nous serons amenés à aborder la notion de servo-mécanisme, concept important de la cybernétique dans de prochains articles.
iii La distinction entre informations circulante et structure est une notion fondamentale de l’oeuvre de Laborit et très bien détaillée dans son livre La Nouvelle Grille.

 

Premier commandement à lire ici : http://wp.me/p2Rdcw-4f3

Deuxième commandement à lire ici : http://wp.me/p2Rdcw-4f8

Troisième commandement à lire ici : http://wp.me/p2Rdcw-4fh

Quatrième commandement à lire ici : http://wp.me/p2Rdcw-4fE

Cinquième commandement à lire ici : http://wp.me/p2Rdcw-4w4

Sixième commandement à lire ici : http://wp.me/p2Rdcw-4we

Septième commandement à lire ici: http://wp.me/p2Rdcw-4wo

Huitième commandement à lire ici: http://wp.me/p2Rdcw-4IY

 

Les photos sont celles de pratiquants de la Méthode Lafay  :)

 

Auteurs de référence :
Norbert Wiener
Heinz von Foerster
Henri Atlan
Henri Laborit
Jean-Louis Le Moigne
Edgar Morin
Hannah Arendt

Content Protection by DMCA.com