Le stockage de répétitions au féminin.

« Avoir du mal à progresser, c’est avoir du mal à allonger les séries, c’est éprouver des difficultés à augmenter la longueur de ce tunnel séance après séance. »
http://olivier-lafay.com/2011/01/06/la-maitrise-des-series-longues/

 

Vous avez du mal à augmenter le nombre de répétitions de vos séries et l’idée même de faire des séries encore plus longues un jour vous épuise par avance et vous démoralise ? Pour contourner ce problème en douceur, il existe une technique simple que l’on appelle le « stockage de répétitions ».

 

Sunshyna Thesupersaiyan

 

Qu’est-ce que le stockage de répétitions ?

« Il s’agit de réaliser pendant quelques temps des séries très longues sur les exercices de base de la méthode. Ainsi lorsque l’on revient à des séries moyennes, en plateau, la récupération est meilleure, les modes montent plus facilement, et on se sent plus motivé car une série de vingt répétitions paraît bien plus courte qu’une série de cinquante. Ainsi change le rapport à la longueur des séries : le long apparaît soudain court et le pratiquant change d’état d’esprit par la magie de l’action parfaitement calibrée. »

http://olivier-lafay.com/2010/12/06/progresser-avec-arnaud/

Comme l’explique l’extrait ci-dessus, nous allons provisoirement travailler sur des séries longues avant de revenir sur des séries moyennes. Celles-ci paraîtront ensuite, par contraste, beaucoup plus courtes.

 

Quand et comment mettre en place ce stockage de répétitions ? 
 
Mylène Combes FerrandExemple :
Vous êtes actuellement sur le niveau 1 pour la poitrine et les séries deviennent difficiles. Cette difficulté se manifeste par un essoufflement rapide, des échecs physiques mais aussi une appréhension psychologique.

Vous êtes bloquée physiquement ou mentalement sur des petits modes. Vous ne savez pas comment passez ce cap et les haut modes (rappel : un mode, c’est un nombre de répétitions par séries, par exemple, si vous faites six séries de 5 répétitions : vous avez fait le mode 5) sont une source d’appréhension.

Dans ce cas, vous allez apprendre à réaliser des séries longues.
 
Comment faire ?

-Le bloc poitrine a son « niveau spécifique » pour réaliser le stockage de répétitions. Revenez sur le niveau de préparation et cherchez à battre vos performances précédentes. Le but sera de réaliser provisoirement de très longues séries.

-Le bloc BDC (Bas du Corps) a aussi son « niveau spécifique » pour réaliser le stockage de répétitions. On pourra revenir au niveau 1 si vous appréhendez ou bloquez dans les niveaux supérieurs.
 
 
Exemple en chiffres :

Marina4Vous bloquiez sur des séries d’environ dix répétitions sur les exercices. Vous faisiez 10 répétitions sur les 4 premières séries, puis vous faisiez environ 8 répétitions à la 5° série, puis environ 5 répétitions sur la dernière série.

Vous revenez sur le niveau de préparation à l’entraînement. Votre nombre de séries sera réduit de moitié, passant de six séries à trois séries (relisez bien les instructions du livre en cas de doute).

Vous ne chercherez plus à faire le même nombre de répétitions à chaque série mais vous ferez le maximum à chaque série. Visez de vingt à trente répétitions par série.
 
 
Combien de temps ?

Cette période de « stockage » dure de deux à trois semaines. Si deux semaines vous suffisent pour battre vos performances et qu’une fatigue physique ou psychologique s’installe, arrêtez-là.

Dans tous les cas, ne dépassez pas les trois semaines de préparation !

 

Comment reprendre ensuite ?

Preci YsocReprenez à environ 60% de vos performances d’avant la période de stockage. Si vous faisiez des séries de 10 répétitions, reprenez en séries de 6 répétitions. Ces chiffres sont indicatifs, vous pouvez reprendre plus bas si le besoin s’en fait sentir.

Toutefois, prenez garde à ne pas reprendre trop haut. La reprise doit vous permettre de récupérer et ne doit en aucun cas être difficile dès la première semaine.

 

 
Astuce :En cas de grosses difficultés à allonger les séries, et que vous bloquez pour progresser, vous pouvez réduire l’amplitude de l’exercice qui vous pose problème et travailler en demi-amplitude. Vous allez créer une variante provisoire pour augmenter votre endurance et votre force.

Arnaud Methode Lafay et Denis Tiquet. 
Camille Daviot

 

Content Protection by DMCA.com

Loïc, 1m83, de 58kg à 100kg avec la Méthode.

11329920_1579236865654403_8607951905411777506_n

 

Bonjour à tou(te)s,

Je m’appelle Loïc, j’ai 26 ans et je pratique la méthode Lafay depuis 2006. Originaire du Nord Pas-de-Calais, plus exactement entre Lille et Dunkerque, vous me connaissez sans doute mieux sous le pseudonyme de « Faraday Lafay » dans nos espaces dédiés.

 

Voici mon histoire et mon parcours :

Très sportif depuis ma plus tendre enfance, je commence avant l’âge de dix ans la natation (6 ans), puis pratique le football pendant 1 an ainsi que le handball juste le temps d’une saison…En effet, je ne suis pas « fada » de ces activités… Par la suite, je me mets au tennis pendant 4 ans, sport pour lequel je ne suis pas bien doué mais que j’apprécie par le fait d’être seul avec ma raquette (et mon anti-vibrateur dont je suis tout fier !), de faire des échanges et de taper quelques balles contre les murs à temps perdu.

Cela ne dure qu’un temps …jusqu’au jour où un club de basket-ball ouvre ses portes dans ma ville. Je m’y lance alors à la demande de mon meilleur ami à l’âge de 14 ans : nous sommes tous de vrais débutants et tout est à construire. Je me souviens encore de notre plus lourde défaite lors de notre entrée en compétition, soit le score de 163-17 (une feuille de match ne comporte que 160 points…*larmichette*) contre une équipe où je garde en mémoire le sentiment que des Minimes sautaient tous plus haut les uns que les autres au panier… tels des Looneys Tunes tout droit venus de Space Jam ! À l’heure actuelle, soit 12 ans plus tard, je n’ai pas perdu mon amour pour le basket-ball que je pratique assidûment à côté de la méthode.

 

En 2006

2006 été 2006 (2)

été 2006

 

Je découvre la méthode Lafay dès sa sortie en 2004. Le schéma est plutôt simple : je suis un jeune collégien de 15 ans, freluquet, très timide et introverti, mal dans sa peau et en manque de confiance. J’achète le livre et le mets de côté les deux premières années… J’avais fait mes premières recherches sur la musculation n’y connaissant absolument rien. Je souhaitais donc changer physiquement. A cet âge là, le seul critère qui importe à mes yeux est l’aspect esthétique : devenir musclé !… nourri par l’envie d’être respecté par la « meute » et de plaire aux petites 😉

Je ne me suis jamais mis en tête de me rendre en salle telle une obligation. En conséquence, je n’ai donc pas d’aprioris sur la manière d’agir. Mes parents m’ont d’ailleurs acheté le genre de banc multifonction que l’on trouve à Décathlon mais qui finit par prendre la poussière dans le garage.

La méthode Lafay tombe donc à pic. Le forum musculation montre des physiques impressionnants d’athlètes tels Cedrixman, Horlab, Roman V et tellement d’autres !!! Sans une once de recul critique, je me vois alors évoluer à la même vitesse que cette ligue de gentlemans extraordinaires à condition de décider d’en être un.

 

Septembre 2014 – 83 kgs

septembre 2014 - 83 kgCe sont les débuts. Les trolls et les débats que l’on connaît tous aujourd’hui et depuis cette dernière décennie ne sont pas si virulents (du moins pas au tout début). Je ne doute donc pas de ce que peut m’apporter cette méthode. Je commence à pratiquer sereinement mais avec beaucoup moins d’outils qu’aujourd’hui. L’efficience n’est pas un terme connu dans le milieu, nous n’avons pas encore tous les articles à notre disposition et le livre vert se suffit à lui-même. C’est donc le seul outil de travail que nous avons à portée de main…

Ah bah non… les quatre-quarts sont déjà présents aussi (et je n’en mange pas… pas assez badass!)

Olivier est déjà très présent pour les pratiquants. Quelle n’est pas ma surprise lorsqu’il m’interpelle et me reconnaît sur les espaces Lafay depuis un forum de basket-ball sur lequel je traîne avec un pseudo totalement différent !!!

L’esprit No Pain No Gain prédomine chez moi et mes entraînements ressemblent à des scènes de combats épiques dignes des terres du milieu.

Mes performances aux tests sont médiocres : je suis incapable de réaliser deux dips et deux tractions et je ne fais que 10 pompes en tout et pour tout. Mes mensurations de départ, pour celles dont je me souviens, sont celles-ci :

taille : 1m83

poids : 58 kgs

tour de bras : 27 cm

tour de poitrine : 83 cm

tour de cuisses : plus bien sûr, moins de 50cm.

 

Septembre 2014

septembre 2014

 

La première année suffit à me faire exploser : 70 kgs, 37 de bras et 100 centimètres de tour de poitrine. Je ne travaille pas les jambes à cette époque (la souplesse non plus). Je peux réaliser plus de 30 dips au niveau 5. Je grimpe les niveaux 1-2-3-4 avec des amplitudes non conformes quand j’y repense, je me bute sur chaque niveaux, je ne fais pas de mini-boucles et je ne suis pas sûr non plus de me servir des séances à 70%. Par ailleurs, je reste sur des variantes faciles pour l’exercice 2 et 3 de la triade et j’atteins en moyenne des modes 12.

Au cours des années, je perds la motivation et lâche prise à plusieurs reprises. En effet, je sature soit physiquement, soit psychologiquement de mes séances qui deviennent difficiles. Je finis par les appréhender en raison de l’idéologie adoptée (NPNG). J’ai deux grosses périodes d’arrêt de plus d’un an sur mon parcours; périodes durant lesquelles je travaille en usine de nuit. L’arrêt du sport est total et mon poids chute d’au moins 10 kgs à deux reprises. Les mensurations sont en chute libre et à chaque fois que je trouve la force et la motivation de reprendre l’entraînement, je repars de loin et presque tout le chemin parcouru est perdu.

 

Septembre 2014 – 85 kgs

septembre 2014 - 85 kg

On peut dire ce que l’on veut, mais on ne peut certainement pas me reprocher de pratiquer une forme de sectarisme envers la méthode…ce mot qui fait tellement plaisir aux détracteurs car il les met face à quelque chose qui les dépassent totalement. Au cours de ces 9 années de pratique, non consécutives, 2-3 d’entre elles me permettent de tester énormément de cycles, de protocoles d’entraînements, de programmes et de matériels proposés par différents auteurs, par simple plaisir de diversité et friand de nouveauté. Ainsi dans ma bibliothèque, on peut y trouver tous les livres de Christophe Carrio et de Christophe Pourcelot, que j’ai pu pratiquer et apprécier. Chez moi vous trouvez entre autres des Kettlebells de 16 à 30 kgs, une corde ondulatoire, des sticks et rouleaux d’auto-massage, des élastiques, sangles TRX, gilet lesté, anneaux, BOSU, médecin ball, flexibar, slackline, slingshot, etc… bref, je ne manque de rien. En nutrition, je ne me suis pas cantonné à la lecture de la méthode de nutrition non plus (Venesson, Bonnefont, Carrio).

Fin 2012, je m’inscris en salle de musculation pour préparer le BPJEPS AGFF (après une année de licence STAPS). Je fais de la fonte, suis des programmes SuperPhysique, fais pas mal de cycle de force tirés de la Bible de la préparation physique. Tout y est passé : pliométrie, travail Bulgare (en force et en explosivité), excentrique, concentrique, isométrie totale et maximale, iso-trophie, tempos-contraste, développé couché et squat avec élastiques en charge variable, Stato-dynamique 1 et 2 temps, pyramidal, 10×10, drop sets, répétitions partiels… Avec mes antécédents de Lafayen, je peux soulever lors de mes recherches de 1 RM (répétition maximale) 140 kgs au Squat et 150 kgs au soulevé de terre à mes toutes premières séances, mon premier développé couché est de 100 kgs tout rond.

Une fois les tests de sélections passés, je me remets pleinement à la méthode Lafay . Je dois dire que je n’ai jamais autant progressé que ces 3 dernières années et ce pour de multiples raisons : L’efficience à travers l’entraînement est devenu le maître mot et j’apprends à gérer mes vagues de croissances en douceur. C’est à ce moment que je décide de parcourir le blog et de me mettre à la lecture de TOUS les articles en archive depuis 2004. Je prends beaucoup de notes et je rejoins le groupe protéo-systèm avec mon compte privé Faraday Lafay, histoire de devenir plus actif. J’ai été dans le rôle passif de l’observateur pendant très longtemps.

Janvier 2015

janvier 2015 - 90 kg

Malgré toutes mes expériences personnelles autour de l’entraînement, j’en suis toujours revenu à la méthode Lafay. J’imagine que je me suis toujours senti Lafayen au fond. Alors je commence à grimper les niveaux 2-3-4 avec des variantes difficiles et des deltas importants, je valide des modes 15 en moyenne mais avec des mouvements réfléchis et des amplitudes respectées à 90 kgs. Je boucle et prends goût à la douceur.

Une des sources de motivations des non moins négligeable et terriblement efficace est ma rencontre avec Arnaud Méthode Lafay « The recadreur » (p.188, sous mon autre cher ami, Arnaud Vovinam !). Cette rencontre me donne des frissons et me permets d’échanger longuement avec lui à plusieurs reprises mais aussi de me projeter.

Quand on rencontre son maître, on écoute, on observe, on échange et on se contente d’apprécier… :-p

Si jamais vous espérez le voir s’entraîner au même endroit que moi, ne cherchez pas, Arnaud est un Pokémon Légendaire !

Actuellement et pour la première fois en 9 ans, je décide d’aller jusqu’au bout du livre vert. Je suis au niveau 12 et sur le point de chevaucher le 13ème et dernier niveau, à mon réveil j’espère que mon tigre préférera la lèche au festin. Ils me réussissent plutôt bien et je n’appréhende pas mes séances (je pense que c’est un point fondamental si l’on désire faire les hauts-niveaux). Ils sont dans une logique (pédagogique) de No Pain No Gain. Je sais exactement où je désire me rendre à présent et j’ai hâte de retourner au niveau 2 pour progresser dans les bas niveaux en ciblant mes efforts. Je prévois d’atteindre des modes 20 en minima sur des variantes et deltas difficiles ! L’esthétique n’est plus mon objectif de premier plan, je souhaite juste améliorer en continu ma santé grâce aux 4 piliers tout en devenant très fort et puissant, endurant et… m’imprégner de l’univers de la méthode grâce à la bibliographie du tome 2 « l’espace stratégique »

J’ai malgré tout atteint un bon gabarit puisque je m’entraîne actuellement à 100 kgs de poids de corps, 43 cm de tour de bras, 134 cm d’épaules, 114 cm de tour de poitrine, 72 cm de cuisse et… 95 cm de tour de taille en fin de prise de masse ! (oui, c’est conséquent !). À présent, je désire devenir très sec. Je vais prendre mon temps avec cette sèche pour laquelle j’ai prévu d’atteindre 85 kgs, dans un premier temps.

 

Février 2015

février 2015 - 91 kg

Mon objectif est d’être le plus léger possible avec un ratio de force important. J’ai besoin de me sentir léger pour être explosif dans tous les domaines sportifs qui sont et seront miens : le basket-ball et les sports de combats/self défense que j’ai prévu de pratiquer à l’avenir (et pourquoi pas la salsa, hein ?!). J’ai ce besoin de légèreté et de « dégraissage » !

Une chose est certaine, j’ai choisi de suivre le chemin de la douceur ; elle me mène où j’ai envie d’aller et la méthode représente à mes yeux un ancrage très profond depuis bientôt 10 ans: c’est une structure malléable impactant sur ma personnalité. C’est aussi le seul domaine qui me donne un réel sentiment de contrôle et c’est particulièrement important lorsque l’inhibition de l’action fait rage autour de vous et que tout semble aller mal à l’extérieur ! 🙂

Si je dois donner un conseil aux lecteurs de ce site, c’est celui d’écouter son corps et d’apprendre à cibler ses efforts pour être en perpétuel évolution, apprendre à reconnaître les vagues de croissances. Se précipiter dans une quête de culte du corps, c’est passer à côté de l’idéologie douce propre à la méthode. Beaucoup désire changer l’ordre des exercices et des temps de repos dès le départ par manque de résultats sur tel ou tel groupe musculaire : c’est oublier que la structure de la méthode est un système. Sortir du systémique et n’en avoir qu’une vision analytique est une perte de temps et d’énergie, vouloir être autonome dans son entraînement avant même d’avoir pu flirter avec chaque niveaux de la méthode est une erreur : le chemin se construit en marchant, la douceur mène à tout ! 🙂

Content Protection by DMCA.com

Témoignage de Sylvain Michel

Bonjour à tous, je m’appelle Sylvain MICHEL, j’ai 20 ans et suis originaire de Dunkerque. Mon histoire commence en février 2012 lors d’une banale visite médicale, j’avais alors 17 ans et pesais à l’époque 56kg pour 1m83. Mon médecin m’a vivement conseillé de me mettre à la musculation ou à la natation et d’essayer de prendre du poids car je risquais des problèmes de santé importants, j’étais selon elle à la limite de l’anorexie. Effectivement, je ne supportais plus les remarques des autres sur mon physique, notamment les petits surnoms comme « crevette », « fil de fer » ou encore « on voit tes os c’est dégeulasse ». Bref, c’est ce petit déclic qui m’a donné envie de me prendre en main, j’ai donc cherché sur internet quelques conseils puis  je suis tombé sur le livre « méthode Lafay ».

 

Photos prises le 15mars 2012 – 1m83 – 55,5kg

1

 

J’ai aimé le concept de pouvoir m’entraîner seul à la maison et avec peu de matériel. Je n’aurais pas eu le courage d’aller en salle de sport, j’avais trop honte de mon physique. N’ayant jamais eu de passé sportif, j’ai donc commencé les test du niveau 1a, mes maximums ont été de 0xB1, 0xc1, 10xA et 4x A1, on peut dire que je ne pouvais commencer plus bas. J’ai donc démarré au niveau 1b et j’ai commencé à manger plus que d’habitude sans forcément faire attention à ce que je mangeais. Au bout de 2 mois d’entrainement, j’avais déjà pris 5.5kg, j’étais désormais à 61kg.

 

2

 

Jamais je n’aurais pensé réussir à prendre du poids aussi facilement, j’étais alors motivé plus que tout et m’étais désormais trouvé une nouvelle passion. Durant 2 ans, j’ai continué de manger un peu plus et j’alternais les boucles entre les niveaux 2 et 5. Je suis parvenu à prendre 17kg et pesais alors 72,5kg pour toujours 1m83.

Je me suis rendu compte que prendre du muscle n’était pas dédié à seulement certaines personnes ayant « une bonne génétique », mais que tout le monde pouvais y parvenir, qu’il suffit juste de s’en donner les moyens. Il y aura toujours des personnes qui essayeront de vous déstabiliser peu importe ce que vous faîtes, mais si vraiment c’est ce que vous souhaitez, il faut continuer de vous battre pour y parvenir.

 

3

 

Ma 3e année de méthode a donc été décisive, je décide de me mettre sérieusement à la nutrition et de commencer une grosse prise de masse suite à un mois de recadrage avec Arnaud. Jamais je n’aurais pensé autant aimer suivre la nutrition. Calculer les calories et manger sainement sont devenus pour moi une passion, même si aux yeux des autres personnes on peut parfois paraître étrange 😉

J’ai donc atteint en fin de prise de masse (mars 2015), le poids de 84kg pour 1m83, j’étais alors à +28,5kg en 3 ans, un exploit pour moi. Mes mensurations ont également explosé, je suis passé de 25cm à 38cm de tour de bras, de 38cm à 61cm de tour de cuisses, de 95cm à 127cm de tour d’épaules et de 83cm à 110cm de tour de poitrine.

 

4 5

 

Désormais, je vise la compétition de culturisme en catégorie Mens physiques / fitness model non pas dans le but de devenir Mr Olympia mais juste pouvoir m’amuser en montant sur scène, je veux garder la musculation comme étant un loisir et continuer de profiter pleinement de la vie.

Actuellement en sèche, j’envisage dès juillet une nouvelle prise de masse où j’essayerai d’atteindre les 90kg. Vous pouvez me suivre si vous le souhaitez sur mon Instagram (sylvain_fit59) où je partage quotidiennement mes entraînements et mes repas.

 

6 7

8 9

 

Je vous dis à très bientôt pour plus de résultats et vous souhaite d’atteindre vos objectifs.

Sportivement.

Sylvain MICHEL

Content Protection by DMCA.com

Optima ou Maxima?

10955645_10153298333336064_7312596284758959610_n (1)

 

Le culte de la performance détruit nécessairement votre équilibre.
 
Ci-dessous, quelques citations de Jurgen Ruesch, commentées par votre serviteur.

« Il n’y a pas de raison de penser que l’être humain a une tendance instinctive à quantifier. En fait, ce que nous savons des moeurs des mammifères indiquerait plutôt que ceux-ci recherchent des optima plutôt que des maxima pour les diverses conditions qui leur sont nécessaires. »
 
En bref, les mammifères cherchent non la performance, mais le bien-être, la satisfaction équilibrée des besoins. Je vous invite à lire Henri Laborit, qui développe ce sujet.

« Des optima sont des éléments d’une telle complexité qu’ils ne peuvent se mesurer qu’avec des paramètres beaucoup plus abstraits que ceux normalement utilisés dans la vie quotidienne. »

S’il faut trop de paramètres pour évaluer un optima, il devient dur de se comparer.
Pourrait-on bâtir une hiérarchie sociale basée sur la comparaison des optima des uns et des autres?
Comment quantifier l’optima?

« En conséquence, quand des êtres humains ont commencé à exercer une pression sur des individus pour qu’ils agissent d’une certaine façon en négligeant leur propres besoins instinctifs, la possibilité de maximaliser des variables est apparue. »
 
On parle clairement ici de dominance et de soumission.
Si l’on adopte la recherche de l’optima comme quête fondamentale (au lieu de celle du maxima), que devient l’échelle de la dominance, la hiérarchie sociale?

La recherche de l’optima (bien-être) semble incompatible avec une société menée par l’idéologie de la compétition, de la concurrence entre les êtres.

Dans la Méthode Lafay, on ne recherche pas la performance pour elle-même, on construit les conditions globales d’où celle-ci émergera en même temps que d’autres qualités importantes pour non seulement croître, mais aussi… durer.
La performance vient à nous, sans usage de la violence, sans « forcer » la croissance.
La performance, comme le muscle, est un effet secondaire de notre quête de santé, d’équilibre et de bien-être.

Et, comme les photos des athlètes présentés régulièrement ici le montrent sans doute possible, ça marche très très bien si l’on suit cette voie.

De la quête du maxima ne peut sortir l’optima.
Mais une production raisonnée de l’optima peut engendrer des performances qui se situeront alors comme des maxima par rapport à d’autres maxima recherchés pour eux-mêmes…

°
°
°

Exemple :
Je fabrique l’Optima à l’aide de l’Entraînement Stratégique (Méthode Lafay).
En fabriquant l’Optima, je parviens à réussir 40 tractions en prise large (effet secondaire de l’Entraînement Stratégique).
Je peux alors, sans l’avoir expressément cherché, .être aussi fort, voire plus fort, que des personnes qui s’entraînent exclusivement pour la performance aux tractions (Maxima).

Content Protection by DMCA.com

La Méthode Lafay provoque des déséquilibres? Un peu de science, avec Yann Ollivier

Préjugé n°1 : La Méthode Lafay provoque des déséquilibres

 

1. Introduction

La cybernétique, en tant que science, sert d’abord à faire, à créer des modèles permettant une action efficace des hommes (ou des machines) sur leur milieu ou sur eux-même comme dans le cas de la Méthode Lafay (ML).

La biomécanique et la physiologie (entre autre) sont alors asservies dans un ensemble plus grand qui prend les décisions et commande l’action.

« C’est pourquoi il faut utiliser les études scientifiques comme des briques de lego, dans la construction d’une architecture qui dépasse le cadre strict de l’entraînement sportif. Autrement dit, une fois compris que nous avons affaire à un système complexe (training d’un individu particulier dans un environnement complexe qui agit sur lui et sur l’entraînement), il faut modéliser ce système complexe et produire un combo « entraînement + système de pensée » qui permette des résultats importants sans auto-destruction […] » (Olivier Lafay, in Science et Musculation)

Comme il n’est nul besoin de connaître le fonctionnement exact d’une voiture pour l’utiliser, il n’est nul besoin de connaître le fonctionnement du corps humain et de la ML pour l’utiliser avec succès. Pour aller d’un point A à un point B.

Pour autant, la somme des connaissance théoriques qui a permis l’élaboration de la voiture existe réellement. Les voitures ne sont pas nées ex nihilo, elles s’inscrivent dans une histoire scientifique et technique qui a permis leur réification (passage du projet à l’objet) grâce aux lois de la mécanique.

Il en va de même pour la ML, les données scientifiques en biomécanique, en physiologie, en psychologie (entre autre) qui ont permis sa réification ne sortent pas d’un chapeau. Elles sont d’ailleurs pour la plupart issues des mêmes ouvrages qui fondent la base théorique des entraînements classiques de musculation. Ces mêmes ouvrages que certains illustres chimpanzés bavards nous invitent à ouvrir pour comprendre ce que devrait être un entraînement de musculation. On retrouve, une fois encore, la pensée dogmatique qui résiste à l’avancée de la pensée scientifique, on nie l’évidence des faits pour ne pas déranger ses certitudes péniblement acquises, on refuse à l’esprit de s’étonner à coup de dogmes et d’arguments d’autorité. C’est là un véritable crime contre la démarche scientifique qui consiste d’abord à observer les phénomènes qui se produisent dans notre environnement.

Et si les données scientifiques biomécaniques et physiologiques utilisées dans l’élaboration des entraînements classiques de musculation et de la Méthode Lafay sont les mêmes et qu’on arrive à des résultats si divergents, c’est qu’on ne lit pas ces données avec la même grille de lecture. L’interprétation et la création de modèles (des programmes de musculation) qui en découle sera donc différente. Et la grille de lecture de la ML, c’est le constructivisme et la cybernétique (ou approche systémique).

Et la finalité de la cybernétique, c’est de produire des modèles tournées vers l’action comme nous l’avons déjà dit. « La cybernétique est l’art de rendre l’action efficace » comme le disait Louis Couffignal.

Pour comprendre les raisons de l’efficacité de la ML sous un angle biomécanique et physiologique, il faut d’abord comprendre comment l’homme est envisagé d’un point de vue systémique et cybernétique. La suite de l’article permettra d’aborder une partie des conceptions cybernétiques de l’homme tout en répondant au préjugé suivant : La Méthode Lafay provoque des déséquilibres.

 

2. Préjugé : La méthode Lafay provoque des déséquilibres

On entend souvent dire que du fait qu’il y ait plus d’exercices visant les triceps brachiaux (la triade) que d’exercices visant les biceps brachiaux (et les Muscles Brachiaux Antérieurs, on les oublie toujours !), la « térade » des premiers niveaux entraîne des déséquilibres.

  • Origine probable du préjugé

Il naît d’une vision analytique classique de l’entraînement qui consiste à stimuler les muscles agonistes et antagonistes en isolation et de manière « symétrique ».

  • Problématiques

Tout d’abord, de quels déséquilibres parle-t-on ?

S’agit-il de déséquilibres dans le développement des muscles biceps et triceps brachiaux ?

Ou alors s’agit-il de déséquilibres articulaires qui résultent de la modification du centre mécanique de mouvement d’une articulation ou de déséquilibres posturaux qui résultent, eux, de la modification du tonus de certains muscles capables d’infléchir un angle articulaire dans un sens ou un autre ?

 

3. Erreurs fondamentales

         3.1. Première erreur, en rapport avec le déséquilibre de développement : ne pas tenir compte de l’approche systémique appliquée à la musculation par Olivier Lafay

La Méthode Lafay met effectivement l’accent sur les triceps brachiaux lors des premiers niveaux mais, il faut, premièrement comprendre la logique interne de chaque niveau, les muscles ne sont pas stimulés un par un en isolation mais par secteur (ou bloc) et groupes musculaires, en synergie (voir l’article associé). Dans les premiers niveaux, on a donc cette répartition :

  • Les membres supérieurs et la ceinture scapulaire (avec pré-contrainte sur le dos)

  • Les membres inférieurs et la ceinture pelvienne (avec pré-contrainte sur le dos)

  • Le tronc, dont les exercices abdominaux réalisent la jonction entre les deux premiers secteurs

Cette organisation se modifie ensuite dans les niveaux supérieurs mais la logique des blocs musculaires est conservée.

Et deuxièmement, il faut replacer un niveau, dans l’organisation complète de la méthode en 13 niveaux de complexité et de difficulté croissantes. Si les triceps sont légèrement privilégiés sur les premiers niveaux, le développement musculaire s’équilibrera progressivement sur les niveaux suivants avec l’ajout des autres exercices de traction et avec l’ajout éventuel du Curl Lafay (seulement à partir du moment où on est capable de faire 15 répétitions de C).

 

     3.2. Deuxième erreur, en rapport avec les déséquilibres articulaires ou posturaux : ignorer un principe fondamental de la physiologie.

  • Ce principe est pourtant abondamment décrit dans les traités de physiologie. Il s’agit de l’homéostasie des systèmes composant un être vivants, c’est-à-dire que ces systèmes, ont, en eux-mêmes, les capacités de se maintenir en état d’équilibre métastable.
  • On retrouve ce principe en cybernétique, il s’agit de l‘auto-régulation des systèmes autonomes. Un système auto-régulé peut être asservi par un niveau d’intégration supérieur à ce système. On parle alors de servo-mécanisme. C’est le cas des muscles comme nous allons le voir :

  • Chaque muscle possède un tonus de base qui maintient sa longueur et son potentiel contractile entre des valeurs moyennes.

  • Le système musculaire est un système effecteur qui est asservi au système nerveux. C’est-à-dire que c’est le système nerveux qui : 1°) maintient le tonus du muscle ; 2°) ordonne au muscle de se contracter ou de se relâcher.

  • La section d’un nerf musculaire entraîne l’atonie du muscle et sa paralysie.

 

          3.3. Troisième erreur, confondre physiologie et pathologie.

Les déséquilibres articulaires ou posturaux sont possibles lors d’un entraînement qui dépasse les limites physiologiques de l’organisme. On rentre alors en pathologie. Une attitude No Pain No Gain lors de la pratique de n’importe quelle activité physique, même la ML, pourra conduire à ce genre de déséquilibres lorsque les capacités d’adaptation d’un système articulaire ou neuromusculaire se trouveront dépassé.

Dans le cadre d’une pratique qui respecte l’intégrité de l’individu comme la ML, une telle situation de déséquilibre ne pourra apparaître que suite à un non-respect des consignes.

Chaque séance, surtout quand les modes sont élevés, met l’organisme en état de stress. Celui-ci a besoin de repos pour récupérer. Les étirements consécutifs à la séance sont primordiaux pour conserver la souplesse de toutes les articulations (un déséquilibre articulaire récent peut ainsi être réduit par un étirement approprié) et produire un relâchement du tonus musculaire (le sur-entraînement peut conduire à une hypertonie musculaire qui aboutira à des contractures provoquant un déséquilibre postural et/ou des tendinites).

Le respect du délai entre les séances, du nombre de séances par semaine, des échauffements, des exercices respiratoires, de la relaxation, des semaines de repos régulières sont autant de facteurs qu’il faut respecter pour éviter l’installation de tels déséquilibres.

Ces critères sont fondamentaux pour un développement optimal de la musculature (entre autre). Dans l’article Esthétique, Performance et Santé (http://olivier-lafay.com/2014/11/24/esthetique-performance-et-sante-les-3-facteurs-essentiels/) Olivier Lafay considère que le facteur essentiel du développement avant l’entraînement stratégique et la nutrition est l’état de santé du pratiquant. C’est pourquoi ces facteurs considérés comme secondaires à l’entraînement de musculation sont en fait essentiels au bon développement de l’organisme.

 

4. Données physiologiques

Nous allons maintenant observer quels mécanismes neuromusculaires permettent l’auto-régulation d’un muscle. Cette auto-régulation concerne le tonus du muscle. Il est nécessaire que le système nerveux puissent enregistrer, en temps réel, les changements d’état du muscle pour adapter sa réponse.

On trouve donc deux types de récepteur spécialisé au sein d’un muscle.

  • Le fuseau neuro-musculaire, sensible à l’étirement en longueur du muscle, est disposé parallèlement aux fibres (ou cellules) musculaires

  • L’appareil tendineux de Golgi, sensible à la force exercée par les fibres (ou cellules) musculaires sur le tendon, est disposé en série. Il est donc à la jonction entre les fibres musculaires d’un côté, les fibres tendineuses de l’autre.

    Ces deux récepteurs sont à l’origine de deux arcs réflexes qui agiront comme des mécanismes de rétro-action capable d’informer le système nerveux sur l’état de tension et d’étirement du muscle :

  • Le fuseau neuro-musculaire est le point de départ du réflexe myotatique (du grec, myo : muscle ; taton : étirement) de Sherrington (stretch réflex). Il contrôle la longueur du muscle.

  • L’appareil tendineux de Golgi est le point de départ du réflexe d’inhibition autogénique. Il contrôle la force de contraction.

Pour illustrer la question qui nous intéresse avec des données physiologiques élémentaires, nous décrirons succinctement le réflexe myotatique de Sherrington. Sa découverte remonte au début du Xxème siècle et son application est quotidienne en clinique neurologique lors de l’épreuve des réflexes ostéo-tendineux [voir Fig.2]. Et son seul mécanisme est suffisant pour comprendre l’inanité du préjugé sur les déséquilibres articulaires et posturaux entraînés par la pratique de la ML. Pour les lecteurs désireux d’en savoir plus, chaque traité de physiologie est riche de détails sur la description de ce réflexe et du réflexe d’inhibition autogénique. Nous nous référons personnellement à la 3ème édition de l’ouvrage Neurophysiologie : Organisation et fonctionnement du système nerveux de Daniel Richard et Didier Orsal, à l’ouvrage Physiologie humaine de Hervé Guénard et à l’ouvrage Neuro-anatomie clinique de FitzGerald & FolanCurran.

Yo 02

 

4.1. Description du réflexe.

Un arc réflexe médullaire simple (mono-synaptique) se compose d’un élément récepteur, d’une voie afférente, d’un centre intégrateur, d’une voie efférente et d’un élément effecteur.

Dans l’exemple du réflexe myotatique [voir Fig.1], l’élément récepteur est composé par le fuseau neuro-musculaire, la voie afférente par les neurones sensitifs Ia & II, le centre intégrateur par la moëlle épinière, la voie efférente par le motoneurone α et l’élément effecteur par les fibres musculaires innervées par un même motoneurone α. Un motoneurone α et l’ensemble des fibres musculaires qu’il innerve est appelé une Unité Motrice.

YO 01

 

4.2. Fonctionnement du réflexe

Lorsqu’un stimulus vient étirer un muscle, les fuseaux neuromusculaires de ce muscle enregistrent cette variation de longueur qui est communiquée via la fibre afférente Ia au centre intégrateur puis commande au muscle de se contracter en retour via les motoneurones α.
La fibre afférente Ia donne également une collatérale vers un interneurone capable d’inhiber les motoneurones α des muscles antagonistes (mécanisme de l’innervation réciproque). On observe donc une inhibition des muscles antagonistes qui facilite le mouvement du muscle agoniste. L’action opposée des muscles agonistes (contraction) et antagonistes (décontraction) autour de la même articulation permet donc le raccourcissement du muscle étiré [Voir Fig. 2].

Chaque fuseau neuro-musculaire est capable d’enregistrer la longueur du muscle mais également sa vitesse d’élongation. On distingue donc deux composantes au réflexe d’étirement, une composante phasique et une composante tonique. Dans la composante phasique, on observe que « lors d’un étirement musculaire brusque, un signal bref mais intense est transmis à la moelle, déclenchant une contraction réflexe quasi instantanée du muscle dont provient le signal. Ce réflexe a pour fonction de s’opposer aux modifications de longueur du muscle. » (H. Guénard)

Dans la composante tonique, l’étirement musculaire est progressif et la « décharge transmise par les fibres sensorielles [du fuseau neuro-musculaire étiré] augmente progressivement, et se maintient pendant toute la durée de l’étirement. » Ce réflexe « joue un rôle essentiel dans le maintien du tonus et de la posture. » (H.GUENARD) [Voir Fig.3]

Yo 03

 

Ajoutons à cela un petit paragraphe qui nous permet conclure sur le fonctionnement du réflexe en constatant comment le vocabulaire cybernétique est intrinsèquement lié à celui de la neurophysiologie :

« Physiologiquement, les fuseaux neuromusculaires exercent un contrôle permanent de l’activité des motoneurones α, contrôle excitateur sur les motoneurones du muscle lui-même, inhibiteur sur ceux des muscles antagonistes. Ce système assure des micro-ajustements à chaque instant de la longueur du muscle et de celle des muscles antagonistes en sorte que l’articulation conserve un angle constant. Dans ce cas, le réflexe myotatique peut se concevoir comme un servomécanisme assurant un rétrocontrôle [positif] sur la longueur du muscle.

Une régulation de ce type est évidemment adaptée au maintien d’une position. De fait, le réflexe myotatique joue un rôle prépondérant dans les mécanismes nerveux contrôlant l’activité posturale. Il est d’ailleurs particulièrement bien développé dans les muscles antigravitaires. » (D. RICHARD ; D. ORSAL)[Voir Fig.3]

La longueur du muscle est donc contrôlée (empêchée ou autorisée) par la moëlle épinière en fonction des besoins de l’organisme. En physiologie, un déséquilibre postural ponctuel consécutif à l’étirement d’un muscle est donc immédiatement corrigé par ce réflexe myotatique qui ramène le muscle (brusquement ou progressivement) à sa longueur moyenne. Une activité physique tel que la ML qui respecte l’intégrité du pratiquant ne peut donc pas entraîner de déséquilibres posturaux comme nous venons de le voir.

 

5. Conclusion

Nous venons de voir que le préjugé selon lequel la ML provoquerait des déséquilibres ne résistait pas à la simple analyse des faits.

Premièrement, nous avons remis dans le contexte d’une pratique cybernétique de la musculation, l’idée que la Méthode provoquerait des déséquilibres de développement musculaire. Une fois cette idée contextualisée dans l’ensemble plus grand que représente le programme en 13 niveaux de la Méthode, il s’avère que ce déséquilibre initial des premiers niveaux entre extenseurs et fléchisseurs des coudes n’est qu’une étape. Il s’agit tout d’abord de poser les fondations du bloc ceinture scapulaire et membres supérieurs. Une fois les bases musculaires atteintes, on peut se soucier de l’esthétique propre à telle partie du corps ou des performances propres à tel mouvement (exemple, les tractions) mais, sauf impératif particulier, inutile de paniquer, les niveaux supérieurs donnent ensuite la part belle aux exercices de traction.

Deuxièmement, nous avons souligné que l’idée selon laquelle ce déséquilibre de développement musculaire pouvait entraîner des déséquilibres articulaires et/ou posturaux reposait sur deux erreurs :

1°) Tout d’abord, méconnaître un concept fondamental de la physiologie et de la cybernétique : l’homéostasie ou auto-régulation des systèmes autonomes. Pour illustrer notre propos, nous avons choisi d’expliquer ce qu’était le réflexe myotatique de Sherrington. L’étude de ce réflexe nous a permis de comprendre que :

  • le système musculaire est un système effecteur totalement asservi au système nerveux.

  • le système musculaire est également un sous-système du système locomoteur (os, articulations et muscles travaillant en synergie grâce au système nerveux).

  • le système nerveux assure l’auto-régulation du système locomoteur grâce à des arcs réflexes qui enregistrent les modifications d’état des muscles (mais aussi des articulations).

  • les arcs réflexes corrigent de manière automatique toute variation d’état d’un muscle qui modifie l’équilibre métastable du système locomoteur.

  • la contraction d’un muscle peut-être stimulée ou inhibée en fonction des besoins des niveaux d’intégration supérieur englobant ce muscle (ici, les systèmes locomoteur et nerveux).

Les exercices de la ML en stimulant le système locomoteur sans dépasser les limites d’adaptation des sous-systèmes articulaires et musculaires sont conçus pour ne pas provoquer de tels déséquilibres. Néanmoins, sur des modes élevés, l’état de stress augmente sur le système locomoteur et il arrive parfois que muscles et articulations soient sollicités très intensément, surtout lorsqu’on cherche absolument à arracher les dernières répétitions d’une série, quand on agit donc consciemment ou non de manière NPNG. Comme nous l’avons déjà vu plus haut et comme nous allons le revoir dans le paragraphe suivant, la Méthode Lafay comporte justement un moyen de contrôle de ces «débordements» ponctuels.

2°) Enfin, la deuxième erreur était de confondre physiologie et pathologie. Les déséquilibres articulaires et posturaux existent. Les déséquilibres de développement musculaire ne peuvent pas en être la cause car le tonus de ces muscles est contrôlé et régulé par le système nerveux, même si un muscle agoniste est potentiellement plus puissant qu’un muscle antagoniste. Ces perturbations articulaires et posturales sont donc d’ordre pathologique. Un non-respect des consignes de la ML peut très bien les entraîner comme toute autre activité physique dépassant parfois les capacités d’adaptation du système locomoteur. C’est pourquoi, les activités «annexes» de la ML (étirements, relaxation, exercices respiratoires, repos) sont en fait primordiaux. Ils font partie intégrante de l’entraînement conçu par Olivier Lafay. Les négliger, c’est risquer de faire apparaître, avec le temps, de tels déséquilibres articulaires et posturaux et toutes les conséquences néfastes que cela peut avoir. Ajoutons néanmoins que les causes de ces déséquilibres peuvent être antérieures ou non liées à la pratique de l’activité physique en question (par exemple, une entorse mal soigné), consulter un médecin ou un thérapeute manuel (étiopathe par exemple) ou d’autres spécialistes peut donc parfois s’avérer nécessaire.

Nous pouvons donc conclure que la Méthode Lafay ne provoque aucun déséquilibre ni articulaire, ni postural à condition que les consignes soient respectées scrupuleusement. On ne peut reprocher à la ML de provoquer de tels déséquilibres si on ne comprend pas qu’elle n’est pas juste un entraînement musculaire. Le travail de la souplesse, de la ventilation et de la relaxation sont tout aussi importants pour qui cherche à se développer de manière harmonieuse, à subordonner la construction du corps à la construction de soi, à croître et durer.

Disons, pour finir que le meilleur moyen de venir à bout d’un préjugé est encore l’étude des faits. Les petits malins qui nous conseillent d’ouvrir des livres de physiologie se contentent-ils, eux-mêmes, de seulement les ouvrir sans les lire ?

Yann Ollivier, éthiopathe

http://www.yann-ollivier.fr/

Content Protection by DMCA.com

Les élèves Lafay sur Facebook, n°42

Voici quelques unes des nombreuses photos qui ont été postées sur mon mur facebook, du 01 avril au 30 avril 2015.
Tous suivent la Méthode, soit 2 à 3 entraînements par semaine, sans charges additionnelles, selon la devise « mens sana in corpore sano ». Certains sont des pratiquants aguerris, d’autres s’entraînent depuis peu.
Tous ont adhéré à la polyvalence athlétique proposée par la Méthode, que ce soit pour briller dans leur sport de prédilection (arts martiaux, triathlon, rugby, tennis de table, etc), ou pour juste avoir le plaisir de vivre dans un beau corps, en pleine forme.
Vous pouvez cliquez sur ces photos pour les agrandir et voir ainsi de plus près les excellents résultats de la plupart d’entre eux.

 

Clemt Lafayen

Clemt Lafayen Clemt Lafayen1

Petit Chaton Futé et Mylène Combes Ferrand

Petit Chaton Futé Mylène Combes Ferrand

Khaled Klai

Khaled Klai

Charles le Lafayen et Thomas Lafay

Charles le Lafayen Thomas Lafay

Sarah-Fermit Lafay

Sarah-Fermit Lafay

Nicolas Ehret Alias Nicos‎

Nicolas Ehret Alias Nicos‎ Nicolas Ehret Alias Nicos‎1

Léa Lou

Léa Lou

JuJu Lafay

JuJu Lafay JuJu Lafay1

Toad Lafayen – Guillaume Ducatez et Toad Lafayen

Toad Lafayen Guillaume Ducatez et Toad Lafayen

Cris Écètou‎

Cris Écètou‎ Cris Écètou‎2

Baptiste Lonn’ Lafay et Ken LeCoutre

Baptiste Lonn' Lafay Ken LeCoutre

Kevin Owenn Capitaine‎

Kevin Owenn Capitaine‎ Kevin Owenn Capitaine‎1

Ju Lia Lafay

Ju Lia Lafay Ju Lia Lafay1

Edward Lambert‎ et Julien Patté

Edward Lambert‎ Julien Patté

Vinc Lafayen

Vinc Lafayen Vinc Lafayen2

Fatoumata Céline Gaudin Goacolou‎ et Maëva Lafayenne

Fatoumata Céline Gaudin Goacolou‎ Maëva Lafayenne

Xii Lafayen‎

Xii Lafayen‎ Xii Lafayen1

Winnie Lafayenne et Manon Félicio

Winnie Lafayenne Manon Félicio

Stéphane Bellot-Godin

Stéphane Bellot-Godin Stéphane Bellot-Godin1

Caro Nina

Caro Nina Caro Nina1

Wil L’efficient

Wil L'efficient2 Wil L'efficient4

Sacrée Charlotte et Tit Lu

Sacrée Charlotte Tit Lu

Antho Bct

Antho Bct

Mamie Cocotte

Mamie Cocotte Mamie Cocotte1

Wilfried Dubost et Antoine Lafayen

Wilfried Dubost1 Antoine Lafayen

So Lafayenne

So Lafayenne So Lafayenne1

Teddy Fadier et Arnaud Methode Lafay

Teddy Fadier Arnaud Methode Lafay

Audrey Boutonne

Audrey Boutonne

Aubin Lafayen

Aubin Lafayen Aubin Lafayen1

Melody Wetzel

Melody Wetzel

Julien Laviale

Julien Laviale‎1 Julien Laviale‎4

Soso Vanessa

Soso Vanessa

Aloïs Hlodwig et Mickael Edravle

Aloïs Hlodwig‎1 Mickael Edravle

Anais Guidal

Anais Guidal Anais Guidal1

Rocky Thib Maranello et Dylan Lafayen

Rocky Thib Maranello Dylan Lafayen1

Kpucine Lafay

Kpucine Lafay

Octave Ergébelle

Octave Ergébelle Octave Ergébelle2

Leslie Fonsa et Julie Sabatini

Leslie Fonsa Julie Sabatini

Thomas Van Hazebroek

Thomas Van Hazebroek

Loulou Lafay

Loulou Lafay

Jonas Quartram‎ et Kevin Dupont

Jonas Quartram‎ Kevin Dupont

El Maddy Lafay

El Maddy Lafay El Maddy Lafay1

Adc Lafay

Adc Lafay Adc Lafay2

Gio Lafay

Gio Lafay Gio Lafay1

Nesskiwi Astori‎

Nesskiwi Astori‎ Nesskiwi Astori‎1

Sshh Lafay et Pauline Ciccone Ruggeri

Sshh Lafay Pauline Ciccone Ruggeri

Baptiste Jmt et Dimitri Marchal

Baptiste Jmt Dimitri Marchal

Marianne Rudelle

Marianne Rudelle Marianne Rudelle1

Aymeric Drz‎

Aymeric Drz‎ Aymeric Drz‎1

Stephanie Lafayenne

Stephanie Lafayenne Stephanie Lafayenne1

Alain Trinquet‎ et Pierre Lafayen

Alain Trinquet‎ Pierre Lafayen

Stess Crn

Stess Crn

Dav Lafay

Dav Lafay Dav Lafay1

Tea Tautumapihaa

Tea Tautumapihaa

Maxime Plt et PIerre Lafayen

Maxime Plt PIerre Lafayen1

Ayoub Belfquih et Clément Lafay-Galak‎

Ayoub Belfquih Clément Lafay-Galak‎

TeeRexx Lafay‎

TeeRexx Lafay‎ TeeRexx Lafay‎1

Valentin Hoarau

Valentin Hoarau Valentin Hoarau2

Aurélien Claux et Loris Hoarau Lafayen

Aurélien Claux Loris Hoarau Lafayen

Damien Martin et Alex Lafay

Damien Martin Alex Lafay

Hyl Lafayen

Hyl Lafayen1 Hyl Lafayen2

Arnaud Vovinam

Arnaud Vovinam1

Nicolas Hervy

Nicolas Hervy Nicolas Hervy1

Remade Lafay

Remade Lafay1

Jason Le Maçon et Denis Pouchain

Jason Le Maçon1 Denis Pouchain

Reda Lafayen

Reda Lafayen1 Reda Lafayen2

Adrien Takeo Fujisawa‎

Adrien Takeo Fujisawa‎ Adrien Takeo Fujisawa‎1

Joffrey Zauzau et Lafaylicite Lafaymiff‎

Joffrey Zauzau Lafaylicite Lafaymiff‎

Anto Méthode Lafay

Anto Méthode Lafay

Guillaume Identité et Dyru Lafayen

Guillaume Identité Dyru Lafayen

Damien Moulin et Flo Drnd

Damien Moulin Flo Drnd

Vek Lafayen et Sébastien Parrat

Vek Lafayen Sébastien Parrat

Séb AS G-You Lafayen‎

Séb AS G-You Lafayen‎ Séb AS G-You Lafayen‎1

Adrien Lafayen et Geoffrey Ruin

Adrien Lafayen1 Geoffrey Ruin

Nicolas Lafay et Alex Casey

Nicolas Lafay Alex Casey

Bing Bing et Florient Miller Lafayen‎

Bing Bing Florient Miller Lafayen‎

Hank Kaidok et Guerric Petruszczenko

Hank Kaidok Guerric Petruszczenko

Jérome Nicolas

Jérome Nicolas

NL Lafay‎ et Florian Lafay

NL Lafay‎ Florian Lafay

Antoine Inked‎ et Rome Carette

Antoine Inked‎1 Rome Carette

Loic Benoit

Loic Benoit

Sébastien Piolet et Sebastien Delebarre

Sébastien Piolet Sebastien Delebarre

Sylvain Mercier et Seb De la Kanine

Sylvain Mercier Seb De la Kanine‎1

Olivier Lafayen et Ludo le Lafayen

Olivier Lafayen Ludo le Lafayen

Ugo Lgme

Ugo Lgme Ugo Lgme1

Steve Loiseau

Steve Loiseau Steve Loiseau1

SLx LaFay

SLx LaFay

Antoine Prieur et Kevin Lacoste

Antoine Prieur Kevin Lacoste1

Samy Ezzahhaf‎ et Guillaume Fabre

Samy Ezzahhaf‎ Guillaume Fabre

Scott Soulier

Scott Soulier

Mahmoudii Dbz‎ et Vincent Dumay

Mahmoudii Dbz‎ Vincent Dumay

Max Lafayen

Max Lafayen Max Lafayen1

Max Roux’skov Lafayen‎ et Jimmy Lafayen

Max Roux'skov Lafayen‎ Jimmy Lafayen

Nicobzh Lafayen‎ et Armand Méthode Lafay

Nicobzh Lafayen‎ Armand Méthode Lafay

Ptitou Lafay

Ptitou Lafay Ptitou Lafay2

Rafik Unkut

Rafik Unkut

Réda Minimalist‎

Réda Minimalist‎ Réda Minimalist‎1

Thierry Michel et Louis Lafayen

Thierry Michel1 Louis Lafayen

 

Content Protection by DMCA.com

Quelques pas supplémentaires sur la voie de la CyberMuscu

10378960_10153272774631064_4742515903576811128_n 11156380_10153272784831064_6702936091932002495_n

 

(Par Maxime Bratanoff, préparateur physique)

Un point de vue pertinent, par une personne qui a étudié mon travail et une partie non négligeable de mes sources bibliographiques.

Il aborde deux sujets dans son article :
1 – le manque de culture cybernétique dans l’enseignement sportif et ses raisons.
2 – le rapport particulier de l’athlète avec les charges lourdes et légères dès lors qu’il est formé en cybernétique.

Déjà la Méthode Lafay ce ne sont pas des cycles et des planifications. C’est une modélisation qui vient de la science de la cybernétique, la science dont les coach et scientifiques spécialistes du corps humain n’ont pas appris a tenir compte alors même qu’elle englobe la biomécanique et la physiologie;

L’ouvrage ci-dessous est une preuve parmi d’autres que la Cybernétique englobe la Biomécanique, la Physiologie, l’Anatomie et tant d’autres domaines : http://amzn.to/2tIwQK2

(ouvrage de référence faisant partie de la bibliographie de la Méthode Lafay)

C’est une science très SUBVERSIVE, qui a été mise a l’écart (voir article intitulé « l’avenir de la musculation sera cybernétique » d’Olivier Lafay) car elle apprend entre autres à comprendre et envisager les choses de manière Globale et Systémique; et par conséquent donc cesser de se faire manipuler.

C’est pour cela qu’il est vain et faux de croire/d’affirmer qu’Olivier Lafay manipule les gens, puisqu’il donne les outils conceptuels, les sources littéraires issues de diverses disciplines HUMAINES (cybernétique, romans, sociologie, systémique, épigénétique, épistémologie, biologie des comportements, anthropologie, éthologie, pensée stratégique, constructivisme, philosophie) pour se libérer des conditionnements culturels.

Dire qu’Olivier Lafay manipule les gens est typiquement une invention de dominant frustré ou de dominé ignorant (Cf citation de Olivier reprenant Wilhelm Reich).

Et ce n’est pas bon pour les « puissants » que les gens se cultivent de la sorte…

*
*
*

Autre sujet (sur l’idée d’alterner avec des cycles avec charges lourdes) :

Pour Olivier Lafay, les charges lourdes doivent être proscrites car elles ne font pas parti du cahier des charges « spécial système nerveux », étant donné qu’elles pompent son énergie.

Ainsi, tout ce qui nuit au SNC (pliométrie haute, excentrique lourd, isométrie maximale, gainage extrême, charges > 80%, toutes les techniques d’intensification), est éliminé. Cela simplifie le choix des techniques.

C’est entre autres (mais pas que) la raison du choix des séries longues avec repos courts. Mais ces séries longues propres au Protéo-System ne sont pas celles qu’on t’apprend en musculation classique.
En musculation classique, les séries longues sont envisagées avec des repos longs puisqu’on raisonne de manière a développer une qualité (masse, puissance lactique) et qu’on cherche l’INTENSITE comme valeur inhérente au progrès physique.

Ou alors tu trouveras aussi des séries longues TROP légères pour permettre la prise de force et de masse ne satisfaisant qu’un type de développement, l’endurance musculaire (bodypump, modèle d’ Eberhard Mund en prépa physique pour l’Aviron, séries de 100 pour « capillariser » et « relancer un point faible »).

Les séries longues ont même été catégorisées dans le monde la l’entrainement physique comme inaptes et non rentables. Ce n’était pas vraiment un tort vu sous un certain angle, mais encore une fois le changement de paradigme nous montre que le contraire est possible et salutaire. Et, par exemple, le Modèle Cometti leur a préféré l’emploi de charges moyennes et lourdes pour travailler l’endurance de force, modèle certes très efficace mais « annihilant  » le système nerveux (manque de réflexion systémique)

Ce qui change dans la Méthode Lafay, c’est que le mode d’emploi des séries longues est articulé autour d’une des notions fortes de la cybernétique: LES BOUCLES DE REGULATIONS de l’organisme, et les besoins d’adaptation rapide à n’importe quel environnement.
Le système de boucle-miniboucle propre à l’Entrainement Stratégique permet de rendre les séries longues « courtes » pour l’athlète, aussi bien dans sa perception de l’effort que dans le rendement physiologique.

EXEMPLE : dans la Méthode Lafay, tu observeras des athlètes faire un 6 X 20 dips complets (endurance de force très élevée), cela enchaîné 25 secondes plus tard sur des pompes serrées pied sur support d’1 mètre de manière hyper explosive en séries longues repos courts.
On devient explosif et fort sur une pré-fatigue quand même importante (les dips ce n’est pas un exercice léger)

Alors tu commences à réfléchir a la notion de longueur de séries et qualités physiques développables. Et à remettre en question les savoirs appris dans les STAPS ou les BPJEPS.

Des études en physiologie de l’effort ont montré des passerelles/interférences entre divers systèmes énergétiques.

Il y a des « qualités » qui ne vont pas ensemble comme le montre l’étude de Docherty et Sporer en 2000 sur l’impossibilité de concilier prise de masse (en séries de 8-12 rep) et puissance aérobie (fractionnés divers) Selon cette étude on ne peut gagner sur les deux tableaux, on va nuire à l’un des processus de développement (http://www.optimaxtraining.com/article-musculation.php)
Et il y a un tas d’autres études la-dessus, notamment sur la prise de force et l’endurance délicates qui seraient donc délicates à appréhender ensemble.

En sciences, il y a tout et son contraire. Et la lectures d’auteurs scientifiques comme Kuhn, Bachelard ou Klein permet de passer à un modèle de pensée supérieure.

A cela s’oppose la pratique, comme le modèle de Charles Statley Escalading Density training qui propose d’enchaîner un exercice ago et antago polyarticulaire pour faire de la masse dans une durée déterminé de 3 a 20 min avec des charges de 60 a 75% de son max
On essaye de battre progressivement ses performances=> c’est une sorte de série longue entrecoupée de repos courts qui stimule fortement le cardio comme un fractionné. Mais qui reste assez costaud à digérer pour l’organisme.

Tu as aussi les crossfiteurs, rugbymen, lutteurs ou décathloniens qui allient force masse endurance (mais peut on prendre en exemple le haut niveau?) qui démontrent la possibilité d’associer des qualités avec une bonne planification (qui prend le pas sur tout le reste de sa vie).

Pour ce qui concerne la Méthode LAFAY, au vu des résultats affichés sur le net, le constat est implacable: elle a été construite et réfléchie pour tirer partie de ces passerelles/rapports entre force masse et endurance, éliminant ou dépassant les interférences possibles entre filières énergétiques; et le bonus c’est que tu n’es pas fatigué par les séances pour s’accomplir aussi dans d’autres activités, si tu suis correctement la logique de l’Efficience.

Voir qu’également ce que j’écris dans cet article : http://olivier-lafay.com/…/un-preparateur-physique-qui-a-c…/
Patience pour la suite…

‪#‎pourtouslescoachs‬
‪#‎progressonstousensemble‬
‪#‎dissoudrelenpng‬
‪#‎reliertoujoursrelier‬
‪#‎visionglobale‬

[les photos illustrant cet article sont celles de :
– Arnaud, pratiquant Lafay et sportif de haut niveau;
– Loïc, pratiquant Lafay ]

Content Protection by DMCA.com