Une histoire de chiffres (et d’attitude)

Il court, il court, le Lafay…

-003_zps6319cd65

 

Nous n’allons pas, cette fois, parler des mensurations exceptionnelles ou des performances remarquables de tel ou tel pratiquant de la Méthode. Ce sont d’autres chiffres que je livre avec joie à vos regards (bientôt) ébahis.

En quelques jours, nous avons franchi des caps symboliques :
– 30.000 membres sur la page Facebook officielle;
– 50.000 vues sur la vidéo « les pompes » de la chaîne Youtube officielle;
– 250.000 lectures de l’article « Stratégie de la motivation ».

 

-007_zps3fb71ab3

 

Sans trucage, achat de « j’aime » ou marketing outrancier, la plus importante page facebook consacrée à la Méthode affiche donc aujourd’hui 30.280 membres.
(cliquez ici pour voir la page facebook)

En seulement 4 mois, sans aucun tapage, la vidéo consacrée à l’exécution des pompes est parvenue à 50.071 vues. Cette vidéo, conçue pour enseigner la bonne manière d’exécuter A, A3, A12 (etc.), reçoit 300 à 400 nouveaux visiteurs chaque jour.
(cliquez ici pour découvrir la chaîne officielle youtube)

L’article « Stratégie de la motivation », publié sur le forum musculaction.com en mai 2006, a rencontré un très large public : 250.365 lectures à ce jour. Régulièrement commenté et cité, l’engouement qu’il suscite ne diminue pas, bien au contraire.
J’ai tenu à fêter avec vous le franchissement du cap symbolique des 250.000 lectures en vous proposant de lire cet article dans sa toute première version, illustrée, publiée en 2004. Les illustrations et la mise en page facilitent la lecture, la rendant plus agréable que sur le forum.
(cliquez ici pour lire la première partie de Stratégie de la motivation)

 

-006_zps3fb756d7

 

(cliquez ici pour lire la deuxième partie)

 

-004_zpsc39901f7

 

Ces chiffres sont certes impressionnants, mais à l’heure où beaucoup, sur internet, adoptent des techniques et stratégies plus ou moins honnêtes dans le but de faire grimper les compteurs (youtube, facebook), il devient nécessaire de les replacer dans le contexte de l’évolution de la Méthode Lafay; qui inclue bien évidemment le milieu internet de la musculation.
Bref, dans ce maelström des chiffres internet, il faut donner du sens.

 

 

A/ 30.280 membres sur facebook

Cela paraît beaucoup, mais c’est encore bien peu si l’on tient compte des centaines de milliers de pratiquants de la Méthode. Cela s’explique par la faible médiatisation de cette page facebook pendant des années. Elle a été créée en 2008 par une personne appréciant mon travail. Je l’ai reprise en 2010 et j’ai commencé à m’en occuper, tout doucement. Ce n’est que plus tard encore que mon éditeur a noté l’adresse de ce compte facebook dans mes livres. C’est ainsi que, depuis 2012, le rythme des inscriptions a grimpé en flèche, avec plus de 1200 nouveaux membres chaque mois (en moyenne).

C’est une progression tranquille, sans artifices. Je ne cherche pas à gonfler les chiffres avec des procédés plus ou moins avouables (et jamais avoués par ceux qui les utilisent). On peut acheter des « j’aime » sur facebook (eh oui) et employer des techniques destinées à contraindre un maximum de personnes à cliquer sur « j’aime ».
Si l’on investit du temps et de l’argent, le compteur grimpe vite.
Ainsi, des administrateurs de sites de musculation se sont lancés dans une guerre des chiffres, utilisant tous les « trucs » marketing à leur disposition pour avoir plus de « j’aime » que la Méthode Lafay. Pourquoi? Parce qu’ils veulent, en tant que grenouille du muscle, paraître plus gros que le boeuf (la Méthode Lafay étant la référence depuis 2004). Le but étant bien sûr de tirer un maximum de profit de personnes dupées par une apparence avantageuse, en leur vendant toutes sortes de produits dont la plupart sont parfaitement inutiles.
Ce dopage des chiffres conduit à des situations aberrantes où des sites ont parfois beaucoup plus de « j’aime » sur facebook que de membres inscrits sur lesdits sites/forums…

Je vous invite à jouer à un petit jeu : prenez plusieurs sites de musculation, notez le nombre de membres affiché sur facebook, et comparez avec le nombre de membres inscrits sur leur site/forum, puis comptabilisez les membres « actifs ». C’est édifiant.

 

-008_zps64b93de3

 

 

B/ 50.071 vues sur la vidéo « les pompes » de la chaine Youtube officielle

Pendant huit ans, j’ai dû me battre contre des adeptes de la musculation classique extrêmement désireux de me détruire (auteurs concurrents, sites de musculation, bodybuilders intolérants). J’ai dû faire face à maintes campagnes de dénigrement. Cela persiste, mais de manière moins remarquable, car constatant leur impuissance devant le développement de la Méthode Lafay, ces acharnés ont préféré changer leur fusil d’épaule. Ils ont opté pour la copie (plus ou moins discrète) et les attaques en douce, moins susceptibles de se retourner contre eux.
Le choc frontal se raréfiant, j’ai pu souffler, et ainsi disposer de temps pour créer la Chaîne Youtube Officielle consacrée à la Méthode (16 octobre 2012). Pour ceux qui le savent pas encore, c’est une chaîne de vidéos destinées à expliquer comment bien exécuter les exercices présents dans mes livres.
Dans ce contexte, 50.000 vues pour une vidéo en quatre mois, c’est une belle réussite.

Certains iront bien sûr claironner qu’ils ont des centaines de milliers de vues, voire des millions sur certaines de leurs vidéos. Mais parle-t-on bien de la même chose? Encore une fois, un oeil attentif permet de faire le tri entre les gens honnêtes et les spécialistes du « gonflage de compteurs ». Là encore, la comparaison entre des vidéos Youtube dépassant parfois le million et la cruelle réalité du nombre d’inscrits sur un site/forum est édifiante.

 

-006_zpseebf2fcb

 

 

C/ Stratégie de la motivation : 250.365 lectures

Je ne vais guère développer cette dernière partie, car le nombre ci-dessus vaut un long discours.
Comment ne pas être extrêmement satisfait, et même absolument enthousiaste, en voyant l’intérêt provoqué par un article « sérieux », traitant de notions complexes?
Quand on sait qu’un livre dit « intellectuel » dépasse rarement les 5.000 exemplaires vendus à l’année, on déplore que si peu de gens puissent avoir accès à des notions nouvelles, incroyablement utiles et développées « en marge » depuis 70 ans.

Stratégie de la motivation est une forme d’introduction au Constructivisme, et je suis pleinement heureux d’avoir pu offrir une tribune de cette envergure à cette pensée (et cette pratique) révolutionnaire.
Et je lui suis tellement reconnaissant de tout ce qu’elle m’a apporté (notamment les moyens intellectuels et techniques d’élaborer la Méthode Lafay).

 

-007_zps9edb6ed4

Content Protection by DMCA.com

Le dernier film des rémois du Parc De La Patte D’oie

Courtmeacutetrage12_zps2a7e08ca Courtmeacutetrage05_zpsb3161af2

 

Un court-métrage musclé de et avec : Jérôme PINA, Mickaël DÉGREMONT (Toad Lafayen), Florian BALICKI (Zéro), Teddy LEROY et Fabien THIERY (Tito Laporta)

 

Courtmeacutetrage01_zpsc6a48936 Courtmeacutetrage08_zpsf542000d

 

Régulièrement, des sportifs se réunissent à Reims, au Parc De La Patte D’oie, pour y faire de la musculation.
La Méthode Lafay, ainsi pratiquée en plein air, devient “Street Workout”, et les plus aguerris y ajoutent des exercices de Street Workout “made in America” et autres exercices de gymnaste.

 

Courtmeacutetrage07_zpsa26861c3 Courtmeacutetrage09_zpsf4cbf80b

 

Parmi ces sportifs, certains se sont lancés dans une série de courts-métrages, emportés par l’enthousiasme de Jérôme Pina, dont c’est la grande passion.

 

Courtmeacutetrage02_zpsd11c21c5 cm6_zps17fbe3d2

 

J’ai déjà passé sur ce blog un de ces petits films, plutôt bien réalisé, et qui a été vu plus de 12.000 fois (cliquez ici pour lire l’article et voir “Le maître de la Zone 51”).

 

Courtmeacutetrage04_zpsc7789a53 Courtmeacutetrage03_zps899a981f

 

Voici donc, ci-dessous, leur dernière oeuvre. Selon moi, un pas a été franchi. L’ensemble est dur, assez violent (âmes sensibles s’abstenir), et plutôt convainquant.

 

 

Courtmeacutetrage11_zpsec8979a8 Courtmeacutetrage10_zpse5c9a83a

Content Protection by DMCA.com

Ostéopathie, les premiers pas (avec Géraldine Fournel)

Benjamin

gfBnjmnGjrd_zpscd3d570b gf01_zpse217355b

 

Ceux qui suivent régulièrement ce blog le savent, lorsque l’on veut transformer son corps tout en maîtrisant un tantinet sa trajectoire de vie, il importe de subordonner la construction du corps à la construction de soi.
Si l’on veut répondre favorablement aux exigences sociales contemporaines d’adaptation permanente, sans être détruit, et se déployer dans le monde de manière satisfaisante et durable, le muscle ne peut être une fin, seulement un moyen. Et l’entraînement devient périphérique au lieu d’être central.

Ce constat a pu engendrer une inquiétude légitime, puisque les théories classiques, en musculation, postulent qu’il n’est guère envisageable d’obtenir un physique athlétique et esthétique sans y investir une part majeure de ses ressources (énergie, émotions, imagination, temps, relations, argent, etc.).

 

GF02_zpsdc5f0e6c GFbenjmn_zps0e71422e

 

Il est néanmoins devenu possible, et la Méthode Lafay l’a amplement démontré, de diminuer considérablement l’investissement physique et psychologique dans la pratique de la musculation, sans porter atteinte aux résultats attendus, bien au contraire. Cette approche, rendue effective grâce aux outils théoriques et pratiques rangés sous le concept d’Efficience, lie dans une même structure haute technicité de l’entraînement et maîtrise graduelle du contexte.

Mes livres, mettant en forme les outils de l’Efficience, proposent une structure linéaire, qu’anime un processus circulaire, ainsi que les toutes premières voies d’accès à la notion de contexte. Les articles du blog affinent davantage les outils pratiques, pour un entraînement toujours plus précis et technique, et se proposent d’offrir de nouvelles voies d’accès au contexte, tout en élargissent celles déjà abordées dans les livres.

 

Dorian

gfdorian_zps019b470e

 

Qu’est-ce que le contexte? Ce sont tous les éléments qui influent sur notre vie, qui la contraignent, en bien ou en mal. En tant qu’individu, nous évoluons dans un contexte biologique, social, matériel, environnemental, historique et idéologique. Nous sommes façonnés par ce contexte (nous sommes produit) et nous le façonnons par nos actions (nous sommes producteur). Nos relations au monde, aux autres et à nous-mêmes (et donc à notre corps) ne peuvent être séparées du contexte.
Si nous désirons que ce contexte nous serve au mieux, notamment dans notre quête d’un meilleur physique, nous devons appréhender les règles qui le constituent. Notre propre contexte de vie peut limiter notre progression musculaire et, par manque de connaissances, nous pouvons êtres amenés (inconsciemment) à façonner un contexte qui renforcera ces limites, voire en créera de nouvelles.
La frustration, la rage, le désespoir, et même le dopage, ne sont pas loin.

 

Thomas et Rudy

gfthomas_zpsefc5c24c gfRudy_zps00c08c28

 

Mieux comprendre le contexte, c’est pouvoir penser ses objectifs, ses modèles, ses relations, son investissement et se reprogrammer dans le sens d’un comportement adapté à la poursuite d’objectifs adéquats, modifiables à chaque instant par l’analyse critique. En clair, c’est gagner en souplesse comportementale, pour un mieux-être. C’est se mettre en condition de pouvoir « danser avec la vie » (cf Edward Hall), de la « surfer » (cf Joël De Rosnay).

Les textes présent sur ce blog visent cet objectif : donner à chacun des outils pour qu’il élabore sa propre structure fonctionnelle de rapport au monde, aux autres, à soi. Plus la maîtrise, dans l’élaboration de cette structure globale, s’affirme, plus il est aisé de développer son corps avec un investissement physique et psychologique réduit. L’Efficience produit la maîtrise et elle en est le produit.
Il ne s’agit donc pas d’écrire pour écrire, de faire de l’art pour l’art, de la pensée pour la pensée, mais bien plutôt de produire de la pensée utile pour l’action : de nourrir et stimuler l’action efficace.

Les articles présent sur ce blog relient l’Histoire à votre corps, la société à votre corps, vos relations affectives à votre corps, votre propre histoire à votre corps, etc. Ils replacent le muscle dans la perspective d’un vaste réseau, dans la « structure qui relie » (cf Gregory Bateson), en examinant les relations entre tous les éléments constitutifs du contexte.
Dans cette optique, les articles sur la médecine ou tout autre sujet qui ne semble pas, en apparence, directement lié à la musculation, sont légitimés par le projet de vous fournir les outils permettant la construction d’une autonomie fonctionnelle.
Il s’agit d’élargir notre vision du monde, de gagner en recul stratégique, afin de mieux ordonner nos actions, dans l’espoir de constituer un équilibre personnel satisfaisant.

On se met en condition d’accéder à cet équilibre autant par la maîtrise de nouveaux outils que par la réduction ou la suppression de déséquilibres existants. Et les causes de déséquilibres, dans notre vie, sont légions. Certaines difficultés, qui nous perturbent, peuvent être éliminées seul ou avec un peu d’aide, d’autres s’installent plus durablement et deviennent des problèmes. Des actions maladroites freineront l’évolution d’un traumatisme vers sa guérison, ou même augmenteront son potentiel de destruction.

 

Kilian Germain et Arnaud

GF03_zpsb3f34125 gfarnaud_zps9cfdd3e5

 

Si on se limite au seul aspect physique, les causes de déséquilibres sont plurielles : une mauvaise posture (exercice), un choc (accident, chute en sport, etc.), une alimentation inadéquate, les effets du stress (des tensions qui « s’inscrivent dans le corps », tendent les muscles et, limitant l’action, favorisent l’apparition de douleurs, usures, blessures).
De mauvaises compensations s’installent alors, instaurant un équilibre dysfonctionnel nécessaire à la survie dans l’immédiat, mais handicapantes et nuisibles à court, moyen ou long terme. Les handicaps invisibles ne sont pas moins dangereux que les visibles, puisqu’ils nous gouvernent à notre insu, avec des conséquences parfois dramatiques.

L’ostéopathie se veut être une des solutions susceptibles d’atténuer ou éliminer ces déséquilibres. Elle participe d’une gestion globale de soi où l’on agit autant pour prévenir que guérir, en étant conscient des liens existant entre tous les éléments du contexte. Le plus petit traumatisme pouvant avoir de grands effets systémiques, s’il est négligé ou méconnu.
Le suivi ostéopathique régulier permet d’augmenter la maîtrise du contexte.

 

Guillaume et Yassine

gfguillaumeDucatez_zps44e6015c gfYassine_zpseac9a4e7

 

L’article qui suit, est rédigé par Géraldine Fournel, « Ostéopathe officielle de la Méthode Lafay pour Lyon et environs », sans oublier, bien entendu, qu’il existe d’autres d’ostéopathes, sur ce secteur, aptes à s’occuper avec succès des pratiquants de la Méthode. Géraldine Fournel est tout simplement « mon » ostéopathe, et j’en suis très satisfait, tout autant que les personnes que je lui ai envoyées, d’où cette lumineuse appellation.
Vous trouverez dans le premier commentaire de cet article, une liste d’ostéopathes, au niveau national, construite à l’aide de vos propres retours.

 

Dorian

GFDorianLafay_zps5706cc2c gfdorianlafay02_zps70e34a2c

 
 

1/ COMPRENDRE L’OSTÉOPATHIE
 
L’ostéopathie est une thérapie manuelle à ne pas confondre avec la kinésithérapie (qui lui est complémentaire), la chiropraxie ou bien encore la physiothérapie. Cela n’est pas non plus une thérapie qui traite uniquement les articulations osseuses. C’est une science précise qui se réfère à l’anatomie et à la physiologie du corps humains pour diagnostiquer et traiter par les mains les déséquilibres et les tensions présents dans notre organisme. Elle ne se trouve pas dans le champ de la rééducation du corps mais dans celle du traitement. Elle complète la médecine mais ne s’y substitue pas.
 
Le concept thérapeutique
Analyser le corps dans sa globalité pour trouver la véritable cause de la douleur : la cause primaire, celle qui engendre une série de symptômes secondaires pour lesquels on consulte et qui ne disparaitront que lorsque la cause primaire aura été traité efficacement.
 
L’examen clinique
Avant d’entrer dans un examen clinique un ostéopathe va tenter de cerner le patient dans sa globalité. IL y a t-il des antécédents médicaux, chirurgicaux ou familiaux? Un traitement médical est-il en cours? Quel est la santé du patient ? (sommeil, alimentation, moral, rythme de vie…) L’examen clinique lui se présente sous forme d’une série de tests médicaux, orthopédiques et ostéopathiques pour s’assurer que le patient entre dans notre champ de compétence. D’une part c’est une démarche fondamentale pour que toutes affections grave ou non qui débordent de notre pratique soit prise en charge par le thérapeute qui s’y rapporte.

 
 

2/ L’OSTÉOPATHIE DANS LE CADRE DU SPORT
 
L’ostéopathie est un outil de la réussite du sportif. Le facteur indispensable de la performance et de la longévité du sportif c’est sa préparation physique. Elle conditionne sa réussite. Physiologiquement l’entrainement va créer une spécialisation des fibres musculaires en fonction du geste répété. Cette transformation améliore le geste technique et optimise les performances. Cependant si la préparation à l’entrainement est aléatoire et appliquée sur un corps en désordre physique et/ou psychique, cette transformation rend l’organisme vulnérable aux agressions.
Or que l’on soit dans un objectif de performance ou de remise en forme l’efficacité dépend de ce que le corps peut donner. Est- il en mesure de donner le maximum ? Dans ce but, l’ostéopathie ouvre très largement son champ thérapeutique.

 

Quelques exemples :
. LES ARTICULATIONS OSSEUSES : Elles doivent être libres, sans blocage pour supporter les contraintes de tractions tendineuses et aponévrotiques.
. LES MUSCLES : ils doivent être correctement vascularisés et innervés pour augmenter leurs capacités de résistance tout en gardant leur souplesse et leur élasticité. Un muscle même volumineux doit conserver ces paramètres.
. L’APPAREIL DIGESTIF : Lorsqu’il est sain, il est un gage supplémentaire de récupération physique, et pour bien fonctionner; organes et viscères doivent pouvoir bouger et glisser avec toutes les structures qui les entourent.
. LE SYSTEME NERVEUX : On l’imagine comme une balance en équilibre. Une partie est stimulée dans l’action, l’autre partie dans la récupération. Un déséquilibre de la balance va engendrer fatigue, stress, douleur musculaire et digestive.
PRINCIPALES PATHOLOGIES DE LA MUSCULATION :
Lombalgies
Dysfonctions ceinture scapulaire et pelviennes
Tendinites des membres supérieures et inférieurs

 
 

3/ EXEMPLES : TECHNIQUES DE CORRECTION SUR L’EPAULE
 
Complexe articulaire de l’épaule droite face antérieur
 
Fg01_zps1c8b210a

 

a/ Fermeture de l’angle acromio-claviculaire :
Douleur sur la partie externe de l’épaule irradiant parfois dans le deltoide.
La rétropulsion de l’épaule est limitée.
Les principaux exercices douloureux: DIPS (exercices B) et POMPES TRICEPS (exercices A3 à A12)

 

Normalisation d’une dysfonction de fermeture de l’angle acromio-claviculaire

fg02_zps4b4e40c2

 

b/ L’articulation gléno-humérale en dysfonction de supériorité :
Claquement ou grippage de l’articulation.
La rotation externe de l’épaule et l’abduction à 90° du bras est douloureux.
Les principaux exercices douloureux: DEVELOPPE MILITAIRE, TRACTIONS LARGES ( exercices I1 à I4).

 

Normalisation d’une dysfonction de supériorité de l’articulation gléno-humérale

fg03_zpsb5664b86

 

N’hésitez pas à poser vos questions dans les commentaires suivant cet article.

Content Protection by DMCA.com

Musculation constructiviste

“Ah ! misère !… Écoutez les mortels mettre en cause les dieux ! C’est de nous, disent-ils, que leur viennent les maux, quand eux, en vérité, par leur propre sottise, aggravent les malheurs assignés par le sort.”
Homère (L’Odyssée)

“Pour le constructiviste, la vie est un jeu à somme non nulle : les joueurs gagnent tous, ou perdent tous. La condition sine qua non de toute vie sociale n’est pas la compétition mais la coopération. Mais le prix d’une telle conception du monde, c’est qu’il faut remplacer la notion d’objectivité par celle de responsabilité.”
Lynn Segal

Apprendre à coopérer avec soi, les autres, le monde…
La Méthode Lafay fonctionne selon ce principe. Ses résultats remarquables montrent que, lorsqu’il s’agit de transformer son corps et prendre en charge sa santé, la coopération vaut effectivement bien mieux que la compétition.

Responsabilité = cultiver l’efficience = coopération.

Articles complémentaires (cliquez sur le sujet qui vous intéresse) :
Sur l’Efficience (la nouvelle voie du muscle)

sur les liens entre responsabilité et coopération

sur la responsabilité

sur la gestion de l’énergie

sur la gestion de l’effort

sur la compétition avec soi-même

sur le “no pain no gain”, la compétition avec soi-même en musculation

Sur notre société, qui exige paradoxalement adaptation et responsabilité tout en magnifiant la seule compétition

Content Protection by DMCA.com

Arnaud (Zaiken Senglar Lafay sur Facebook)

Arnaud mesure 1m75. Il est actuellement étudiant en kinésithérapie.
Son tour de bras est de 40,5 cm alors que son tour de taille est de seulement 76 cm, en prise de masse.
Il a gagné 28 kgs en deux ans de pratique; son tour de taille n’a augmenté, lui, que d’un cm.

 

Avant/après

Zaiken01_zps21585cfa zaiken03_zps29438730

 

Bonjour à tous, Zaiken, pratiquant de la méthode depuis bientôt 2 ans, le temps passe vite.

J’ai commencé le sport tout petit avec 3 ans de judo puis 1 an de foot, 1 an d’athlétisme, 1 an de handball puis tir à l’arc et rugby à XIII.

Au cours de ces pratiques, je n’ai jamais été blessé à part un épanchement de synovie au niveau du genou. Ce qui n’a pas changé avec la méthode, jamais blessé, zéro tendinite, RAS !!!

Malgré ces pratiques, j’ai toujours été très maigre, squelettique en quelque sorte. Au début ça n’était pas un complexe, je me fichais un peu de ma condition physique (je préférais lire un livre que sortir dehors). C’est à partir de la 3ème que j’ai commencé à me rendre compte que ça ne pouvait plus aller, je voulais devenir plus imposant, plus fort.

 

Avant/après

zaiken04_zps7eb0f95c zaiken02_zps567392f1

 

Au départ mes mensurations ça ressemblait à ça :
86 cm de poitrine
Bras : 29/28 cm
Cuisses : 44/45 cm
Épaules : 102 cm
Tour de taille : 75 cm
Poids : un peu moins de 50 kgs pour 1m75

Et mon test de départ :
Exo 1 : 30
Exo 2 : 8
Exo 3 : 3
Exo 4 : 15

Je voyais des amis au rugby qui devenaient vraiment imposants, et moi je restais tellement maigre. Il fallait que je me prenne en main. J’étais pressé mais j’ai quand même pris le temps de lire et de re-lire au sujet du corps et de la musculation (cela m’a pris plus d’un an !). J’ai d’ailleurs été inscrit sur le forum Musculaction bien avant d’avoir commencé la musculation, je voulais pouvoir contrôler ma pratique de A à Z, ne rien devoir au hasard ou aux « on dit ».

J’avais envie de changer, envie de m’y mettre à fond mais sans brûler d’étapes. Ne jamais faire les choses à la va-vite, c’est mon crédo la plupart du temps. Je pense qu’il vaut mieux porter un projet à terme que d’en emmener plusieurs et les perdre en cours de route.

Au final, j’ai pris environ une trentaine de kilos depuis mon début. Je pense avoir progressé sur tous les points (psychique, athlétique, sportif et esthétique). Je suis passé du XS/S au L et du 36 au 42/44 en pantalon. De de côté-là, c’est radical.

Tout au début, j’étais excessif dans mon rapport avec mon corps. Je ne voulais pas « tout, tout de suite » mais presque. Je voulais que mon corps progresse comme je le voulais quand je le voulais et de la façon que je voulais. On peut dire que mon corps était plus un objet pour moi qu’autre chose.

Maintenant, ça va beaucoup mieux, je suis beaucoup plus détendu. Si je rate une séance ou deux, je m’en fiche, mon rapport avec l’entrainement physique est passé « au vert ». La méthode pour moi, c’est un « jeu », je dois m’amuser sinon je n’en vois pas l’intérêt. Si je commence à me prendre la tête avec la douleur/la souffrance et ces choses là, je boucle/mini-boucle. Je me débrouille pour ne jamais devoir être à 100% sur une période supérieure à une semaine ou deux, au-delà c’est de la pure souffrance pour moi. Ne jamais trop forcer, ça me permet de m’épanouir.

 

Aujourd’hui

zaiken09_zps2758d6ec

 

La méthode m’a apporté de la confiance en moi (je me sens plus fort, plus puissant, plus véloce). Le fait d’avoir pu aussi lire les articles philos du blog m’aide aussi à prendre du recul dans tous les domaines de la vie. J’aime bien lire et re-relire ces articles là, ça me permet aussi de m’instruire. J’apprends pleins de choses, c’est intéressant.

Physiquement, j’avais envie d’atteindre les 90 kg et les 45 cm de bras. J’ai revu mes objectifs à la baisse pour le moment, j’ai le temps d’atteindre tout ça mais je ne veux pas sauter d’étape, je vais y aller petit à petit.

Globalement, j’ai juste envie de me sentir de mieux en mieux dans ma tête.

Aujourd’hui, j’en suis là :
Bras : 40.5cm
Poitrine : 111 cm
Taille : 76 cm
Épaule : 125 cm
Cuisses : 63 au plus gros, 60.5 à mi-cuisse

 

Transformation sur deux ans

zaiken06_zpsd3513044

 

Pour les performances, je n’ai pas refait le test ou le niveau 5 depuis longtemps donc je ne saurais dire. Je sais que je dépasse les 40 répétitions aux dips sans trop forcer et que je me débrouille aux tractions.

Si je résume ça donne ça :
Bras 29 => 40.5 cm
Poitrine 86 => 111 cm
Cuisses 45 => 60.5 cm
Epaules 102 => 125 cm (et là je dis merci à la Quadriade numéro 4 qui m’a fait exploser les épaules)
Poids 50 => 78 kgs

 

Transformation sur deux ans (suite)

zaiken10_zpsfe2062e1

 

Au final, je pense que la méthode est un vrai plus quant à la qualité de vie. Plus de temps libre, moins de prise de tête. La présence en plus d’Olivier est vraiment sympathique, sans compter Denis Tiquet (un crack, un vrai de vrai). La communauté facebook/forum est agréable, très dynamique.

En plus de Denis (très actif), à noter aussi la présence de Toad Lafayen (et les autres Rémois du parc), Renan Nolimit et du vieux Rudy (le plus courageux de nous tous, ceux qui le suivent sauront pourquoi) qui sont vraiment sympas et d’Arnaud Méthode Lafay (très disponible) que l’on ne présente plus.

Je dis aussi « merci » à Bastien Royau, avec qui j’échange beaucoup et avec qui nous essayons de nous motiver l’un l’autre, un gars super (comme la plupart de la communauté d’ailleurs même si lui est en train de faire un stage à la fonte).

En bref, gardez la motivation et bossez BIEN, si vous avez un doute la page facebook, le groupe facebook, le forum, la communauté peut vous aider.

 

Content Protection by DMCA.com

Saltus perceptuel

“Autre concept important, le changement n’est pas linéaire. Voilà pourquoi, sur une échelle de zéro à dix, nous procédons dans l’ordre, du un au dix mais, comme on l’observe dans la nature pour tous les phénomènes naturels climatiques, physiques et biochimiques, notre progression n’est pas linéaire. Les changements ont des sauts, comme le décrit la théorie des catastrophes, ou alors ils se font en spirale et donc ils vont en avant, puis en arrière, puis en avant, où le fait d’aller en avant revient à revenir en arrière, pour ensuite avancer.
(Giorgio Nardone)
 

La majorité des approches linéaires et rationalistes visant le changement ne prennent pas cela en compte. C’est le cas de la musculation classique, dont les cycles et planifications sont rigides ou assez rigides, soumis au “principe de réalité” déterminant la voie à suivre (la croyance dans le No pain no gain).
L’adaptation est forcée, et la tentative de soumettre les cycles naturels à des “cycles de papier”, si elle donne des résultats à court terme, conduit à l’épuisement de l’individu à plus long terme (blessures, pathologies mentales et physiques diverses). Cette pratique induit et justifie le dopage, car les drogues sont alors le seul moyen d’échapper aux blocages résultants d’une confrontation perdue d’avance avec un “réel” que l’on veut soumettre (au lieu de coopérer avec lui).
 

La Méthode a développé les concepts de Boucle et Mini boucle, où le cycle est au coeur même de l’entraînement, cherchant à épouser au plus près les cycles naturels, se greffant sur “l’ordre des choses” et produisant une transformation silencieuse. L’adaptation (la transformation corporelle) n’est plus forcée, elle est juste “invitée à se produire”. Le principe de la Méthode est de créer les conditions pour que l’évolution se produise quand elle est possible avec un minimum de heurts, de violence envers soi et donc d’effets secondaires pénibles et désagréables. Comme dans le Yoga ou la stratégie chinoise, nous cherchons le chemin de moindre résistance. Il s’agit d’apprendre à chevaucher son tigre.
 

Ceci n’est pas immédiatement perceptible de prime abord, surtout si l’on ne pratique pas, et ce malgré les textes de fond, qui informent, mais ne peuvent produire le déclic sans la pratique.
Aussi, c’est la pratique régulière de la Méthode, en suivant les prescriptions pour une bonne gestion de l’entraînement, qui conduit au Saltus perceptuel, c’est-à-dire un changement de perception de la “réalité” en ce qui concerne la meilleure façon d’obtenir du muscle. Peu à peu, de déclic en déclic, de petit pas en petit pas, on se débarrasse de l’a priori No pain no gain pour entrer dans une autre réalité, qui s’avère de plus en plus gratifiante.
 
“Il ne faut pas faire violence à la nature, il faut la persuader.”
(Epicure)
 

Nota : Giorgio Nardone parle d’une “échelle de un à dix”. Dans le cadre de la Méthode, il s’agit des niveaux 1 à 13. Ce qui signifie que la progression suit une avancée dans les niveaux, mais avec de fréquents allers et retours; le changement linéaire s’inscrit dans de petits cercles, eux-mêmes inscrits dans des cercles plus vastes, eux-mêmes inscrits dans de plus grands cercles encore, etc. La structure est linéaire, le processus est circulaire.

Content Protection by DMCA.com