Méthode Lafay Officiel : rotations au bâton (exercices T et X)

Pensez à vous abonner à la chaîne, afin d’être immédiatement prévenu des dernières publications.
Déjà 1000 abonnés !

Pouvez-vous également mettre un petit pouce levé juste sous la vidéo, afin d’exprimer dignement votre intense satisfaction?
Merci 🙂

 

 

Lien de la chaîne Youtube de la Méthode Lafay : cliquez ici

Nicolas, 1m79, 41 cm de tour de bras, 50 dips, 12 muscle-up, etc

Primoriel05Bonjour tout le monde,
Je m’appelle Nicolas, bientôt 19 ans et j’ai découvert la méthode Lafay début 2010 et je la pratique depuis fin août 2010.

J’ai été jeune sapeur pompier de 13 à 18 ans, donc j’avais déjà l’habitude de faire des pompes, des tractions, de courir etc…
Je ne partais pas de rien, voici mon test de départ :
Test de départ (66kg pour 1m76) :
A → 40
B → 18
C → 21
A1 → 25

 
J’appréciais beaucoup l’esprit qu’il y avait à la caserne et les entraînements sportifs qu’on y faisait.
Même si j’ai dû arrêter à cause des études, cela aura été une très bonne expérience.

J’ai juste eu un petit problème lié à une croissance irrégulière (douleurs dans de dos), je me suis mis à grandir d’un coup vers l’âge de 17 ans (ma première année de pratique de la méthode Lafay) ce qui a fait que je m’entraînais pas très régulièrement quelquefois. Mais je n’ai pas à me plaindre, j’ai quand même pu rester assez régulier en adaptant certains exercices selon les conseils d’Olivier Lafay. Et depuis plus d’un an maintenant, tout va bien.

Au début je m’entraînais pour être plus fort, plus costaud. Je trouvais ça génial de battre constamment mes records le samedi à la caserne.
Aujourd’hui, je n’ai plus beaucoup de temps pour mes séances, à cause de la prépa. Mais je ne lâche pas , c’est devenu une habitude, un petit plaisir hebdomadaire .
Mais mon objectif est de continuer à progresser le plus possible en force, volume, endurance Et je compte bien sûr sur la méthode Lafay pour ça !

 

Primoriel03 Primoriel04

 

En effet, cette méthode m’a permis de garder la motivation de m’entraîner. Au début, je faisais des petits programmes de pompes, de tractions que je trouvais sur internet ou que je « créais ». A chaque fois, j’abandonnais au bout de quelques semaines ou mois, je me lassais. Alors que maintenant, j’ai juste à me préoccuper de ce que je veux et plus des moyens pour y parvenir. Dès que je me lasse de l’entraînement, je me repose un peu puis je reprend sur un niveau différent, avec de petites perfs, et c’est reparti !

C’est pour cela que je n’ai pas eu de mal à m’y mettre pour de bon et à m’y tenir. Cela correspondait exactement à ce que je voulais : des exercices au poids du corps, comme à la caserne, bien agencés et des entraînements qui évoluent, qui ne se ressemblent pas au fil des mois.
Et puis comme j’étais sérieux, les résultats sont venus très rapidement (en trois mois je soulevais 85/90 kgs au DC, moi qui peinais à dépasser 65kgs), et ça c’est très très motivant, c’est juste énorme !!!
Malgré quelques petits problèmes de dos dont je parlais plus haut, j’ai adoré cette première année d’entraînement (impressionner mes potes, battre mes records, voir mon poids monter, etc…).
Et puis on se dit aussi qu’on a réussit quelque chose, ça fait toujours plaisir.

Au niveau sportif, le changement est radical, mes perfs ont encore explosé la deuxième année et maintenant, j’ai l’impression de pouvoir tout faire avec un peu d’entraînement.

Au niveau psychique, c’est plus délicat à cerner. Mais je dirais que le regard des autres sur moi a changé, et forcément je me vois aussi différemment (je me sens plus fort etc…). Grâce à la méthode, la culture physique est vraiment devenue une petite passion à part entière. Elle m’apprend à durer dans le sport, à garder la motivation et à vaincre la stagnation facilement quand je la rencontre.
Le blog m’apporte aussi beaucoup à ce niveau là. L’enseignement que nous transmet Olivier Lafay ne s’applique pas seulement au sport. J’ai encore pas mal à apprendre mais je pense qu’aborder ce que l’on fait d’une manière efficiente permet d’avoir plus de recul et de moins appréhender l’effort.
Plus de recul parce que lors d’un échec, ce n’est pas uniquement la dose d’effort fournit qu’on remet en cause mais surtout la manière dont on dépense cet effort. On essaie des solutions possibles, on garde les meilleures, on en réessaie d’autres. La méthode est déjà une excellente solution je trouve .

 

Primoriel02 Primoriel01

 

On appréhende moins l’effort aussi parce que cette efficience que l’on essaie tous d’acquérir au mieux ici nous permet de prendre conscience que notre énergie doit être cultivée puis dissipée intelligemment au bon moment, sans s’épuiser. On nous apporte aussi des outils plus techniques pour y arriver (la boucle par exemple).
Enfin pour l’instant, je vois les choses comme ça, vous me direz ce que vous en pensez dans les commentaires.

Maintenant ce que j’aimerais, c’est de continuer à progresser au niveau sportif, esthétique et de trouver un sport qui me plaît. Tout ça c’est pour après les concours .
Pour finir un grand merci à Olivier Lafay pour cet énorme travail dont on dispose tous ici!

 

Bilan 2 ans, de Août 2010 à Août 2012

– Mensurations:
Taille : 1m76 → 1m79
Poids : 66kg → 83kg
Épaules : moins de 115cm → 131cm
Poitrine : 95cm → 119cm
Bras : 35cm → 41cm
Cuisses : 53,5cm → 61,5cm

– Performances:
50 dips
30 tractions supination
23 K pieds à 110cm
12 muscle-up
14 flexions sur une jambe sans me tenir rythme lent
50 pompes sur une main
32x60kg au Développé couché
En deux ans, je n’ai jamais dépassé le niveau 8 et la plupart de mes séances ont été des séances de niveaux 2 et 4.

 

Vous pouvez accéder au carnet d’entraînement en ligne de Nicolas en cliquant ici.
Photos 1 an et 8 mois page 27
Photos 2 ans page 44

 

Août 2011/août 2012 : Camille a perdu 20 kgs en un an

CamilleLrng

 

Il y a un jour comme ça, sans raison particulière, où vous vous prenez la réalité en pleine face et décidez que celle-ci peut être changée, qu’elle n’est pas immuable – du moins vous l’espérez. La photo de trop, celle qui vous fait passer une énième fois pour une baleine, le regard en coin de la vendeuse du magasin de vêtements qui ne va pas au-delà du 44 – c’est bête, vous faites un 46, à une taille près c’était bon, le souvenir des moqueries incessantes à l’école, les collègues de travail qui sont toutes étrangement grandes et minces (la seule – avec vous – qui ne l’est pas est une vraie sorcière, vous la détestez), votre conjoint qui paraît épais comme une sardine à côté de vous, l’espèce de fatalité de la génétique : tu es née grosse, tu mourras grosse, ma fille.

Il y a un jour comme ça, sans raison particulière, où dans votre tête, ça hurle « Ca suffit ». Votre ego n’en peux plus, le numéro 86 sur la balance n’est pas le pire que vous ayez pu voir sous vos pieds, mais ce jour-là, à l’intérieur, c’est un déchirement.

« Je vais faire la Méthode Lafay, tiens. »

Prends ça dans ta tronche, la graisse ! Lafay, je l’ai connu par mon conjoint, adepte depuis plusieurs années déjà. Consciente que la musculation allait être un vrai calvaire à ce poids-là, j’ai d’abord décidé de commencer la Méthode de Nutrition.

 

couvdefMN

 

Je l’ai toujours suivie consciencieusement, un peu trop même, selon mon entourage : je peux passer des heures chaque semaine à établir mes menus de la semaine suivante, en calculant sous Excel les calories et valeurs des macronutriments de chaque ingrédient que j’ingère. Hormis un joker par semaine, je maîtrise tout. C’est un mal nécessaire pour contrôler mes pulsions alimentaires, qui, je le sais, peuvent revenir n’importe quand. Je suis passée d’une alimentation impulsive avec l’affect pour maître (je m’ennuie : je mange, je suis heureuse : je mange, je suis triste : je mange, je n’ai pas faim mais j’ai envie de manger : je mange), à une alimentation calculée à la protéine près, établie de sorte que si je m’octroie un aliment impulsif, il dépassera forcément mes besoins journaliers et m’empêchera donc de maigrir. C’est ma barrière de sécurité, ce qui me permet de ne pas commencer à manger, et donc de ne pas savoir m’arrêter. Sous cet aspect drastique, c’est comme ça que j’ai commencé à me libérer peu à peu de mes envies saugrenues de raviolis froids à 16h, et donc de savoir écouter mon corps, mes besoins plutôt que mes désirs. J’avais trouvé MA Méthode !

Je l’ai couplée à environ 6h d’endurance par semaine, en salle de sport, où j’ai découvert l’ivresse du dépassement de soi, de la transpiration, du souffle court et des endorphines qui circulent à 200km/h dans le sang. J’ai perdu 12 kilos.

C’était le bon moment, je pouvais commencer la Méthode de Musculation sans m’épuiser, j’étais désormais entraînée à l’effort. Après deux mois de rééquilibrage qui m’ont fait beaucoup de bien, j’ai entamé la musculation à proprement parler, tout en conservant mes 6h d’endurance hebdomadaires. J’ai alors choisi le profil 4, avec seulement deux séances de musculation par semaine, puisque je l’avoue, je m’éclatais plus en cours collectifs que seule dans mon salon. Cet été, en vacances loin de ma salle de sport, je suis passée à trois séances de musculation, rythme que j’ai désormais gardé suite à une rentrée nouvelle et un emploi du temps plus chargé, qui ne m’autorise qu’une seule séance en salle par semaine (de 3h tout de même). Je divise mes séances en deux, me lève une heure plus tôt le matin pour travailler le bas et le milieu du corps, et le soir en rentrant, je travaille la poitrine et les bras. C’est un rythme qui me convient, je suis passée au profil 1.

Des problèmes de genoux m’interdisent désormais de réaliser les exercices proposés par la Méthode pour le bas du corps, je n’ai plus droit aux génuflexions. D’abord dépitée, j’ai ensuite réfléchi à l’un des principes de la Méthode : elle est totalement personnalisable et adaptable à tous. Mes exercices pour les jambes se font donc désormais allongée au sol, jambes tendues. J’alterne 3 exercices qui font travailler alternativement les quadriceps, les fessiers et les ischios. Les résultats seront peut-être plus longs à voir venir, mais j’ai tout mon temps. Après tout, j’ai passé 23 ans avec un corps gras et flasque, que sont quelques mois supplémentaires ? Grâce aux Méthodes, j’ai appris à ne plus me maltraiter, j’ai appris à écouter mes sensations, à prendre plaisir dans l’effort, à me jauger, à être patiente…

J’ai aujourd’hui perdu 21 kilos, en partie grâce à Olivier Lafay (l’autre partie vient de moi, quand même !), et mes objectifs sont de perdre encore quelques kilos. J’ai dans l’idée d’atteindre 58 kilos, soit encore 6 à perdre, mais peut-être m’arrêterais-je avant, ou après, tout dépendra de l’esthétique de mon corps – mais non pas de l’image que le miroir me renvoie, car je sais qu’elle est déformée. Je me vois toujours énorme, alors que je sais que ce n’est plus le cas. J’envisage de continuer à me muscler jusqu’à ressembler à ce que je suis devenue : une sportive ! Pour moi, le comble du sexy est un joli dos musculeux et des bras dessinés : je vise donc aussi ces deux objectifs.

Alors que mon entourage se questionne sur la difficulté de mon parcours, moi je le regarde avec étonnement : je n’ai jamais souffert. De la faim, d’un effort incommensurable, jamais. J’ai l’impression d’un parcours tout en douceur, où je mange ce qui me fait plaisir, où je m’amuse à travailler mon cœur et mon corps. Quand beaucoup me disent « Jamais je n’y arriverai, j’admire ta volonté », j’ai juste envie de leur mettre un coup de pied au derrière pour leur dire que si moi, reine de la paresse, j’en suis capable, c’est juste parce que j’ai compris que rien n’est fatal, que tout est modulable, à commencer par son esprit et donc son corps. Et qu’il faut oser transformer son quotidien : la preuve.

A bientôt pour un nouveau bilan ?