Discours sur les méthodes – Part I

Cet article sera illustré par des photos de Luc (le plus sec) et Alexandre (le plus volumineux), tous deux pratiquants et ne devant leurs résultats qu’à la Méthode.

DM6

 

Introduction

Le microcosme de la musculation a traversé deux phases majeures depuis la publication de la Méthode en 2004. L’indifférence, le rejet plus ou moins argumenté et violent, et l’expectative furent constitutifs de la première phase. La publication massive d’ouvrages semblant traiter des mêmes sujets, une fois le succès de la Méthode avéré, signa l’entrée dans la seconde phase.

Sur internet, la validation, par les pratiquants eux-mêmes, des capacités réelles de la méthode, engendra l’évacuation de l’indifférence et de l’expectative. Le rejet persista néanmoins, bien souvent instrumentalisé au service d’intérêts divers.

Les conflits avec l’auteur et les multiples croisades contre la Méthode recouvrent des enjeux importants dont les plus évidents sont la maîtrise d’un territoire et l’élimination de ce qui est désigné comme étant concurrent, réalisée en lui subtilisant ses atouts.

Les détracteurs de la Méthode Lafay, mis à part les possédés jouant le rôle d’idiots utiles, sont des commerçants, s’inscrivant dans une imitation systématique des actions valorisant la Méthode ou émanant de sa notoriété.
Ces conflits ouverts relèvent de la pensée magique, irrationnelle, bien que se voulant stratégique. L’idée centrale étant qu’il suffit de salir, éliminer, rabaisser, tout en copiant, pour vaincre.

L’intérêt du pratiquant est bel et bien secondaire dans ces attaques, copies, rumeurs, diffamations et autres, qui polluent la scène médiatique des tenants de la musculation.
Et c’est ce qui me désole ! J’ai élaboré la Méthode en rejet d’une conception élitiste de la musculation qui place le profit et non le pratiquant au centre de ses préoccupations.
On peut considérer, étant donné l’importante notoriété acquise par la Méthode, que le projet s’est montré convainquant.

 

Mais, dès 2009, mes propos et signes distinctifs ont été utilisés et détournés pour en faire d’uniques objets de profits immédiats.
Beaucoup trop perçoivent la Méthode comme un produit qu’il s’agit de copier, concurrencer, éliminer, dans l’unique but de faire du profit, sans penser à la satisfaction de l’utilisateur final.

Afin de faire évoluer cette situation, j’ai décidé d’écrire cet article en huit chapitres, pour :
– mieux faire comprendre ce qu’est la Méthode, où elle prend sa source et s’enracine ;
– donner des clés à ceux qui veulent s’installer dans sa filiation (en tant que pratiquant, auteur ou webmaster).

A ceux qui désirent s’inscrire dans la filiation de la Méthode, l’article démontre, tout au long de ses huit chapitres, qu’il vaut mieux revendiquer cette filiation plutôt que la nier tout en cherchant à s’approprier ses éléments distinctifs.

 

DM9

 
 

Présentation des 8 chapitres

I – les 5 phases du deuil

Présentation de l’environnement/contexte ayant permis l’émergence de la Méthode. Description des phases conduisant d’une ancienne vision de la musculation à une nouvelle vision.

II – Que faut-il copier ?

Le mot méthode est-il magique ? Voici les rouages qui conduisent d’une autre façon de penser la musculation à un best-seller.

III – les mots sont importants

Le langage de la construction de soi doit gouverner le langage de la construction du corps. Et non l’inverse.

IV – les différents sens du mot méthode

Une seule appellation pour des réalités très différentes.

V – De l’importance du maître

L’ordre pédagogique doit faire de l’élève un maître.

VI – l’avenir de la musculation est dans la pédagogie

Le but n’est pas de montrer à d’hypothétiques lecteurs qu’on est bien allé à l’école de la musculation, mais de se mettre au service du lecteur pour l’aider à changer.

VII – vendre avec conscience

Les bases théoriques et techniques qui ont servi à l’élaboration de la méthode impliquent nécessairement de s’intéresser à ceux à qui l’on s’adresse.

VIII – La systémique rend poli

L’efficacité commerciale implique de tenir compte du contexte.

 
 

DM8-1

 
 

I – les 5 phases du deuil

La toute première apparition de la Méthode date du printemps 2004. Elle comptabilise ainsi près de huit années de contact avec le public.
Rapidement, elle a imposé une nouvelle conception de la musculation, que ce soit en termes philosophiques ou méthodologiques. Il devenait possible d’obtenir d’excellents résultats athlétiques sans y consacrer sa vie, sans charges lourdes et dangereuses, sans dopage. C’était la toute première proposition d’une musculation efficace qui ouvre au lieu d’enfermer, qui considère l’entraînement comme une hygiène de vie, périphérique, et non comme le centre attracteur de toute préoccupation.

Cette ouverture psychologique a provoqué une ouverture sociologique d’importance, la proposition d’un « meilleur compromis » ouvrant en effet la musculation à un public jusque là exclu de l’univers de la transformation corporelle. Tous ceux qui n’avaient ni le temps, ni l’argent, ni l’envie de s’immerger dans le microcosme de la musculation classique, mais qui cherchaient à modifier sainement leur corps, ont été séduits par le discours et le processus de la Méthode, leur offrant bien davantage qu’une voie d’accès acceptable.

 

Cette démocratisation en marche, rendue soudainement possible, ne peut-être dissociée d’un contexte révélant une transformation profonde de nos sociétés. Nous vivons une période de transition, qui signe la fin des idéologies positivistes et néopositivistes et de tout ce qui s’y rapporte ; le darwinisme social étant l’expression sociale terminale de ces formes de pensée qui ont frauduleusement majoré, dans l’observation de la vie, la part de la compétition aux dépens de la coopération. L’ultra-libéralisme, avatar extrême du capitalisme, connaît une crise sans précédent, qui révèle combien les modes de pensée assis sur une conception élitiste du monde sont à bout de souffle. L’hubris moderne a accouché d’un ouroboros qu’il n’est plus possible d’ignorer.
Cette évolution va de pair avec la montée de la pensée constructiviste, à laquelle se raccorde l’épigénétique.
Sous la pression de divers constats, épistémologiques, scientifiques, économiques, sociaux, environnementaux, des solutions sont alors proposées, dont les ambitions sont à la hauteur des enjeux. Elles s’étendent très logiquement à la pratique sportive, activité sociale majeure.

La Méthode est donc une réponse contextuelle, explicable, exprimant de par son discours et son processus les nécessaires mutations de notre temps.

Sa progression très rapide, dans le grand public comme dans les milieux sportifs avérés, a mis les adeptes de l’ancienne conception face à la nécessité de faire le deuil de son règne maintenant terminé. Lorsqu’une méthode constructiviste, utilisant principalement le poids du corps comme charge de travail, se hisse rapidement à la première place des ventes de livres de pratique sportive, placée là par les faveurs du bouche à oreille, et qu’elle conserve cette place année après année, on peut sans conteste parler de la fin d’une époque.

 

DM3 DM7

 

Les adorateurs et bénéficiaires de la conception traditionnelle de la musculation sont entrés dans une période de deuil en cinq phases, telle que décrite par Elisabeth Kübler-Ross, psychiatre ayant théorisé les différents stades par lesquels passe une personne dès l’annonce de sa mort prochaine.
Le premier stade est celui du déni : la personne rejette l’information, la mettant sur le compte d’une erreur. Le second stade est celui de la colère : la personne se révolte contre l’information. Le troisième stade est celui du marchandage : la personne essaie de négocier avec le destin pour obtenir un sursis ou un arrangement qui lui soit profitable. Le quatrième stade est celui de la dépression : la personne se met en retrait et contemple sa souffrance. Le cinquième stade est celui de l’acceptation : la personne est prête à mourir.
Franchir une étape ne signifie pas nécessairement que la précédente soit terminée. Par contre, l’ordre ne peut être inversé.

 

Cette analyse est extensible à toute situation de perte importante. Le microcosme de la musculation traditionnelle a donc débuté son cheminement à travers ces cinq phases.
 le déni (dès 2004) : la Méthode Lafay ne peut fonctionner. Elle est inefficace par nature. Les séries longues ne donnent aucun résultat. Lafay n’a rien inventé.
– la colère : ce type nous insulte tous, C’est injuste! C’est un escroc et la réussite de son livre est uniquement dû au marketing. Faisons-lui la guerre sur tous les forums, piratons ses sites, harcelons-le, mettons-lui des commentaires négatifs sur amazon,fr.
 le marchandage : on désire que la Méthode Lafay cesse de se mettre en avant. On est prêt à négocier avec elle pour continuer à conserver la prééminence. Que Lafay avoue que sa méthode ne marche pas sur tout le monde, seulement sur quelques individus doués génétiquement.
– la dépression : la bataille pour éliminer la Méthode est définitivement perdue. On n’a plus de force. Le moral est très bas.
– l’acceptation : acceptons cette fin. Il ne s’agit plus de combattre ou de négocier mais de faire avec l’indiscutable puissance de la réalité.

« La réalité se manifeste là où nous échouons » a écrit Paul Watzlawick.

 

La progression dans les phases n’est pas égale selon les personnes et les groupuscules n’ayant pas supporté l’apparition de la Méthode Lafay et sa reconnaissance publique. Après huit ans, certains sont bloqués au premier stade (le déni), bien plus par ignorance que par obstination construite.
Les réactions actuelles, toujours vives après tant d’années, permettent d’affirmer que, globalement, le stade acquis le plus élevé est le marchandage (troisième stade sur cinq). La plupart oscille donc entre le second et le troisième stade.

Le marchandage : on conteste toujours que la Méthode est une innovation, on refuse toujours sa place de n°1, mais on ne conteste plus ses excellents résultats, tentant alors de les circonscrire à quelque cas « doués génétiquement ».

On constate également une volonté de faire intervenir l’auteur sur des forums de musculation en lui réservant un rôle d’exécutant soumis, le plaçant ainsi d’emblée dans la catégorie des subordonnés, ce qui pourrait préserver l’ordre établi. En diminuant ainsi l’impact de la Méthode, on tenterait de maintenir en place l’ancienne conception et ses bénéficiaires.
Un autre type de marchandage avec les faits consiste à bannir l’auteur sur de nombreux forums, par crainte de voir sa conception s’imposer naturellement, laissant la Méthode poursuivre son chemin sur ses seuls espaces dédiés.

La dépressionlorsqu’une vague d’assauts contre la Méthode, émanant des deuxième et troisième stade (colère, marchandage), s’essouffle, elle laisse la place à un grand silence. La violence s’épuise, crevée par les faits. Internet semble vide de tout avis négatif, pendant une longue période. L’installation au stade quatre (dépression) débute, qui peut laisser espérer le passage à la phase finale (acceptation).Mais, jusqu’à ce jour, la résistance au changement s’est avérée trop forte ; et le retour aux premiers stades se fait inévitablement, compulsivement. La dépression est atteinte, mais non acquise. Le passage au stade final, l’acceptation, est donc compromis.

 

Comme dit dans l’introduction, le but de cet article (en huit chapitres) est de fournir des repères à ceux qui veulent mieux comprendre la Méthode, que ce soit par curiosité ou par volonté de s’inscrire dans sa filiation. L’analyse enrichira le pratiquant soucieux de mieux maîtriser son entraînement et sa trajectoire de vie. Elle propose conjointement, ou induit, d’autres modèles de fonctionnement à ceux qui désirent reproduire le succès de la Méthode (ou qui veulent l’éliminer, la faire oublier).

Le but de ce premier chapitre était de mettre en valeur et d’accélérer le processus de deuil. Sans passage à l’acceptation, le reste des enseignements proposés dans les sept chapitres suivants ne sera pas pleinement utilisable, bien qu’instructif.

 

DM4

Content Protection by DMCA.com

Sébastien Dufloucq

Je me présente Sébastien, 27 ans, je mesure 1m69 pour 73 kilos. J’ai commencé la méthode Lafay il y a 6 mois, je pratiquais avant de la fonte depuis plus de 3 ans mais je n’avais aucun progrès. Mes mensurations à l’époque de la fonte étaient de 100 cm de tour de poitrine, 36 cm de tour de bras et je pesais 65 kilos… J’ai connu la méthode via internet et j’en avais surtout marre de de gaspiller 600 euros pour une salle, alors en voyant certaines photos de Lafayens, je me suis dis pourquoi pas.

 

oli

 

Aujourd’hui, je vois que j’ai fait le bon choix. Je suis au niveau 8, je fais des modes 20 pour B, 25 pour C3, 18 pour I1 et je compte monter encore, mais je vois surtout l’évolution de mon corps : 110 de tour de poitrine, 41 cm de tour de bras, 126 cm de tour d’épaules et ça fait rêver….

 

oli3

 

Je précise également que la méthode me fait me sentir bien dans mon corps comme dans mon esprit, elle m’a permis de développer la force et le mental. J‘ai été retenu pour le concours de l’agenda Lafay, j’ai été contacté pour la vidéo de Guillaume, et maintenant une personne que j’admire me demande de rédiger ce morceau de ma vie qui était monotone à l’époque et qui s’épanouit maintenant grâce à un nom : Olivier Lafay.

 

oli2

 

Note : Sébastien est maçon. Il utilise la méthode de musculation ET la méthode de nutrition.

 

 

Content Protection by DMCA.com

Les élèves Lafay sur facebook

Voici quelques unes des nombreuses photos qui ont été postées sur mon mur facebook en seulement un mois (du 18 septembre au 18 octobre).
Je les ai sélectionnées de manière à montrer des pratiquants n’ayant pas pour la plupart une grande expérience de l’entraînement. Certains ont en effet moins de six mois d’entraînement et des résultats fort enviables.
Tous suivent la Méthode, soit 2 à 3 séances par semaine, sans charges additionnelles selon la devise : mens sana in corpore sano.

Tous sont en effet en bonne santé et démontrent les gains multiples de la Méthode : force, endurance, souplesse, volume et bien-être.
Certains, des adolescents, sont en pleine forme et ont atteint 40 cm de tour de bras en quatre à six mois, ce qui est, pour les connaisseurs, une performance exceptionnelle en musculation classique. Pour la Méthode, c’est devenu une norme (un objectif enfin accessible si l’on suit très correctement Méthode de nutrition et Méthode de musculation).

 

Nicolas Ehret et Adrien

NicolasEhret AdridridriZefMasson

Matao Lafayen (4 mois d’entraînement et 41,5 cm de bras à froid) et Nathanaël Dwa Cuony

MataoLafayen4mois415debras NathanalDwaCuony5mois

David Malet et Damien Lafayen (40 cm de bras après quelques mois d’entraînement seulement)

DavidMalet DamienLafayen

Anthony Albertini et Guillaume Ducatez

AnthonyAlbertini GuillaumeDucatez

Cyril Gimenez (40 cm de bras en quelques mois) et Lake Méthode Lafayen (énorme et sec)

CyrilGimenez Lakemthodelafayen

Loïc Benoit et Siixty ma poule

LocBenoit Siixtymapoule

Rio Ken et Vincent Lafayen

RioKen VincentleLafayen

Joris Contreras et Xavier TKD

JorisContreras XavierTKD

Joc Lafayen et Geoffrey Hood

JocLafayen GeoffreyHood

Raph Lafayen et Tom Cellier

Raphlafayen TomCellier

François Thebault et Dorian Vigues

FranoisThebault DorianVigues

 

Content Protection by DMCA.com

Florent Chopinet

PHOTOFLORENTC

 

Mon évolution en 7 mois (sérieusement) de Méthode Lafay (Ile de la Réunion)

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je souhaiterais remercier mon collègue Romuald pour m’avoir fait découvrir cette Méthode lors d’un séjour pour le boulot à Mayotte (Namambouz).

Je me présente, Florent 31ans, 1,66m, 65kgs à ce jour.

Après avoir parcouru le forum et le blog dédiés à la méthode pendant plus d’un mois (je cherchais ma motivation), j’ai décidé en janvier 2011 d’acheter la panoplie complète des livres d’Olivier Lafay (Méthode de musculation 110 exercices sans matérielOptimisation Turbo, Méthode de nutrition et Méthode femme).

J’ai commencé à suivre les conseils de la Méthode nutrition en Février 2011 car à l’époque je pesais 75kgs et donc j’étais en surpoids (photos 1).

Parallèlement à ça, je faisais beaucoup de vélo, de corde à sauter, de natation et de Méthode Lafay bien sûr.

J’ai effectué un régime assez drastique mais réussi qui m’a fait perdre plus de 13 cm de tour de taille et 13 kilos en 3 mois et par ailleurs j’ai aussi trouvé la motivation qu’il me fallait pour arrêter de fumer.

Vers la fin du mois d’avril, je pesais 62 kilos pas sec (photos 2) et niveau entraînement, j’ai fini le niveau 2 avec un mode 18 validé à la plupart des exos.

Voyant des résultats satisfaisants et le changement radical de corpulence, je me décide à faire une petite sèche pour faire apparaître mes abdominaux tout en validant un mode 23 au niveau 3 pour B2.

En juillet niveau diète, j’étais descendu à 1500kcal (photo 3).

Actuellement, je suis en prise de masse depuis bientôt 4 mois (photo 4).

Je découvre avec joie le niveau 6 avec un mode 20 à B1 pour l’instant et depuis que j’ai remplacé l’exercice A6 par A12, mes pectoraux ont littéralement explosé !!!

Mon objectif prochain est de travailler plus intensément mes bras grâce à l’ajout dernièrement du curl Lafay et de k2 spé pied surélevé (exercices excellents !!!!!) et de monter à 68kgs secs en prenant tout le temps qu’il me faudra.
12
Cette méthode est ma nouvelle drogue, elle m’épanouit physiquement et mentalement, à chaque entraînement je redécouvre les limites de mon corps (cela faisait 10 ans que je ne pratiquais plus aucun sport).

Pour finir, je remercie Olivier Lafay pour sa méthode ludique et constructive.

Mon petit proverbe créole préféré : « Pa capab lé mor san essayé » azot mem koné !

Content Protection by DMCA.com

La musculation au poids du corps, c’est limité!

Eh oui, je viens de le réaliser !

Aussi, je vous fais part de cette extraordinaire découverte : laissez tomber la Méthode, allez vite soulever des haltères, car le Poids-De-Corps, c’est limité…

C’est limité car… on ne soulève pas d’haltères !

Si si !

Ce propos n’est pas de moi, bien sûr, mais comme je l’ai lu régulièrement depuis 7 ans, et encore tout récemment, j’ai décidé de concocter une petite réponse, qui synthétise bien des articles écrits sur le blog ou ailleurs sur le net.

Il y a quelque chose de très amusant dans l’idée que faire essentiellement du p.d.c serait « se limiter ».

Cela exclut le fait que choisir un angle de conception d’entraînement qui permet d’atteindre EXACTEMENT les résultats souhaités est juste le BON choix, la bonne attitude.

Va-t-on dire à un powerlifter qu’il est « limité » car il ne fait pas de tractions d’un bras ou d’arraché (ou épaulé)?

Va-t-on dire à un haltérophile qu’il est limité parce qu’il ne fait pas de développé couché très lourd? Ou qu’il ne travaille pas son dos sous tous les angles?

Va-t-on dire à un automobiliste qu’il est limité parce qu’il n’occupe pas toutes les voies de l’autoroute en même temps?

Dans un gâteau au chocolat, on évite de mettre un steak car… les bons ingrédients, bien dosés, font la bonne recette.
On ne va pas mettre tous les ingrédients existant sur terre, juste pour ne pas se… limiter.

Celui qui est « limité », c’est celui qui n’atteint pas les objectifs qu’il s’est fixé en pleine conscience.

Ainsi, la méthode permet d’atteindre tous les objectifs qu’elle s’est fixée, et c’est pour cela d’ailleurs qu’elle évite autant que possible le travail avec haltères (lourds) :
– pour ne pas faire double-emploi;
– pour éviter une perte de temps;
– pour accélérer la récupération nerveuse et être donc capable de faire autre chose dans la vie que soulever des haltères (et progresser plus vite en force/endurance/volume).

Pour moi, c’est se « limiter » que de faire tout et n’importe quoi, sans rien comprendre à la direction prise.

Celui qui n’exerce pas force/volume/endurance/souplesse en un minimum de temps, avec de bons ou très bons résultats, et qui est donc incapable d’avoir une vie épanouie, riche, diversifiée, est selon moi (selon mon projet) limité.

Ceux qui se reconnaissent dans les solutions que je propose, qui ont donc un projet proche de celui de la méthode, vont l’adopter, les autres iront voir ailleurs.

Si je suis agressé régulièrement par des « fonteux », c’est que leur projet est mal défini, hésitant, honteux…

Limité?

Il est malaisé de dire (reconnaître comme projet) que l’on veut passer son temps à soulever des poids trop lourds, que l’on ne veut pas se cultiver, diversifier ses intérêts.
Il est gênant d’admettre (de revendiquer) que l’on se moque de protéger son coeur et ses articulations, que l’on veut juste être gros dehors et mort dedans…

Les « fonteux » qui ne sont pas en paix avec eux-mêmes ont un problème avec moi car le projet de la méthode est, lui, bien défini.

Les « fonteux » qui ne sont pas en paix avec eux-même ont un problème avec moi pour cacher le problème qu’ils ont avec eux-mêmes.

Ce qui compte, et c’est ce que j’écris depuis des années sur le blog (pour ceux qui peuvent comprendre) : ce qui compte, c’est le projet.

Tu détermines les outils dont tu as besoin en fonction de ton projet.

La réflexion, en matière d’entraînement, doit être téléologique.

Mais, pour comprendre cela, il faut ne pas être intellectuellement… limité 😉

 

Baptiste et Luc, deux pratiquants de la Méthode dont on peut voir à quel point ils sont « limités ».

baptisteoct2011 Lucoct201101

 

A noter que Luc a écrit ceci récemment (forum musculaction.com, carnet au nom de Boktai) : « Maintenant que j’ai essayé les deux sous différents angles, je me rends compte du gros décalage méthode / fonte : et pas de doute pour moi, je prends la méthode. »
Il venait de tester un entraînement avec haltères, durant un peu plus d’un mois.

Content Protection by DMCA.com

Geoffroy

Une histoire de Kryptonite…

Début 2009, à 33 ans, je n’étais pas au top de ma forme. Je pesais 54 kilos pour 1m72. A l’arrivée de notre premier enfant en avril 2009, j’étais le plus heureux des papas mais le physique ne suivait plus, et le mental en pâtissait. Le premier enfant modifie l’ordre établi dans un couple, ajouté à cela de trop longues heures passées au travail, trop de stress pendant trop de temps… perte d’objectivité et de discernement; oui je parle de ce cercle vicieux qui vous tire vers le bas.

 

Juin 2009

Geoffroy01

 

Ne sachant toujours pas où était cachée cette foutue Kryptonite qui aurait pu résoudre bien des problèmes, je décide de m’inscrire à une salle de sport à côté du travail en juin 2009. Je n’avais ni la cape, ni les pouvoirs mais une chose était sûre, je devais avoir au moins sinon plus de volonté que cet enfoiré de Superman. Très rapidement, c’est l’évasion, physique et mentale, je ne le savais pas encore mais le Grand Virage était entamé.
La musculation c’est la découverte de soi même, une découverte qui se transforme rapidement en introspection… je voulais tout savoir le pourquoi du comment aussi bien sur le plan mécanique que personnel. Attirance pour les exercices poids du corps + de longues heures passées sur le forum et les carnets des pratiquants, piqué de curiosité j’organise rapidement mes séances sur des exercices tirés de la méthode.

 

Aout 2010

Geoffroy02 Geoffroy09

 

L’élément incontournable au changement est l’arrivée d’un élément extérieur. Et non, toujours pas de Kryptonite en vue, quoique portant la même couleur. Cet élément fut la méthode d’Olivier Lafay.
Fin 2010, je démarre réellement celle-ci et je continue d’utiliser la fonte avec parcimonie pour faire ce que j’appelle de la “finition”. Je ne dénature pas mes séances Lafay et je m’autorise quelques exercices fonte par plaisir.
Découverte de Turbo chez mon frère en regardant sa bibliothèque. Aucune page ne fait mention de Kryptonite… Je ne comprends pas, mais les conseils sont aussi précieux que le premier volume.
Puis vient le tour de la Méthode de Nutrition (également découverte chez mon frère), et que je lis actuellement, qui fera l’objet de ma photo pour la participation au concours Lafay.

 

Photo: Genèse et Méthodes

geoffroy03

 

2 ans plus tard à l’heure du bilan, je suis content des résultats physiques : j’arrive en juin 2011 à un gain de 7 cm de tour de bras et de 15 cm de tour de poitrine. Je suis passé de 54 kilos à 70 kilos en effectuant une prise de masse “contrôlée”.
Au jour d’aujourd’hui, je continue la méthode et je base mes objectifs en premier lieu sur un gain de volume musculaire pour ensuite me recentrer sur la force et la performance.
Bilan sur un changement physique qui accompagne un changement mental. Pour ma part, ce n’est pas le regard des autres que je trouve si différent mais bien mon propre regard. En juin 2010, je change de travail, ce qui va rythmer mes journées bien plus sainement. Je m’intéresse à la nutrition et aux compléments alimentaires.
En début d’année 2011, j’arrête de fumer, je sens que ça freine la progression.

 

Aout 2011 – 8 mois de méthode

geoffroy04 geoffroy06

 

Septembre 2011 – 9 mois de méthode

geoffroy07

 

C’est un guide, une méthode, mais le résultat final dépend bien de l’acteur lui même, de celui qui veut s’en donner la peine. En parcourant les séances et en découvrant chaque jour un peu plus la méthode, j’en ai tiré une perception bien différente de celle que je m’étais faite au début. Je ne vois plus la méthode d’Olivier comme une méthode à part entière sinon faisant partie d’un ensemble pour atteindre ses objectifs, une invitation à la réflexion et à la remise en question, sur soi même, sur nos propres capacités.

Et la Kryptonite dans tout ça…
…j’étais bien naïf de la chercher cette foutue Kryptonite, il m’aura fallu 2 ans pour découvrir que sur Terre, sa traduction n’était autre que “Volonté”.
Penser que la méthode est une recette miracle équivaut à continuer à chercher la Kryptonite. Quand je pense à Superman qui court toujours après sa pierre, je trouve ça plutôt ironique 🙂

GEOFFROY B

PS: merci à tous les pratiquants du forum avec qui j’échange depuis 2 ans ainsi qu’à Olivier.

Content Protection by DMCA.com