Votre pratique de la musculation révèle votre vision du monde

A quelles lois obéis-tu?

2803637355_1

Y avez-vous déjà songé?

Aucun sport ne naît ex-nihilo. Aucun sport ne préexiste à toute société humaine.

La pratique sportive est culturelle, naissant d’une rencontre entre des moyens et une vision du monde.

La pratique élitiste de la musculation génère de la douleur, promeut cette douleur, la recherche : elle est issue d’une philosophie de la douleur (no pain no gain).

Changer cette vision du monde ( la manière dont l’individu doit être dans le monde), c’est changer la pratique sportive.

Et c’est donc aborder la musculation d’une autre façon.

La Méthode, en s’appuyant sur une autre vision, ne pouvait que proposer un autre type d’entraînement : non-élitiste (démocratisation réelle de la musculation), non traumatisant, créateur de liens humains. Un autre entraînement, pour des valeurs autres.

Cette approche, loin d’éliminer l’efficacité, comme objectif et résultat, a permis de l’augmenter. Rechercher la démocratisation des résultats, en musculation, c’est rechercher un mode d’entraînement qui puisse fournir de tels résultats.

Le regard se déplace : on ne cherche plus à entraîner une élite, en restreignant (involontairement) sa recherche dès que les résultats des athlètes confirment notre vision élitiste du monde. On écarte l’idée d’élite et on voit alors ce que personne n’avait vu et qui était pourtant juste à côté. Il est possible de donner des (bons) résultats à tous.

Plus de résultats, plus d’équilibre athlétique, pour plus de gens, au travers d’une approche qui sait inclure l’autre dans notre propre développement personnel, au lieu de l’exclure, de le mépriser et de vouloir l’écraser… une bonne fois pour toute.

Une philosophie de la vie génère un certain type de développements théoriques et pratiques de la musculation.
Changer la musculation, c’est changer cette philosophie. Ce qui implique de nouveaux développements théoriques et pratiques.

En proposant une autre pratique, en s’appuyant sur d’autres théories, la Méthode ouvre nécessairement à d’autres visions.

Tout est lié. Le sport nait d’une vision du monde.
Si on veut changer cette vision, il faut aussi changer la façon de faire du sport…

Content Protection by DMCA.com

FFC : résultats du Championnat d’Europe pour les pompiers lafayens

Texte de Pierre Grégorat (5° au Championnat d’Europe)

FFC09

 

[youtube https://youtu.be/uOHB4CBD_24]

Pierre, lors de la compétition slovène

 

Alors pour commencer, nous avons participé au 5e Firefighter Challenge de Berlin, un FFC connu et renommé puisqu’il est l’un des premiers en Europe, et qu’il est organisé par une GROSSE équipe Berlinoise.

FFC06

La compétition se déroulait sur 2 jours, les 9 et 10 septembre.
On prend les mêmes et on recommence, Annaëlle, Vincent et Moi sommes passés le 10. Le temps était plus que limite, pluie, sol glissant, tous les agrès gorgés d’eau étaient bien plus lourd que la normale, et la compétition berlinoise est reconnue pour être difficile…

Annaëlle n’était plus la seule fille de la compétition et elle a pu se mesurer à d’autres compétitrices américaines et européennes. Après un run difficile, elle arrache la 3e place de la compétition féminine, et améliore son temps personnel de plus de 2 min par rapport à la compétition polonaise du mois d’avant. (impressionnante la jeune :D)

FFC07

Viens ensuite mon tour. La pression est énorme, je passe dans le carré final des “gros” run. Juste devant moi, le champion du Canada, qui court contre le vice-champion du monde de TFA (une autre discipline sportive pompier), je cours contre le champion du monde TFA, et derrière moi, le Patron avec les coureurs qui vont jouer le titre en plus de 40 ans…

Autant dire que je me sens tout petit à coté de ces combattants qui courent depuis plus de 5 ans…

Je démarre comme une bombe, et rate une marche dans la montée, redémarre après une légère chute et tente de rattraper mon adversaire, et on finit par hisser le tuyau en même temps, mais je perds de la vitesse dans la suite du parcours, trop d’énergie dépensée pour rattraper mon retard. Je finis en dessous des 2 min au chrono final, ce qui me place en 3e place de ma catégorie et 5e au général.

FFC02

Juste derrière moi démarre Vincent, blessé au bras gauche. Un run assez difficile car il ne pouvait pas se servir de son bras gauche comme il le voulait. Mais tout se passe bien pour lui, la douleur mise de coté, il décroche la 1ère place en plus de 40 ans.

Nous avons fait un Tandem aussi avec Vincent et nous finissons à la 3e place… Bref, le plein de médailles et de titres encore une fois.

FFC01

Après une deuxième semaine intensive de stage pour ma part (je faisais le stage GRIMP entre 2 compétitions, il s’agit du Groupe de Recherche et d’Intervention en Milieux Périlleux), je saute dans un mini-bus direction la Slovénie, et après 8h de route, nous voila arrivés à Ljubljana pour le Firefighter Combat Challenge Slovenia, puis pour les meilleurs d’entre nous, une qualification aux championnats d’Europe pour le lendemain.
Petite nuit, grosse fatigue du stage, je ne me sens pas en forme. on se rend sur le site de la competition, 192 partants pour la compétition, c’est énorme, il va falloir se donner à fond. On retrouve les mêmes têtes, grosse équipes Américaines basées en Allemagne, grosses équipes polonaises et Slovènes… et nous, seul Français.

On reprend dans le même ordre de passage, Annaëlle passera le matin assez tôt, et moi en fin de tableau, alors que Vincent passera en dernier, car il détient le titre de l’année dernière.

Annaëlle passe contre une Slovène, jamais vu sur les compétitions… Après un run rapide, sans accro, pas de pénalités, et un temps de 4’26, elle décrochera une 3e place aux championnats d’Europe féminins, mais surtout un chrono qui la qualifie pour les championnats du monde aux USA en novembre.
 
 
La journée passe, et c’est à mon tour de passer. Je suis un peu surpris de passer si tôt, j’avais mal calculé mon horaire de passage, et je suis à peine chaud. Tout va très vite, je passe en grille de départ, je rencontre mon adversaire, un Slovène qui finira 2e de la compétition. Je me lance dans la tour, prends de l’avance sur mon adversaire, hisse mon tuyau avant lui, redescend assez vite et prend la masse pour continuer mon parcours, et là…. mes jambes m’abandonnent. Je fini mon parcours dans la douleur, marche avec ma lance, et le mannequin me semble peser 1 tonne. Je fini 7e au général de la compétition avec un chrono de 1’51”… assez déçu, mais c’est la loi du sport. Il me faut du repos, et je me qualifie pour le lendemain parmi les 40 meilleurs qui se battront pour le titre de champion d’Europe.

Au tour de Vincent, le run Final. Le bougre part comme une bombe, hisse son tuyau comme un fou, redescend tellement vite qu’il manque la dernière marche de la tour dans la descente ce qui lui vaudra 2″ de pénalité (il faut utiliser toute les marches). Il fini le parcours comme il avait commencé, très vite. Avec un chrono de 1’51”, il décroche le titre en plus de 40 ans et une 10e place au général, et surtout la qualification du lendemain aux Europe.

FFC05

Le lendemain, tout se passe le matin. On est reposé, prêt, j’ai une motivation de fou, je dois être meilleur que la veille !
Tout se passe très vite, tout le monde cours contre un adversaire qui a sensiblement le même chrono que lui.
Je me retrouve face à un américain. On part dans la tour, il hisse le tuyau plus vite que moi, redescend juste devant moi… Je fait tout pour le rattraper mais impossible… Ca se passera dans le slalom, j’ai retrouvé les jambes perdues la veille et je pars comme un fou avec la lance et le mannequin. Avec un Chrono de 1’45″85, je fini 5e des championnats d’europe, une qualification aux championnats du monde et un chrono qui s’est amélioré de 40secondes par rapport à la saison dernière… que du bonheur !

Vincent passe contre un Slovène de l’équipe locale, porté par son public… avec un bon run, même si le chrono est moins bon que la veille, il ne prend pas de pénalité. Il finit à la 13e place des championnats d’Europe et obtient son billet pour les championnats du monde.

Pour moi, ce sera la dernière compétition de l’année, place à la reprise de l’entrainement pour la saison prochaine. Avec Annaëlle nous partons juste faire une montée de tour en Allemagne pour le “fun”, en couple. 69 étages, en tenue de feu complète, pour le plaisir.

FFC04

Vincent va surement partir aux championnats du monde en Caroline du Sud aux USA pour se mesurer aux plus grand de ces compétitions.

Content Protection by DMCA.com

Du culte de la performance à l’effondrement psychique

Alain Ehrenberg, une des sources permettant de fonder le discours de la Méthode.

Comment ne pas se laisser déborder, puis détruire, par les exigences sociales contemporaines?
Il faut d’abord identifier ces exigences, en établir les potentialités, les risques.
Puis tenter d’y apporter une réponse qui construise l’individu, qui le rende apte à “faire le tri”, à maîtriser autant que possible sa trajectoire de vie. A rencontrer la joie d’être.
Le rapport au corps et à la performance doit être abordé de manière à ouvrir la conscience, à éviter la chute dans l’abîme dépressif, inévitable sans la construction d’un recul critique et la manipulation d’outils adaptés au changement.

La Méthode est une réponse. En offrant la possibilité de s’inventer soi-même, en réduisant les risques de devenir victime de ses actions.
Limitant l’investissement chronophage de l’individu dans le dépassement de soi, ouvrant les portes du Constructivisme, elle offre des passerelles entre soi et l’autre, condition d’un plein épanouissement. Elle établit des frontières entre le sain dépassement de soi et l’autodestruction par addiction à la recherche de performance.

La Méthode aide à passer de la compétition à la conquête cf cet article ).

 

“Tout se passe comme si chaque individu avait sa propre personnalité pour totem”.
Claude Levi-Strauss

Content Protection by DMCA.com

Quelques chiffres

En cette rentrée 2011, l’adhésion du public à la Méthode a été plus forte que jamais, comme en témoigne cette photo prise à la Fnac Odéon (5° des ventes) :

Odeon

 

J’ai également regardé, pour la première fois, les statistiques de mon hébergeur d’images.

Sur une période allant de mai 2011 à aujourd’hui, l’image la plus vue est la couverture de l’Agenda Lafay (145.000 fois).

Nicolas et Tony occupent la seconde position, avec les photos de leur sèche (144.000 fois chaque photo).

En troisième position, on trouve les photos de Lola69, une jolie pratiquante qui a manifestement su séduire beaucoup de monde (142.000 vues par photo).

Le blog reçoit, en moyenne, 7500 visites par jour. Ainsi, chaque photo est vue au moins 20.000 fois en trois jours. Ensuite, un nouvel article chasse l’autre, mais les photos continuent leurs “vies”, montant à au moins 35.000 vues et plafonnant à plus de 140.000.

Notons également que la vidéo de mon interview, mise en ligne le 31 mai dernier, totalise désormais plus de 40.000 vues (réparties sur deux vidéos, l’une censurée, l’autre non).

Content Protection by DMCA.com

PLUS FORT AUX BRAS, PLUS FORT A LA TRIADE (avec Arnaud)

Arnaud59000 (pseudo sur le forum musculaction)

Arnaudseptembre02
 

Un des plus gros gabarits engendrés par la pratique de la méthode.
Et un des plus forts… Il s’est testé au développé couché prise serrée et il a joué, en série longue, avec une barre de 100 kgs. Il est très fort des bras et du dos.

Pour 1m85, il pèse actuellement 101 kgs. Des bras extraordinaires de 48 cm (à froid), un tour de poitrine de 126 cm et un tour de taille de 87 cm.

Son secret?
Des prises de masse régulières et une utilisation réfléchie de la Méthode LAFAY.
Son tour de bras exceptionnel, au naturel, est obtenu sans surcharge de type haltères lourds. Ce qui montre une fois de plus qu’une méthode aux fondements constructivistes permet de progresser vite, au point de flirter avec les limites du naturel, et même de les dépasser.
Dans sa catégorie, on compte actuellement des dizaines de personnes, et ce chiffre ne fait qu’augmenter.
Roman, 43 cm de bras (1m75). Lorenco, 44 cm de bras (1m77). Baptiste, 42,5 cm de bras (1m78). Charles, 44 cm de bras (1m68). Alex21, 43 cm de bras (1m80). Jean-Louis, 42 cm de bras (1m80). Cedm, 41 cm de bras (1m73). Franck B, 45 cm de bras (1m71). Andy, 45 cm de bras (1m90). Kotaro, 43 cm (1m77), etc.
J’ai cité quelques “anciens”, mais il y a des pratiquants moins connus qui postent régulièrement des photos sur mon facebook et qui sont au-dessus de 42 cm de bras. Ceux-là seront mis en valeur, petit à petit, sur le blog.

Arnaud intervient régulièrement sur musculaction.com pour aider les pratiquants et leur donner des conseils adaptés, subtils, démontrant sa totale maîtrise de la méthode.
Ci-dessous, vous trouverez un nouvel article, écrit par lui, dont le but est :
– de vous faire progresser aux bras;
– de vous faire progresser à la triade.

La progression aux bras a été pensée de manière à ce que la triade en bénéficie. Les performances à la triade vont augmenter grâce au programme spécifique pour les bras.

 

arnaudsept0901

 

“Avant d’exposer mon programme, il faut déjà comprendre quelques points essentiels.
Olivier prescrit 3 séries en max pour les triceps et les biceps. Il faut, à la base, respecter ce principe. Il faut comprendre que vos bras travaillent sur tous les exos. La sollicitation des bras ne se fait pas sur une séance, mais plutôt sur la semaine. Il faut un certain nombre de séries , un certain nombre de répétitions, une certaine façon de les travailler en plus de la triade pour pouvoir progresser.

Le défaut premier, du débutant, même avec la méthode, est de vouloir rajouter des exercices, des séries. Chose prohibée. Les bras peuvent être en surentrainement( cf article bras sur le blog, de 2007, avec la suppression de K2).

Au fur et à mesure de votre pratique, votre condition physique augmente. Vous allez être capable de solliciter beaucoup plus les triceps et les biceps ( cela se voit par les modes qui progressent et aussi par le passage des niveaux).
Comme on l’a tous compris, il suffit de lire et suivre les livres (Turbo et Méthode de musculation), pour comprendre que votre entrainement est progressif. Vous allez devenir de plus en plus endurant, ce qui vous permettra d’augmenter le nombre d’exercices, la difficulté.

Une fois que vous possédez un bon niveau athlétique, les muscles peuvent réagir de plusieurs façons. On recherchera l’augmentation de la difficulté tout en recherchant également l’allongement progressif des séries.
Beaucoup de pratiquants stagnent aux bras arrivés à une certaine variante. Pour un développement optimum, il faudra allonger les séries sur les bras.
A savoir, que si votre entrainement et sollicitation des bras est correctement ajustée, vous remarquerez une progression sur l’ensemble de la triade et les tractions.
Il faut apprendre à solliciter, fatiguer les muscles sans être en échec constant (stagnation).

Ce programme que je vous propose va vous permettre à la fois de devenir plus endurant et plus fort aux bras, tout en “débloquant” votre progression sur la triade.

Un programme spécifique pour ceux voulant dépasser les limites.
A savoir: si vous voulez grossir aux bras, il faudra être en pdm ou en début de sèche.
Cette façon de travailler a pour but d’augmenter considérablement votre force aux bras, donc à la triade.

Je conseille ce programme aux pratiquants, ayant déjà effectué les hauts niveaux, se trouvant en boucle avec une variante difficile sur l’exo 2.

 

Nous allons prendre l’exemple de trois entrainements par semaine lundi, mercredi, vendredi.
On sollicitera spécialement les bras sur deux séances, le lundi et le vendredi (avec une 70 recommandée sur l’ensemble des exos le mercredi ).
Le but de ce travail, est de vous faire gagner en endurance, en force et de repousser vos limites.
Le temps de repos sera de 1 minute (environ) pour un même muscle. Donc, en superset, les deux exercices seront travaillés avec 30s de repos : une série de biceps, 30 secondes de repos, une série de triceps, 30 s de repos, une série de biceps, etc.
Exemple: vous faite CL et K2spec pour les iso bras (le CL a été choisi car il est très facile d’augmenter la difficulté. Pour K2 spé, cela reste l’exo maitre pour des triceps forts et volumineux).

Vous travaillerez principalement, au début, sur 6 séries pour chaque exercice (2 séances/semaine). Une fois un très bon niveau atteint aux bras, donc comme vous l’aurez compris, à la triade aussi, vous pourrez redescendre à 4 séries.
Le but de la deuxième séance (avant les 2 jours de repos) est de battre vos records de la séance précédente.

La première semaine : vous devrez trouver une résistance (un point d’appui assez haut pour K2 spécial, une longueur de sangle adaptée pour le CL) vous permettant d’effectuer 25 reps à la première série de chaque exercice.
La deuxième semaine: vous augmenterez la difficulté de 20cm environ.
la troisième semaine: +20cm aussi.
La quatrième semaine : idem.
Semaine après semaine, le nombre de répétitions par série va diminuer, car votre force ne va pas augmenter aussi vite que l’augmentation de la difficulté.
Aussi, vous allez continuer à augmenter la difficulté, semaine après semaine, jusqu’à ce que le nombre de répétitions de la première série de chaque exercice soit tombé en-dessous des 12 répétitions.

Les séries seront menées à l’échec le lundi (une à deux pauses courtes par série), et il faudra faire autant de pauses courtes que nécessaire pour battre vos records le vendredi.

Dès que vous atteignez un palier où il est devenu impossible de faire plus de 12 répétitions, vous allez faire le chemin inverse : réduire, semaine après semaine, la difficulté, pour augmenter à nouveau le nombre de répétitions.

Vous remarquerez alors que votre nombre de répétitions, pour un même niveau de difficulté, aura augmenté : vous aurez progressé en force et en endurance.

 

Imaginons que vous ayez fait, au premier passage (lors de la phase de durcissement progressif de la difficulté) :
25 répétitions à K2 (première série) pour 90 cm de hauteur d’appui, 18 répétitions à 70 cm, 13 répétitions à 50 cm et seulement 6 répétitions à 30 cm.
Au deuxième passage (lors de la phase d’allègement progressif de la difficulté), vous pourriez faire :
16 répétitions à 50 cm, 25 répétitions à 70 cm, 36 répétitions à 90 cm.

Ces gains se répercuteront sur la triade.

Si vous n’êtes pas assez fort pour faire varier la difficulté de 20 cm par semaine, en gardant un nombre de répétitions correct, adoptez une modification hebdomadaire de seulement 10 cm. Il ne faut pas, en effet, passer trop rapidement de 25 répétitions à la première série de CL ou de K2… à moins de 12 répétitions. Il ne faut pas que vos performances s’écroulent en seulement deux semaines (deux augmentations de la difficulté).

 

Variante :
Imaginons votre progression avec K2 en exemple (ce qui vaut aussi bien pour le CL).
1ere semaine: lundi 25/12…
vendredi 30/15…
2eme semaine +20cm lundi 21/14…
vendredi 22/15…
3eme semaine +40cm lundi 15/10…
vendredi 16/11…
4eme semaine +60cm lundi 8/6…
vendredi 10/7…
5eme semaine +40cm lundi 19/12…
vendredi 21/13…
6eme semaine +60cm lundi 12/8…
vendredi 14/9…
7eme seamine +80cm lundi 8/6…
vendredi 9/7…
ETC.
Voici votre échec au bout de 4 semaines (non validé les 12 reps). IL faut revenir sur la difficulté précédente, la semaine suivante et reprendre une progression.
On s’aperçoit qu’une fois l”échec atteint, on va revenir sur des séries plus longues. Si malgré la diminution de la difficulté vous ne validez pas au deuxième passage, revenez deux difficultés en dessous.

Content Protection by DMCA.com

Q. Lafayen

Q. a commencé par la méthode, puis est passé à un entraînement à base d’haltères, pour finalement revenir à la méthode.

 

1m81, 78 kgs, 38 cm de tour de bras, 110 cm de tour de poitrine, 42 cm de tour de mollet.

QuentinV02 QuentinV04

QuentinV03

 

Je dois à la méthode tout mon lancement, toutes mes bases ainsi qu’une bonne quinzaine de kilos XD (et aussi de sacrés économies si on considère tous les mois que j’ai passé à le faire chez moi sans dépenser un centime de plus que le prix du bouquin!)
Les haltères, je leur dois de m’avoir re-motivé quand je n’avais plus envie de m’entraîner… elles sont venues comme une sorte de complément à la méthode, mais la méthode a toujours été au centre de mon évolution, la salle et ses machines ne sont venues qu’en plus du reste. Comme une façon de briser une monotonie qui me faisait stagner. C’est grâce à ça que j’ai relancé ma prise de masse en septembre 2010, du moment que j’ai commencé à reprendre du poids, mes entraînements de la méthode n’en étaient que plus productifs. Et toujours avec ces entraînements en salle qui me faisaient changer d’air. Et surtout, ça me permettait de me comparer à des mecs basés sur du tout-haltères, bah pour certains, ça ne leur réussit pas XD

Content Protection by DMCA.com

Lafayens de la Réunion

LafayensdelaRunionMike (le plus sec) et Randy.

 

Pour ceux qui ne me connaissent pas, je me présente. Je m’appelle Mike (Lake Methode Lafay sur Facebook), j’ai 19 ans, je suis sur Clermont-Ferrand actuellement depuis peu au cas où il y aurait d’autres Lafayens pour faire une séance 🙂

Je vais faire court pour que ce ne soit pas pénible à lire^^. J’ ai découvert la méthode Lafay en arrivant à la Réunion (974) il y a deux ans. D’ailleurs, la photo a été prise à la Réunion, quartier de Bellepierre et je salue tous les réunionnais, la Réunion dan kèr :p .
Je l’ai découverte par le biais d’un ami qui faisait de la musculation en salle avec moi au lycée (Julien, si tu lis ça 🙂 ). Je cherchais un programme d’entrainement qui puisse me permettre de progresser toujours plus à chaque séance, mais tout ça avec le poids du corps car même si je faisais un peu de fonte, je faisais ça à l’arrache tout comme les pompes et le reste des exercices dans ma chambre.
Puis un jour, ce pote me parle de cette méthode… La méthode Lafay. Je jette un oeil et j’adhère complètement au concept, exactement ce que je cherchais. Le soir même, un mois de décembre 2009, je fais une séance et j’en chie, mais je ne me décourage pas et je continue séance après séance voyant les résultats apparaître, je suis pris dans cette motivation qui me pousse à toujours me surpasser .

Pour la partie performance, je suis capable de réaliser un mode 30 à B et tourne aux alentours du mode 20 pour le reste de la triade. Cette méthode m’a transformé, même si l’on ne se rend pas compte à force de se voir les matins dans la glace, l’entourage ,lui, se rend compte. J’éprouve une sensation de bien être formidable, j’ai gagné en assurance et la méthode m’a beaucoup aidé pour le sport en général et pour la boxe thaïe que je pratique en club.
Pour finir, je recommande cette méthode avec tous ses compléments (méthode Turbo et méthode de nutrition) et remercie Olivier Lafay pour sa méthode. Je laisse la place à Randy…

 
 

Donc moi c’est Randy, je pratique la méthode depuis maintenant 6 mois et j’ai l’ai connue grâce à Mike car il la pratiquait et m’en a parlé. La méthode m’a permis d’évoluer dans plusieurs domaines, que ce soit psychologique ou physique. Sur le point psychologique, je suis beaucoup plus motivé dans ce que je fais et fais preuve d’un état mental renforcé que je n’avais pas avant et que j’ai acquis au cours de ces 6 mois de méthode.
Ensuite sur le plan physique, je suis passé de 99.7 Kg pour 1m75 (ce n’est pas une plaisanterie) à 82 kg actuellement et il faut vraiment le dire je me sens beaucoup mieux avec cette allègement. 18 kg en moins de 6 mois grâce à la méthode, une alimentation rigoureuse et de l’endurance. La méthode me procure du bien être au quotidien comme dans des cas ou j’ai besoin de solliciter intensivement mon corps. J’ai une meilleure résistance à l’effort et cette méthode m’a permis en un temps très restreint avec la précieuse aide de Mike d’augmenter mes performances pour pouvoir passer les tests d’engagements militaires; car avant de la commencer, je ne pouvais même pas aligner 2 tractions d’affilée prise pronation (ce qui n’est pas facile lorsqu’on débute à 100kg), alors que pendant les tests, j’ai pu en faire 9 et actuellement 10 à 11 durant mes séances.

En conclusion : cette méthode est efficace et permet d’atteindre ses objectifs, et je souhaite bon courage à ceux qui l’ont commencée plus récemment que moi. Je remercie Mike pour m’avoir motivé quand je n’étais pas au mieux de ma forme et surtout Olivier Lafay pour sa méthode que je ne suis pas prêt d’arrêter et que je conseille fortement !!
Lafayennement Randy =D

Content Protection by DMCA.com

Mathieu, 10 kgs en 18 mois

mathieu2101 mathieu2102

 

J’ai commencé la musculation il y a 2 ans et demi, à cette époque quand je parle de musculation, il s’agissait en fait de faire 10 pompes tous les soirs, et quelques abdos en rentrant des cours. J’ai commencé à en faire pour une raison que j’ignore, je n’étais pas complexé, je ne faisais plus de compétition sportive, et je n’avais même pas d’objectif.
Autant vous dire que les résultats ont été quasiment nuls et honnêtement, ça m’importait peu.

Les mois ont passé et un jour, je rencontre dans mon lycée un « fonteux », il m’explique alors pas mal de bases de la muscu, et me propose même de le suivre en salle. Il s’agissait en fait d’une toute petite salle, dans un village, proche de chez lui, tenu par des passionnés, et ainsi j’ai commencé à faire mes premiers pas au développé couché et tout ce qui s’en suit. J’ai dû y aller en tout 3 fois et j’ai passé plus de temps à observer les autres qu’à m’entraîner d’ailleurs. Et puis durant ces minutes à observer, j’ai pu voir un jeune de plus ou moins mon âge, qui enchaînait les dips à une vitesse folle, qui faisait des tractions lestées et tout ce qui s’en suit. J’ai tout de suite eu un bon à priori sur sa façon de s’entraîner, je me suis dis après tout c’est la musculation la plus naturelle qui puisse exister. D’ailleurs, d’une façon générale, je n’ai jamais douté de la méthode, il me semblait évident de progresser avec. Pour l’anecdote, j’ai compris 1 an après, en reconnaissant la petite salle où je m’entraînais sur une de ses vidéos, que le jeune qui enchaînait les dips était en fait le célèbre Boktai.

Il m’a fallu pourtant attendre encore quelques mois avant de me mettre à la méthode Lafay . Entre temps, j’ai fait la rencontre d’un ami de mon père, qui m’a beaucoup apporté dans ma pratique. Un fonteux dans l’âme qui avait atteint un niveau plutôt élevé quelques années auparavant, et qui m’a dispensé de précieux conseils pour la muscu. C’est d’ailleurs à ce moment que j’ai commencé à me documenter sérieusement sur Internet et que j’ai découvert la méthode Lafay.

Ca faisait presque 1 an que j’avais commencé la muscu, et je n’avais pas eu un gain de masse musculaire exceptionnel, peut-être 2 kg sec, m’amenant ainsi à 65 kg.
Durant le mois de mars 2010, j’achète le fameux livre vert dans le décathlon du coin, encore une fois par hasard car je n’étais pas venu pour ça…

N’ayant plus d’abonnement à la salle, je décide de m’y mettre, avec donc la première séance notée sur mon carnet le 30/03/2010.
Ayant bien conscience que je me lançais dans une aventure qui allait me tenir plusieurs mois, j’ai décidé de faire les choses bien et de ne brûler aucune étape, et suivre à la lettre ce qu’on me demandait. Commençant au plus bas, c’est-à-dire niveau 1 premier programme. Puis les 6 premier mois ont passé sans que je ne me pose aucune question, je m’appliquais juste à augmenter mes performances et changer de niveau à la stagnation. Mon alimentation a changé d’elle-même, j’avais plus faim, je mangeais plus, je prenais des kilos, je montais en mode tout allait bien. Durant les 6/7 premiers mois donc je suis allé jusqu’à niveau 4, je suis donc monté en niveau vraiment quand la stagnation s’installait, j’ai été patient et ma progression fut au rendez vous, je ne voulais pas passer par une prise de masse, je voulais monter lentement mais sûrement.
J’ai ainsi atteint sans difficulté les 71 kg (assez sec) et c’est là que j’ai commencé à stagner pour de bon. A la rentrée de septembre, j’ai dû faire une pause de 3 mois durant mon premier semestre de Paes (=médecine/pharma ect ..) pour m’y consacrer entièrement. J’ai arrêté l’entraînement, mais surtout de manger, j’ai donc logiquement perdu du poids, retombant fin décembre après les premiers partiels à 66 kg . J’aurais pu être découragé, mais au contraire, j’étais plus motivé que jamais, j’ai repris au niveau 2, j’étais à la tête de plus d’un mois de vacances, et ensuite s’en suivrait un 2 nd semestre plus « soft » qui m’a permis de m’entraîner 2 fois par semaine. En 3 mois, j’ai enchaîné les séances, sans pause, sans 70%, avec un objectif en tête : retrouver les 71 kg perdus, et par la même occasion mes performances.

Le résultat fut au-delà de mes espérances, à la fin de ces 3 mois de « bourrinage », j’affichais 73 kg à jeun sur la balance (plus sec que jamais) et explosant mes modes. Il faut dire qu’entre-temps pour me booster un peu, j’ai incorporé de la whey, qui m’a beaucoup aidé, tout en l’associant à une diet super propre, et avec l’expérience de l’entraînement. Cette période de 3 mois fut très fructueuse. Ce fut une période où j’aurais pu prendre beaucoup de gras, mais ce ne fut pas le cas. De plus, j’avais beaucoup appris sur la nutrition durant mon année, ce qui m’a permis de ne pas faire de grosses erreurs. J’ai préféré par la suite reprendre une alimentation sans excès, sans intensifier l’alimentation comme je l’avais fait les 3 mois auparavant, d’autant que nous sommes en avril, les cours s’intensifient et les partiels approchent, je prépare donc le concours, et laisse de coté les perfs de l’entraînement.
Pour l’heure, je m’entraîne sans m’intéresser à la progression, la méthode Lafay me permet juste de me changer les idées.

Je maintiens mon poids de 73 kg, mon mode 15 du niveau 2 et après les partiels , j’enchaîne les séances, j’augmente mon alimentation au compte goutte, le poids grimpe, les modes aussi, et les 75 kg sont atteints. L’année validée, les sorties avec les potes et tout ce qui vient avec l’été me donne de la hargne à m’entraîner, je suis gonflé a bloc, je fait enfin péter des bons modes avec mode 19 au niveau 3. Aussi, il faut souligner que mes progrès on été soutenus grâce à un entourage (parents) qui a mis tout ce que je demandais à ma disposition ( steak 5% , flocon d’avoine, pâtes/pain/riz complet) et j’en passe. Aujourd’hui au niveau 4 je reprends tranquillement sur un mode 14, je souhaiterais désormais, maintenir mon poids tout en séchant, c’est-à-dire perdre 4% de gras a peu près et les échanger contre du muscle, je pense que la tache sera difficile mais j’ai le temps, la santé, et la motivation donc rien ne m’empêche d’y croire.

En fin de compte, mon plus gros gain grâce à la méthode n’est pas forcement athlétique ou même esthétique mais bien mental. La méthode est une école de la volonté, où se surpasser à chaque séance n’est pas une option, on devient alors exigeant avec soi-même, et cette capacité à aller au-delà de la fatigue, et les douleurs éprouvées lors des exercices est transposable dans la vie de tous les jours).

Cliquez ici pour découvrir son carnet d’entraînement en ligne

Content Protection by DMCA.com