Travail des abdominaux : penser global, agir global

Le travail excessif des abdominaux engendre généralement des contractures de ces muscles et un blocage du diaphragme et de la cage thoracique. La plupart des bodybuilders ne s’en rendent pas compte, exerçant peu leur endurance, et ne savent d’où leur viennent ces douleurs qui finissent par se répandre dans tous le corps (blocage du diaphragme = blocage du transverse et donc gros ventre; blocage des intercostaux = tensions dans les trapèzes et dans la nuque, douleurs lombaires, etc). Cela se répand comme un cancer.

Il faut donc :

– travailler les abdominaux comme les autres muscles, pas trop souvent et pas trop longtemps

DSC00897modif8-1 dsc01037modif-1

– comprendre que les tensions ressenties dans tout le corps peuvent venir d’une mauvaise exécution des abdominaux (en qualité et en quantité)

Viewty img01901-1 (1)

– comprendre que si les abdominaux ne se “surentraînent” pas, leur entraînement excessif est néfaste par rayonnement.

Le surentraînement est une chose mais il ne faut pas penser comme un bodybuilder, analytiquement, en termes de développement local. La vision systémique est supérieure, ne serait-ce que parce qu’elle est plus saine et, à terme, plus efficace (en terme de développement musculaire, oui, qui ne peut s’obtenir ET se conserver sans la santé – ou alors on se dope, comme le font certains, pour pallier le manque de récupération et les douleurs constantes). Lorsque l’on adopte un point de vue systémique, beaucoup de problèmes rencontrés par les bodybuilders deviennent transparents.

tronc5niala-1 muscu2-1 (1)

– comprendre que des tensions générées au niveau du plexus ( tension au diaphragme + travail excessif des abdominaux) ont une action sur les émotions et provoquent et entretiennent un “profil émotionnel”. Il n’est pas bon de générer des tensions dans une zone déjà naturellement sujette aux tensions, zone où se manifestent nos émotions).

85295828-1 IMG_00873-1

– exercer surtout le gainage, le transverse (exercices spécifiques).

PierreGregora02-1 51-1

– libérer les tensions au niveau du plexus par le travail du diaphragme.

hansaplast01 (1) rem003-1

– dénouer les tensions des trapèzes, ce qui libérera la cage et donc étirera abdominaux et diaphragme. L’exercice Z est important. Ainsi que les étirements. On part ici des trapèzes pour aller au diaphragme, transverse, abdominaux).

sanguine02 (1) 6379463-1

– Ce que les abdominaux peuvent supporter comme entraînement spécifique est encadré par les tensions au niveau du plexus. Soit : une personne parfaitement relaxée peut en faire davantage qu’une personne tout le temps tendue. Il faut donc être attentif à son état émotionnel. Dénouer les tensions (travail du diaphragme), retrouver une respiration ample, signe que l’on est peu ou pas tendu, est prioritaire.

 

Cet article est entièrement illustré par des photos d’athlètes Lafay, qui exercent leurs abdominaux pas trop souvent et pas trop longtemps, dont le gainage est sollicité lors des agencements particuliers de pompes en séries longues, et qui sont invités à exercer très régulièrement leur transverse, leur diaphragme ainsi que leur souplesse.

A lire, pour aller plus loin :
Les livres de Wilhelm Reich.
Les livres d’Alexander Lowen.
Objectif abdominaux de Laurent Lopez.
Et tout ce qui concerne la Systémique (j’en parle régulièrement sur le blog, mes articles sont élaborés dans le respect de la systémique et je donne les noms d’auteurs incontournables).

Content Protection by DMCA.com

Le métamorphe féminin

BILAN 1 AN DE MUSCU au 8 JUIN 2011

 

Avant de commencer la méthode proprement dite (avril 2010) à 60 kg environ

162023Aprofil2avril2010 691330Aprofilavril2010

626726Adosavril2010 432261AFACEavril2010

 

AUJOURD’HUi, après 1 an de méthode Lafay à 56 kg

57969508juin11 54331208juin115

65758408juin113 14976808juin112

 

Donc, vous voyez, il n’y a pas photo !!! Je suis sacrément contente du résultat. Quand j’ai revu les photos du début, ça m’a fait un choc.

Coté mensurations:
Poids 56 kg (j’étais même à 55,3 kg début juin)
T poitrine: 88 cm (stable, je fais toujours du 90 D et c’est toujours aussi galère pour trouver un soutif à la bonne taille)
T taille au + fin: 68/69 cm (là, je m’hallucine moi même!)
T ventre (nombril): 78/80 cm, c’est mon repère “bouée ventrale”, donc ça diminue petit à petit (il y an 1 an, j’étais à 85/86 cm)
T hanches (fesses): 93 cm
T cuisses: 53 cm

 

Evolution des mensurations

123095syntmesures

 

Mon régime depuis fin avril a permis de diminuer le tour de ventre (la bouée), un peu le tour de hanches (-1 cm) et le tour de cuisses (-1 cm)
La balance à impédancemètre m’indique toujours un taux de muscle en constante augmentation: je suis désormais à 35.1 % et taux de gras à 26.6 %
Donc que du positif !

Mes bourrelets autour de la taille, je les cherche ! Je m’habille désormais en S en haut (jamais fait de ma vie), je recherche les vêtements près du corps, et je commence à prendre du T 36 pour le bas (idem, taille inconnue de ma vie) et je me surprends à “flotter” dans mes T 38 ou mes habits les + ajustés. Bref, toute ma garde robe est à revoir, sauf peut-être les soutifs (je suis passée du 95D (voire 95E) au 90D, les bonnets C sont décidément un peu étroits, donc je suis contente!)

C’est surtout un message d’encouragement pour toutes les nouvelles que je souhaite adresser: voyez les miracles de la méthode Lafay ! Si aujourd’hui, vous vous désespérez face à vos bourrelets et kilos de trop, sachez qu’avec la méthode, régularité et persévérance, dans 1 an, vous pourrez aussi mettre avec joie vos photos avant/après !

 

Cliquez ici pour découvrir son carnet d’entraînement en ligne

Content Protection by DMCA.com

Le meilleur compromis

Fnac des ternes actuellement

IMG00096-20110630-18491

 

Je présente régulièrement la méthode comme le meilleur compromis, car c’est comme ceci que je l’ai voulue et conçue pendant mes quinze années de recherche : une polyvalence athlétique obtenue en un minimum de temps de pratique. Une grande force, endurance, puissance, souplesse, détente, avec seulement 2 séances d’entraînement hebdomadaires; et même un gros volume musculaire avec 3 séances hebdomadaires et une alimentation hypercalorique.

Et tout ceci construit en utilisant deux chaises et une barre de traction. Pas d’haltères, de bancs ou de machines… Pas d’élastiques magiques ou de gadgets fantastico-merciaux.

Une économie de moyens (temps, connaissances et matériel) pour des résultats très importants; bien supérieurs, la plupart du temps à ce qui peut être obtenu en musculation classique; que cette musculation classique soit réalisée avec haltères et bancs ou au poids de corps (les livres de musculation au poids de corps qui ont été écrits et publiés suite au succès de la Méthode Lafay ont une approche très traditionnelle de la musculation).

Voici l’extrait d’une conversation ayant eu lieu sur facebook le 8 juillet dernier, et qui approfondit cette thématique du meilleur compromis :

 

Fayçal Fassi-fehri : Bonjour , d’un point de vue objectif, qu’est ce qui est mieux pour développer ses muscles : la méthode Lafay ou bien la musculation ? Merci

Erwann Bisson : Ça dépend de quels objectifs tu parles, déjà. Je vois plus la méthode comme un outil pour développer tous les atouts, toutes les “forces” du corps et les rendre fonctionnelles au maximum, alors que la musculation traditionnelle est peut-être plus spécifique à chaque type de force. Sinon, aucune n’est mieux pour développer les muscles, d’un point de vue purement esthétique, les deux permettent de prendre du volume.

Motomo Hatiu : ouais,bof bof je dirais. ce qui est sûr c’est qu’avec la méthode au moins on ne se blesse pas! y’a pas d’exo dangereux pour les lombaires, ou les épaules, ou le dos, etc. de plus, désolé, mais les fonteux au niveau cardio et endurance, ils ne tiennent pas trop la route… alors, ce que tu dis peut être vrai, mais ce qui l’est d’autant plus, c’est que la méthode est sans risque et qu’elle développe, en plus des muscles, le muscle le plus important qui n’est autre que le coeur!

Alexandre Fontaine : Heu la méthode Lafay C’EST de la musculation.

Erwann Bisson : Motomo, il faut relativiser. Lorsque tu dis: “les fonteux niveau cardio et endurance”.. Euh.. Mariusz Pudzianowski, (5 fois l’homme le plus fort du monde) s’entraînait régulièrement en salle, et en plus d’avoir une force démentielle ( et de se shooter, d’accord… x) ) il avait une très bonne endurance, comme tous les hommes forts, comme certains combattants, ou catcheurs allant en salle de muscu.. Ceux qui disent ” Ouais les bodybuilders et la souplesse”.. Voir Ronnie Coleman, 8 fois Mr Olympia je crois, faire le grand écart, c’est pas une preuve de souplesse? Et c’est pas le seul. La généralisation, c’est le mal et ça le sera toujours. La méthode Lafay ne suffit pas à avoir un bon cardio, elle y contribue mais ne fait pas tout, aussi faut-il compléter avec un entrainement du coeur ou plus par semaine. ( ce que font de nombreux fonteux). Et on ne se blesse pas avec la méthode? Soulever incorrectement de lourdes charges est très dangereux, certes, mais mal effectuer de nombreuses répétitions d’un exercice (méthode lafay) peut conduire aux mêmes problèmes, pratiquer la méthode ne nous protège pas d’une blessure. Je suis pratiquant de la méthode pour tous ses bienfaits et “bonus” mais faut pas rabaisser la méthode par la fonte non plus.

Motomo Hatiu : mon but n’est pas de rabaisser. ce sont juste les constatations que j’ai pu faire. alors, se blesser en faisant mal certains exos, d’accord avec toi. mais y’a tout de même une grosse différence entre une légère tendinite qui disparait avec un peu de repos (et encore des fois on peut continuer de s’entrainer sans prob) et le culte de la douleur élevé au rang de martyre sacré proné par les bodybuilders.

Olivier LAFAY : Erwann, Mariusz Pudzianowski peut être performant partout grâce au dopage et essentiellement grâce à ça. Car, en suivant la logique de force avec la fonte, tu vas passer des heures à équilibrer tes acquis (en exerçant parallèlement l’endurance cardio et musculaire + la puissance, + la souplesse qui se perd d’autant plus vite si l’on travaille lourd). En clair, tu vas passer ton temps à t’entraîner. Ce qui est d’une part préjudiciable à une vie équilibrée et épanouissante et, d’autre part, impossible à réaliser sans dopage intensif étant donné la charge de travail imposée au corps (et au psychisme). Sans ce dopage intensif, tu vas être obligé (en logique fonte classique) de choisir un biais plutôt qu’un autre, mais la polyvalence te sera interdite. Ce que la méthode a apporté d’absolument neuf, c’est la possibilité d’une polyvalence athlétique, sans dopage !!! Donc d’un “meilleur compromis” acquis et entretenu en peu de temps et en préservant corps et psychisme. Souple, endurant, fort, volumineux, puissant… Tu te trompes au sujet de l’endurance : la méthode est, avant l’heure, une forme de HIIT. Elle rend le cardio (à côté, comme le jogging par exemple) inutile; on le fait par plaisir ou pour brûler davantage de graisse. Mais, rien qu’avec la méthode, beaucoup de pratiquants ont un coeur qui bat aux alentours de 50 pulsations/minute. J’espère t’avoir donné suffisamment d’éléments pour que tu puisses évoluer dans ta compréhension de la méthode, car l’essentiel t’avait jusqu’ici échappé. Si j’ai élaboré la méthode, c’est pour créer ce qui n’existait pas jusque là. Et qui manquait tellement que la méthode a été un succès dès sa sortie. Lis également ceci Erwann : Le dormeur doit se réveiller

Il existe de nombreux textes, enseignés dans les formations au culturisme, disant que l’on ne peut entraîner à la fois l’endurance, la force et le volume. Combien de “coachs” sont venus s’opposer à moi sur le net en affirmant cela ! C’est cette vision que la méthode a complètement chamboulé.

Erwann Bisson : C’est vrai que les profs de sport de mon école, en ayant entendu parler de la Méthode, qui se répandait, nous disait que ça ne travaillait que l’endurance. Je n’y croyais pas et j’avais raison. On dirait que la vision que s’était fait les gens sur le sport est assez fermée quant aux nouvelles façons de s’entraîner. Je savais que la méthode travaillait tout, dont le coeur, mais à ce point, je l’ignorais. Ça me remet les idées en place. Et puis question temps d’entrainement, il est évident que la méthode est largement adaptée pour qui ne souhaite pas passer sa vie à s’entraîner. Quant au culte de la douleur.. En effet, ça a pris une place trop importante dans la logique de progression de certaines personnes. Et j’ai relu l’article du “dormeur”. C’est vrai qu’il y a deux outils, mais une seule méthode, celle qu’on pratique tous ici.

Content Protection by DMCA.com

Sèche réussie pour Emmanuel, 48 ans

Emmanuel pratique la méthode depuis plusieurs années.
Bien qu’ayant commencé “tard” selon les stéréotypes en vigueur au sujet du développement physique, il a obtenu des résultats remarquables.
L’an dernier, pour le motiver, je l’ai mis au défi de réaliser une perte de gras (sèche) suffisante pour faire apparaître les détails de sa musculature. Il a relevé le défi et, à 47 ans, a commencé à modifier son alimentation (en utilisant Méthode de nutrition).

Cela n’a pas été sans peine, non pas à cause d’un manque de volonté, mais parce que plusieurs drames l’ont fortement secoué récemment. Il s’est moins entraîné et a abandonné l’alimentation de sèche. Les photos ci-dessous montrent donc les résultats d’une sèche inaboutie, même s’ils sembleront enviables pour bien des lecteurs de ce blog tourmentés par leur gras excédentaire.

Lorsque l’on sait que cinq de ses proches ont été victimes de cancers ces derniers mois, on ne peut que s’incliner devant sa force de caractère qui l’a maintenu combatif au point de ne pas se laisser submerger par la douleur.

Ce tout jeune grand-père a donc réussi à passer de 84 à 76 kgs. Je vous laisse le féliciter pour ces résultats.

 

2009

musculation_mars_2009_007 musculation_mars_2009_001

m_001

 

2011

schejuinEmmanuel01 CIMG3709

CIMG3698

 

Evolution 2009/2011

musculation_mars_2009_007 CIMG3698

Content Protection by DMCA.com