Un jeune athlète de 14 ans

Avant de commencer la méthode, début février 2009 (il avait 12 ans) :

Adrienavant01

 

Un an plus tard :

Adrianunanaprs

 

Fin de prise de masse (printemps 2011) :

Adrienfinprisedemasse01

 

Actuellement (après un mois de sèche) :

Adriensche01 Adriensche02

Adriensche03

 

Salut les Lafayens ! Je me prénomme Adrien, j’ai 14 ans, j’habite dans le 74 et je pratique la méthode Lafay depuis maintenant plus de 2 ans.

Comment tout a commencé ?

C’est simple. Me sentant mal, autant mentalement que physiquement et étant blasé des critiques/blagues sur les gros, j’ai décidé de me mettre au sport et mes cousins me motivant énormément (à leur manière) m’ont offert la méthode Lafay le jour de Noël 2008.

Je commençais alors à la lire, à me renseigner, et fis les préparatifs quelques mois après.

Mon test de départ fut un échec total, avec pour résultat : 0 aux dips et aux tractions et 10 au pompes. Je débutais réellement en février, les premières séances furent rudes, mais je sentais bien qu’il me fallait persévérer si je voulais arriver à quelque chose. J’ai bien failli me décourager en cours de route ne voyant pas énormément de progrès dans les mois suivants, comparé à des bêtes, tels Horlab, Charles ou Baptiste, et tant d’autres …

Mais passé les 6 mois, la méthode devint, petit à petit, une habitude, puis ensuite une chose essentielle à ma vie. Elle m’aida à me forger physiquement, je sentais ma santé s’améliorer, mais aussi à me forger mentalement, sachant que les deux sont plus ou moins liés. Preuve, dans les premières pages de mon carnet, on pouvait voir que j’étais irritable/prétentieux et que je ne souhaitais pas voir la vérité en face : j’étais gras, faible et ignorant. La méthode m’a permis d’énormément évoluer. Elle m’a sauvé.

J’ai actuellement dépassé le seuil des 100 pompes, effectué des modes 20 à la triade, et repars pour 2 mois de sèche.

Bilan : Sacré bonne méthode, complète, efficace, quasi gratuite, bref je la conseille.

Au passage, j’aimerais remercier tous ceux qui me soutiennent/complimentent, et Charles pour ses très sympathiques compliments sur Facebook :).

Content Protection by DMCA.com

La bonne décision, entre savoirs et finalités

Réflexion téléologique

Cet article a été publié « en situation », sur le carnet de Charles36, l’athlète naturel le plus connu du web (et le plus massif).

J’ai choisi de le publier sur son carnet, où a eu lieu une polémique sur la nutrition, plutôt que sur le blog, car il permet de comprendre « en situation » ce type de polémique, et de devenir apte à les dépasser.

Si vous prenez le temps de lire cet article, de vous l’approprier, vous disposerez alors de clés pour mieux définir et réussir vos projets. Vous comprendrez également comment optimiser vos échanges relationnels, de manière à obtenir de plus fréquentes ainsi que de plus amples satisfactions, sur votre chemin de vie.

Savoir décider, savoir échanger – Nutrition, choix et téléologie – Cliquez ici

 

PLAN de l’article

1 – prendre acte de la complexité
2 – les deux sens de la diététique
3 – la notion de risque
4 – une décision peut être « bonne » mais elle ne peut être « vraie »
5 – nous ne sommes pas des mécaniques « simples »
6 – de l’intelligence
7 – de l’importance de savoir échanger (émettre, recevoir, parler, écouter, prendre, donner)

Content Protection by DMCA.com

Méthode de nutrition : photo, vidéo, recette gratuite

Pour vous mettre en appétit, la recette du poulet en salade (extraite du livre) :

pouletdulivre

 

Pour varier vos menus, recette (gratuite et inédite) du poulet aux amandes :

(cliquez pour agrandir les images)

Poulet_Amande1

Poulet_Amande2

 

Merci à Alexandre pour l’idée.

N’oubliez pas que, dans la section nutrition du blog, vous avez accès à des recettes gratuites qui vous permettent de faire évoluer le suivi proposé par le livre : recette du Gâteau HP Nicos, gratiné de courgettes et poulet, poisson sauce moutarde sur lit de petits pois, Omelette diététique, recette du Gâteau Lafay

Content Protection by DMCA.com

Classement officiel Livres-Hebdo 2010 : N°1 plus que jamais !

Le classement officiel des ventes de livres de sport 2010 vient d’être publié.

Méthode de musculation, qui était n°3 au classement général en 2009 et n°1 en livres pratiques est… (roulement de tambour) : N°1 toutes catégories.

Méthode de musculation au féminin, qui était 47° en 2009 est monté à la… 19° place du classement général.

Morceau choisi : « Signe des temps, l’auteur le plus lu de l’année 2010, au rayon sport, n’a jamais fait la une des journaux. Mais sa méthode de musculation, best-seller d’Amphora, compte plusieurs centaines de milliers d’adeptes.« 

 

Classement officiel des 50 meilleures ventes de livres de sport (cliquez sur l’image pour l’agrandir) :

Olivier02

 

L’Univers Lafay en expansion (création des applications Lafaychrono gratuites) :

Olivier03

 

Amphora, éditeur leader et novateur :

Olivier011

 

Le sport en chiffres :

Olivier04

Content Protection by DMCA.com

+ 14 kgs pour Maxime

Age : 21 ans
Pratiquant de Badminton en compétition.
1m72 et 81 kgs actuellement.
40 cm de tour de bras.
63 cm de tour de cuisse.
Gain de poids corporel : 14 kgs en 17 mois.

 

Avant de commencer la méthode (67 kgs en mai 2009) :

maxime01

 

Un mois de méthode (68 kgs en octobre 2009) :

maxime02

 

Février 2010 (76.5 kgs) :

maxime03

 

Octobre 2010 (79 kgs) :

maxime04

 

Novembre 2010 :

maxime05

 

Avril 2011 (81 kgs) :

STAGE

 

J’ai toujours pratiqué énormément de sports, qu’il s’agisse de judo, football, handball, badminton ou encore boxe thaïlandaise.
Durant l’été 2009, je me suis décidé à m’essayer à la musculation, disposant de deux haltères et de 40 kgs de fonte. Ce fut un échec total. Non pas parce qu’il s’agissait de fonte, mais parce que, ignorant que j’étais, je m’entraînais 6 jours sur 7, sautais des repas et me couchais chaque nuit vers 4 heures du matin (merci World of Warcraft).

Arrivé en septembre 2009, j’avais perdu un kilo (67 kgs) : j’étais dépité. J’ai alors découvert l’existence du fameux bouquin vert dont tout le monde parlait sur musculation.com et l’ai aussitôt commandé. De par mon passé de sportif, j’ai pu réaliser une dizaine de dips au test de départ et j’ai donc commencé au niveau II.

Premier constat : l’idée de battre à chaque fois ses performances est pour moi une véritable source de motivation, chaque séance est une guerre mentale.
Deuxième constat : les kilos s’accumulent à une vitesse dingue, je prenais 3 kilos en l’espace de 3 semaines.

Je passe 15 séances au niveau II et finis sur un mode 16 à B1, alors que je ne pouvais faire qu’une dizaine de dips il y a un mois de cela.
Je découvre ensuite le niveau III, le principe d’évolution du deuxième exo et celui de se surélever (au départ très casse-gueule puis mes BD ont su se révéler utiles). Niveau IV, E2 sans se tenir mode 15, je commence à prendre conscience de la difficulté de la méthode et redoute chaque séance jambes.

J’enchaîne ensuite les niveaux V et VI, termine sur un mode 22 à K2 spé. Étant très bête à l’époque, je ne m’étais, en 69 séances, jamais résolu à faire de 70%, ayant l’impression de ne rien faire et culpabilisant. « No pain no gain », voilà ce en quoi je croyais. Et la blessure arriva, je ne pouvais plus faire de dips à cause d’une douleur monstre au niveau de la clavicule. Abattu, déprimé, je me vois contraint de boucler les niveaux 2 3 4 en remplaçant les dips par A12. Pourquoi dois-je me retaper ces niveaux alors que les niveaux 7 8 etc me tendent les bras ? Et puis soudainement, je me rends compte que je réalise un mode 22 à B1, 13 à A12 et 25 à K2 spé. Même constat au niveau III et IV, les perfs s’envolent littéralement (M19 à B).

J’ai rebouclé de nombreuses fois les niveaux inférieurs avant de découvrir les joies des niveaux supérieurs et leur lot de souffrance, A9, K3 et les maxis.
La méthode marche, peu importe ce que certains disent. On m’invite en salle pour me tester au DC, les gens rient lorsque que je parle de la méthode, puis, en parfait touriste, je soulève 100 kgs sans grand problème.

Je termine le niveau IX épuisé, avec 58 dips et 44 tractions larges d’affilés, ce qui reste malheureusement très inférieurs aux perfs de modèles comme Charles ou Arnaud.

Je suis actuellement sur le niveau X, et je compte repartir sur un niveau VI « à ma sauce » et atteindre les 85 kgs secs.

En plus des 14 kgs de pris, cette méthode m’a appris ce qu’était l’enfer, comment savourer la douleur, se dépasser aussi bien mentalement que physiquement, mais surtout, m’a fait adopter un mode de vie sain.
Qui plus est, elle m’a ouvert les yeux quant aux notions de repos et de récupération, des notions qui font partie intégrante de notre entraînement et qui ne doivent pas être fuies !

La méthode Lafay marche, c’est un fait, et ce quoi qu’en disent ses détracteurs.

Merci à Olivier pour son dévouement et l’attention qu’il nous porte à nous, sportifs, mais également aux piliers de la méthode comme Charles, Arnaud, Boktai et j’en passe qui, malgré eux, me poussent à me surpasser afin d’espérer atteindre un jour leur physique.

Content Protection by DMCA.com

Stages de Kali-Majapahit avec Fred Evrard

Fred, instructeur combat de réputation internationale, et pratiquant de la Méthode Lafay, vient en France en juin et juillet pour y donner quatre stages (Nantes, Paris, La Rochelle, Lyon).

La deuxième image, lorsque vous l’agrandirez, vous présentera ses multiples qualifications, éventail qui s’est élargi récemment puisqu’il vient de signer officiellement le contrat d’entraineur de combat rapproché et défense contre couteau de la brigade anti-terroriste de la Police des frontières de Singapore.

 

FlyerFrance1def FlyerFrance2def FlyerFrance3

 

Vidéo du maître :

[youtube https://youtu.be/au6ro-Dhbw8]
Content Protection by DMCA.com

Opposition, construction, légitimation – enseignant déclencheur, enseignant moteur

J’ai extrait cet échange des commentaires à mon précédent article sur la légitimité en musculation, le pensant utile et peut-être enrichissant pour les lecteurs, digne d’ouvrir à d’autres échanges sur les sujets qu’il aborde.
Bonne lecture.

Loghan : Je ne suis globalement pas convaincu par cet article, en effet en tant qu’enseignant, je doute que la réussite de tes élèves soit forcement source de légitimité : tous tes élèves peuvent tricher (ah, les années collège ou l’on use et abuse du travail d’un érudit habilement retranscrit), ou au contraire tous tes élèves peuvent réussir malgré toi.
(et oui, mauvais prof n’égale pas forcément mauvais élèves)

De plus, je pense qu’il faut se garder de trop de mépris envers ceux qui cherchent à monter l’échelle : la recherche de la confrontation est aussi un appel au progrès, et bien que cela soit une technique très adolescente, ma foi, elle a aidé à construire pas mal d’adultes

Olivier Lafay : La triche n’est pas la règle. Si elle est la règle, alors on doit retrouver le même pourcentage de triche dans toutes les « classes » d’une même catégorie, ce qui n’est donc plus un facteur d’explication suffisant. Expliquer le taux de réussite supérieur obtenu par un enseignant par la triche semble un peu léger, non? D’autre part, je parle d’enseignement en musculation. Ici, il s’agit donc d’élèves qui viennent à l’enseignant.
Pas d’élèves en situation de réussite, pas de réputation, pas de légitimité.
Un changement validé par un élève, multiplié…

En ce qui concerne le fait de « monter à l’échelle », il y a un énorme malentendu, c’est certain. Relisez bien ce texte (et aussi les autres : je propose des voies pour le changement, ce qui inclut nécessairement des déplacements sur diverses échelles).

Loghan: je n’explique pas la réussite d’un enseignant par la triche, mais souligne qu’un enseignant , bien qu’il ait une influence, bonne ou mauvaise, ne saurait être le moteur du changement. il peut par contre en être le déclencheur.

Quand à monter à l’échelle, j’ai, je pense, bien compris ce texte et les autres. Je pense néanmoins que la recherche d’opposition peut aussi être une forme de reconnaissance : souvent s’opposer c’est se protéger d’un changement qu’on redoute. pour beaucoup, apprendre qu’il y a une autre voie en matière de musculation qui remet en cause leur modus operandi peut être délicat : certains resteront à jamais convaincus qu’il s’agit d’une escroquerie, d’autres y viendront petit à petit … c’est à ceux là que je pense quand je dis qu’il faut se garder du mépris : bien que leurs premières réactions puissent être agressives ou violentes, la contradiction peut nourrir le questionnement.

Olivier Lafay : Loghan, je ne partage pas cette conception de l’enseignement où le déclencheur s’oppose au moteur. Je pense au contraire qu’il doit y avoir, nécessairement, une dialectique spiralée entre le déclencheur et le moteur. C’est-à-dire un mouvement , une circulation susceptible d’amplifier l’un et l’autre en les reliant. Exclure le rôle moteur que devrait selon moi assurer l’enseignant, se tenir en arrière, sur ses gardes, c’est également exclure le couple implication/identification. Implication (de l’enseignant)/ identification (de l’élève). Si l’implication doit être modérée (pour être éventuellement déclencheur, mais pas trop, pas à tout prix) et l’identification exclue, on s’écarte de la possibilité, pour tous, de réussir.

Socrate, lorsqu’il enseignait publiquement n’était-il pas à la fois moteur (accompagner le mouvement de l’élève, le soulager en partie pour le faire avancer) et déclencheur (produire l’impulsion nécessaire à l’action) de l’apprentissage? C’est très aisément vérifiable dans les disciplines enseignables ayant pour but la réalisation d’une action concrète visible (le yoga, par exemple). L’enseignant doit être pédagogue. Et s’il l’est, il sera parfois le déclencheur, parfois le moteur, pour une même personne. Déclencheur quand son seul discours impulsera l’action efficace de l’élève (en direction donc de l’apprentissage), moteur lorsque l’élève aura besoin d ‘être porté, supporté comme avec une paire de béquilles, le temps d’accéder à l’autonomie.

D’autre part, pour répondre sur le deuxième point, je suis bien sur tout à fait favorable, dans l’absolu, à l’opposition, qui permet innovation et construction. Il est sain de pouvoir s’opposer. Mais il est bon de savoir s’opposer…
Je souhaitais, dans l’article, attirer l’attention sur la qualité de l’opposition, inciter le lecteur à réfléchir. Il est préférable d’avoir les moyens de ses ambitions : you can’t beat something with nothing.

La situation sociale de concurrence généralisée entre les individus (dont je fais l’état des lieux dans Introspection, premier chapitre de Méthode de nutrition) fait perdre parfois de vue ces simples idées, car le besoin de reconnaissance a tendance à étouffer la conscience (des enjeux, des situations, des risques, des limites… de soi).

Pour conclure : est-ce que cette vision d’axiomes relationnels absolus valables seulement pour un monde protégé, et d’une relativité imposée pour le monde ouvert qui l’environne, n’est pas une caractéristique propre au système de l’Education nationale, qui a ses mythes, ses obsessions, ses protections et ses théories, alors que le monde ouvert, libéral, où la définition de l’efficacité est imposée par les partenaires, dispose d’autres théories, ouvertes à la mesure de l’ouverture des échanges?

Content Protection by DMCA.com

La légitimité en musculation

En musculation, on obtient la légitimité par le développement de son physique et/ou son niveau de performance. En pédagogie de la musculation, on obtient la légitimité par les résultats de ses élèves. Et pour ce qui est des savoirs scientifiques sur la musculation, on obtient la légitimité par la reconnaissance de ses pairs, des scientifiques.

Contextuellement, la hiérarchie entre prétendants à la reconnaissance se fera selon les critères liés à ces trois catégories. Et il serait souhaitable que ceux qui ne sont pas, objectivement, en haut de l’échelle sachent rester à leur place ou justifient, par des faits démontrant leur valeur, leur volonté d’en changer (de place).

Il est également regrettable que certains puissent prétendre (par égocentrisme, puérilité ou intérêt) à la légitimité globale alors que leur valeur n’est factuellement cantonnée qu’à une seule de ces catégories (ce qui est déjà bien).

Content Protection by DMCA.com