Alex, ou l’histoire d’un diabétique que la Méthode a transformé en un puissant athlète

Je me présente, Alex, Parker sur Facebook. J’ai 20 ans et je suis étudiant. Je pratique la méthode lafay depuis maintenant 5 ans, j’ai toujours eu un passé sportif avec de nombreuses années de foot, le sport a toujours été quelque chose qui m’a plu pour le côté détente, social…

Parker Méthode Lafay3Mais depuis l’âge de 4 ans, je suis diabétique insulino-dépendant. En effet, mon pancréas n’est plus capable de se gérer tout seul, je me fais des injections d’insuline manuelles suite à chaque repas pour permettre aux glucides de rentrer dans les cellules et de ne pas rester dans le sang pour faire simple. Si l’injection est trop forte, je suis en hypoglycémie : un phénomène connu de tous les sportifs. Mais cela n’a pas beaucoup de rapports avec le diabète de type 2 dont on entend régulièrement parler. Moi c’est génétique, mon pancréas ne marche pas. Alors que pour le 2ème type de diabète qui représente la grande majorité, c’est le résultat d’un pancréas abîmé.

C’est cette maladie, la passion du sport et un physique assez maigre, qui m’ont attiré vers la musculation. J’avais envie de changer le regard des gens sur moi, j’avais envie de dégager de la force, puissance, un physique athlétique. Je commence ainsi par quelques séances en salle en juillet 2009 avec mes 1m74 et 60 kilos et une motivation de fer. Mais j’ai tout de suite été déçu par l’ambiance : les salles entourées de miroirs, la personne qui passe après toi sur la machine regarde combien tu as soulevé… c’est trop pour moi et je n’adhère pas du tout à cette vision des choses, je trouvais déjà plus intéressant d’aider l’autre à progresser plutôt que le regarder avec un air supérieur. Ce qui m’avait plu dans les sports collectifs était l’entraide, et là j’arrive dans un univers où tout le monde se juge, il faut être le plus fort, le plus performant. Je décide donc de laisser tomber la musculation en salle.

Mais ma motivation est toujours là, je me fais donc un petit programme avec quelques pompes, haltères courtes dans mon coin. Mais un jour, 2 amis parlent de la Méthode et là, le concept m’attire de suite. Je commande rapidement le livre et je me mets à faire mes séances dans mon coin. Je change rapidement, j’évolue bien, mais je finis toutes mes séances, 3 fois par semaine KO. Je ne fais que d’y penser, cette pratique devient chronophage et énergivore. Mais à cette époque, je n’avais pas le recul nécessaire et il faut l’avouer, la communauté était moins active qu’aujourd’hui. Pendant presque 1ans/1 ans et demi j’évolue, je franchis rapidement les 70 kilos (pas très sec) mais je fais mes séances sans plaisir. J’y vais avec dédain, une routine s’installe avec ces 3 entraînements hebdomadaires qui deviennent un fardeau, à quoi bon se motiver en sachant que dès les premières minutes de la séance nous serions dans le rouge. Cette période est donc pleine de pauses, d’arrêts car la motivation décroît évidemment.

Après 2 ans de pratique

Parker Méthode Lafay

Je commence alors à me renseigner sur le parcours des autres sur musculaction pour voir le parcours, l’évolution des autres mais aussi surtout leur ressenti. Je suis le seul à trouver ça dur ? Je tombe évidemment sur les Charles, Boktai et compagnie qui deviennent de nouvelles sources de motivation. Et je me mets à lire le blog, et j’apprends une nouvelle façon de voir les choses : l’efficience. Je m’y intéresse et je suis un peu sceptique au départ : progresser sans forcer ? Tout ce que j’ai appris au départ était donc faux. Mais je tente le coup, je repars de bien plus bas en début de niveau, mais je continue de beaucoup forcer, mais je prends déjà plus de plaisir. A cette époque, j’ai 2 ans de méthode. J’obtiens plus de résultats mais je n’évolue plus très vite. Je passe un mode 15 au niveau 2 sur la triade.

Je reste assidu en suivant toujours et toujours les publications du blog qui s’éclairent au fur et à mesure à force de relecture. Je me rends compte que les gens deviennent de plus en plus autonomes dans leurs pratiques, semblent s’épanouir pleinement, les physiques deviennent de plus en plus impressionnants et la notion d’efficience explose. Je décide donc d’y croire pleinement, à l’écoute des plus expérimentés de la méthode, et alors là je prends un tout nouveau départ et l’évolution est bien plus impressionnante sur le point de vue esthétique, performance.

Je ne force plus que très peu, je m’approche grandement de la pratique de Roman V et de ses cycles. En effet, je repars de très bas (avec le principe de prendre un maximum d’élan) pour faire des cycles de quelques semaines avec par exemple 2 semaines faciles, 2 semaines moyennes et 2 semaines à 90-100%, et lorsque je force au premier exercice de la triade, je miniboucle le 2ème exercice. Et de même avec les tractions, je n’hésite pas à reculer lorsque je monte la triade. Lorsque j’accélère à un exercice, je freine sur un deuxième. Et j’instaure une séance à 70% hebdomadaire sauf les premières semaines d’un niveau. Cette approche me plaît, je prends beaucoup de plaisir à m’entrainer, je ne crains plus ces séances et surtout… je ne suis plus fatigué. Ma pratique n’est plus énergivore comme par le passé et encore moins chronophage car je n’y pense plus, je ne les prépare plus psychologiquement.

Parker Méthode Lafay1 Parker Méthode Lafay2

Et « miracle » je progresse. J’atteins rapidement 38 cm de bras, les 70 kilos secs et le regard des gens change. Je ne suis plus désigné comme le diabétique du lycée, mais comme le mec sportif. Pourtant niveau alimentation je ne me prends pas vraiment la tête même si grâce/à cause de mon diabète j’ai toujours eu une alimentation équilibré, un peu excédentaire pour construire du muscle, me permettre de faire du sport.

Je me suis ainsi rendu compte que la fameuse Efficience marche. Je l’applique aussi en course à pied, où je dis adieu aux séances de fractionnées qui semblaient être la meilleure chose pour progresser, mais vraiment trop dur physiquement à mon goût, je préfère allonger les km.

A mes 3 ans de Méthode, je valide un mode 20 au niveau 2. Je continue de m’entraîner, en perfectionnant « mon efficience » et je me mets vraiment à m’intéresser à la nutrition, pour améliorer mon diabète, mon physique et mes performances. Je cherche à répondre au mieux à un «esprit sain dans un corps sain ». A quoi bon avoir une carrosserie de Ferrari si on n’a pas le moteur qui va avec ? Je me rends rapidement compte qu’une alimentation sportive et une alimentation santé sont au finale liées, et je dirai même identique.

Je lis donc beaucoup pour perfectionner ma culture alimentaire avec le livre jaune (Méthode de nutrition), internet, mais je ne me prends pas la tête à suivre un plan alimentaire précis, j’essaye de manger équilibré et en respectant des quantités de protéines, glucides et lipides. Je vais progressivement adapter mon alimentation et la rendre hypercalorique pour continuer à progresser pleinement mais sans me forcer encore une fois. Mes prises de masse ne sont pas poussées (+/- 4-5kilos) et je garde une sangle abdominale visible toute l’année.

Parker Méthode Lafay4Aujourd’hui, mon entrainement se compose la plupart du temps de 3 séances de méthode voir 2, et de 2 à 4 séances de cardio selon le temps. C’est le plaisir qui dicte mes séances que ce soit en course à pied, ou lafay. Au final, plus vous prenez de plaisir à votre entrainement, plus vous durez dans le temps.
J’abuse constamment des miniboucles, je ralentis sans hésiter des exercices pour en faire progresser davantage, et je ne pratique pas d’autres techniques anti-stagnations. Je prends la plus simple et la moins énergivore qu’est la MB. Oui, je suis un fainéant mais j’adore ce rythme de progression. « La douceur mène à tout » : C’est quelque chose que les gens doivent comprendre dans leur pratique et même le généraliser à d’autres échelles que la pratique de la musculation. Pour ma part j’ai tout simplement changé progressivement mon état d’esprit quant à ma pratique sportive. Le plus grand pas à faire est de se dire que ce n’est pas en forçant plus qu’on aura le plus de résultats, expliquant ainsi l’inutilité de rajouter des exos, de modifier les séances à moins d’y chercher un quelconque plaisir. Quand on a compris cela, la route vers une musculation intelligente peut être lancée !

La méthode m’a, de plus, amené une nouvelle vision sur l’univers de la musculation et le sport en général. En plus d’avoir énormément changé physiquement, je suis devenu beaucoup plus athlétique avec un cœur autour de 50 pulsations/min, les connaissances acquises sur l’alimentation, le sport m’ont permis d’améliorer grandement mes résultats médicaux. Aujourd’hui, je dresse un bilan évidemment plus que positif de mon expérience Lafay. Elle m’a de plus permis de me connaître mieux, de me rendre compte de ma propre volonté malgré les moments assez durs au début, de ne pas vraiment progresser. Je garde une vie sociale épanouie, je ne m’enferme pas dans une quête musculaire à tout prix et je prends d’ailleurs énormément de plaisir à échanger, dialoguer avec la communauté.

Niveau performance, je pratique la Quadriade et suis autour d’un mode 30 à B1, 25 à C1. Je cours le 10km en moins de 45 minutes.
Niveau mensuration je fais 1m74 pour un poids autour de 80-82 kilos, avec 41cm de bras.
Maintenant j’aimerai continuer d’augmenter mes performances en musculation, en course à pied mais aussi en souplesse. Et tous ces objectifs se feront en douceur. « Don’t work hard, work intelligent ».

work

Je cherche à continuer à améliorer mes résultats médicaux de diabète, et continuer mes études.
Je reste aujourd’hui fier de ma progression, même si sur un lapse de temps assez élevé, mais je suis surtout fier de mon parcours, d’avoir vaincu les préjugés sur le diabète, les morphotypes…

Parker Méthode Lafay5

Si j’avais un conseil à diriger à tous, c’est bien de se muscler « efficiemment » avec la lecture des différents articles mis à votre disposition. Il est vraiment important de ne pas gaspiller son temps avec une pratique sous l’angle No Pain No Gain, on perd trop de temps et d’énergie à y penser, à s’entraîner. Profitez du temps libéré pour s’épanouir autrement.

« Doit-on accepter que notre vie, risquant en permanence d’être gâchée par l’imprévu, soit également gâchée par le prévu? » O.LAFAY

Faites de votre corps un allié, pas un ennemi à abattre à chaque entrainement !

Merci à la méthode, à Mr Lafay et à tous les pratiquants qui se dévouent au travers d’une superbe communauté.

Content Protection by DMCA.com