L’EXPLOITATION DE L’HOMME PAR L’HOMME

15871850_10211558156048962_3935769699169496231_n

 

Le débat récent sur le veganisme (énième débat) m’a donné envie de vous proposer cette réflexion.

Les vegans affirment que les problèmes du monde seront résolus par l’abandon du régime carné.
C’est faux, et je vous donne ci-dessous une architecture de raisonnement, afin d’y réfléchir.

1 – la lutte pour la dominance est un état primaire et fondamental chez tout être vivant (je vous renvoie aux travaux d’Henri Laborit). Chacun cherche à se gratifier en tant qu’individu. A survivre… A se reproduire…
Donc chacun, plus ou moins consciemment, cherche à dominer, afin d’être bien placé lorsqu’il s’agit de satisfaire besoins et désirs.

2 – chez l’humain, cela a donné, entre autres, l’exploitation de l’homme par l’homme et l’exploitation de la nature.
Les progrès de la science sont dus au besoin… de satisfaire au mieux nos besoins. Tenter de posséder la nature, c’est tenter de la rendre apte à nous satisfaire et non à nous détruire.
La nature se fout en effet des individus que nous sommes…

De même, la cybernétique est la science qui permet de mieux comprendre les systèmes complexes : donc de les contrôler, de les rendre prévisibles, et aussi d’en produire (la Méthode Lafay est la création d’un système complexe à l’aide des outils de la cybernétique).

Pour se gratifier au mieux, il est préférable d’être bien placé sur l’échelle de dominance. En effet, utiliser d’autres humains permet de d’obtenir bien davantage de pouvoir sur sa vie que si on est tout seul (en faisant proportionnellement moins d’efforts).

3 – l’exploitation de l’homme par l’homme, pour la satisfaction « hiérarchisée » (certains ont bien plus que d’autres) des besoins, entraîne la destruction des écosystèmes naturels.
C’est la création d’écosystèmes « pour l’humain », englobant la nature, l’asservissant, la malmenant. Je vous renvoie au tome 2 de la Méthode d’Edgar Morin, si vous voulez creuser ce sujet.

4 – Une utilisation plus raisonnable de la nature exige une redéfinition des rapports sociaux (qui devraient être aussi plus raisonnables).
a – plus je veux être dominant, plus je vais assurer mon pouvoir en utilisant d’autres humains, qui vont exploiter la nature en concurrence avec d’autres groupes humains dont le dominant, à chaque fois, veut être plus dominant que moi.
b – la règle de base est donc de tirer un maximum de ressources de la nature pour assurer la lutte pour la dominance, et non la respecter (globalement).

5 – faire cesser l’exploitation de l’homme par l’homme, ou au moins la diminuer grandement, permettrait de mieux respecter la nature.
En effet, faire cesser l’effervescence de la lutte de tous contre tous, permettrait d’accorder du temps et de l’énergie au respect des écosystèmes naturels.
Avoir du temps pour faire autre chose que se battre les uns contre les autres, se valoriser aux dépens des autres, utiliser leur travail pour avoir de la dominance, etc., ce serait la possibilité de vivre en accord avec les processus naturels.
Comme le dit Gregory Bateson, si l’on va mal, c’est qu’on a oublié de regarder le fonctionnement de la nature.

6 – une société plus paisible, respectant les écosystèmes naturels, et humains, aurait le temps, les connaissances et l’équilibre psychologique nécessaire pour, éventuellement, envisager sereinement le végétarisme ou le végétalisme (voyez donc que je ne condamne pas ces pratiques).

7 – par contre, si on ne fait pas cesser l’exploitation de l’homme par l’homme, l’adoption du végétalisme pour « sauver le monde » est une erreur majeure.
L’exploitation de la nature, pour assurer le maintien des échelles de dominance, continuera ; les écosystèmes seront de plus en plus détruits. Les espèces animales disparaîtront.
Du moment que vous raquez pour manger, que ce soit des végétaux ou des animaux, les dominants conserveront le pouvoir.
Le stress exercé par les puissants sur les masses sera toujours aussi fort, et même pire. Les gens seront donc toujours enchaînés et malheureux.
Je dis « et même pire », car l’antispécisme, moteur de l’idéologie vegan, conduit à la désacralisation absolue de l’humain, donc à un « j’m’en-foutisme » absolu des autres, donc à une grande « liberté » quant à leur exploitation (supérieure à ce qui se passe aujourd’hui, où l’on brandit encore des valeurs humanistes, dernier rempart contre l’exploitation totale).
Passer de la sacralisation absolue de l’humain à la désacralisation absolue est juste une énorme connerie.

Donc, on ne peut être heureux, dans une société enfin paisible, juste en cessant de manger de la viande…

°

°

Illustration de Lionel Richerand

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s