L’auto puis les muscles

Je suis toujours aussi étonné et ravi de voir à quel point les gens adhèrent à mon projet.
 
meilleuresventes_zps9b165a71

 

« Toute doctrine traverse trois états : on l’attaque d’abord, en la déclarant absurde; puis on admet qu’elle est vraie, évidente, mais insignifiante. On reconnaît enfin sa véritable importance et ses adversaires revendiquent l’honneur de l’avoir découverte. »
(William James)
 
William James est l’inspirateur de la maxime constructiviste : « est vrai ce qui marche. »
Il postule que les idées doivent être considérées comme vraies lorsqu’elles permettent d’avoir prise sur ce qu’on pense être la réalité. Lorsqu’une théorie devient un fil conducteur permettant de réussir une action, elle est « vraie ». D’où l’importance de penser en termes de finalité, de définir un projet puis les critères permettant de reconnaître la réussite ou l’échec dans la réalisation de ce projet. Enfin, il faudra utiliser un outil issu d’une modélisation aux contours identiques ou similaires à ceux de ce projet.
 
La Méthode Lafay résulte d’une modélisation systémique aux contours étendus ayant engendré à la fois une théorie et un outil pratique, un projet qui entre en résonance avec les projets de centaines de milliers d’individus. La théorie permet de nommer et décrire ce que les gens ressentent parfois confusément sans être en mesure de mettre des mots sur ces perceptions. L’action sera ainsi plus précise, en pleine conscience. La pratique permet de conduire le changement, de correspondre au projet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s