Autonomie et progression : les conditions de modification de votre entraînement

(Article écrit par Denis Tiquet et Arnaud Méthode Lafay)

 

BUT : gestion autonome des multiples outils composant la Méthode.

 

Passer de ça :

Voyageurmerdenuages_zps71c15362 lfv3q_zpse9722f42

 

à ça :

dimitrygraindorge01 dimitrygraindorge04

 

De multiples pratiquants souhaitent modifier la Méthode ou viennent demander conseils afin de l’optimiser.

La conception de la Méthode vous apprend à être autonome, elle vous apprend à progresser linéairement. Vous pouvez ainsi constater que les pratiquants ayant un niveau élevé n’ont fait que suivre la méthode à la lettre : les niveaux, les exercices, les stratégies proposées. Aucun, sauf accord des moniteurs/modérateurs sur musculaction.com ou d’Olivier, n’a modifié la Méthode. Il y a de bonnes raisons à cela.

Les ouvrages et le Blog d’Olivier sont là pour que vous appreniez à devenir autonome : une pratique saine de la méthode, son optimisation, sa gestion et celle de l’alimentation.

La Méthode vous apporte une nouvelle vision de la musculation. Ne la modifiez pas pour qu’elle corresponde à ce que vous pensez savoir.

 


Pourquoi certains modifient à tort la Méthode?

Lorsqu’un pratiquant réalise une modification non prévue par la Méthode, c’est souvent due à une stagnation ou une lassitude. Les pratiquants ayant modifié l’entrainement se vantent souvent provisoirement d’avoir constaté une progression. Mais cela ne reste que provisoire.

Il ne faut pas confondre stagnation psychologique et stagnation athlétique. Le choix d’appliquer un changement d’exercice ou de format peut permettre de vaincre une stagnation psychologique (une lassitude) mais, la plupart du temps, ne permet pas de vaincre la stagnation athlétique (apparence/performance).

Modifier la Méthode, hors des limites qu’elle impose et des solutions qu’elle propose, s’avère donc être une erreur.

 


D’où vient cette erreur?

Lorsqu’on bloque, lorsqu’on se lasse, lorsqu’on se démotive, on a parfois tendance à chercher une solution « personnelle ». Quand on débute, et qu’on n’a pas de suite les résultats escomptés, on peut se démotiver car on pense avoir fait ce qu’il fallait, on pense avoir bien suivi la Méthode. On peut aussi avoir bien progressé pendant un moment puis constater une stagnation soudaine, ce qui affecte le moral. Ce manque ponctuel de résultat peut conduire à penser qu’il faut « adapter la méthode à son cas personnel ».

En effet, si un pratiquant expérimenté sait prendre du recul sur son propre entraînement, ainsi que sur celui des autres dans le cas où il donne des conseils, le pratiquant peu aguerri peut avoir par contre du mal à faire ce travail de prise de recul. Il estimera donc qu’après avoir « tout essayé », il doit effectuer des modifications qui lui seront bénéfiques en fonction de « ses faiblesses personnelles ». Le cas le plus extrême étant celui qui veut « tout avoir tout de suite » et qui se démoralise si ses pectoraux sont « en retard » par rapport à ses bras, ou toute « disproportion » qui l’attriste et l’énerve au point de vouloir trouver une solution « ultime » immédiatement.

Ainsi, nous pourrons constater des pratiquants qui voudront :

– ajouter des exercices (exemple : « je veux ajouter du curl pour progresser en biceps, parce que j’ai du mal aux tractions. »);

– modifier des exercices (écartements, rythmes…);

– modifier la logique de progression (cf exemple ci-dessous).



Exemple :
Prenons l’exemple d’une modification de l’exercice numéro 1 : Le pratiquant stagne à B (psychologiquement = il en a marre), il décide de changer cet exercice par B2. Naturellement, son choix lui permettra de mettre son égo en avant, de regonfler son moral, provisoirement.
Mais la conclusion de ce choix, sans recommandations de personnes expérimentées, aura une conséquence non pas pour le présent, mais pour l’avenir. Cette stagnation psychologique repoussée par la modification de la méthode ne sera que provisoire. Cette personne ne progressera pas physiquement (ou très peu).

Vu que la stagnation psychologique et la stagnation physique sont liées, cette personne, quelques séances plus tard, sera en stagnation psychologique et physique. Et tout recommencera, avec une recherche hors de repères structurants de la Méthode.

La bonne façon de progresser est celle qui suit les consignes de base (livres, blog).

Olivier l’a rappelé récemment sur le blog par ce commentaire :
« C’est d’une méthode dont il s’agit, autrement dit : il faut respecter son mode d’emploi afin de contrôler le processus de développement et obtenir des résultats. »

Faire des modifications non prévues par le processus de la Méthode = erreur dont on paiera le prix à court ou moyen terme.

C’est une erreur qui sera :
– au mieux inutile (sans effet), sans impact négatif sur la progression;
– au pire, un nouveau problème qui ne fera qu’empirer, avec parfois des risques de blessures.

Dans le premier cas, la modification n’aura que peu d’effet sur l’entraînement et, si la progression est relancée, certains attribueront une partie de leurs résultats, à tort, à cette modification. Cela n’aura pas de grande incidence pour la suite, il suffira de revenir à la méthode de base dès que la progression sera relancée.

Dans le second cas, on entre dans le problème du « plus de la même chose ». (cf les ouvrages de Watzlawick, que conseille Olivier : commencez par « Comment réussir à échouer » et « Faites vous-même votre malheur » si vous souhaitez vous y mettre, vous comprendrez encore mieux l’idée).
>>> On bloque >>> on effectue une modification. Cette modification s’avère peu fructueuse. On se dit que la modification est mauvaise >>> on en effectue une nouvelle, on en rajoute… Résultat : on s’éloigne de plus en plus de la Méthode, avec de moins en moins de résultats, en faisant « toujours plus de la même chose ».

C’est un problème qui touche essentiellement les pratiquants qui débutent, mais qui peut toucher des pratiquants plus expérimentés.
D’où l’intérêt de revenir régulièrement à la base : les livres, pour s’assurer de ne pas s’en être éloigné sans s’en rendre compte, et de lire le blog régulièrement.

Lire le blog vous permet d’acquérir des outils vous permettant d’augmenter votre recul stratégique et donc d’éviter des erreurs dans lesquelles on a tôt fait de tomber, dès lors qu’on manque de recul.

Modifier la méthode, n’est pas le choix de progression optimum : inventer des mouvements, modifier d’initiative les temps de repos n’est pas souhaitable. Si cela avait été nécessaire pour que vous progresseriez davantage, nul doute qu’Olivier aurait déjà fait ces modifications.

Une modification « personnelle » du cheminement de la méthode ne doit être validée que par Olivier ou une personne qualifiée pour. « Inventer » sans penser aux conséquences ne fait pas partie de l’esprit de la Méthode et de la réflexion qu’elle vous enseigne.

 

Que faire en cas de problème ? Des conseils concrets pour tous

Quand vous bloquez :

1 – rouvrez votre livre et lisez-le calmement (entièrement, si vous débutez). Avez-vous respecté le mode de progression? Avez-vous respecté les conseils sur l’alimentation? Tenez-vous un carnet d’entraînement? Avez-vous respecté la fréquence des entraînements, les temps de repos, amplitudes, les étirements, le diaphragme?
Avez-vous manqué une ou plusieurs de ces étapes?
Tout vous semble parfait du début à la fin? Contactez un moniteur Lafay sur le forum pour avoir son avis. Pensez à donner un maximum de renseignements (objectifs, problèmes, solutions tentées, mensurations…).

2 – pensez aux exercices de substitutions. Si vous avez beaucoup de difficultés à évoluer sur C1, remplacez-le par C4/5-6 pendant quelques temps. Si ces exercices sont présents c’est qu’ils sont efficaces et ils vont vous permettre de progresser très bien. Vous reviendrez à C1 plus tard, une fois plus fort.

3 – en cas de douleurs sur B, appliquez les consignes de la FAQ, passez même à A12. Il ne faut jamais persister sur des douleurs. Il existe souvent des solutions pour progresser sans avoir mal. Exploitez-les, sans vous inquiéter pour le développement de vos muscles.

Un article indispensable: gérer les tendinites et autres douleurs

(en cas de douleurs persistantes malgré les solutions proposées, reposez-vous et consultez – médecin/ostéopathe – si les douleurs ne passent pas ou si elle reviennent de façon chronique)

4 – soyez honnêtes envers vous-mêmes et envers les moniteurs. Si vous avez mal fait quelque chose, il n’y a pas de honte à le dire. Si vous n’êtes pas certain sur la manière de faire un exercice, dites-le, quoi qu’il y ait. Faites-en part, même en privé. Les moniteurs du forum ne raconteront pas vos problèmes personnels à tout le monde.

5 – suivez l’actualité du blog, voici quelques articles qui pourront vous être utiles :

Gestion de la performance : une-synthèse incontournable 

Efficience et mini-boucle comprendre-la-logique 

Dialogue sur l’efficience 

6 – regardez la chaîne youtube officielle : chaîne youtube officielle 

Une réflexion sur “Autonomie et progression : les conditions de modification de votre entraînement

  1. Un article très intéressant qui arrive pile poil au moment où je rencontre une stagnation à l’exercice A. Je pense me replonger dans l’ouvrage voir ce qui me manque dans la réalisation des pompes. Merci pour cette réflexion.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s