CHACUN DANS SA PSYCHOSE

Plus vous êtes persuadés qu’on peut :
– marcher sur l’eau;
– vivre sans manger, juste en respirant;
– devenir heureux juste en changeant d’alimentation;
– guérir un cancer en buvant des jus (ou même faire repousser un membre);
– être sauvés par la politique;
– voir des extra-terrestres nous visiter;
– être en bonne santé en pratiquant du crossfit;
– devenir milliardaire en écoutant des préceptes de développement personnel;
– être heureux en consommant;
– être heureux en ne consommant pas…
– atteindre la libération de je ne sais quoi en méditant;
-… (la liste est si longue)

Plus vous signalez en fait à quel point votre vie est merdique et à quel point vous avez besoin de compenser en fuyant. Vous « rêvez », dirait-on poliment; vous vous réfugiez dans la psychose, dirait-on sans détour.

Tout ne se vaut pas.
Mais comment le faire comprendre à quelqu’un qui est malheureux et qui veut fuir dans un monde dont il sait, au fond, que c’est un monde fictionnel (mais qui lui permet de supporter la vie, de tout juste la supporter)?

Et, comme tout le monde est plus ou moins très malheureux, tout en faisant semblant pour la plupart d’être « cool », d’être bien, alors il faudrait être « tolérant » et ne « pas juger » la psychose de chacun, même si elle est extrême et que cela dégénère de jour en jour.
Le monde va mieux, hein, depuis que vous méditez?
Oulalah qu’il va mieux !

Il faudrait « être Charlie »…
Cela veut dire quoi « être Charlie »? Cela signifie que l’on doit éviter de tout juger, sauf ce qui dérange nos maîtres, pour lesquels vous devez toujours prendre parti.
Etre Charlie, c’est « Chacun fait ce qu’il veut du moment que la soumission au dieu-fric reste pleine et entière. »
C’est le nivellement par le bas, avec une confusion totale des valeurs, une confusion totale entre la santé mentale et la folie, entre le réel et l’imaginaire.

RAPPEL : si vous êtes malheureux, c’est à cause du monde réel.
Fuir ce monde, en essayant de faire comme si votre fuite était un « choix » de vie autre, n’arrange pas les choses. La fuite impensée conduit à la psychose avérée et notre monde humain est en train de devenir un monde de psychotiques sévères, clamant partout qu’il ne faut pas juger, être bienveillant (supporter la folie de l’autre pour qu’il accepte la nôtre), ouvert d’esprit et donc « Charlie ».

Ok, mais…
Si vous ne changez pas le monde réel, si vous ne mettez pas les mains dans le cambouis, au lieu de vous enfermer devant la tv ou en rêvant que des respirationnistes peuvent exister, étant en communication quantique avec les dieux, vous ne changez pas les causes de votre mal-être.
Vous ne faites que les confirmer par votre immobilisme…

Si vous avez besoin de croire à des balivernes pour continuer à vivre, c’est que vous avez perdu la saine boussole, le bon sens de celui qui a les pieds sur terre.
Si vous avez besoin de croire à des balivernes, des histoires pour très jeunes enfants, alors il faudrait peut-être prendre le temps de s’arrêter, même si ça fait mal, et commencer à PENSER (le gros mot !).
Où en sont vos relations avec vous-mêmes, les autres, le monde? Comment changer concrètement cela?

Etre Charlie, c’est se détacher du monde réel, et c’est bien pratique si vous l’abandonnez ce monde réel, pour vous (qui avez peur de la vie) et pour ceux qui vous dominent, et qui en font ainsi exactement ce qu’ils veulent (et vous exploitent en rigolant).

°

Devant tout ce foutoir, il est important de secouer les fesses de ceux qui se font enfiler tours les jours, par eux-mêmes (leur imaginaire de compensation), et par les dominants (qui ont besoin de pantins rêveurs, mous et inactifs, pour, eux, posséder le VRAI monde). Ils ont su éliminer la concurrence en l’envoyant paître, moutonnière, au pays des psychoses « Charlie ».
Et on le fait (on secoue leurs culs tout mous), en leur donnant des clefs, du savoir…
Ouvrir les yeux des gens, les aider à remettre un peu d’ordre, en faisant tomber les décors de ce théâtre de folie et de douleur, c’est ça être.. authentiquement bienveillant.

C’est pas Charlie, c’est sûr. Et c’est tant mieux.

°
Certains diront que leur monde illusoire est « réel », est la vraie réalité.
C’est qu’ils ont oublié, on leur a fait oublier, qu’il existe une norme de santé mentale et physique. Et qu’elle est assez facile à démontrer.
Mais les gens perdus, paumés, se laissent facilement berner par des farfelus encore plus psychotiques qu’eux, et qui deviennent dangereux parce qu’on les croit et qu’on les suit.
Dans un monde « Charlie », la norme disparaît, et n’importe quel dingue, assez charismatique, prendra en charge votre désespoir, votre finalement envie dévorante d’être aimé, compris, pour vous conduire vers une folie encore plus extrême.
Dans un monde Charlie, le paumé défend le fou, et se soumet à lui. Et il se soumet à ceux qui savent bien où est le vrai pouvoir : là où l’on peut saisir le monde et le transformer.
Un esprit apaisé par la psychose, c’est-à-dire, l’esprit d’une grande partie des humains aujourd’hui, c’est un esprit qui ne sera jamais en paix, car le corps, lui, sait…
Oublie le corps, oublie ta matérialité, et ton esprit pourrira, quelle que soit la radicalité de ta fuite dans l’imaginaire.
C’est sans issue.

Il est temps de prendre Charlie, de le retourner, et de faire avec ses fesses ce qu’il a fait avec les tiennes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s