MÉDITATION et AUTO-MYSTIFICATION sociale

meditationLa méditation est à la mode. C’est un énorme business.
On la met à toutes les sauces et c’est la nouvelle solution à tous les problèmes.

Même en musculation, où le nouveau discours est Less Pain More Gain, car on croit bêtement que faire des auto-massages et de la méditation va permettre d’équilibrer notre fonctionne-ment No Pain No Gain (idéologie dominante dans nos sociétés, qui considère que la réussite passe par la souffrance).

Or…

Ce qui compte, c’est moins l’outil que la manière de s’en servir
Aux USA (et ça vient en France), on peut se doper, être NPNG, écraser les autres, ET être très bon en Yoga et pratiquer la méditation.

Mouhahhahahahah 😀

Donc, tout comme le Yoga peut rendre les gens très souples, sans modifier leur épistémologie et soigner leurs désordres mentaux, la méditation ne fait penser que ceux qui l’ont incluse dans une démarche bien plus vaste où existe la possibilité de penser.

Actuellement, et c’est logique, la méditation a été mise au service de l’idéologie dominante. On vous la vend, on vous raconte qu’elle va « sauver » le monde…

C’est un changement de type 1, une auto-mystification sociale.
La civilisation occidentale cherche désespéremment une façon de sortir de sa souffrance, sans se mettre à penser ses fondements.

C’est une quête de solution en aveugle, comme tous ces mouvements de masse, où la résistance au changement conduit à faire toujours plus de la même chose sur le fond, tout en s’illusionnant avec des solutions miracles.

Bien sûr que la méditation peut faire du bien, mais pratiquée sans réflexion épistémologique, elle ne sauvera jamais personne.
Ce ne sera qu’un moyen de plus pour, en étant l’entrepreneur de sa vie, s’ajuster un peu mieux au système en place.
Une pratique utilisée non pas pour s’épanouir, mais seulement pour fonctionner mieux (tout en revendiquant paradoxalement la recherche d’épanouissement), pour être… plus « fonctionnel ».

Pour penser son épistémologie, et donc se mettre en condition de parvenir à nous épanouir, nous avons tous besoins des outils cybernétiques/systémiques. Des outils qui créent de la distance entre soi et soi, entre soi et les autres, entre soi et le monde, grâce à leur emploi dans des réflexions en psychologie, biologie, sociologie, anthropologie.

C’est seulement ainsi que nous pouvons modifier nos relations, gérer notre lutte pour la dominance; nous le pouvons grâce au recul pris, grâce à la compréhension de ce qui qui nous conditionne (et empêche toute véritable évolution, tout véritable changement).

C’est le seul moyen, sauf coup de chance, de parvenir à un changement de type 2, au niveau de l’individu, et au niveau social.

°

Olivier Lafay

°

Nota: le concept de changement de type 1 et 2 a été élaboré par Gregory Bateson, cybernéticien, biologiste, psychologue, éthologue, épistémologue.
Il est à l’origine de la pensée écosystémique, fondement de la Méthode Lafay.
C’est également lui qui a élaboré le concept de Double bind (double contrainte). Et c’est sur son oeuve que s’est créée l’Ecole de Palo Alto (les thérapies systémiques qui ont révolutionné la psychologie).

5 réflexions sur “MÉDITATION et AUTO-MYSTIFICATION sociale

  1. Merci pour cette réflexion. Mais cet éclaircissement m’amène quelques questions. Vous parlez d’outils qui serviraient l’épanouissement de soi et de leur emploi dans divers domaines. J’aurais vraiment besoin de quelques exemples concrets pour que ça me parle.

    Aussi, pratiquant la méthode assidument depuis 2 ans aujourd’hui, j’aime venir me « mettre en condition » pour changer en réfléchissant à partir de vos articles. J’ai même lu et relu certains livres que vous recommandez (« Faites vous même votre malheur », « Réussir à échouer » et « Chevaucher son tigre », j’en ai lu d’autres mais avec moins d’implication). Néanmoins, au jour d’aujourd’hui je me perds dans les allers/retours entre les savoirs que j’en tire et ma réalité. La confrontation entre les deux est vraiment perturbante pour moi.

    Un exemple, avec mon expérience professionnelle. Je suis simple ouvrier dans une usine. Armé de ces nouveaux concepts, (jeux à somme non-nulle, la gestion de la lutte pour la dominance etc..) j’agis en suivant mon interprétation de ceux-ci. Cela m’apporte un épanouissement grâce au recul que j’ai sur ce « théâtre » auquel j’assiste et sur mes propres actes mais me perturbe aussi énormément. Je passe pour quelqu’un de réfléchi, alimantant le moins possible les conflits et capable d’éviter le fameux « désastre personnel » (qu’ils traduisent par un « comment tu fais, tu pètes jamais les plombs ») et à juste titre, mais aussi pour quelqu’un de beaucoup « trop gentil », peu affirmé etc… Et j’en viens à douter de mon interprétation de ces concepts. En effet, j’ai comme l’impression de « lisser » ma personnalité en voulant faire gagner toutes les parties, en étouffant un peu mes désirs. J’ai aussi souvent l’impression que l’on « profite » de ce côté pacifique et je me trouve parfois à faire des tâches qui ne me correspondent pas.

    Bref, l’expérience que j’en fait dans mon couple est quasi similaire et c’est pour ça que je me permets de m’étendre autant aujourd’hui. Je me suis un peu noyé entre la théorie et la pratique et je ne sais plus vraiment quel chemin prendre…

    Cet article a fait tilt parce que je médite quotidiennement et que je le fais effectivement un peu à l’aveugle, en me disant que ça portera ses fruits, que j’y verrai peut-être plus clair dans ce brouillard mental.
    Alors je vous demande conseil. Par où « recommenceriez-vous » ? Avez-vous quelques pistes, lectures qui m’aideraient ?
    En attendant, bonne continuation, vos travaux sont précieux, même si je suis complètement déboussolé, je n’ai jamais eu aussi soif d’apprendre et de me trouver.

  2. « En effet, j’ai comme l’impression de « lisser » ma personnalité en voulant faire gagner toutes les parties, en étouffant un peu mes désirs. J’ai aussi souvent l’impression que l’on « profite » de ce côté pacifique et je me trouve parfois à faire des tâches qui ne me correspondent pas. »

    Du coup, il semble que tu échoues à faire gagner tout le monde, puisque tu n’apprécies pas pleinement ce qui se produit.

    L’idée n’est pas de s’écraser pour éviter les conflits hein. 😉

    Il faut aussi savoir se défendre et s’affirmer. Okay on peut tendre la main, okay on peut essayer de changer les choses en agissant pas de manière irréfléchie et stéréotypée, mais si ça ne fonctionne pas, on est pas censé s’écraser pour ne pas froisser un ou plusieurs individus en face qui vont simplement vouloir profiter de ta personne sachant qu’il n’y aura pas de conséquences négatives pour eux.

    On peut se fâcher aussi hein. 😉 Et parfois, c’est comme ça qu’on peut créer du changement chez des personnes qui seront réceptives à ça.

    • Merci beaucoup pour ta réponse. Oui je suis d’accord avec toi mais je trouve que dans les livres, on ne parle pas trop de cette possibilité là. C’est peut-être mon interprétation qui est faussée. Je vais en lire d’autres de toute façon et j’aurai sûrement une meilleure compréhension. Si quelqu’un se sent d’éclairer les autres points d’ombre que j’expose dans mon commentaire c’est avec plaisir! Et merci encore Denis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s