NEUVIÈME COMMANDEMENT : L’énergie de commande tu utiliseras

NEUVIÈME COMMANDEMENT : L’énergie de commande tu utiliseras

« Cet article est renversant, profond, intelligent et très clair.
Et si vous avez lu le Tome 2 de la Méthode Lafay (L’espace stratégique), il vous paraîtra encore plus puissant.
N’hésitez pas à nous donner votre avis, ainsi qu’à poser des questions.»

(Olivier Lafay)

°

°

NEUVIÈME COMMANDEMENT : L’énergie de commande tu utiliseras

(par Yann Ollivier, étiopathe, professeur d’anatomie et cybernéticien)

Suite de la série intitulée :
LES DIX COMMANDEMENTS DE L’APPROCHE SYSTÉMIQUE APPLIQUÉS À LA MÉTHODE LAFAY

aka
LES DIX COMMANDEMENTS DE LA CYBER-MUSCULATION (N° 9)

°

Nous terminions le commandement précédent en évoquant le concept chinois Wu Wei (无为), principe de stratégie qui résume la nécessité de savoir quand agir et quand ne pas agir. Cette notion va permettre une excellente introduction à ce neuvième commandement sur la maîtrise de l’énergie de commande. C’est avec ce dernier que nous rejoignons directement le coeur de l’Espace Stratégique établi par Olivier Lafay, c’est-à-dire, pour reprendre l’analogie de l’auteur, les bureaux qui gèrent et contrôlent les rendements et la production de l’usine (notre corps et ses processus homéostatiques en grande majorité inconscients).

C’est derrière cette image que se cache la notion fondamentale de la maîtrise de l’énergie de commande. Mais de quoi s’agit-il exactement et quel est le lien avec le concept de stratégie chinoise Wu Wei (无为) ?

 

1930324_10153827950241064_7974416105887009377_n

 

Commençons par citer Joël de Rosnay :

« Les informations émises par un centre de décision peuvent être démultipliées dans des proportions très importantes. Surtout quand elles sont reprises et amplifiées par les structures hiérarchiques des organisations ou par les réseaux de diffusion.

Au plan énergétique, le métabolisme du conducteur d’une machine est négligeable vis-à-vis des puissances qu’il peut déclencher et contrôler. Il en est de même d’un chef d’entreprise ou de tout responsable d’une grande organisation. Il faut distinguer entre énergie de puissance et énergie de commande. L’énergie de puissance, c’est la ligne électrique et le courant qui chauffe une résistance ; ou la canalisation d’eau qui amène la pression. L’énergie de commande se traduit par l’action du thermostat ou du robinet : c’est de l’information. »

 

Reformulé pour le sujet qui nous intéresse, l’énergie de puissance, c’est l’organisme du pratiquant qui fournit un travail musculaire et l’énergie de commande, c’est l’action stratégique. Celui qui par l’expérience et la culture a avancé sur le chemin de l’Efficience est comme un homme qui se tiendrait à côté d’une vanne et qui saurait quand l’ouvrir et quand la maintenir fermée. Qu’il ouvre cette vanne par un geste anodin et il libère une énergie potentielle énorme mais si le moment n’est pas opportun, cette ouverture peut avoir des effets plus ou moins délétères. Cette action peut alors le desservir alors qu’elle était censée produire un effet positif.

Maintenir une vanne ouverte sur un réseau de canalisations déjà saturé ou sur un même réseau présentant une fuite importante, c’est provoquer à plus ou moins long terme, des ennuis : risque de pannes, de destruction et/ou de gaspillage de matériel et de ressources. Le lecteur perspicace transposera facilement cet exemple à celui de l’activité physique mais nous y reviendrons plus loin.

Nous voyons donc ici le lien fort qui existe entre cette notion de l’approche systémique et le principe de stratégie chinoise Wu Wei (无为). On rejoint ici le 6ème commandement, Différencier pour mieux intégrer.
Cette relation entre cybernétique et stratégie chinoise est d’ailleurs l’objet du chapitre 1 du Tome 2 de la Méthode Lafayi et aboutit à la notion d’Efficience et d’Action stratégique.

Dans ce chapitre, on apprend que l’essence de la stratégie chinoise est de ne pas chercher à forcer les processus naturels mais, bien au contraire, de les observer avec attention pour en comprendre les lois et ainsi repérer quand un processus naturel, une situation, peut tourner à notre avantage, nous apporter des bénéfices ou la résolution d’un problème. On ne cherche donc pas à imposer sa loi au monde par une attitude guerrière frontale et énergivore mais à coopérer avec lui, sans que cela nous coûte trop en temps et en énergie.

Il s’agit donc de savoir, depuis notre espace stratégique, quand ouvrir ou maintenir fermée la vanne pour obtenir un maximum d’effets au niveau de l’usine de production, c’est-à-dire, au niveau de notre développement physique et mental. Ce centre décisionnel, nous sera également très utile pour trouver des solutions élégantes face à des problèmes du quotidien, à condition qu’il soit enrichi par l’assimilation perpétuelle d’informations qui augmente notre stock de réponses possibles (fructification de notre imagination créatrice).

Comme la notion d’énergie de commande peut être appliquée à de nombreux domaines, nous allons envisager la question de sa maîtrise à différents niveaux de complexité croissante. Nous évoquerons donc successivement :

– Le niveau du pratiquant débutant : les premiers pas du chef d’entreprise dans l’usine
– Le niveau du pratiquant avancé : sa promotion dans le centre décisionnel
– Le niveau du système d’échange et de diffusion de l’Univers Lafay : son inscription au club des chefs d’entreprise
– Le niveau du système de recadrage Lafay : son appel aux service d’un consultant pour remettre l’entreprise sur les rails.
– Le niveau du système d’échanges et de diffusion en relation avec d’autres plateformes d’échange et réseaux de diffusion : sa formation continue pour améliorer ses compétences de stratège

a) Tout d’abord au niveau du pratiquant débutant qui ne possède que le livre vert. Il forme un système invididu-entraînement très dépendant des informations contenues dans ce livre et sauf exception, sa maîtrise de l’énergie de commande est encore faible. C’est que la finalité du Proteo-system est avant tout de provoquer un déséquilibre progressif et contrôlé du système-individu qui va lui permettre, pas à pas, de se transformer physiquement et mentalement. C’est un outil formidable qui régule l’entraînement du pratiquant mais qui nécessite d’être asservi à un centre supérieur de décisions capable d’en exploiter le plein potentiel.

Le pratiquant découvre tout d’abord son corps et se familiarise inconsciemment avec les concepts qui sous-tendent la Méthode Lafay. Le chemin est balisé et possède des gardes-fous pour écarter le pratiquant d’une attitude NPNG dans l’entraînement.

Seulement, certains individus, encore trop prisonniers de leurs conditionnements modifient les données du livre vert en espérant ainsi augmenter, à court terme, la production et améliorer le rendement de leur usine (leur corps) sans penser aux conséquences à moyen terme. Ils ré-organisent les niveaux à leur convenance, négligent les étirements et le repos et s’étonnent ensuite de leur stagnation, voire de leur échec.

Il faut garder à l’esprit que l’émergence de la Méthode Lafay s’est faite dans une société profondément individualiste, violente, froide, cynique et qui a érigé le culte de la performance et de la compétition à outrance comme valeurs morales les plus hautes.
Les valeurs d’une telle société ont été profondément ancrées de générations en générations dans le système nerveux des individus si bien que, malgré l’attirance inconsciente qu’exerce l’approche novatrice du Proteo-System, la résistance au changement est très forte.

C’est que l’individu va devoir remettre en question sa vision du monde, prendre du recul sur ses conditionnements s’il veut avancer sur le chemin de l’Efficience, s’il veut apprendre à croître et durer.

Une telle remise en question est, pour beaucoup, impossible voir intolérable. Pour l’instant. C’est que leur vision de la réalité entretient une homéostasie dite fermée. C’est-à-dire que leur résistance au changement est grande face à une déstabilisation qui peut pourtant leur apporter beaucoup.

b) C’est à partir du moment où le pratiquant a découvert ses propres conditionnements et ses croyances limitantes qu’il entre enfin véritablement dans l’Espace Stratégique. Bien qu’être conscient d’un comportement problématique ne signifie pas nécessairement s’en être libéré, il s’agit d’un début indispensable pour espérer devenir le stratège de son développement.

Le pratiquant avancé sait donc qu’il doit se cultiver pour rendre réellement efficiente l’utilisation du Livre Vert. Il prend progressivement du recul sur son rapport à l’entraînement, aux autres et au monde grâce aux articles de fond écrits par Olivier Lafay et ses collaborateurs ainsi que par ses lectures, échanges et expériences personnelles.
Et avec les parutions de la Méthode de Nutrition en 2010 et du Tome 2 : L’espace stratégique en 2014, l’auteur met à la disposition du public de nouveaux manuels permettant une autonomisation encore plus grande.

Le transfert de compétence est encore plus facile et le pratiquant apprend pas à pas à utiliser l’énergie de commande au mieux.

Il sait maintenant quand il a intérêt à ouvrir la vanne pour faire évoluer son organisme dans la direction choisie ou quand il doit s’abstenir pour éviter d’augmenter l’état d’instabilité de son corps déjà très sollicité par des perturbations mal maîtrisées (contraintes externes).

Il apprend également à reconnaître les vagues de croissance quand elles se présentent à lui et il en profite pour en tirer un maximum de bénéfices sans dépense énergétique excessive. L’entraînement devient alors une véritable source de plaisir, il n’est plus vu comme une contrainte et les appréhensions disparaissent. Il n’est plus question de chercher à sortir de sa zone de confort, seulement de l’élargir.

Et quand on a ressenti cette sensation de « surfer » sur une vague de croissance, on ne cherche ensuite qu’une chose, c’est en surfer une nouvelle. C’est là qu’on comprend tout le potentiel de la boucle et de la mini-boucle.

Il s’agit, en fait, avec ces techniques anti-stagnations de maintenir basse la production de l’usine en fonction de l’état du marché à un instant donné et dans l’attente de jours meilleurs. C’est-à-dire qu’il faut harmoniser en permanence les contraintes internes et externes pour stimuler son système neuro-musculaire sans le stresser inutilement. Lorsque les contraintes externes diminueront ou qu’une vague de croissance se présentera, on pourra alors augmenter en douceur les contraintes internes liées à l’entraînement. Depuis notre espace stratégique nous contrôlons ainsi la quantité d’informations délivrée aux systèmes effecteurs (les muscles) pour opérer.

D’un point de vue physiologique, c’est via le système neuro-hormonal que l’information libérée par l’énergie de commande va atteindre les muscles et produire ainsi le travail musculaire nécessaire à l’entraînement par exemple.

Si l’individu est parfaitement détendu, relâché, que ses contraintes externes sont faibles ou nulles et que son entraînement provoque une instabilité douce et contrôlée, alors c’est qu’il peut ouvrir la vanne en grand et faire travailler son organisme a plein régime. L’énergie de commande portera ainsi pleinement ses fruits.

Si, en revanche, l’individu se sait inhibé, frustré, en pleine lutte pour la dominance, fatigué ou malade, il a tout intérêt à maintenir la vanne fermée ou faiblement ouverte. En effet, dans cette situation, l’information libérée par l’énergie de commande se heurtera aux modifications neuro-hormonales matérialisant l’inhibition de l’action (ou l’état de stress ponctuel).
Le signal nécessaire au travail et à la croissance musculaires (les potentiels d’action passant par voie nerveuse et les sécrétions hormonales) sera parasité par la perturbation des moyens de communication de l’organisme. On dira alors que le rapport signal sur bruit est en faveur du bruit et l’information libérée par l’énergie de commande n’aura pas les effets escomptés sur le système musculaire.

Dans cette situation, le pratiquant a tout intérêt à maintenir la vanne fermée et à chercher à se désinhiber partiellement ou complètement par la pratique des 4 piliers, des techniques anti-stress, la résolution du problème, une aide extérieure, etc…

 

10603607_10153827958816064_8542606709848643679_n

 

c) Cette aide extérieure, quand il s’agit d’un obstacle inhérent à l’entraînement peut justement être trouvée sur les Espaces Internet de la Méthode Lafay. Ce réseau social a justement été conçu pour permettre aux pratiquants de trouver rapidement des solutions à leurs problèmes. Il faut le voir comme un système d’échanges et de diffusion qui repose sur le libre accès à une énergie de commande fabuleuse. L’affluence massive et quotidienne de dizaines de milliers de pratiquants sur ce système permet donc à tous les pratiquants d’obtenir des informations rapidement pour résoudre un problème spécifique ou continuer à se cultiver par les échanges, les rencontres et la lecture.
Il s’agit en quelque sorte d’un club ouvert à tous où se réunissent les chefs d’entreprise pour améliorer le rendement de leurs usines grâce aux échanges et à la coopération.
Rappelons que l’ouverture sur le monde (homéostasie ouverte) est une nécessité pour enrichir le panel de notre action stratégique et que les Espaces de la Méthode sont une opportunité en or pour complexifier notre structure et pour ainsi croître et durer.

Ce réseau de diffusion permet également une autre utilisation de l’énergie de commande. En effet, grâce à la fréquentation très importante de ces espaces, les articles publiés régulièrement par Olivier Lafay touchent un grand nombre de lecteurs et cela facilitent ainsi la promotion de son travail, profitable au plus grand nombre.

d) Quand les réponses fournies par le niveau précédent ne suffisent pas pour résoudre le problème, il reste le Recadrage Lafay géré par Arnaud Isambourg, pratiquant emblématique de la Méthode. Un suivi approfondi est parfois la clé d’une transformation corporelle fulgurante. On confie alors la gestion de l’entreprise à un spécialiste-consultant le temps de la remettre sur les rails et d’entraîner à nouveau sa croissance. On lui permet d’accéder à notre Espace Stratégique et on lui confie temporairement notre énergie de commande. Grâce à son expérience et son point de vue élevé sur le fonctionnement du Proteo-System, il repérera rapidement les points de blocages du système individu-entraînement. Il recherchera donc les points d’amplification du système (troisième commandement) et saura débloquer la situation par un usage maîtrisé de l’énergie de commande. Ce recadrage sera souvent l’occasion d’un déclic pour le pratiquant qui prendra alors conscience des obstacles qui entravaient son action stratégique.

e) Pour finir, nous aimerions parler à nouveau du système d’échanges et de diffusion (SED) formé par les Espaces Internet de l’Univers Lafay et de sa relation avec le milieu extérieur. Nous avions vu qu’il permettait aux pratiquants de trouver rapidement les informations nécessaires à la résolution de problèmes spécifiques et à la prise de recul stratégique personnel. La maîtrise de l’énergie de commande du pratiquant est donc facilitée par le niveau de complexité supérieur à lui. Le pratiquant, via ses recherches ou une demande, envoie une information dans le SED et les informations appropriées lui reviennent rapidement. De façon inverse, l’administrateur suprême du SED, c’est-à-dire Olivier Lafay, peut envoyer dans le réseau des informations qui trouveront un écho important via des dizaines de millier de lecteurs. Il peut donc continuer à transmettre le fruit de son travail à un public très large, ces informations « émises par un centre de décision [seront] démultipliées dans des proportions très importantes » et aideront ainsi les pratiquants à avancer toujours plus loin sur le chemin de l’Efficience et donc de la transformation physique et mentaleii.

Et au-delà du niveau d’organisation du SED de l’Univers Lafay ? Existe-il un niveau d’intégration supérieur ?

Non, à ce niveau, la chaîne d’informations circulantes qui va du pratiquant aux centres de décision suprêmes (les gestionnaires des Espaces Lafay) et inversement s’arrête. Le système se referme sur lui-même du point de vue de l’information-structure comme dirait Laboritiii. Il est néanmoins en attitude d’ouverture complète sur son milieu extérieur (homéostasie ouverte) et donc ouvert aux dialogues et à l’échange avec tous les spécialistes du sport, de la santé et d’autres disciplines connexes.
Cette attitude permet de regrouper des réseaux d’influence et donc de développer encore plus le potentiel de l’énergie de commande et ainsi en étendre la maîtrise au plus grand nombre. De tels échanges seraient donc, une aubaine pour les auteurs et spécialistes en recherche de reconnaissance et une occasion supplémentaire pour tous les pratiquants de se cultiver et donc d’améliorer leur Action Stratégique.

C’est pour cette raison qu’Olivier Lafay ne cesse de tendre la main comme en témoigne ce court extrait :

« Je sais que mon travail, pour des raisons qui tiennent à sa logique et sa pertinence, va inspirer de plus en plus de gens.
Aussi, je vais mettre en avant, sur mes pages, ceux qui me citent, me respectent, quel que soit leur profil sportif. Il n’y aura pas besoin d’être « lafayen » pour être exposé, mis en avant sur mes pages.
Le respect suffira.
Les gens dignes seront valorisés, les gens indignes seront écartés.
Etant donné que j’occupe une position dominante, avec un pouvoir d’influence bien réel, ceux qui seront ainsi mis en avant connaîtront inévitablement des répercussions heureuses sur leur notoriété et donc un éventuel commerce de leurs compétences. »

Tout est dit. Ce n’est sûrement pas le leader qui a le plus à gagner dans ces échanges, dans ce jeu à sommes non-nulles. La notoriété et l’expansion de l’Univers Lafay ne cesse de croître et à la vue des chiffres des ventes de livres à l’étranger, ce n’est pas prêt de s’arrêter.
Nous avons abordé le concept chinois Wu Wei (无为) dans cet article. Il signifie savoir quand agir et quand ne pas agir. Il s’agirait donc pour certains de savoir qu’il est temps pour eux d’agir et de saisir la main qu’Olivier leur tend. Nous verrons rapidement qui a assimilé le concept.

Pour conclure, nous avons vu avec ce commandement que l’autonomisation du pratiquant passait par la maîtrise progressive de sa propre énergie de commande, c’est-à-dire par l’apprentissage de l’action stratégique. Le pratiquant doit donc, pas à pas, avancer sur le chemin de l’Efficience en prenant du recul sur sa vision du monde et ses conditionnements en se cultivant. Mais sur ce chemin, il n’est pas seul comme en témoigne une des devises de l’univer Lafay : « Jamais perdu, toujours soutenu ».

C’est qu’il peut compter sur une plate-forme d’échanges très importantes où il trouvera les solutions à ses problèmes et où il continuera à développer son recul stratégique. En cas de stagnation importante ou d’échecs répétés, il pourra compter sur le Recadrage Lafay, un service de qualité animé par Arnaud Isambourg. Cette plate-forme d’échanges et son service de Recadrage permettront un transfert de compétence de l’énergie de commande depuis des manuels spécialisés et des spécialistes de la Méthode vers l’Espace Stratégique du pratiquant.

C’est une fois qu’il aura une bonne maîtrise de son usine depuis son centre décisionnel qu’il réalisera que son aventure sur le chemin de l’Efficience ne fait que commencer et que la complexification de sa structure est un processus infini. Il cherchera donc à progresser toujours plus et à appliquer ses compétences de stratège à tous les autres domaines de son existence. C’est pourquoi Olivier Lafay cherche tant à multiplier les échanges et dialogues avec d’autres spécialistes de la santé, du sport ou d’autres domaines. C’est en vue de démocratiser le savoir et de permettre au plus grand nombre de devenir des individus à haute complexité dans une société hyper-complexe en pleine mutation.

Et la devise « peu d’efforts, beaucoup d’effets » qui résume très bien la notion d’utilisation de l’énergie de commande doit être la boussole qui guide nos pas sur la voie de l’Action stratégique.
°

Yann Ollivier (site : www.yann-ollivier.fr)

°

i Méthode de Musculation, Tome 2 : L’espace Stratégique parOlivier Lafay ; Chapitre 1:Le chemin de l’Efficience p28
ii Il ne s’agit pas exactement d’un servo-mécanisme mais le fonctionnement en est très proche. Nous serons amenés à aborder la notion de servo-mécanisme, concept important de la cybernétique dans de prochains articles.
iii La distinction entre informations circulante et structure est une notion fondamentale de l’oeuvre de Laborit et très bien détaillée dans son livre La Nouvelle Grille.

 

Premier commandement à lire ici : http://wp.me/p2Rdcw-4f3

Deuxième commandement à lire ici : http://wp.me/p2Rdcw-4f8

Troisième commandement à lire ici : http://wp.me/p2Rdcw-4fh

Quatrième commandement à lire ici : http://wp.me/p2Rdcw-4fE

Cinquième commandement à lire ici : http://wp.me/p2Rdcw-4w4

Sixième commandement à lire ici : http://wp.me/p2Rdcw-4we

Septième commandement à lire ici: http://wp.me/p2Rdcw-4wo

Huitième commandement à lire ici: http://wp.me/p2Rdcw-4IY

 

Les photos sont celles de pratiquants de la Méthode Lafay  :)

 

Auteurs de référence :
Norbert Wiener
Heinz von Foerster
Henri Atlan
Henri Laborit
Jean-Louis Le Moigne
Edgar Morin
Hannah Arendt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s