Optima ou Maxima?

10955645_10153298333336064_7312596284758959610_n (1)

 

Le culte de la performance détruit nécessairement votre équilibre.
 
Ci-dessous, quelques citations de Jurgen Ruesch, commentées par votre serviteur.

« Il n’y a pas de raison de penser que l’être humain a une tendance instinctive à quantifier. En fait, ce que nous savons des moeurs des mammifères indiquerait plutôt que ceux-ci recherchent des optima plutôt que des maxima pour les diverses conditions qui leur sont nécessaires. »
 
En bref, les mammifères cherchent non la performance, mais le bien-être, la satisfaction équilibrée des besoins. Je vous invite à lire Henri Laborit, qui développe ce sujet.

« Des optima sont des éléments d’une telle complexité qu’ils ne peuvent se mesurer qu’avec des paramètres beaucoup plus abstraits que ceux normalement utilisés dans la vie quotidienne. »

S’il faut trop de paramètres pour évaluer un optima, il devient dur de se comparer.
Pourrait-on bâtir une hiérarchie sociale basée sur la comparaison des optima des uns et des autres?
Comment quantifier l’optima?

« En conséquence, quand des êtres humains ont commencé à exercer une pression sur des individus pour qu’ils agissent d’une certaine façon en négligeant leur propres besoins instinctifs, la possibilité de maximaliser des variables est apparue. »
 
On parle clairement ici de dominance et de soumission.
Si l’on adopte la recherche de l’optima comme quête fondamentale (au lieu de celle du maxima), que devient l’échelle de la dominance, la hiérarchie sociale?

La recherche de l’optima (bien-être) semble incompatible avec une société menée par l’idéologie de la compétition, de la concurrence entre les êtres.

Dans la Méthode Lafay, on ne recherche pas la performance pour elle-même, on construit les conditions globales d’où celle-ci émergera en même temps que d’autres qualités importantes pour non seulement croître, mais aussi… durer.
La performance vient à nous, sans usage de la violence, sans « forcer » la croissance.
La performance, comme le muscle, est un effet secondaire de notre quête de santé, d’équilibre et de bien-être.

Et, comme les photos des athlètes présentés régulièrement ici le montrent sans doute possible, ça marche très très bien si l’on suit cette voie.

De la quête du maxima ne peut sortir l’optima.
Mais une production raisonnée de l’optima peut engendrer des performances qui se situeront alors comme des maxima par rapport à d’autres maxima recherchés pour eux-mêmes…

°
°
°

Exemple :
Je fabrique l’Optima à l’aide de l’Entraînement Stratégique (Méthode Lafay).
En fabriquant l’Optima, je parviens à réussir 40 tractions en prise large (effet secondaire de l’Entraînement Stratégique).
Je peux alors, sans l’avoir expressément cherché, .être aussi fort, voire plus fort, que des personnes qui s’entraînent exclusivement pour la performance aux tractions (Maxima).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s