Pourquoi une catégorie nommée Ingenium?

Certains m’ont demandé pourquoi il y avait une catégorie « Ingenium » sur le site.

Pour répondre, je vais tout d’abord citer Cicéron :

« Il faut un ingenium puissant pour détacher son esprit des sens, et détacher sa pensée de l’habitude »

L’action de l’ingenium consiste à dépasser ce qui va de soi, ce qui nous est donné, pour saisir les relations, les similitudes entre des choses qui peuvent être très éloignées les unes des autres.
En nourrissant l’ingenium, on peut connaître différemment et donc agir différemment.

La catégorie Ingenium du nouveau site va donc être remplie avec tous les articles permettant d’affûter l’ingenium des lecteurs.
Par exemple : « La construction d’un modèle alternatif », ou « Le développement durable appliqué au corps », etc.
Ces articles augmentent le recul critique, en l’orientant vers une action adéquate et optimisée.

« Car l’ingenium a été donné aux humains pour comprendre, c’est-à-dire pour faire ».
(G. Vico)

Content Protection by DMCA.com

16 réflexions sur “Pourquoi une catégorie nommée Ingenium?

  1. L’article ouvre vraiment des perspectives intéressantes.
    Mettre en lien la gestion des ressources corporelles (en musculation) et la gestion des ressources naturelles (écologie) peut permettre de recadrer sa perception de la musculation et du coup de la pratiquer différemment.
    A priori, le recadrage sera d’autant plus efficace que la personne connaît bien/attache de l’importance à l’écologie. Dans le cas contraire, il faudra chercher une autre analogie en partant des centres d’intérêt de la personne à laquelle on s’adresse.

    De plus, le fait de mettre en lien deux éléments, de les comparer, permet de mettre en évidence ce qui les distingue, ce qui les caractérise en propre, et ainsi d’affiner notre compréhension de leurs fonctionnements.

    Ceci dit, mettre en lien deux éléments peut s’avérer ardu, car ce qu’ils partagent en commun peut être très abstrait.
    Bref, comment créer les « bons » liens ? Comment faire en sorte que cette mise en relation se réalise aisément ? Que peut-on en attendre ? Quand la réaliser ?
    J’espère que les articles « Ingenium » vont déferler en cascade pour nous éclaircir sur tous ces points (et bien d’autres encore) !

  2. Comme d’habitude, tu as très bien saisi le sens de l’article et les limites éventuelles à questionner 🙂
    Peut-être que mettre en relation le rapport à l’entraînement d’une personne et un sujet paraissant éloigné et inintéressant pour elle sera quand même susceptible de provoquer l’étincelle si c’est « bien fait ».

  3. Pour ma part, je n’ai absolument rien compris.
    En quoi la musculation à un rapport à l’écologie ???
    « Détacher son esprit des sens » . Mouais, pourquoi pas, encore que ça demande un effort important qui n’est possible que pendant un instant « T », instant qui ne dure que quelque secondes, tellement ceci est inhabituel.
    Mais « Détacher sa pensée de l’habitude » …… ?????????????

    • Pour savoir en quoi la musculation peut avoir un rapport avec l’écologie, il faut lire cet article : http://methode.lafay.free.fr/index.php?2013/05/07/766-le-developpement-durable-applique-au-corps .

      Détacher son esprit des sens, cela signifie que l’on cherche à moins se laisser abuser ou conditionner par les sens. C’est ce que l’on fait quand on explique une illusion d’optique (par exemple) 🙂
      Détacher sa pensée de l’habitude, c’est réfléchir aux conditionnements culturels, ainsi qu’à nos apprentissages particuliers, qui conditionnent notre vision du monde et nos réactions. C’est « décaler sa pensée » comme le dit si bien François Jullien.
      Il n’y a rien de pire que se laisser enfermer dans les habitudes, dit le maître Zen 🙂
      C’est comme cela que l’on se sclérose, que l’on perd de sa souplesse adaptative et que l’on se condamne à refaire encore et toujours les mêmes erreurs.

  4. Comme d’habitude, je suis très touché par tes compliments/encouragements 🙂
    J’ai probablement été un peu trop catégorique concernant le possible intérêt d’une mise en relation entre la musculation et un sujet inintéressant pour l’interlocuteur.
    Du coup, je me suis replongé un peu plus sérieusement dans l’article qui traite des rapports écologie/musculation, afin de déterminer ce que pourrait être une « bonne » mise en relation.

    Il semblerait que celui qui rapproche musculation et écologie souhaite que ces deux entités communiquent. Mais qu’ont-elles à se dire ? Elles pourraient probablement discuter des journées entières, elles qui sont chacune détentrices d’une histoire riche et mouvementée.
    Mais l’entremetteur, celui qui les a réunit, ne souhaite pas les laisser bavarder à leur guise. Il a un but. Quand il les a rapproché, il ne savait pas ce qui allait émerger de cet échange, car s’il le savait il ne l’aurait pas fait. Ce qu’il veut, c’est mettre en lumière ses présupposés concernant la pratique de la musculation, et pour cela, l’échange doit respecter certaines règles.

    A partir de là, je perds un peu pied…

    Pour finir, je dirais que la question de la gestion des ressources est centrale en écologie. Alors que pratiquement personne ne se la pose en musculation, puisqu’il est communément admis qu’il faut mettre le paquet en permanence. Par conséquent, ce qui était caché (la question de la gestion des ressources) apparaît au contact de l’écologie, et l’on prend conscience que cet « impensé » est probablement à l’origine de bien des problèmes.
    Mais comment a-t-on réussi à les faire dialoguer pour faire apparaître cela ? Mystère.

  5. Merci pour l’explication Olivier. J’en profite pour vous remercier pour votre travail et vous féliciter pour ce superbe site.

    J’aimerais aussi dire un petit mot concernant le premier niveau, deuxième programme ( 1.C) dont on ne parle pas assez à mon goût, car il permet d’obtenir de très bonnes bases pour avoir un physique athlétique.

    Un ami s’entraine depuis 11 mois sur ce niveau ( il ne souhaite pas changer de niveau , il cherche juste une routine pour faire un peu d’exercices comme il dit lol ) et les résultats sont au rendez vous.

    Bonne continuation et merci encore.

  6. Jojo, je tiens à rebondir sur ton commentaire sur le niveau 1.

    Je confirme que le niveau 1 est très utile, en particulier pour les débutants qui se croient forts mais sont faibles. J’ai moi-même profiter pleinement du niveau 1.

    Cependant, ce n’est pas parce qu’on obtient des résultats avec une stratégie particulière (ce qui est très généralisable à n’importe quoi dans la vie) que nous n’obtiendrons pas de meilleurs résultats avec une autre stratégie.

    Cette méthode a passé des années en gestation et se développe très bien depuis sa naissance en 2004. Il faut lui faire confiance. Je suis plus que certain que ton ami aura d’encore meilleurs résultats en passant aux niveaux supérieurs. Et je pense qu’il sera surpris quand il rencontrera les premières difficultés. Il réalisera alors qu’il y a mieux et qu’il a encore à progresser, progression nécessitant de quitter le niveau 1.

    ———————————-

    Par rapport à l’article. Je suis curieux de voir quels articles je lirai prochainement ici ! Après tout ce qu’on a déjà lu on se demande ce qu’il y a encore à dire, haha. Au passage, je faisais une courte référence au pragmatisme la dernière fois dans un commentaire Facebook. Un article là-dessus verra-t-il prochainement le jour sur ce blog ?

    Je rejoins bien cette idée de « détacher son esprit des sens, et détacher sa pensée de l’habitude. » Les gens ont souvent peur de prendre des risques, peur de découvrir. Et pourtant, quand on était gosse on a tous découvert une tonne de trucs merveilleuses ou dégoûtantes sans en mourir, au contraire. (Petit retour au source, haha.) Et on ne s’est pas posé la question. Il faut réapprendre à être innocent sans oublier notre prudence.

    Je pense que trop peu de personnes entreprennent mais ont peur de l’échec. Le seul échec, c’est la mort. Si le temps ne peut pas se racheter (et encore, ça dépend des espérances), le bonheur reste toujours à portée de main. Il faut identifier les risques et les bénéfices de sortir de l’habitude. L’identification fait partie de l’ingenium.

    D’ailleurs il est vraiment bien ce mot qui malheureusement n’a pas d’équivalent réel en français mais plutôt une tonne de dérivé dont une simple addition ne saurait en faire la synthèse. Super de le remettre au goût du jour.

  7. si je comprend bien, l’idée serait de trouver des structures générales à partir de similarités, étudier leurs propriétés et ainsi anticiper concrètement le devenir de systèmes qui suivent ces structures ?

  8. Bonsoir,

    Je bloque sur quelque chose : Vous dites votre méthode est une méthode de musculation….. mais en ce qui concerne des sujets dit  » de fond »….Vous ne parlez jamais de musculation; sauf peut être le lien que vous donnez sur le « développement durable lié au corps »….

    Je suis perdu. De plus j’ai cherché la définition « d’Ingénium » sur le net, sur Wiki…rien trouvé. La définition que vous donnez est qu’il faut dépasser nos sens, se détacher de l’habitude…..Ce qui veut dire ?????

    Si on voit une voiture bleue, on doit se dire : « Non, elle n’est pas bleue ma vue me trompe, elle rouge en réalité » ???? ….C’est………aberrant, non ? Ou alors j’ai mal compris (En même temps au point ou j’en suis ^^ ).

    Je suis complètement perdu.

  9. La voiture bleue sera toujours bleu car tu as appris depuis l’enfance que ce que cette couleurs que tu vois est bleu, une autre rouge….Mais ton bleu est-il le bleu d’un autre?Ton rouge n’est-il pas mon violet?Peut être que si tu voyait à travers moi tu serais completement perdu….Si tu était né et que l’on t’avait mis un filtre vert en guise de lunette, il te serait impossible de voir tout autre couleur….A tes 18ans nous te retirons ce filtre, que te dirais-tu de ce monde qui exploserais de couleurs à ta vue…La réalité de nos sens n’est pas la réalité « du tout »….

  10. Cela veut dire que ta pratique de la musculation doit s’affranchir d’une partie de ses présupposés initiaux et que tu dois constamment t’interroger sur elle et le rapport que tu entretiens avec elle. La musculation n’est pas une entité en soi mais un rapport que tu établis entre elle et toi. Dépasser tes sens et l’habitude, c’est constamment se réinventer dans ta pratique et ne jamais prendre pour acquis ce que tu crois acquis. L’idée d’Olivier est de promouvoir une vision constructiviste de la musculation. Fais des recherches sur le constructivisme et tu comprendras mieux l’approche d’Olivier. C’est un peu déroutant au départ car nous sommes tous, à différents degrés, conditionnés par nos prénotions (nos « filtres » pour reprendre Nadriwan). Cela viendra avec la pratique. 😉 Et le forum, le blog, le site (champagne!) et surtout, les pratiquants, sont là pour t’aider à comprendre et à évoluer dans ton rapport à la méthode.
    Bon courage et bonne continuation!

  11. Je réponds à Anonyme: « Si on voit une voiture bleue, on doit se dire : « Non, elle n’est pas bleue ma vue me trompe, elle rouge en réalité » ???? ….C’est………aberrant, non ? Ou alors j’ai mal compris (En même temps au point ou j’en suis ^^ ) »

    Rien dans cette proposition n’est aberrant. Tu confonds l’être et le paraître. Tu vois une voiture bleue, mais qui dit que ton voisin la verra bleue? Qui peut avoir la prétention d’affirmer une chose pareille? Ce que tu perçois est personnel et non universel. Ce que tu perçois est basé sur ton esprit, c’est à dire la mémoire, l’imagination et la raison auquel on peut ajouter la sensibilité régie par les cinq sens. Or, tous ces paramètres te sont propres et dépendent de ton expérience, qui n’est commune avec personne d’autre. Il n’y a rien de plus personnel d’une sensation, qu’une opinion. On ne voit pas les choses à la même échelle. Et si on ne voit pas la même chose, on ne peut pas avoir la même opinion. D’ailleurs tu ne pourras jamais vraiment savoir si une telle affirmation est vraie puisqu’on ne peut connaître la vérité universelle, on peut au mieux s’en approcher.

  12. Ouhlalala, je comprends ce que vous dites…. mais pour moi, c’est tout simplement aberrant, ou au mieux, d’un point de vue purement philosophique, c’est une vue de l’esprit…mais faire le lien avec de la musculation…euuuuh, non, pas pour moi.

    @ A.V. : « ta pratique de la musculation doit s’affranchir d’une partie de ses présupposés initiaux et que tu dois constamment t’interroger sur elle et le rapport que tu entretiens avec elle. La musculation n’est pas une entité en soi mais un rapport que tu établis entre elle et toi. »

    Et concrètement ça veut dire quoi ?

    Je sens que je vais pas rester longtemps ici, tout ceci reste de la philosophie pour moi, j’en vois vraiment pas le lien avec de la musculation.

  13. En fait, je crois que pour un « concept » dont je ne trouve même pas la définition sur le net, c’est normal que je ne comprenne rien.

    Je ne cherche pas une méthode de philosophie, mais de musculation….
    Et s’il faut intégrer ce genre de concept pour progresser. pas sur du tout que je commence. Tout ceci est bien trop complexe.

    Je continuerais peut être à lire vos échanges mais ça m’étonnerais que j’y participes.

  14. Anonyme>

    « Aucun sport ne naît ex-nihilo. Aucun sport ne préexiste à toute société humaine.

    La pratique sportive est culturelle, naissant d’une rencontre entre des moyens et une vision du monde.

    La pratique élitiste de la musculation génère de la douleur, promeut cette douleur, la recherche : elle est issue d’une philosophie de la douleur (no pain no gain).

    Changer cette vision du monde ( la manière dont l’individu doit être dans le monde), c’est changer la pratique sportive.

    Et c’est donc aborder la musculation d’une autre façon. »

    http://methode.lafay.free.fr/index.php?2011/09/28/554-votre-pratique-de-la-musculation-revele-votre-vision-du-monde

    Voilà le lien, très clair et concret. Pour des applications pratiques, tu as une série d’articles ici:

    http://methode.lafay.free.fr/index.php?2013/09/03/800-efficience-une-mecanique-de-va-et-vient-permanent

    Parce que cela a des applications pratiques dans la gestion de l’entraînement, et les articles donnés te disent comment faire concrètement mure. ‘-)

    Pour reprendre l’exemple des couleurs, les Inuits ont énormément de mots pour qualifier la neige mais aussi la couleur de celle-ci. Là où quelqu’un n’ayant jamais vu de neige de sa vie ne verra que « du blanc », l’Inuit percevra énormément plus de nuances.

    Pour la voiture bleue, elle n’est peut-être même pas bleue. Un éclairage particulier de nuit peut faire apparaître une voiture d’une couleur différente de ce qu’elle est en réalité.
    Ainsi, lorsqu’une personne témoigne aux services de police avoir vu une voiture suspecte la nuit, qu’elle est décrite comme bleue, il arrive que quelqu’un d’autre l’ait vue noire, ou verte. En cas de témoignage unique, il convient de s’interroger sur les circonstances dans lesquelles la voiture a été vue.

    Si elle était stationnée en plein jour, les erreurs sont moins probables que si la voiture circulait de nuit en zone mal éclairée..

    Interroger sa vision des choses, du monde, permet de décaler son regard et d’agir autrement. Ce à quoi servent les articles de fond, mais aussi pratiques de ce blog..les articles pratiques ne pouvant être accusés de n’avoir aucun rapport avec la musculation hein. ‘-) (pas plus que les articles de fond d’ailleurs)

  15. Euh…je ne sais pas ce que vous en pensez, mais il me semble qu’en Constructivisme on s’interroge davantage sur la signification que nous donnons à nos perceptions, plutôt que sur ces perceptions elles-même.

    Pour citer Watzlawick :  » D’abord, nous percevons les propriétés physiques des objets – la forme, la couleur, la constitution, etc. Nous appelons ce type de réalité « réalité de premier ordre » et affirmons que, dans le domaine de cette réalité, nous pouvons toujours – au moins théoriquement – résoudre objectivement des divergences d’opinions : la baleine n’est pas un poisson puisqu’elle fait partie des mammifères et des animaux qui ont une respiration pulmonaire ; on peut savoir de façon non équivoque si un objet est rouge ou vert au moyen d’un spectroscope qui analyse les longueurs d’onde de la lumière que cet objet réfléchit.
    Ensuite, une autre réalité vient s’ajouter aux propriétés purement physiques des objets de notre perception, à savoir la signification et la valeur que nous attribuons à ces objets. Nous appelons ‘réalité de second ordre » l’univers des significations attribuées aux choses. Et là, dans cet univers, il n’y a pas de critères objectifs, comme nous l’avons déjà évoqué à propos de la définition des relations. La réalité de second ordre est plutôt le résultat de processus de communication extrêmement complexes. »

    Ainsi, en musculation, la question de savoir si un tour de bras fait bien 45 cm (réalité de premier ordre) ne fera a priori pas longtemps débat. Tandis que la question de savoir ce qu’un tel volume musculaire peut apporter, dans quel but le rechercher, recevra sans doute de nombreuses réponses qui pourront toutes s’avérer recevables (cf. l’article sur les bras de Denis publié en juillet dernier sur le blog).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.