(mauvaise) stratégie de la destruction

AVERTISSEMENT : la rédaction de cet article a été motivée par le développement de rumeurs au sujet d’un article présenté sur le blog récemment. Cette mise au point ne concerne que les internautes habitués à surfer sur divers sites de musculation et qui m’ont donc posé des questions tout à fait légitimes. Si vous ne savez rien de ces rumeurs, si vous faites partie de ces pratiquants de la Méthode qui ne fréquentent que ce blog et/ou musculaction.com, vous pouvez passer votre chemin, car vous allez seulement perdre votre temps en vous noyant dans ces guerres commerciales infinies, qui ont pour objectif principal la destruction ou l’assimilation de mon travail d’enseignant.
 

J’ai récemment publié un article que j’ai intitulé, non sans humour, « Méthode Lafay, N°1 en Afrique », où j’assimilais sommairement les quelques jours de présence de la Méthode dans la Fnac du Morocco Mall à l’ensemble de mes ventes en Afrique depuis des années. Bien sûr, les ventes de la Méthode en Afrique ne se réduisent pas à la seule (et toute nouvelle) Fnac du Maroc. Car cette Fnac est ouverte depuis peu; et c’est bien cela qui était l’évènement : la Méthode était fort bien présentée dans le tout nouveau et plus grand centre commercial d’Afrique, leMorocco Mall.
 

Je présentais une photo de mes livres prise par un pratiquant dans cette Fnac marocaine. Or, certains ont immédiatement claironné que cette photo était fausse. Des rumeurs insultantes ont circulé, fortement appuyées par des personnes qui faisaient mine de poser la question de l’authenticité de la photo, mais qui avaient déjà apporté la réponse.
Etant encore une fois traité d’escroc et de menteur, j’ai décidé de répondre aux questions légitimes des internautes honnêtes, tout en apportant (en cadeau) un éclairage appuyé et vraiment fort lumineux sur les coulisses de ces petites misères que l’on me fait continuellement.
 
Si vous êtes arrivé jusqu’ici, alors ne loupez pas la suite, car cela va devenir progressivement de plus en plus intéressant.
 

J’ai contacté l’auteur de cette photo, qui a été tout d’abord publiée par ses soins sur ma page facebook, avant de terminer sur le blog. C’est un futur médecin marocain qui, de ses propres dires, n’est jamais venu en Europe. Voici sa réponse :
 
« Bonjour, je m’appelle Ismaïl Zine-eddine et je vis au Maroc.
Le bruit court qu’Olivier Lafay a menti en disant qu’une photo de son livre avait été prise à la Fnac du Morocco Mall.
C’est moi qui ai transmis cette photo à Olivier Lafay et je peux je peux affirmer que c’est une pure calomnie ! La photo a été prise le samedi 21 Janvier 2012 à la FNAC de Casablanca du Morocco Mall parole de lafayen et de futur médecin au cas où l’on ne me croirait pas sur parole, qu’ils aillent voire au Morocco Mall si le livre y est; et le service de localisation de mon portable l’affirme sur la photo ci-dessous.

 
fnacmarocpreuve
 
Concernant le coup de cœur du vendeur « Fnac d’Amiens » qui y apparaît, ce n’est en faite qu’une bourde de la Fnac vu que c’est la 1ère Fnac en Afrique et, par manque de temps avant l’ouverture, ils ont tout repris depuis une Fnac lambda en l’occurrence celle d’Amiens en France avec ses bouquins et étiquettes aussi… C’est une erreur de la Fnac de n’avoir pas modifié ça, ce qui a induit beaucoup de problèmes malheureusement; et je m’attriste de l’acharnement fait sur Olivier sur la base de cette photo.
C’est vraiment navrant ce genre de polémique, j’ai juste voulu partager ma joie en la trouvant ici, jamais j’aurais cru qu’il y aurait autant de répercussions…
p.s: je ne suis jamais allé en Europe, de toute façon demandez moi de scanner mon passeport tant que vous y êtes ! »

 

J’ajouterais ceci au témoignage d’Ismaïl : la Fnac n’a pas fait de bourde. Il est coutumier de voir dans une Fnac des avis émis par des vendeurs d’une autre Fnac.
Ces propos sont assez faciles à vérifier, puisqu’il vous suffit de vous rendre dans une FNAC et de demander à un vendeur. De même, il est aisé de remonter à la source et de savoir si la Fnac du Maroc a mis mes livres en rayon, ou ne l’a pas fait…
 

Certains parmi les lecteurs de ce blog vont penser, avec raison, que je n’ai pas à m’inquiéter de l’impact de telles rumeurs, qui n’ont jamais, en huit ans, affecté négativement mes ventes. Et, sur ce point, ils ont raison. Il ne s’agit donc pas de mes ventes de livres, mais bien plutôt de rétablir une fois de temps en temps la vérité. Le mot « dignité » a un sens, et pour moi une importance…
La suite de cet article va vous montrer, par contre, et même vous démontrer que, s’il ne s’agit pas de commerce pour moi (en la situation présente) il ne s’agit vraiment que de ça pour d’autres personnes.
Je vais donc tirer le rideau qui montre les coulisses de la « grande guerre », celle qui amène, entre autres, à la fabrication de telles rumeurs sur mon compte.
 

Les internautes qui fréquentent les sites spécialisés en musculation peuvent voir que l’on me tire dessus à boulets rouges, quotidiennement. Cela est fait sur des sites professionnels, par des professionnels, ou totalement encadré et encouragé par des professionnels. Il s’agit de comprendre que l’on ne passerait pas autant de temps et d’énergie sur ma petite personne si l’enjeu à me combattre n’était pas d’importance.
 

Je ne suis guère motivé pour insulter ou dénigrer des gens, qu’ils soient administrateurs de site ou auteurs de livres de musculation. Tout simplement parce que je n’ai absolument aucun besoin de faire le buzz, aucun besoin de me faire mousser en dénigrant une personne ou une autre. Et vous allez en avoir la preuve chiffrée bientôt, dans les lignes qui suivent…
Alors accrochez-vous bien, cette lecture vaut le détour, elle vaut bien le temps qu’elle prend.
 

Sur les 50.000 messages que j’ai postés sur le net depuis 2004, on en trouve peut-être une cinquantaine (soit 0,1%) qui prennent plus ou moins à parti certains de ces professionnels de la musculation, et cela se comprend aisément si on remet ces messages dans leur contexte. Il m’est arrivé de répondre, de manière épidermique, à des provocations et insultes quotidiennes. Toutes ces actions délibérées contre moi, ayant provoqué mes (rares) réactions, ont été enregistrées et se trouvent chez mon éditeur, chez mon avocat et chez divers pratiquants. Certains de ces professionnels profitent de la « disparition » de leurs interventions sur des forums amis, ou sur leur propre site (ben voyons!) pour essayer de donner l’impression que je suis l’agresseur.
Il faut quand même que le lecteur se demande : «  à qui profite donc le crime? »
 

Je vais donc lever le rideau…
Les chiffres que vous allez découvrir bientôt ne sont pas exposés dans un but promotionnel. Les ventes de la méthode se font majoritairement par le bouche à oreille. Ce blog est donc prioritairement un support pour ceux qui ont déjà la méthode. Il s’agit pour moi non de vendre, mais d’expliquer.
Je vais, grâce à ces chiffres éclairer les enjeux des multiples assauts menés contre moi…
 

Mi-janvier, et par le plus grand des hasards, le VRP d’une maison d’édition concurrente d’Amphora m’a spontanément transmis des chiffres que j’aurais pu deviner, ou avoir directement par mon éditeur, mais auxquels je ne m’étais pas du tout intéressé jusqu’ici.
Les statistiques que je vous transmets ci-dessous peuvent être vérifiées de manière empirique en demandant simplement au vendeur d’un rayon Fnac. Mes détracteurs auraient donc tort de les nier, car n’importe qui peut se renseigner à leur sujet…
Ces chiffres disent que je représente 60 % du « marché », avec seulement quatre livres publiés en huit ans. Les 40 % qui restent sont partagés entre plus de 20 auteurs et représentent environ une cinquantaine d’ouvrages.
 
Je répète pour que cela soit bien clair :
60% du « marché » = Olivier Lafay avec 4 livres.
40% du « marché » = plus de 20 auteurs avec 50 livres.
 

Ces chiffres que j’ai obtenu tout récemment, et de manière imprévue, confirment ce que j’avais annoncé sur le blog sur la base de chiffres officiels : la Méthode Lafay est n°1 des ventes depuis longtemps et il n’y a aucun autre livre de musculation dans le TOP 50 des ventes de livres de sport. Ce qui pourrait peut-être aider à comprendre certaines attitudes d’auteurs fort malintentionnés à mon égard…
 
Ceci explique cela, me direz-vous.
Oui, ceci explique cela…
Ce ne sont évidemment pas ceux qui représentent les 40 % restants qui vont vous expliquer que les attaques récurrentes menées contre moi sont menées uniquement dans le but de m’éliminer de ce « marché » qu’ils voudraient bien s’approprier…
 

Ceux qui s’en prennent à moi ne vont certainement pas avouer publiquement que leurs motivations sont bien moins nobles que les raisons qu’ils donnent aux internautes…
 

Lorsque j’ai sorti la méthode en 2004, j’ai séduit un public qui, pour sa grande part, s’intéressait de très loin à la musculation, ou ne s’y intéressait pas. Il ne s’agissait pas d’un « marché » pour moi. Tous ces gens étaient « hors–marché » car ils ne trouvaient pas dans la musculation traditionnelle de quoi les satisfaire sur le moyen et long terme.
En achetant mes ouvrages, ils ont alors provoqué, très logiquement, une « extension du marché de la musculation ».
Autrement dit, pour les tenants de la musculation traditionnelle, j’ai considérablement agrandi le « marché »… Mon public est devenu un « marché ».
Et c’est cela qui est l’enjeu de toutes les guerres présentes, passées et à venir, toutes ces guerres qui me sont faites depuis que la méthode a prouvé sa viabilité, non seulement en termes d’efficacité, en termes de transformation corporelle, mais aussi en termes commerciaux.
Plus clairement : je représente 60 % d’un « marché » qui est considérablement plus grand que celui qui existait avant la publication de la méthode.
À travers donc toutes ces agressions, les attaques menées contre mon travail ou ma personne, les rumeurs persistantes, les détournements des faits, il y a la volonté unique de « récupérer un marché ». C’est un peu comme si en fait on me disait : « bon Olivier, c’est très bien, tu as agrandi le marché, tu as développé une clientèle que nous considérons désormais comme étant la nôtre, et donc maintenant, il faut que tu gicles ! Il faut que tu disparaisses, et que tu nous laisses ce marché que nous allons exploiter bien mieux que toi. »
Ce que l’on veut donc, c’est hâter ma disparition, afin de pouvoir prendre possession du « territoire ». Je suis un peu comme une forteresse qui serait assiégée en permanence et contre laquelle tous les coups seraient permis. Quand on observe les liens d’amitié des uns et des autres sur Facebook, quand on observe les soutiens des uns envers les autres, on voit bien que tous ces gens, qui sont normalement en situation de concurrence sauvage (entre eux), s’unissent malgré tout pour faire front commun contre moi. C’est qu’ils considèrent que la mine d’or à exploiter, s’ils réussissent à m’exploser la tête, vaut bien d’oublier quelques temps leurs dissensions habituelles.
 

Le public que j’ai séduit représente un « marché » que voudraient s’approprier des auteurs de livres de musculation aussi bien que des administrateurs de site, car pouvoir disposer librement de mon savoir-faire sans me rendre aucun compte permettrait à ces sites d’engranger de confortables revenus publicitaires, et d’autres revenus tirés de la vente de suppléments alimentaires et divers matériels de musculation… N’oublions pas que musculaction.com avait 231 membres quand je suis arrivé en 2005 et qu’il est le plus gros site francophone de musculation actuellement avec plus de 36.000 membres, avec 80% des échanges consacrés à la Méthode Lafay. De quoi en faire baver certains, de quoi surtout les énerver.
 

Je pense avoir clairement décrit la situation. Donc, maintenant, quand vous verrez sur un site ou sur facebook des propos fort peu sympathiques tenus contre moi, des propos qui disent directement ou indirectement que les dips c’est dangereux, que la Méthode Lafay est dangereuse, que je ne fais pas partie des auteurs « importants », etc, vous saurez…
Vous serez à même de vous dire : « quelles vessies veut-on me faire prendre pour des lanternes? »
 

Un auteur qui représente 60% du marché avec seulement quatre livres, sans campagne médiatique, et avec une vision très différente de celle de la musculation traditionnelle, ça dérange ET ça fait envie…
 

L’attitude de tous ces gens est un échec parce qu’ils n’ont pas compris l’enjeu actuel. Si le succès de la méthode s’est construit par le bouche-à-oreille, qu’il s’est imposé naturellement, c’est qu’il correspond à une évolution des mentalités; et donc de la vision qu’ont les gens de la musculation. La situation, pour tous ces marchands envieux et bagarreurs est fort simple : soit ils font évoluer leur vision de la musculation de manière à ce qu’elle rejoigne la mienne, et dans ce cas-là ils seront entendus par la population qui s’intéresse à la méthode, soit ils continuent à se radicaliser comme ils le font et ils n’ont alors aucune chance de mettre la main sur un « marché » qui ne veut pas de leur mentalité ET de leur approche de la musculation.
 

Comment tout cela va-t-il se terminer ? Je pense que cela se va se terminer comme le processus conduit par la médecine officielle contre l’Ostéopathie, en France pendant des années. A force de procès et de milliers de témoignages de patients très satisfaits, l’ostéopathie s’est imposée encore plus largement, avec une reconnaissance juridique et étatique.
Mes adversaires ne comprennent pas qu’il y a des centaines de milliers de gens qui ont acheté mes livres, qu’il y a des dizaines de milliers de gens qui me suivent régulièrement. Et qui apprécient mon travail.
Les attaques contre moi, la diffamation permanente, vont avoir pour effet principal que nous allons tous nous retrouver dans un tribunal pour mettre tout cela au clair. Et je pourrais, comme les ostéopathes en leur temps, fournir des milliers de témoignages de gens satisfaits de la méthode, de tous les sports, de tous les niveaux, de tous les métiers. Ce sera, très certainement, un événement national qui aura une résonance extrêmement forte et qui imposera définitivement la méthode auprès d’un public encore plus large.
Qu’est-ce que je veux dire par là ?
Je veux dire que, lorsqu’une conception s’impose naturellement auprès d’un public très large, dans une démocratie, il est vain de vouloir la combattre, de vouloir l’anéantir. Tous ces gens qui s’en prennent à moi, vont perdre, non pas parce qu’ils s’en prennent à moi, mais essentiellement parce qu’ils s’en prennent au public de la méthode…
Ils ne pourront pas museler ma personne et ils ne pourront pas museler le public de la méthode, ou le faire changer pour qu’il devienne leur public. Le public a changé, ses goûts ont changé, et il attend désormais autre chose de la musculation. L’erreur est donc de se radicaliser. A terme, il y aura des coach Lafay et des espaces dédiés à la Méthode. Il y aura des alliances qui seront faites avec des gens qui auront compris ce que la méthode a apporté de fondamentalement différent.
 

Lorsqu’une conception s’impose naturellement auprès d’un public très large, dans une démocratie, il est vain de vouloir la combattre, de vouloir l’anéantir. Il faut savoir évoluer avec elle, et non se braquer contre elle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s