TOI, MOI, la RUPTURE

(un chant de noël pour ceux qui ne s’entendent plus vibrer)

Est-ce moi, est-ce toi, qui n’évolue plus?
J’ai demandé à mon ami, puis à d’autres, que faire, car je te vois errer, refusant d’ouvrir ta boîte noire. Celle où, tous, nous entassons tout ce qu’on ne veut pas savoir de nous-mêmes; celle où s’entasse tout ce qu’on ignore de soi.

Refuses-tu cette ouverture… pour quelques temps? A jamais?
Suis-je assez préparé pour le savoir?

J’avais besoin d’aide… D’abord les livres, puis des paroles…
D’abord me regarder.
Ai-je bien fait le tour?
Qui est coupable?
Qui, de nous deux, est le plus cabossé? Ou celui qui tend à réparer chaque cabossure, tandis que l’autre peine, ou refuse catégoriquement de le faire?
J’ai demandé aux livres, aux amis, à d’autres…

Voilà ce qu’ils m’ont répondu.

C’est très lourd à porter quelqu’un qui n’évolue pas ou très peu.
Et s’infliger ça est aussi, certainement, une manière de se fuir.
Toute l’énergie passée à « vouloir faire avancer l’autre » n’est pas utilisée pour soi.

Alors il faut se poser la question : quelle est la fonction dans mon/le système de rester ainsi en couple?

Vu qu’on fait ça « pour soi », ce n’est jamais pour les enfants qu’on dit vouloir rester ensemble (mais pour l’idée qu’on se fait d’eux). Faire le bien de l’enfant implique de savoir ce qui est vraiment bon pour lui. Et cela ne s’invente pas. Cela s’apprend, cela se comprend.

Il se peut qu’il y ait parfois un décalage évolutif entre les deux membres d’un couple. C’est tout à fait normal…
Mais ce décalage n’est acceptable que si les deux regardent dans la même direction.
Et il faut, pour être sûr de regarder dans la même direction, beaucoup de recul (lectures, discussions) en même temps que des déclarations positives communes (où l’on va donc, ainsi, à deux?).

Si cela n’est pas, alors rester ensemble fera très certainement souffrir, de plus en plus, au fur et à mesure que le temps s’écoulera.

Il vaut mieux envisager la rupture.
Car, même si, dans la théorie de l’évolution, le saltationnisme est envisageable, il est rare qu’il survienne dans un couple.
L’évolution est majoritairement gradualiste, et on a largement le temps de voir que tout (dans la relation) ne fait que se dégrader, que l’écart affectif se creuse.
Alors pourquoi cet aveuglement? Que dit-il de nos anciennes blessures?

Personne n’a de supers pouvoirs, et faire mine de vouloir prendre sur son dos la croix des autres n’est bien souvent qu’une façon d’ignorer la sienne (qui pèsera donc de plus en plus lourd, ce qui n’arrangera pas la relation, bien au contraire).

Content Protection by DMCA.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.