ELLE A AUSSI été UNE PETITE FILLE EN DEMANDE D’AMOUR…

 

Wilhelm Reich l’a démontré, de même qu’Alexander Lowen ou Alice Miller. Erich Fromm en a parlé longuement.
Puis sont arrivées les neurosciences, la science de pointe, qui a permis d’aller encore plus loin dans les preuves.
Plus personne ne devrait l’ignorer, même si les médias évitent soigneusement de parler du fait que la science la plus récente démontre, à la racine, pourquoi on vit dans un monde de merde.
Cela foutrait à bas, au moins conceptuellement, le modèle dominant, et ce serait comme s’ils se tiraient une balle dans le pied.

Education selon les neurosciences ou selon la TV-réalité?
Choisissez votre camp

Frappez les enfants, humiliez-les, apprenez-leur la violence et le harcèlement, l’égoïsme purulent, cela les prépare à vivre en société et, vu les traumatisés serviles que cela crée, on aura peut-être un peu de croissance pour faire « redémarrer ‘l’économie »

On le fait déjà et ça marche pas?
Ah!

« La société, et son agent psycho-social, la famille, ont à résoudre un difficile problème : comment briser la volonté d’une personne sans qu’elle s’en rende compte ? Et pourtant, par un processus compliqué d’endoctrinement, de récompenses, de punitions et par une idéologie adéquate, la société (et la famille), dans l’ensemble, vient si bien à bout de cette tâche que la plupart des individus croient suivre leur propre volonté sans se rendre compte qu’elle est elle-même conditionnée et manipulée.»
(Erich Fromm)

« Une éducation qui consiste à humilier l’enfant, à l’insulter et à le frapper a, parmi ses effets les plus fréquents, celui de faire perdre à l’enfant sa propre estime, de l’amener à se considérer intimement comme méprisable et donc à perdre le plaisir le plus élémentaire : le simple plaisir et bonheur d’exister qui consiste à profiter de toutes les sensations liées à notre corps, à notre environnement naturel et aux relations avec les autres.

Tant qu’on éprouve ce bonheur, on se contente du nécessaire et on n’éprouve pas le désir de dominer les autres, de posséder des quantités de bien ni de paraître supérieur aux autres. Mais lorsqu’on a perdu ce bonheur d’être, alors on se rabat sur des substituts : l’avoir, le pouvoir et le paraître, dont la recherche acharnée détruit les liens sociaux, multiplie les causes de conflits et met en péril, par le pillage des ressources qu’elle entraîne, l’équilibre écologique de la planète. »
(Olivier Maurel)

« Quand on ne sait pas, on est victime, quand on sait on est responsable. Maintenant vous savez.»
(Olivier Lafay)

°

Ps : l’illustration, c’était juste pour vous amener à lire ces quelques mots.
Pour aller plus loin (en achetant par ces liens vous aidez LDMT) :
Catherine GUEGUEN, Pour une enfance heureuse : repenser l’éducation à la lumière des dernières découvertes sur le cerveau : http://amzn.to/2tqgyo9
Olivier Maurel : Oui, la nature humaine est bonne ! : http://amzn.to/2ruTjwm
Joel MONZEE: http://amzn.to/2svSbci
Alice MILLER : Notre corps ne ment jamais : http://amzn.to/2t5pH6d
Muriel Salmona : Dissociation et mémoire traumatique :http://amzn.to/2s4LkFf
Erich Fromm : Avoir ou être : http://amzn.to/2trfL68

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s