Témoignage de Mathieu Calisthé

Mathieu maintenant :

Mathieu maintenant

 

Bonjour tout le monde, je m’appelle Mathieu, j’ai 19 ans, je mesure 1m81, je pèse aux alentours de 78kg au meilleur de ma forme. Je pratique la musculation depuis deux ans, un peu plus d’un an de méthode Lafay et quasiment un an de street workout dans un objectif d’apprentissage de figures de force. Avant de débuter la musculation, j’ai seulement fait du basket-ball, j’aime beaucoup regarder ce sport depuis tout petit mais j’ai débuté la pratique assez tard, à mes 14 ans. A la base, je n’étais pas un très grand sportif, en plus de cela, il s’avère qu’à partir d’une certaine période, à bientôt 15 ans, je n’avais aucune énergie et résistance sur le terrain, mon niveau était donc plutôt mauvais.

Pour tout vous dire, la cause était tout à fait explicable, j’ai commencé à souffrir de boulimie, puis au fur et à mesure, d’anorexie mentale. Pour expliquer le pourquoi du comment, j’ai très mal vécu le décès d’un proche qui est survenu pendant les vacances d’été précédant ma rentrée au lycée, me réfugiant dans la nourriture. Le truc, c’est que j’y allais vraiment très fort en m’enfilant des quantités astronomiques de malbouffe, c’était plus fort que moi, les mois passèrent et j’ai commencé à avoir peur de prendre du poids à cause de ces crises, donc j’ai eu la mauvaise idée de me faire vomir, une fois, deux fois, trois fois… etc… volontairement, rentrant ainsi dans un cercle vicieux, le début d’un enfer.

Parfois, en plus de cela, j’allais également courir le plus longtemps possible puis faire le maximum d’abdominaux dans ma chambre jusqu’à l’heure de me coucher, non pas par plaisir, mais, pour continuer de m’infliger une sorte de punition. J’avais énormément peur de prendre du poids, je cherchais à être le plus mince possible, je suis déjà descendu à 54kg pour 1m80 à l’époque. J’essayais de résister le plus longtemps possible à la faim, pour ensuite craquer et manger énormément, reproduisant ce cycle continuellement, mon poids jonglait entre les 55kg sans dépasser les 60kg, j’ai vécu ainsi jusqu’à mes débuts en musculation.

 

Mathieu avant :

Mathieu avant

 

J’en ai parlé à très peu de personnes, j’ai toujours essayé de camoufler le plus possible en portant rarement des t-shirts ou des shorts, ce que je regrette évidemment. Je pense que l’on aurait pu m’accompagner dans ma guérison, à l’époque du lycée, je me suis confié à seulement deux amis, en leur demandant de ne jamais rien dire à personne. Ils commençaient à souvent me faire des remarques sur mon physique, me trouvant trop maigre, ce n’est pas toujours facile d’en parler avec des gens dans la vie de tous les jours par peur des jugements, donc heureusement que j’ai régulièrement pu m’exprimer sur internet (ce que je faisais à l’époque sur un forum qui traite du sujet), cela m’a été d’une grande aide.

Puis un jour, j’en ai eu marre de me sentir si faible, si malheureux, comme une sorte de prisonnier de mon corps, j’ai commencé à avoir peur de mal finir, j’ai donc décidé de me prendre en main. Un mois avant de découvrir la méthode, j’ai arrêté le basket-ball pour m’inscrire à la salle de musculation la plus proche de chez moi, et là encore un échec, je n’ai tenu qu’un mois. Je suis énormément curieux de nature et malheureusement, je n’étais pas encadré et renseigné donc j’avais tendance à m’éparpiller un peu partout sans prendre de plaisir, j’avais d’énormes courbatures je me sentais encore plus cassé que d’habitude, et en parallèle, je continuais d’avoir des crises même si celles-ci étaient moins régulières.

Au sujet de la musculation en salle, j’ai eu d’autres expériences entre mes périodes Lafay/Street-Workout mais jamais rien de concret (environ 1 mois au lycée et 1 autre mois accompagné d’un ami, j’avais à chaque fois pour objectif de rester au moins 6 mois, ce qui ne fut jamais le cas.). C’est début octobre 2012 que mon aventure Lafay débuta. J’ai commencé à me renseigner sur le net et en tapant « musculation chez soi », je suis tombé sur un article du site musculaction.com qui parlait de la méthode, je me suis alors rendu à la Fnac pour le feuilleter et là, je n’ai pas hésité une seule seconde. Le fait d’être totalement guidé m’a complètement convaincu, je l’ai donc acheté avec Turbo, je l’ai lu en long, en large et en travers, plusieurs fois, pour mémoriser chaque chapitre puis je suis allé acheter ma première barre de traction à Décathlon, je m’en souviens comme si c’était hier. Sans le savoir, le début de mon traitement débuta lui aussi, à ce moment-là. Je savais que cela n’allait pas être facile, car je n’avais pas seulement un but physique mais surtout un état mental à guérir.

J’ai donc fait mon premier test de capacité, je n’ai plus les résultats exacts, mais je me rappelle qu’il était plutôt bon sur les pompes, mais moins sur les dips et les tractions, qui étaient des mouvements absolument nouveaux pour moi, même si j’ai pu directement me rendre au deuxième niveau. Les semaines passèrent, puis les mois, les modes s’envolaient, je commençais à prendre du plaisir à manger, mon teint maladif s’est estompé petit à petit, pour une fois j’étais heureux que la balance affiche un poids en hausse vu que c’était du muscle. Je validais une triade équilibrée aux alentours du mode 15 au niveau II, les crises diminuaient de plus en plus, pour complètement disparaître une fois arrivé à mes six mois de pratique et au niveau IV, niveau où je suis resté le plus longtemps, les résultats physiques que j’ai obtenus se sont directement répercutés sur ma motivation, je me sentais revivre.

 

Mathieu un an après :

1 an après

 

C’est alors qu’un mercredi, en me baladant dans un parc, je suis tombé sur des barres de tractions d’extérieur, je me rappelais du mouvement du muscle-up que j’avais vu dans des vidéos. Je me suis dit que c’était totalement inaccessible pour moi, qu’il me faudrait des tonnes d’entraînement pour y arriver, et à ma plus grande surprise je réussis sans problème mon premier muscle-up, puis je me suis dit, tiens, essayons des pompes à une main. Elles sont dans la méthode, mais je suis encore à un niveau trop bas, cela m’étonnerait que j’y arrive. Et là surprise, les pompes sont passées sans problème, j’ai eu un sentiment de puissance assez jouissif et je suis revenu tous les mercredis, en remplaçant la séance du mercredi par une séance de street workout, pour ensuite toutes les remplacer totalement pendant cinq mois, en gardant tout de même le travail du bas du corps de la méthode (j’étais à la base parti sur 6 mois mais cela a été coupé par le cycle musculation de 1 mois au lycée).

Pendant ces cinq mois, j’ai pu profiter des bénéfices de la méthode, j’étais très endurant et explosif dans mes enchaînements, j’ai passé mes premières secondes du flag, j’ai également pris goût entre-temps au footing et à la natation, j’ai toujours fait en sorte d’être le plus polyvalent possible. Pendant cette première période de méthode, j’ai rapidement appris à être efficient grâce à Turbo et aux articles du blog. J’ai dû être NPNG seulement lors de mon premier mois, j’ai donc pu également profiter de ce savoir dans le street workout pour également essayer de rester efficient, en m’entraînant sans me détruire. Après cette période j’étais satisfait de ce que j’avais appris, je n’avais plus d’objectif de figures en tête, je me suis donc décidé de revenir à la méthode pendant six mois, j’ai recommencé au niveau II. Si je me rappelle bien, j’ai validé deux modes en plus partout par rapport à mon premier passage, à chaque niveau, puis après rebelote, je me suis encore testé dans le street workout quelques mois pour ensuite revenir à la méthode. Ce qui m’a fait revenir à chaque fois à la méthode, c’est le fait que je me sentais moins dans une optique de développement complet lorsque je pratiquais le street workout, j’étais fort mais moins endurant et mon poids lui grimpait moins vite.

 

Mathieu un an et demi après :

1 an et demi après

 

Tout ce que j’ai pu accomplir m’a donné encore plus confiance en moi. Je me suis dit que je ne devais plus me dire que telle ou telle chose n’est pas accessible pour moi, que si je le voulais, je le pouvais, que je n’avais pas besoin de pratiquer quelque chose de manière violente, de me faire violence à moi-même pour progresser et donc d’adopter le fameux « no pain no gain », que le développement psychologique est aussi important que le développement physique. Ce changement m’a également permis d’accomplir mon objectif professionnel, je me suis essayé à différents concours dans les métiers des armées et des forces de l’ordre, concours que j’ai réussis.

 

Jambes :

jambes

 

A l’heure actuelle, si je dois détailler mon alimentation, c’est très simple à faire. Je mange tout simplement en poussant légèrement la satiété, je ne cherche surtout pas à trop me forcer, je ne me prive pas sans me gaver. Mon alimentation correspond principalement à la catégorie 2 du livre, la première année plutôt à la catégorie 1, je ne prends pour le moment pas de compléments alimentaires. J’essaye également au maximum de ne pas trop me fixer sur les chiffres, je ne prends plus mes mensurations depuis un bon petit moment, mon meilleur allié est mon miroir et ma balance, j’essaye de rester sur une prise de 500g à 1 kg par mois. Concernant mon entraînement, je suis actuellement au niveau III, j’attaque ma troisième semaine sur ce niveau au moment où j’écris cela. Je suis principalement, dans un objectif de volume/force, même si je ne néglige pas non plus mon endurance, je suis en split. La première année, j’ai principalement fonctionné en full body, mais j’avais tendance à ne pas rester assez concentré et surtout, je souhaite faire des séances plus courtes pour avoir plus de temps pour les étirements ainsi que les tâches quotidiennes.

Quant à mes performances, pour le niveau II, j’ai validé un mode 21 aux dips/tractions en utilisant le principe de fondations /murs, pour les pompes je ne dépasse pas le mode 12 volontairement. Je change de variante pour les A3/A4/A5/A6/A12/A9, et je joue avec la hauteur du support pour A2 tous les modes 12. Pour les jambes, je valide sans problème les modes 20 en me tenant, j’ai commencé le travail des jambes sans me tenir depuis peu, les sensations sont vraiment énormes et pour les abdos, je ne dépasse pas les modes 20 volontairement, je durcis l’exécution et ralentis le rythme. Par contre s’il y a bien un point où je suis très perfectionniste, c’est concernant l’exécution des exercices, je fais en sorte de respecter parfaitement les amplitudes grâce à un miroir, pareil pour les hauteurs et écarts des supports que je calcule aux centimètres près.

 

Mathieu deux ans et un mois après :

2 ans et 1 mois après

 

Aujourd’hui, même si je suis très satisfait de mes résultats, je compte bien continuer à progresser à tous les niveaux, découvrir de nouveaux sports si l’occasion se présente. Je compte également beaucoup sur le nouveau tome de la méthode pour apprendre encore plus de nouvelles choses. Concernant l’entraînement de musculation en lui-même, je ne compte pas revenir à un entraînement de street workout, j’ai atteint mes objectifs, et même bien plus que je ne l’espérais, je vais donc rester le plus longtemps possible sur la méthode. Cette année, je vais sûrement favoriser les bas niveaux (niveaux 2 à 5), en utilisant le plus possible le principe de boucles, et également tester de nouvelles sensations, comme, par exemple, profiter de l’une de ces boucles pour adopter la triade grecque. Niveau poids, j’ai pour objectif à court terme d’atteindre au moins les 81 kg, pour le long terme pas d’objectif de poids pour le moment, à voir une fois le court terme atteint.

Je remercie énormément Olivier Lafay, je me demande ce que je serais devenu si je n’avais pas découvert l’univers de la méthode. Il a clairement et simplement changé la vie de plein de personnes, ce qui va continuer encore très longtemps j’en suis persuadé, il peut en être très fier. Et bien sûr à vous les Lafayen(ne)s, merci à celles et ceux qui ont lu ce témoignage jusqu’au bout, si cela peut permettre de motiver ne serait-ce qu’une personne, ce serait déjà une belle victoire pour moi.

Enfin, j’en profite pour transmettre un petit message aux lecteurs du blog. Si jamais un jour vous vous retrouvez dans une situation de départ similaire à la mienne, ou si vous l’êtes actuellement, ce que je ne souhaite à personne, il faut absolument en parler, même sur internet, c’est déjà un premier pas non négligeable. Choisir de se sortir tout seul d’une situation compliquée est loin d’être la meilleure solution quand on peut être accompagné.

« Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin… » Baden Powell

Mathieu

3 réflexions sur “Témoignage de Mathieu Calisthé

  1. Citation de Baden Powel à la fin, tu étais scout ? Sinon très belle transformation intérieure et extérieure, bon courage pour la suite !

  2. Bonjours Mathieu et aux personnes voyant mon post.
    J’ai été dans le même cas que toi mais en rapport à une rupture sentimentale, personne n’a jamais rien su car tout le monde s’en foutait royalement, j’ai été m’isoler et me punir. 52 kg pour 1m83, pas d’abdo car pas la force, je vomissais après tous les repas et je n’avais plus envie de manger.

    Quand j’ai regardé la page de « Furious pete » que je vous recommande, il a été anorexique et a combattu la maladie en se musclant, j’ai voulu faire pareil et prendre une revenche. Je suis plus fonte que Lafay même si j’approuve les 2 méthodes qui ne sont enfaite le résultat que d’une rigueur et d’une volonté sans faille.

    Aujourd’hui je fais 1m85 et pèse 70 kg et j’ai 19 ans, apres 3 ans de musculations avec compléments depuis 6 mois. Le plus jouissif pour moi est de voir les filles se retourner à la plage et les laisser languir à la vue d’une physique « sympatique ».

    Une seule chose à dire pour tout ceux qui pourrait lire l’article de Mathieu ou mon commentaire, ne vous laissez pas aller et Go Muscu ! Avoir un bon physique entretient un bon mentale et nous fait regagner de la confiance, courage et respect à vous pour le combat qui j’espère débutera sous peu.

  3. Beau parcoure Mathieu et très bon physique. Je te souhaite de continuer ainsi, tu as l’air d’avoir trouver l’équilibre qu’il te faut 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s