Ligamentoplastie des croisés et Méthode Lafay

Voici le témoignage d’un pratiquant de la méthode ayant dû subir une Ligamentoplastie des croisés.
 
Ces quelques lignes mettent en évidence une récupération physique plus rapide que la moyenne des sportifs ayant souffert du même problème. Ce qui ressort de cette expérience, encore une fois, c’est le bien-fondé d’une approche globale qui rassemble le corps et l’esprit, l’endurance et la force, la souplesse et la résistance. Ces qualités étant acquises en un minimum de temps de pratique et de lecture hebdomadaires.
 
 
Dès que l’opération a été planifiée, il m’a fallu l’anticiper et la préparer, principalement pour perdre le moins de volume possible sur ma jambe gauche.
Avec déjà 2 belles cuisses, médecin et kiné ne savaient pas trop comment augmenter mon volume musculaire de la jambe droite avant l’opération, on s’est donc juste contenter de la renforcer.
 
Les tests sanguins étaient relativement bons, puisque les caractéristiques du sang qui m’a été prélevé montraient que l’ensemble des paramètres quantifiables étaient semblables à un cycliste de très haut niveau. Est ce dû à l’activité de la méthode ? Je le pense sincèrement.
 
Quant à la préparation musculaire pour l’opération, à part maintenir ce que j’avais acquis avec la méthode, il n’y a pas eu grand chose.
 
Post-opératoire: ma jambe droite a perdu énormément de volume, à une vitesse incroyable mais surtout une perte importante, un peu plus importante que la normale.
La rééducation s’est très bien passée.
 
Une flexion quasi-complète revenue 10 jours après l’opération, il faut compter en moyenne entre 2 et 8 mois pour une personne X. De rare cas, toujours sportifs, ont un retour de flexion entre 2 et 4 semaines. Exceptionnellement, il arrive que de grands sportifs aient leurs flexions qui reviennent en 6 jours, mais ce sont des cas excessivement rares.
 
Une liberté totale de mouvement revenue lors du 6ème mois, alors qu’il faut compter généralement plus de 9 mois.
 
Une reprise des footings d’1heure à 10km/h pendant le 6ème mois. Normalement, il faut s’attendre à recommencer à courir 30 min à 6km/h à partir du 7ème mois.
 
Des pivots et des rotations très fluides, sans soucis, dès le 5ème mois alors que ce mouvement ne revient généralement que vers le 8ème mois. Toujours avec précaution.
 
Une force revenue rapidement et relativement importante pour mon quadriceps: au 6ème mois, je suis à 80% de mes capacités d’antan. Tant en endurance que dans la force, la rééducation se fait rapidement, bien plus que la moyenne sportive.

 
 
La méthode a rendu objectivement possible la programmation d’une excellente aptitude à la guérison, la récupération et la réathlétisation.
 
Cliquez ici pour découvrir son carnet d’entraînement en ligne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s