Forces

Comment la méthode travaille t-elle la force ?

Il ya déjà eu beaucoup d’articles traitant de la force, de l’idée que l’on s’en fait. Quand on pense force en musculation, celle-ci se réduit le plus souvent à la force maximale, c’est-à-dire une force que l’on déploie pour soulever une fois une charge la plus lourde possible.
Alors qu’il existe bien d’autres types de force très importantes également, la force-endurance (capacité à développer un maximum de puissance en état de fatigue musculaire), la force vitesse (capacité à imprimer un maximum de vitesse à une charge), la force explosive (montée de force +rapide)… ces qualités que je viens de citer s’expriment dans la plupart de nos activités quotidiennes (monter des escaliers, courir pour rattraper un bus, ou échapper a un agresseur, déménagements, porter des courses) et en sport.

Pire l’idée selon laquelle la force maximale se résume à être mesurée à des tests au développé couché ou au squat court encore. Ce sont des bons tests c’est sûr, mais ils ne doivent pas être les seules façons de la mesurer, même si on parle de force maximale.

La force athlétique est une discipline particuliere où cette qualité est déterminante puisqu’on est directement évalué dessus.

La force maximale est très importante dans beaucoup de disciplines (athlétisme, sports de combats, sports collectifs, kayak de vitesse…. Etc) elle assure un recrutement nerveux efficace, on doit la travailler, mais pas prioritairement. C’est l’OPTIMUM que l’on recherche, l’optimum pour la discipline en question, qui comprend aussi les autres types de force. VERKOSHANSKY, grand maitre de la périodisation soviétique (préparation physique des sportifs de haut niveau) disait que la force maximale doit être développée mais pas au détriment de la force explosive « The ability to produce maximal forces in minimal time is called explosive strength. Strong people do not necessarily possess explosive strength. ») car trop d’entrainement lourd sabote la vitesse d’exécution.

Certaines écoles ne jurent que par la force maximale c’est le cas de COMETTI, chercheur français disparu qui a eu le mérite de se pencher sur la musculation en France à l’époque (années 80) stigmatisée. Il y a du très bon et du moins bon, car les techniques employées sont très dures nerveusement (travail lourd trop souvent) en plus du sport pratiqué.

La prépa physique d’aujourd’hui évolue, le développé couché et le squat lourd sont encore beaucoup utilisé mais les américains dédramatisent cet exercice, pour la préparation sportive, les circuits training, le cross fit sont de plus en plus utilisés, car le sportif recherche la force fonctionnelle, une force utilisable en situation de fatigue combinant force maximale, force vitesse force endurance. On réintègre des exercices hyper archaïques mais hyper efficaces et moins traumatisants à long terme (sprints en cote, squat une jambe, tractions, montées de corde, frappes avec masse, portés de sacs de sables, dips, pompes diverses, arraché avec kettlebell).

On dit que la force maximale ne se développe qu’après 60% du maxi. Cela est en partie vrai théoriquement mais des sportifs ont montré le contraire, via Lafay (Boktai 7 tractions a 50kg, Husband 14 rep a 100 kg au Développé couché et j’en passe), et même bien avant, comme des gymnastes qui, en s’entraînant à leur poids de corps, mettent à mal des culturistes, voir certains power au développé couché sans travailler lourd. 
Le tonnage réalisé avec la méthode est un argument de poids (lol) pour justifier la prise de force maximale. N’est il pas normal de passer aisément 10 rep à 100Kg si on réalise + de 6×30 a la triade par exemple. Si on fait facilement K1 ou A9 à 1M du sol n’a t-on pas un gainage solide et une force très élevée dans les triceps pouvant servir au développé couché (ou à d’autres exercices de poussée). Ensuite Jusqu’à quel point veut on devenir très fort sur du lourd sans empiéter sur la condition physique qui est de doute façon la base de la base du sportif ?!!!

Certains donnent l’argument des fibres lentes , on deviendrait lent avec du Lafay parce qu’on fait beaucoup de rep, Cette histoire de fibres de transformation est erronée, et de plus les tempos rapides et les séries courtes en début de niveau développent cette rapidité, ensuite elle est intégrée dans un schéma ou la fatigue intervient et c’est là que c’est intéressant. Elle est de plus travaillée en relation avec le gainage la ou elle peut s’exprimer de la manière la plus fonctionnelle. Est-ce normal qu’un boxeur arrive à développer 150kg, et n’arrive pas à aligner Trois pompes une main (exemple donné par Dominique Paris préparateur physique de De la Hoya notamment). Maîtriser à force sa flexibilité son gainage c’est la base.

Alwyn Cosgrove, grand préparateur américain, est par ailleurs partisan du travail à poids de corps avant même d’envisager les haltères, si notre poids de corps n’est pas maîtrisé sous une multitude d’angles possibles, on se prive de performances sportives + élevées encore.

Il est certain que si on ne souhaite QUE travailler cette force maximale, il faut passer par du lourd.
Trois questions cependant :
1) Si je ne suis pas powerlifter, ou bien haltérophile, dois-je FORCEMENT travailler avec des maxi ou séries courtes pour progresser dans ma discipline sans me blesser, car il faut le répéter, et là les kinésithérapeutes, chiropraticiens et osthéo sont unanimes, le corps humain n’est à l’origine pas fait pour travailler lourd !!! Il faut se mettre dans la tête que nos ancêtres étaient bien plus fort et robustes que nous aujourd’hui sans travailler cette force maximale spécifiquement.
2) N’est il pas intéressant de développer toutes les qualités de force en une seule fois de manière OPTIMALE, ce que fait la méthode au vu de l’expérience de centaines de pratiquants ?
3) Etes vous prêt à mettre votre ego de coté et vous concentrer sur votre entrainement et votre progression globale pas que sur du couché lourd ou autre, à trouver d’autres sensations. Car il est vrai que pousser lourd est jouissif, mais l’utilité est fortement à remettre en cause. Travailler sa force maximale oui mais avec d’autres qualités physiques, c’est possible sans la méthode c’est clair, mais la méthode est faite pour qu’on ne se prenne pas la tête si on ne connait pas assez bien l’entrainement et pour laisser de la place à autre chose que la muscu dans sa vie.

Donc la méthode est idéale pour développer à la fois tous les types de force à des niveaux optimaux, cela se greffant sur une condition physique solide. Là est l’athlète, celui qui peut montrer qu’il est fort sur toutes les qualités physiques et qui respecte sa santé a long terme !!!
Rapide Endurant Fort Solide Equilibré Souple , voila la Force de l’Homme en bonne santé.

Maxime Bratanoff – Préparateur physique

 

Une réflexion sur “Forces

  1. Bonjour Olivier j’aurais une question concernant les tempos d’exécution sur les 1ers niveaux. Si je fais les niveaux 2 et 3 sur un rythme « normal » et non très rapide comme c’est prescrit dans la méthode a quoi puis-je m’attendre en terme d’effets.?
    Merci a vous Cordialement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s