Les limites naturelles du corps

Résumé d’un article écrit par Bily, membre de musculaction.com, sur les limites naturelles que l’on peut espérer obtenir de la pratique de la musculation :

« Devant la recrudescence de questions liées aux limites naturelles en culturisme ainsi qu’aux multiples interrogations de pratiquants concernant le « statut » de certains athlètes, il nous a semblé judicieux de remettre certaines pendules à l’heure ainsi que de briser le masque et la confusion régnant autour de ce sport que nous pratiquons tous, qui est : le culturisme.

Nous espérons que cette article vous donnera certaines clefs ainsi que des repères adéquats vous permettant de vous fixer des objectifs réalistes et réalisables naturellement. Nous espérons aussi que cette article vous permettra d’attraper certains automatismes qui vous rendront plus objectifs quant à l’appréciation de certaines photos/mensurations de culturistes dits « naturels ».

 

Les limites naturelles du corps

Dans ce sujet, nous aborderons uniquement les limites naturelles du corps en termes de mensurations et non en termes de performances athlétiques.

On entend par limites naturelles du corps les mensurations limites qu’un athlète pourra obtenir sans passer par le dopage.

 

Comment reconnaître un athlète naturel d’un athlète dopé ?
Ce qu’il faut avant tout savoir, c’est que l’on ne tranche pas entre naturel et dopé uniquement à l’aide de mensurations. Afin que le jugement soit le plus pertinent possible, il faut prendre en compte les mensurations, le taux de graisse corporelle du pratiquant ainsi que sa taille et son poids, sans oublier le temps de pratique bien entendu.

Nous disposons de deux grands outils nous permettant de juger si une athlète est naturel ou pas.

– Tout d’abord, les photos et informations de culturistes datant d’avant l’apparition du dopage.

 

Citation d’Olivier Lafay sur le site musculaction.com :

Le dopage hormonal a commencé en 1936 et la testostérone a été synthétisée en 1941 (sources : JP de Mondenard, spécialiste mondial du dopage). On peut considérer que la plupart des culturistes avant 1945 étaient naturels (le temps que ces produits se fassent connaître auprès de ce public).

Vous remarquerez que la plupart des ces culturistes n’observent pas les critères esthétiques de notre époque actuelle, qui sont ; pectoraux massif ainsi que taille très fine. Ces critères évoluent avec le temps, pour juger ces athlètes, il est donc primordial de prendre en compte les critères esthétiques de l’époque.

Au 19ème siècle, on cherchait avant tout à retrouver l’idéal grec : l’athlète complet et un « physique grec ». C’est-à-dire un physique axé sur des épaules, bras et avant-bras puissants, pas de pectoraux, des obliques massifs, des cuisses puissantes (sans être trop grosses, en accord avec les canons grecs).
Pratiquement aucun athlète du 19ème et début du 20ème siècle n’a de pectoraux.
Les pectoraux ont été vraiment recherchés à partir des années 45/50. C’est à cette époque que le développé couché est devenu un outil de base en musculation.

Certaines personnes avanceront le fait que les athlètes datant des années 40 ne possédaient pas les connaissances alimentaires et d’entraînements actuelles, les limites sont donc aujourd’hui repoussées, mais sachez qu’il n’en est rien.
En effet, dès 1900 les culturistes savaient déjà tout ce qu’ils devaient savoir pour développer au mieux leur musculature. Qu’on fait les culturistes d’aujourd’hui si ce n’est reprendre et remettre à la mode les formats d’entraînements utilisés par leurs prédécesseurs. C’est triste à dire, mais la seule chose qui ait vraiment fait changer le culturisme durant ces 100 dernières années, c’est le dopage.

– Le deuxième outil dont nous disposons est l’expérience de personnes compétentes dans le domaine de la musculation, qui au vu de leur parcours ont pu, en suivant de nombreux athlètes et en côtoyant de nombreux autres professionnels, constaté par eux-mêmes les limites naturelles du corps.

 

Citation d’Olivier Lafay sur le site musculaction.com :

J’ai souvent constaté que l’immense majorité des pratiquants ne sait pas à quoi s’en tenir en ce qui concerne les objectifs que l’on peut atteindre en s’entraînant naturellement. Je parle bien d’entraînement au naturel, c’est à dire sans anabolisants pour fixer les protéines et prendre une masse énorme, sans cocaïne pour supporter des entraînements intenses, sans drogues quelles qu’elles soient pour parler clairement.

Avant les années 45/50, on pouvait être élu plus bel athlète du monde avec 37 cm de tour de bras sec, pour une taille proche des 1m80. En lisant les interventions sur ce forum (et d’autres), je constate que beaucoup rêvent, comme j’ai rêvé à 20 ans, de mensurations qu’ils n’atteindront jamais sans dopage.

Je vais donc vous faire un récapitulatif de ce qu’il est possible d’atteindre en s’exerçant régulièrement et sérieusement, en veillant à savoir une alimentation optimale et en se reposant suffisamment.

Il est très important que vous compreniez que la taille est prépondérante quant à l’appréciation des mensurations (et donc lorsque il s’agit de fixer des objectifs).
En effet, un 40 de bras sur un culturiste d’1m60, c’est énorme. Sur quelqu’un d’1m90, c’est correct, c’est bien, mais ça fait plus athlète sportif que « gros bras ».

Venons-en aux chiffres car c’est cela qui vous intéresse. Je précise que ce sont de mensurations pour un athlète au corps relativement dessiné (ni gras, ni super sec).

Les bras
– 1m60, gros à partir de 36 cm, énorme à partir de 38 cm, fantastique à partir de 40 cm.
– 1m70, gros à partir de 38 cm, énorme à partir de 40 cm, fantastique à partir de 42 cm.
– 1 m 80, gros à partir de 40 cm, énorme à partir de 42 cm, fantastique à partir de 44 cm.
– 1 m90, gros à partir de 42 cm, énorme partir de 44 cm, fantastique à partir de 46 cm.
En gros il faut ajouter 2 à 2,5 cm de bras pour 10 cm de taille en plus.
Être réaliste, c’est viser la catégorie « gros ». En étant obsédé, on peut tenter « énorme », mais peu y arriveront car il faut une discipline alimentaire sans faille et un entraînement soutenu pendant des années. Sans dopage, très peu parviendront à « fantastique ».

Pour le reste du corps je vais indiquer des mensurations réalistes pour un athlète naturel désirant se considérer comme « balèze » (gros en muscles). Un peu en dessous vous êtes déjà un bel athlète.

Poitrine
– 1m60 : 105 cm
– 1m70 : 110 cm
– 1m80 : 115 cm
– 1m90 : 120 cm
Au-delà, vous êtes super costaud.

Cuisses
– 1m60 : 54 cm
– 1m70 : 57 cm
– 1m80 : 60 cm
– 1m90 : 63 cm

Au-delà, vous êtes super costaud.

Voilà de bonnes bases pour orienter votre pratique.

Et rappelez-vous que quand un pratiquant dit faire 50 cm de tour de bras en mangeant essentiellement des blancs d’œufs et du fromage blanc, sans produits, c’est un menteur. Déjà, 99.99% de ceux qui annoncent 45 cm de tour de bras pour 1m80 prennent des anabolisants. Tout le monde le sait dans le milieu du bodybuilding. Malheureusement beaucoup de jeunes et/ou de néophytes rêvent devant des physiques inaccessibles car trop secs et/ou trop musclés

D’autres indices pouvant vous aider :

– C’est encore plus douteux lorsque un culturiste est très sec et très massif alors que son poids reste relativement bas.
– Bien sûr, certains athlètes peuvent avoir « des points forts », mais quand le reste du corps suit de très près ces points forts, il y a de quoi se poser des questions.
– Ne soyons pas non plus crédule, si aujourd’hui un athlète se prétendant « naturel » vous montre son physique et que celui-ci est relativement proche voire équivalent à ceux du podium des culturistes dopés des années 80 ou 90, ne vous posez même pas la question.
– La plupart des culturistes se frottent relativement tôt à leurs limites naturelles, les grands changements physiques s’opèrent généralement durant les trois premiers années, c’est après qu’il devient assez dur de faire grimper les centimètres. Cela peut donc permettre de remettre en cause certaines affirmations disant « 50 cm de bras sec pour 1m80, oui mais c’est normal il s’entraine depuis 25 ans… ». Peu importe le temps passé, on ne repousse pas un mur en béton armé à l’aide de son petit doigt.

Maintenant que vous avez lu ceci, vous devriez déjà avoir fait un grand pas en avant. Le but de ce sujet n’est pas de pointé du doigt tel ou tel athlète mais plutôt que chaque personne puisse, en voyant un physique, prendre du recul et faire travailler son esprit critique. »

Merci à Bily pour cette présentation synthétique et la recherche de ses citations.
L’article de Bily est disponible en intégralité à cette adresse : cliquez ici.
N’hésitez pas à cliquer, car l’article complet est vraiment très intéressant, avec d’autres photos et des informations que tout pratiquant de musculation doit connaître.

Pour vous donner un aperçu de physiques accessibles naturellement, voici des photos de différents athlètes prises entre 1890 et 1932 :

 

Eugène Sandow :

eugene-sandow sandow2a

 

Bobby Pandour :

pandour9 f2474-1111bobbypandur

 

George Hackenschmidt :

5d1cc-hack01 NS.COM

 

Gustav Fristensky :

Gustav-Fristensky

 

Edward Aston :

1039035.1146356300978.EdwardAston

 

John Garan :

1932johngaran-5'5155

 

Vous trouverez ci-dessous des sites où sont répertoriés de nombreux culturistes datant d’avant l’ère du dopage :
www.sandowmuseum.com
www.sandowplus.co.uk/
http://www.musclememory.com
http://www.musclememory.com/male/year.html

Il convient néanmoins de préciser que certaines mensurations sur ce site peuvent être faussées, en effet, à cette époque le culturisme était plus vue comme une « attraction », on exagérait les mensurations ainsi que les exploits. Il est aussi important de signaler que tout les athlètes sans exception posent en étant très congestionné.

4 réflexions sur “Les limites naturelles du corps

    • Effectivement (cf mon autre réponse). C’est ce que j’ai appelé la « démocratisation des gros bras », justement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s