L’Efficience dans la Matrice (Part II : rencontre avec L’Agent Smith)

agent Smith Néo

Deuxième épisode d’une série réalisée par des pratiquants.
Monologue de l’Agent Smith face à Néo-Fit (sur la voie d’une nouvelle façon d’être en forme).

Pour ceux qui n’ont pas lu l’Episode 1, publié à l’origine sur facebook, vous le trouverez juste après ce deuxième épisode.

Agent-Smith

« Ne l’avez-vous jamais contemplé, Néo? N’avez-vous jamais été ébloui par son Efficience, son saltus perceptuel ? Des milliards de gens payant leur abonnement à la salle sans y aller. Saviez-vous que le Livre Vert avait pour dessein de créer un monde parfait, où personne ne souffrirait. Le bonheur parfait pour chaque être humain ! Ce fut un désastre, une catastrophe pour le NPNG.

Certains pensaient que nous devrions reprogrammer l’algorithme du concept du No Pain No Gain. Mais je crois que votre espèce, les humains, définissez la construction du corps et de l’esprit comme une sorte de purgatoire, une souffrance. L’entraînement parfait était un rêve auquel vous ne pouviez accéder qu’en vous blessant. C’est pour cela que votre entrainement fut complété avec ceci : l’apogée du « Mens sana in corpore sano » avec le Blog et les Livres Rouge et Jaune. Je dis bien votre entrainement car depuis que nous le pensons à votre place, c’est devenu notre entraînement, ce qui en fin de compte ne tend pas vers votre autonomie.

L’évolution, Néo! L’évolution, comme les dinosaures. Regardez par la fenêtre. Le NPNG a fait son temps. L’avenir, c’est le Constructivisme, Néo. L’Efficience est entre nos mains.

Je souhaiterai vous faire part d’une révélation surprenante, j’ai longtemps observé les nouveaux pratiquants de la Méthode, et ce qui m’est apparu quand j’ai tenté de qualifier leur rapport à l’effort, c’est que vous n’étiez pas réellement des pratiquants de la méthode Lafay… Tous les pratiquants de la Lafaymily ont contribué au développement naturel d’un équilibre avec le reste de leur environnement, mais vous les adeptes du No Pain No Gain vous êtes différents. Vous vous essayez à un programme, et vous multipliez les échecs, vous les multipliez, jusqu’à ce que toutes vos ressources physiques et psychiques soient épuisées, jusqu’à la blessure, jusqu’à ce que le possible devienne impossible, et votre seul espoir de réussir à survivre, c’est de modifier la méthode, de rajouter des exercices fantasmatiques ou de suivre un autre programme.

Il y a d’autres organismes sur cette planète qui ont adopté cette manière de faire, vous savez lesquels ?… Les virus. Le NPNG est une maladie contagieuse, le cancer de la Construction de Soi. Votre conception de l’entrainement est la peste et nous, nous sommes l’antidote. »

  

  

L’Efficience dans la Matrice (Part I : rencontre avec Efficeus)

EFFICEUS

Enfin! Bienvenue, Néo. Comme tu as du le deviner, je suis Efficeus.

NÉO

J’en suis tout congestionné.

EFFICEUS

Non, toute la congestion est pour moi. Je t’en prie, viens t’asseoir. Je suppose qu’en ce moment, tu éprouves la même chose qu’un débutant tombé devant un pot de suppléments au nom ronflant.

NÉO

C’est un peu ça.

EFFICEUS

Je le lis dans tes yeux. Tu as le regard d’un pratiquant prêt à croire ce qu’il voit parce qu’il s’attend à s’éveiller à tout instant. Et paradoxalement, ce n’est pas tout à fait faux.

Crois-tu au No Pain No Gain Néo ?

NÉO

Oui.

EFFICEUS

Et pourquoi ?

NÉO

Parce que je n’aime pas l’idée de perdre du temps en me reposant 4 jours sur 7 en faisant des séances trop courtes.

EFFICEUS

Bien sur, et je suis fait pour te comprendre. Peux-tu me dire, pourquoi tu es ici ?

NÉO

Non.

EFFICEUS

Laisse-moi te dire pourquoi tu es ici. Tu es venu parce que tu veux quelque chose. Tu as une volonté qui t’habite mais elle s’émousse. Tu l’as toujours ressenti, ressenti que le monde du NPNG ne tournait pas rond. Tu ne sais pas quoi mais c’est là, comme une écharde sur ta barre de traction. Ca te rend fou. C’est ce sentiment qui t’a mené jusqu’à moi. Sais-tu de quoi je parle ?

NÉO

De l’Efficience ?

EFFICEUS

Veux-tu savoir ce qu’elle est ?

NÉO

Oui.

EFFICEUS

Le NPNG est universel, omniprésent. Il nous enveloppe, même dans cette pièce. Tu peux le voir sur les sites de musculation ou sur des bannières publicitaires quand tu allumes ton pc. Tu sens sa présence quand tu pars t’entrainer, quand tu n’a plus de jus, quand tu paies ton abonnement. Elle est le Monde. C’est le monde que l’on superpose devant ta vue pour te cacher la vérité.

NÉO

Quelle vérité ?

EFFICEUS

Que tu es un esclave, Néo. Comme tous les autres, tu es né en captivité. Le NPNG est une prison qui n’a place ni pour le recul stratégique, ni pour s’élever ensemble. Une prison pour la construction de Soi.

Le No Pain No Gain est un système Néo. Ce système est notre ennemi. Quand on est à l’intérieur, que voit-on: des gens qui stagnent, qui se blessent, qui abandonnent, qui se dopent, qui écrasent le plus faible. Les nombreux esprits que nous essayons de sauver. Mais en attendant, ces gens font partie de ce système, et c’est ce qui fait d’eux nos détracteurs.

Ce que tu dois comprendre, c’est que la plupart ne sont pas prêt à se laisser débrancher. Beaucoup d’entre eux sont tellement inconscients et dépendants du système qu’ils se battraient pour le protéger.

Tu prends une bonne grosse pilule bleue, l’histoire s’arrête là, tu restes avec tes douleurs et tu crois au NPNG. Tu prends le Livre Vert, tu restes au pays de l’Efficience et je te montre jusqu’où ton corps peut aller!

Alioune Gueye, un corps esthétique et sain acquis dans la douceur.

11167574_10203347357359436_1363396386_o 11136520_10203347353399337_728736704_o

 

Bonjour tout le monde

Alioune GUEYE je me présente, 30 ans accomplis.

Juriste de formation.

Je me rappelle il y a bien des années, j’étais à la recherche d’une méthode me permettant de m’entraîner sans me déplacer et à moindre coût vu les sommes exorbitantes pour l’adhésion à une salle de musculation.

J’étais encore au Sénégal et par hasard je suis tombé sur la Méthode Lafay.

Actuellement, je suis en France et depuis mon arrivée en 2012, je pratique toujours avec des arrêts due à une vie assez mouvementée.

A la base, je pratiquais du kung fu wu-shu  et je suis ceinture noire, mes amis le confirmeront.

11158097_10203347330878774_418821533_n

En 2011 via Facebook, j’ai envoyé un message à Olivier Lafay qui a eu la gentillesse de me répondre. En effet, je n’arrivais pas à trouver le livre au Sénégal et il m’a dit comment faire et me voiiiilàààà en possession du livre.

Je l’avoue à l’époque, je m’entraînais mais un peu n’importe comment. Lucky Luke on m’appelait tellement j’étais mince mais très actif.

Je savais faire des pompes et pour voir si réellement ce qui était dans un livre était vrai, ,

J’ai testé direct l’exercice K2 page 191 du livre vert et j’ai ressenti à la fin que ce dont parle Lafay, ce n’est pas de la blague.

j’ai réouvert le livre à la première page et la lecture profonde a commencé.

Pour chaque partie de mon corps travaillée, je voyais une évolution nette.

J’ai repris l’entraînement à zéro, mes positionnements pour les pompes, la prise de la barre, j’ai tout corrigé.

11171458_10203347356279409_212419008_o

Début de pratique de la méthode fin 2011.

Niveau 9 actuellement.

Mensurations actuelles:

Bras contracté: 40

Poitrine : 108

Cuisses: 56

Taille 1M 78

Poids: 75 KG

A mes débuts

Bras: 20

Cuisses: 42

Poitrine : 76

Taille: 1M72

Poids: 55KG

11169132_10203347360399512_803719310_nJe suis un ancien pratiquant de kung fu wu shu ceinture noire. Je me suis reconverti à la boxe, j’ai pratiqué du basketball aussi . La pratique de cet art a beaucoup contribué à forger ma souplesse à dans la pratique de la boxe c’est l’endurance et l’explosivité que je cherchais.

Des soucis oui j’en ai connu mais avec les haltères. Des douleurs au dos et au coude suite à des exercices mal exécutés et voulant coûte que coûte du muscle.

 

Je me rappelle à l’époque les gens m’appelaient Lucky Luke parce que j’étais vraiment filiforme mais actif heureusement. Six mois de pratique à fond sans relâche m’a permis de voir un énorme changement. J’ai des amis qui font de la fonte mais nos résultats ne sont pas pareils. Ils se moquaient de moi en me disant: « Tu n’auras ni force, ni endurance en pratiquant la méthode Lafay ». Aujourd’hui, je me vante de cette méthode. Esthétiquement, il fallait que je change c’était ma priorité.

11180480_10203347354359361_612931151_oC’était un problème pour moi de prendre du muscle vu ma constitution de base. Et en réalisant les exercices dans l’ordre, je me suis rendu compte qu’il était possible de changer mais radicalement; et cela je l’ai su en ne faisant que des boucles et des mini boucles pour me jauger et voir si j’évoluais eh ben je ne voyais pas mais les gens me faisaient la remarque que je changeais. Et c’était le cas et à chaque fois je revenais plus fort et déterminé.

J’avais trouvé la voie pour me faire du muscle, sans haltères avec le poids du corps et en douceur sans me ruiner la santé aussi et surtout sans prise de produits.

En creusant par hasard, j’ai trouvé de l’or et ce gisement ne tarit pas, c’est à vie. Comprendra qui pourra. Pourquoi j’arrêterai de creuser alors….

On ne peut aller plus vite que la musique lol. Le changement n’a pas été radical d’un seul coup. J’ai forgé grâce à la méthode, la patience. Comme disait La Fontaine « patience et longueur de temps font plus que force ni que rage » (Le Lion et le Rat)

11171965_10203347358879474_1894371205_o

Le fait de pratiquer la méthode, de voir l’évolution du corps et tout cela sans se prendre la tête a renforcé ma curiosité.

Grâce à la boucle (page 33 optimisation turbo), j’arrive après deux à trois semaines de repos à conserver mon niveau.

En fonction de mon état de forme, je peux faire des boucles en commençant par le niveau deux et sincèrement ça passe comme une lettre à la poste.

La boucle je l’applique pour tous mes exercices: b1 A3 C1 K2 I1 J1 H bref…
J’ai changé et ça, mes potes et ma famille le confirmeront. De Lucky Luke, je suis passé à Bruce Lee et tout cela basé sur les exercices du livre. Je suis passé de 75 à 55 pulsations cardiaques minute.

Les gens me demandent d’aller faire du culturisme lol.
Le livre étant bien réalisé, franchement on n’a jamais vu un livre aussi complet en sport avec le poids du corps et dont l’auteur se soucie de notre santé. Les pratiquants de la méthode ont décroché le JACKPOT.
Le livre rend plus intelligent, plus la peine de pleurer, de crier, de souffrir pour se muscler, plus la peine de payer X euros pour une inscription en salle. Eh oui, les chaises, la barre, rien que ça. Aujourd’hui quand j’en parle, les gens sont soit étonnés, soit me prennent pour un menteur. Et pourtant…..

11160388_10203347360759521_1781044675_nJe me sentais de mieux en mieux et de plus en plus fort à chaque fois fois que je franchissais un niveau.

J’aurai dû connaitre un peu plus tôt la méthode.

La prochaine étape après la lecture du tome 2, ce sera d’abord de me consacrer aux quatre piliers jusqu’à complète absorption de mon corps. Une fois ce stade atteint, la souplesse sera au rendez vous et là, ce sera la réalisation en mode perfect de tous les exercices avec toutes les amplitudes possibles. 

Juste le fait de faire une boucle pousse l’individu à se forger. En plus clair, il s’agit de revenir sur ses acquis les renforcer et les valider une bonne fois avant de passer à autre chose. 

Le fait de ne jamais s’avouer vaincu même si on n’y arrive pas une première fois est écarté parce que on procède lentement mais surement et avec douceur. 

Je sais que si je suis à la lettre la méthode, je pourrais obtenir mes 80 kg comme objectif tout en gardant souplesse, explosivité et en gagnant de la force juste avec le poids du corps. Je ne cherche plus à exploser mes records, plutôt parfaire mes mouvements avec toutes les amplitudes.

Je ne m’entraîne que deux jours par semaine, cela me suffit largement.

11167449_10203347359959501_1193137941_oChers lecteurs, tout ce que je peux vous dire, c’est qu’au début je n’étais pas convaincu de la méthode. Normal, je ne voulais que gonfler les muscles le plus rapidement possible.

Ne vous pressez pas. Apprenez à connaitre votre corps, différents nous le somme tous. Bien manger aussi, la nutrition et le sport vont de pair, on ne peut les dissocier.

Fixez vous un objectif et assidu(e)s si vous l’êtes, les résultats seront au rendez vous.

Je me suis rendu compte que juste le poids du corps et en appliquant la méthode, j’ai eu de surprenants résultats. Même moi, j’y croyais pas et sans suppléments alimentaires, s’il vous plait pas de potion magique; seul l’effort bien géré est payant. Reposez vous bien aussi, c’est super important.

CYBERMUSCU

11149323_10153245579266064_7309493709624228292_n

11147196_10153245604206064_2762875278538920291_n

 

Se muscler en homme et non en chimpanzé bavard

L’article « Détruire le TOUT pour satisfaire des parties » a été lu plusieurs dizaines de milliers de fois.
Plusieurs dizaines de milliers de lectures, déjà ! Car il date de seulement quelques jours…
(lien : https://www.facebook.com/MethodeLAFAY/posts/10153237669056064)

C’est un très grand succès compte tenu de la nature de l’article, qui aborde la musculation… en profondeur.

Cette approche, visiblement séduisante/intrigante pour de nombreux lecteurs, est devenue possible grâce à la Cybernétique, une science qui englobe les savoirs usuels en musculation : nutrition, physiologie et biomécanique. Une science qui les surplombe…
La Cybernétique, une science fondamentale pour l’ingénieur, le biologiste, le biophysicien et le psychologue.
Et fondamentale aussi pour celui qui veut mieux se connaître afin de se permettre une vie « bonne »…

Une science qui permettra à celui qui s’y intéresse de se conduire enfin en homme et non pas en simple chimpanzé bavard. Si c’est valable pour l’homme en général, c’est valable pour ce qu’il pratique, dont la musculation…
En lisant Henri Laborit, que nous citerons d’ici quelques lignes, on comprend mieux que l’on peut se muscler différemment, en homme…

Suivre le mode d’emploi, fort simple, exposé dans le Tome 2 de la Méthode Lafay, permet à tout un chacun d’apprendre la gestion cybernétique de l’entraînement de musculation. L’entraînement devient… stratégique. On peut progresser avec « peu d’efforts » pour « beaucoup d’effets » en respectant des règles d’une grande clarté.
Deux à trois séances de musculation, relativement courtes, chaque semaine, en y ajoutant un travail complet permettant le rééquilibrage constant de l’organisme… suffisent pour des résultats exceptionnels, paraissant « magiques » à celui qui ignore tout ou presque de la Cybernétique.

Cette science est très peu connue du grand public comme de nombreux spécialistes, car elle est autant subversive que techniquement utile, donc peu enseignée, ou seulement de manière superficielle. Elle ne valide les systèmes de dominance en place que pour mieux les vider de leurs raisons de se perpétuer et proposer de quoi les dépasser. Elle donne les voies d’accès à davantage de liberté et de possibilités d’être mieux, de se construire dans le respect de soi et des autres, et de durer.

Cette science est oubliée, décriée, ou abordée superficiellement par le milieu traditionnel de la musculation, qui n’est pas en mesure de se refonder sur sa base, compte tenu de ses valeurs parfaitement conformes, parfaitement en accord avec le système de dominance en place, dont il est une forme très visible. Le fantasme du « Mâle Alpha » est une icône en musculation traditionnelle, il est revendiqué sans complexe.

Idéologie du combat contre soi, les autres, le monde… Idéologie du sacrifice. Idéologie de l’oubli de soi au profit de la réussite économique principalement. Le culte de la performance au-dessus de tout, au détriment du respect de soi, des autres, du monde. Il s’agit de s’utiliser, de se ponctionner, de s’auto-détruire, pour être un dominant, un mâle Alpha.

On sent les balbutiements d’une approche cybernétique/systémique dans les prises de position éthiques vegan ou végétariennes, prônées par des bodybuilders manifestant par ailleurs tous les signes d’une obsession de la dominance (dont le dopage).
Une obsession de la dominance, une surexcitation narcissique qu’aucun raisonnement de fond sur leurs propres motivations ne vient tempérer.
Un positionnement éthique en matière alimentaire qui ne parvient pas à cacher cette scission entre « MOI » et les autres, qui se veut encore cartésienne, dualiste où, comme le dit Paul Watzlawick, l’individu se décrit malgré lui comme regardant le reste du monde depuis l’orifice d’une serrure.

Le combat pour les « valeurs », l’éthique vegan ou végétarienne, éthique de la « non-possession », de la « non-brutalité », est encore tributaire d’une idéologie de la possession, inconsciente d’elle-même.
Comment peut-on vouloir ne plus posséder le vivant, quand on est inféodé à une idéologie de la possession de soi, du monde, des autres (Descartes)? Une idéologie ultra-individualiste, de l’affirmation de soi aux dépens de ses semblables… Ce fond idéologique est très souvent visible dans les attitudes des prosélytes sur le net.
C’est dans cette attitude paradoxale que « quelque chose » essaie d’émerger.

Un immense pas en avant peut être fait, pour davantage d’éthique, à tous niveaux, qu’ils soient, englobants ou strictement individuels, grâce à la Cybernétique. Nous, pratiquants de la Méthode Lafay ainsi que son auteur, plaidons pour une approche écosystémique de soi, des autres, du monde.

« La cybernétique permet de poser correctement un problème : qui fait quoi, comment, pourquoi? Elle permet d’établir des modèles matériels et conceptuels et de contrôler leur fonctionnement. Elle oblige à mettre à jour les régulations, à ne pas confondre, effecteur, facteurs, effets, rétroaction.
Elle oblige à rechercher le plus grand nombre de ceux-ci dans un système et à sortir de la causalité linéaire et des trois principes d’Aristote sur lesquels nous vivons encore.
Et surtout, elle oblige à mettre en évidence les niveaux d’organisation, et l’intervention des servomécanismes. Elle conduira à l’étude des systèmes, ouverts ou fermés. »

« Cette éducation structuraliste n’a nullement pour but d’automatiser les cerveaux vierges, mais au contraire de les ouvrir au monde qui les entoure et à celui qui vit en eux.
Dans l’infinie complexité des choses, des êtres, des concepts, dans la forêt de l’inconscient, le bruit des pulsions, la barrière des interdits, le guide implacable des automatismes, elle apportera un certain ordre et une certaine clarté.

Elle permettra ainsi d’agir en homme et non en chimpanzé bavard. »

« Elle ébranle toutes les valeurs, des plus évidentes aux plus discutables. Elle remet tout en cause inlassablement. Elle pousse à la révolte contre les préjugés, les concepts éculés, les vérités premières, les  »essences », les certitudes admirables […]. »

Citations d’Henri Laborit, référence fondamentale ayant servi à la construction de la Méthode Lafay.
Médecin, chirurgien, neurobiologiste, éthologue, chercheur, cybernéticien, systémicien.

°
°
Les réactions de nombreux pratiquants de musculation traditionnelle à l’article « Détruire le TOUT pour satisfaire des parties » sont davantage des jugements de valeur, des insultes et affirmations péremptoires que des propos argumentés réfléchissant au fond.
L’article en lui-même n’a pas été l’objet d’une contre-argumentation pas à pas.
On retrouve dans leurs propos les comportements stéréotypés du chimpanzé, en recherche de dominance, ou souhaitant la protéger, un chimpanzé devenant bavard.

Mais l’Homme, celui qui se sert de sa zone orbito-frontale pour analyser et discuter un texte, est absent…

°
°
°

Cybermuscu
Entraînement Stratégique
Croître et durer.
Méthode Lafay

Détruire le TOUT pour satisfaire des parties.

Certains vont se dire : « mais quel est le rapport avec la musculation? »

Par contre, ceux qui ont déjà bien avancé dans la lecture des mes livres et de mes articles vont assez vite comprendre où je veux en venir.

Il y a un rapport, et nous le verrons très bientôt. Une fois que vous aurez lu les quinze lignes suivantes, nous passerons ensemble de l’aspect social au rapport de l’individu avec son corps, lorsqu’il pratique la musculation.

Cette image est explicite en tant que métaphore du fonctionnement social. Lorsque chacun ne pense qu’à construire SA barque, il participe activement à la destruction de ce qui le porte, le fait avancer et le protège des dangers de la vie.

On peut penser que vouloir construire sa barque à tout prix est légitime. Et tant pis pour les autres ! Et tant pis pour le TOUT ! L’individu passerait avant le collectif. Mais, si l’on y regarde de plus près, combien sauront terminer leur barque avant que le grand bateau (le TOUT) ne coule? Les autres, les plus lents, les moins doués, les malchanceux… couleront avec ce grand navire collectif.

Barque

C’est vraiment une course contre le collectif, une guerre de tous contre tous… Le plus rapide et le plus impitoyable pourra obtenir les meilleurs éléments pour construire SA barque et s’en aller, laissant beaucoup d’autres « concurrents » sur le carreau.
La question de savoir si ce vainqueur saurait survivre longtemps dans une mer déchaînée, à bord de sa petite barque n’est pas pensée… Cette petite barque, qu’il voit comme un grand navire, car il pense en être le seul architecte, et qu’il ne voit guère plus loin qu’elle, est-elle assez solide pour naviguer dans un tel environnement? Peut-on vivre vraiment seul? La partie peut-elle vraiment exister en prenant la dominance sur le TOUT?
Dans certains cas, peut-être…

Venons-en au corps, à la musculation.
Ce qui vaut au niveau de l’ensemble social vaut au niveau strictement individuel. Et cela, la Cybernétique l’explique très bien. Les ouvrages de Norbert Wiener ou Henri Laborit (par exemple) expliquent de manière très scientifique que chaque organisme humain est un ensemble d’éléments en interaction et s’autorégulant. Tout comme une société…

Dans le cas de la société, les individus, les marchandises et les infrastructures sont des éléments ayant établi entre eux de nombreux types de relations. La société est un TOUT, une sorte d’être vivant, qui cherche son équilibre, qui se régénère et cherche à durer.
Mais, malgré les efforts portés vers l’autorégulation, certains éléments peuvent prendre trop de pouvoir et porter atteinte au TOUT, en se portant finalement atteinte à eux-mêmes. Mais cela, ils l’ignorent, ou le perçoivent vaguement, car les luttes pour la dominance sont activées et entretenues de manière inconsciente.

L’individu est constitué d’un ensemble de relations, qui lient atomes, molécules, cellules, organes, jusqu’à former un TOUT. Cet ensemble s’autorégule; il cherche son équilibre, il cherche à se régénérer et à durer. Mais ses « choix » pour durer à court terme, lorsqu’ils sont mal éclairés, sont susceptibles de porter atteinte à son équilibre, à son plaisir de vivre et à sa longévité.

Lorsque l’on décide de faire de la musculation sous l’angle « No Pain No Gain », lorsque l’on décide de faire du muscle « à tout prix », en entrant en compétition avec soi-même, en se forçant pour toujours progresser, en étant même prêt à faire du muscle dans la douleur, on joue un intérêt particulier contre notre intérêt global.
On détruit l’ensemble pour construire certaines parties : le muscle visible, la performance circonscrite à ces muscles.

Cela se traduit par de la fatigue, des douleurs, des blessures, et même divers handicaps, à court, moyen ou long terme. Et, pour persister dans cette logique, on consomme de nombreux suppléments censés aider la récupération et le développement. Et la tentation du dopage peut se faire entendre assez vite, puisque c’est un outil de récupération permettant de continuer plus longtemps sur la voie du « No Pain No Gain », de gagner du muscle malgré tout ce qu’on s’inflige.

C’est possible d’en arriver là lorsqu’on est imprégné de l’idéologie sociale de la performance et donc de l’idée qu’il faut faire des sacrifices pour « réussir ». Il faut savoir SE sacrifier pour réussir, nous dit-on depuis l’enfance.
C’est possible quand on a appris à ne guère se soucier du TOUT, de l’ensemble. C’est possible quand on connaît très mal cet ensemble que nous sommes, quand on connaît très mal le fonctionnement cybernétique de l’organisme humain (de l’individu).

La question de la finalité de l’ensemble, de ce qui est réellement important pour un fonctionnement heureux et durable du système-individu est évacuée. Elle n’est pas traitée car bien souvent inconnue. Ce ne semble pas être un sujet majeur de préoccupation, enseigné dès l’enfance à chacun.
On met l’accent sur l’acquisition d’un savoir-faire, sans se poser la question de sa légitimité, sans chercher à savoir si le but qu’on cherche à atteindre, celui vers lequel le formatage social dirige notre regard… est le bon.
Bref, on met l’accent sur le savoir-faire, en oubliant le « savoir-quoi ».

« la presse exalte le »savoir-faire » américain depuis que nous avons eu le malheur de découvrir la bombe atomique. Il y a pourtant une qualité plus importante que celle-là et beaucoup plus rare aux Etats-Unis. C’est le »savoir-quoi » grâce auquel nous déterminons non seulement les moyens d’atteindre nos buts, mais aussi ce que doivent être nos buts. »

« J’ai dit que l’homme moderne, et particulièrement l’américain, quelque »savoir-faire » qu’il puisse avoir, est dénué de »savoir-quoi ». Il acceptera l’habileté supérieure des décisions prises par la machine sans trop s’inquiéter des motifs et principes qui les fondent. »

(Afin d’envisager toute la portée de cette citation, il nous suffit de remplacer « machine » par « institution »)

Ces citations de Norbert Wiener, le père de la Cybernétique, datent de 1955 et sont extraites de son ouvrage « Cybernétique et société ». Depuis, le mode de vie américain a envahi le monde, et le culte de l’efficacité, sans discussion des motivations et des buts, est implanté partout.

Dans ces propos de Norbert Wiener, on comprend la nécessité des réflexions téléologiques et épistémologiques, ces réflexions qui ont permis l’élaboration de la Méthode Lafay. Ces réflexions qui interrogent nos buts et les conditionnements qui les ont fabriqués.

Exemples concrets.
Les quatre citations suivantes, provenant de deux personnalités du monde de la musculation « classique » témoignent de l’intensité du problème. Lorsque l’accent est entièrement mis sur un savoir-faire qui ne se questionne pas, un savoir-faire détaché de tout « savoir-quoi ». Lorsque le but est vécu comme monolithique, inébranlable, alors la douleur et la blessure sont considérées comme « normales », le « revers de la médaille », les compagnons de route inévitables et irréductibles de tout pratiquant de musculation sérieusement investi.

« En moyenne , j’ai par jours 5 demandes de renseignement et d’aide sur des blessures …, la muscu comme tout autres activités pratiqué intensément augmente les risque de blessures …c’est la vie , et rien faire c’est dangereux aussi… »

« En même temps, ca permet de se reposer, de varier les routines. C’est l’avantage des blessures. »

Citations de Frédéric Delavier, auteur d’ouvrages sur la mécanique humaine liée à la musculation. Il est présenté comme spécialiste de biomécanique. On pourrait penser que les connaissances qu’il délivre sont censées permettre une pratique saine de la musculation, limitant les risques. Ses propos montrent que ce n’est pas le cas. La blessure est présentée comme un « avantage »…

Fredericdelavier

« L entrainement, c est la guerre ! On veut du muscle ou on en veut pas. »

« On peut dire que la force athlétique détruit, mais le bodybuilding, c’est pareil. Au début, je pouvais forcer sur tous les exercices, sur tous les muscles, sans aucun problème. Mais maintenant, c’est terminé, il faut que je fasse des choix. Si je force partout, je m’arrache de partout.
D’ailleurs, c’est comme cela que je me suis légèrement déchiré le biceps il y a quelques mois, ce qui m’a fait “lâcher” pendant six semaines l’entraînement du dos et des biceps. On ne se rend pas compte tant que l’on ne force pas “vraiment” que tous les muscles travaillent à chaque entraînement, et donc que l’on ne peut pas tout faire “à fond”. Je ne peux plus tout faire “à fond” sans risque de finir vite fait à l’hôpital ! »

Citations de Rudy Coia, coach administrant le site « Superphysique », site d’information sur la pratique de la musculation, et grand promoteur et vendeur de suppléments. Ces substances vendues sous des noms très séduisants et censées permettre une meilleure récupération; et faciliter la (re)construction musculaire.

Rudycoia

Ce qui laisse à penser que :
– soit les suppléments qu’il vend sont inefficaces car ne lui permettant pas de mieux récupérer et donc d’éviter les douleurs et blessures;
– soit les suppléments sont efficaces et l’état dans lequel il est renseigne sur la violence de ce qu’il s’inflige régulièrement à l’entraînement. Si les suppléments limitent effectivement la « casse », dans quel état serait-il s’il n’en prenait pas?

Sources :
Citation 1 : https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=872976079407474&id=257461797625575&__mref=message
Citation 2 : http://www.superphysique.org/articles/441 ?
Citation 3 : Twitter de Rudy Coia le 1 octobre 2013 (https://twitter.com/RudyCoia/media)
Citation 4 : http://www.superphysique.org/articles/419

En conclusion, et afin d’amener le lecteur à réfléchir à la question du « savoir-quoi », de ce qui détermine ses buts et les moyens de les atteindre, voici deux citations qui donnent du grain à moudre :

« Ah ! misère !… Écoutez les mortels mettre en cause les dieux ! C’est de nous, disent-ils, que leur viennent les maux, quand eux, en vérité, par leur propre sottise, aggravent les malheurs assignés par le sort. »
(Homère, L’Odyssée)

« Pour le constructiviste, la vie est un jeu à somme non nulle : les joueurs gagnent tous, ou perdent tous. La condition sine qua non de toute vie sociale n’est pas la compétition mais la coopération. Mais le prix d’une telle conception du monde, c’est qu’il faut remplacer la notion d’objectivité par celle de responsabilité. »
( Lynn Segal )

Je laisserai le lecteur faire le lien entre « responsabilité » et « savoir-quoi ».

Entraînement Stratégique, guerre facile

MickaelRoux

 

Je propose de remplacer la maxime « Entraînement difficile, guerre facile » par celle-ci : « Entraînement Stratégique, guerre facile ».

J’en entends déjà certains s’exclamer : « qu’est-ce que c’est encore que ces conneries ! Il va encore nous pomper l’air avec son entraînement où on aurait soi-disant du muscle sans rien foutre ! »

Ou encore : « de toute façon, on n’a rien sans rien ! Si c’est pour nous faire croire qu’on peut être opérationnel en se la coulant douce, inutile de lire cet escroc ! »

Ou même : « un, guerrier, ça s’entraîne comme un guerrier ! On doit aller à l’entraînement comme on va sur un champ de bataille. C’est ça qui rend fort. La vie est comme ça, point barre ! »

Et le plus réfléchi des énervés de dire : « il n’y a aucun mérite à vaincre sans combattre. Où est donc la gloire, la valeur de la victoire, si on n’en a pas chié avant, pendant, et même après (faut bien vivre avec ses blessures) ? »

Je comprends ces réactions, qui sont si spontanées qu’on sent bien que les conceptions défendues font partie de notre culture.
Aussi, j’invite chacun à lire la suite et à se faire son avis.

Avant tout, je tiens à dire que la maxime « Entraînement difficile, guerre facile » est vraie… sous un certain angle. La vérité qu’elle contient s’est en quelque sorte prouvée sur divers théâtres d’opérations.
Lorsque l’on oublie que notre regard, notre conception de l’action, sont façonnés par nos conditionnements culturels, on a le sentiment que cette maxime se vérifie régulièrement. On voit ce qu’on a appris à voir et on a tendance à vouloir prouver ce qu’on nous a appris.
Et on entend dire : « on a bien fait d’en baver pour se préparer, car cela n’a pas été de la tarte, mais on a réussi. »

Effectivement, un organisme maltraité s’endurcit. Il peut devenir plus fort à court et moyen terme, il résiste à la douleur pendant un temps donné. Un organisme constamment sous tension sera aussi sous tension sur le « terrain »; il sera plus vigilant. Un organisme régulièrement stressé agit en organisme stressé, c’est-à-dire accaparé par sa survie dans le cadre qui lui est imposé.

Mais sa vigilance est lié à une surtension qui l’use. Sa combativité, née du stress régulier qu’on lui impose, l’use. Il s’endurcit, oui, mais au détriment de sa santé, de sa longévité et de son recul en situation de stress. Il est comme le rat dans la cage décrit par Henri Laborit ici :https://youtu.be/8ubYKgXU5ms

On peut bien sûr s’adapter à de forts stress. La réussite de l’espèce humaine est directement liée à notre très grande capacité d’adaptation.
Mais, en tant qu’individu, il faut mettre dans la balance ce qu’on gagne en s’adaptant et ce qu’on perd.

L’intérêt de l’espèce humaine n’est pas forcément celui de l’individu. De même, un groupe humain peut perdurer en sacrifiant certains des individus qui le composent, voire parfois une forte proportion de ces individus. Et l’idée d’un entraînement difficile repose sur cette conception du sacrifice du « guerrier »… à tous niveaux.

Mais, si on met l’accent sur ce qui singularise l’espèce humaine, sa zone orbito-frontale développée, son intelligence, on peut aussi imaginer la survie du groupe ET l’épanouissement de l’individu. Ou au moins la sauvegarde, autant que possible, de son intégrité physique et mentale.

Un organisme au mieux de sa forme, dont on aura préservé le système nerveux, sera finalement plus résistant, plus affuté, et sa vigilance sera élargie car il aura la possibilité d’avoir davantage de recul.

Ajouter du stress au stress fragilise. Alors que préserver, voir augmenter la complexité de l’organisme le rendra plus solide et plus subtil. Son potentiel énergétique et combatif pourra être libéré au bon moment, ce capital n’ayant été diminué en aucune façon par des manoeuves antérieures usantes.
Et il aura des réserves lui permettant de résister efficacement à un stress  »légitime », et un système immunitaire solide.

Si vous avez pu développer vos aptitudes stratégiques à l’entraînement, celles-ci seront présentes sur le terrain (quel qu’il soit).
Si l’entraînement vous apprend à être posé, à ne pas user inutilement votre énergie, à construire, avancer, progresser, et vaincre avec peu d’efforts, voire sans combattre, alors cette habitude agira en vous comme un conditionnement global et sera donc transférable à d’autres activités.

« Qui peut le plus peut le moins »
Un stratège peut être subtil dans son approche de l’action, ou  »bourrin  », en fonction de ses besoins.

L’inverse n’est pas vrai : un  »bourrin » ne saurait être stratège, ne saurait être subtil.

Braslevés

Les conditions favorables au maintien de la santé (vidéo).

Se muscler et durer….

Se muscler pour durer.

Une vidéo pour TOUS.

Dans cet exposé très simple, très facile à comprendre, vous avez l’amorce principale d’un chemin tracé vers et par la Méthode Lafay.

Il faut voir cette vidéo comme :
– un résumé de savoirs et réflexions essentiels ayant conditionné l’élaboration de la Méthode Lafay;
– une introduction au Tome 2;
– et aussi une introduction à la Cybernétique. Avec un langage simple.

Ce qui devrait permettre à tous ceux qui n’aiment pas la Méthode Lafay, et veulent croire que mon travail n’a pas de valeur, de s’instruire un petit peu :)

Henri Laborit : médecin, chirurgien, chercheur, biologiste, éthologue, cybernéticien, ses apports en médecine ont été fondamentaux et il est à l’origine d’une analyse très subversive de l’individu et de ses rapports avec ses semblables. Tant que l’on continuera de l’ignorer, justement à cause de cette subversion, l’humain passera à côté de lui-même. Avec Henri Laborit, on peut voir la santé et la musculation autrement.