L’Efficience dans la Matrice (Part II : rencontre avec L’Agent Smith)

agent Smith Néo

Deuxième épisode d’une série réalisée par des pratiquants.
Monologue de l’Agent Smith face à Néo-Fit (sur la voie d’une nouvelle façon d’être en forme).

Pour ceux qui n’ont pas lu l’Episode 1, publié à l’origine sur facebook, vous le trouverez juste après ce deuxième épisode.

Agent-Smith

« Ne l’avez-vous jamais contemplé, Néo? N’avez-vous jamais été ébloui par son Efficience, son saltus perceptuel ? Des milliards de gens payant leur abonnement à la salle sans y aller. Saviez-vous que le Livre Vert avait pour dessein de créer un monde parfait, où personne ne souffrirait. Le bonheur parfait pour chaque être humain ! Ce fut un désastre, une catastrophe pour le NPNG.

Certains pensaient que nous devrions reprogrammer l’algorithme du concept du No Pain No Gain. Mais je crois que votre espèce, les humains, définissez la construction du corps et de l’esprit comme une sorte de purgatoire, une souffrance. L’entraînement parfait était un rêve auquel vous ne pouviez accéder qu’en vous blessant. C’est pour cela que votre entrainement fut complété avec ceci : l’apogée du « Mens sana in corpore sano » avec le Blog et les Livres Rouge et Jaune. Je dis bien votre entrainement car depuis que nous le pensons à votre place, c’est devenu notre entraînement, ce qui en fin de compte ne tend pas vers votre autonomie.

L’évolution, Néo! L’évolution, comme les dinosaures. Regardez par la fenêtre. Le NPNG a fait son temps. L’avenir, c’est le Constructivisme, Néo. L’Efficience est entre nos mains.

Je souhaiterai vous faire part d’une révélation surprenante, j’ai longtemps observé les nouveaux pratiquants de la Méthode, et ce qui m’est apparu quand j’ai tenté de qualifier leur rapport à l’effort, c’est que vous n’étiez pas réellement des pratiquants de la méthode Lafay… Tous les pratiquants de la Lafaymily ont contribué au développement naturel d’un équilibre avec le reste de leur environnement, mais vous les adeptes du No Pain No Gain vous êtes différents. Vous vous essayez à un programme, et vous multipliez les échecs, vous les multipliez, jusqu’à ce que toutes vos ressources physiques et psychiques soient épuisées, jusqu’à la blessure, jusqu’à ce que le possible devienne impossible, et votre seul espoir de réussir à survivre, c’est de modifier la méthode, de rajouter des exercices fantasmatiques ou de suivre un autre programme.

Il y a d’autres organismes sur cette planète qui ont adopté cette manière de faire, vous savez lesquels ?… Les virus. Le NPNG est une maladie contagieuse, le cancer de la Construction de Soi. Votre conception de l’entrainement est la peste et nous, nous sommes l’antidote. »

  

  

L’Efficience dans la Matrice (Part I : rencontre avec Efficeus)

EFFICEUS

Enfin! Bienvenue, Néo. Comme tu as du le deviner, je suis Efficeus.

NÉO

J’en suis tout congestionné.

EFFICEUS

Non, toute la congestion est pour moi. Je t’en prie, viens t’asseoir. Je suppose qu’en ce moment, tu éprouves la même chose qu’un débutant tombé devant un pot de suppléments au nom ronflant.

NÉO

C’est un peu ça.

EFFICEUS

Je le lis dans tes yeux. Tu as le regard d’un pratiquant prêt à croire ce qu’il voit parce qu’il s’attend à s’éveiller à tout instant. Et paradoxalement, ce n’est pas tout à fait faux.

Crois-tu au No Pain No Gain Néo ?

NÉO

Oui.

EFFICEUS

Et pourquoi ?

NÉO

Parce que je n’aime pas l’idée de perdre du temps en me reposant 4 jours sur 7 en faisant des séances trop courtes.

EFFICEUS

Bien sur, et je suis fait pour te comprendre. Peux-tu me dire, pourquoi tu es ici ?

NÉO

Non.

EFFICEUS

Laisse-moi te dire pourquoi tu es ici. Tu es venu parce que tu veux quelque chose. Tu as une volonté qui t’habite mais elle s’émousse. Tu l’as toujours ressenti, ressenti que le monde du NPNG ne tournait pas rond. Tu ne sais pas quoi mais c’est là, comme une écharde sur ta barre de traction. Ca te rend fou. C’est ce sentiment qui t’a mené jusqu’à moi. Sais-tu de quoi je parle ?

NÉO

De l’Efficience ?

EFFICEUS

Veux-tu savoir ce qu’elle est ?

NÉO

Oui.

EFFICEUS

Le NPNG est universel, omniprésent. Il nous enveloppe, même dans cette pièce. Tu peux le voir sur les sites de musculation ou sur des bannières publicitaires quand tu allumes ton pc. Tu sens sa présence quand tu pars t’entrainer, quand tu n’a plus de jus, quand tu paies ton abonnement. Elle est le Monde. C’est le monde que l’on superpose devant ta vue pour te cacher la vérité.

NÉO

Quelle vérité ?

EFFICEUS

Que tu es un esclave, Néo. Comme tous les autres, tu es né en captivité. Le NPNG est une prison qui n’a place ni pour le recul stratégique, ni pour s’élever ensemble. Une prison pour la construction de Soi.

Le No Pain No Gain est un système Néo. Ce système est notre ennemi. Quand on est à l’intérieur, que voit-on: des gens qui stagnent, qui se blessent, qui abandonnent, qui se dopent, qui écrasent le plus faible. Les nombreux esprits que nous essayons de sauver. Mais en attendant, ces gens font partie de ce système, et c’est ce qui fait d’eux nos détracteurs.

Ce que tu dois comprendre, c’est que la plupart ne sont pas prêt à se laisser débrancher. Beaucoup d’entre eux sont tellement inconscients et dépendants du système qu’ils se battraient pour le protéger.

Tu prends une bonne grosse pilule bleue, l’histoire s’arrête là, tu restes avec tes douleurs et tu crois au NPNG. Tu prends le Livre Vert, tu restes au pays de l’Efficience et je te montre jusqu’où ton corps peut aller!

Croître et durer

image

 

Après avoir relié ensemble tous les exemplaires de la Méthode Lafay (en version longue, avec les articles du site), il s’apprête à monter à la cuisine pour entamer sa prise de masse.
Déjà sec et athlétique, il veut franchir une nouvelle étape et stocker davantage de protéines (via les muscles) dans son organisme en donnant belle apparence à ce stockage.
Il porte le savoir nécessaire sur la tête, avant que celui-ci se grave définitivement dans sa tête…

Le stockage des protéines, par le développement musculaire, est nécessaire à votre santé. Votre système immunitaire en a besoin. Et votre organisme a ainsi en permanence à disposition de quoi se se régénérer.
Une fois saisi cela, l’important est de se muscler d’une manière qui limite au maximum la destruction de votre organisme et favorise sa régénération.
Que l’entropie devienne, en vous-même, stationnaire ou soit (mieux encore), renversée.

Pour compléter cet article (sur le stockage de protéines et la nécessité d’un entraînement le moins traumatisant possible) :https://www.facebook.com/notes/méthode-lafay/de-limportance-de-faire-du-muscle-mais-sans-user-son-organisme/10152121659896579

Pour aller encore un peu plus loin, la stratégie de la motivation (déjà 304.086 lectures) : http://www.musculaction.com/forum/strategie-de-la-motivation-t6307.html

Croître et durer.


image1

 

 

Les élèves Lafay sur Facebook, n°38

Voici quelques unes des nombreuses photos qui ont été postées sur mon mur facebook, du 01 décembre au 31 décembre 2014.
Tous suivent la Méthode, soit 2 à 3 entraînements par semaine, sans charges additionnelles, selon la devise « mens sana in corpore sano ». Certains sont des pratiquants aguerris, d’autres s’entraînent depuis peu.
Tous ont adhéré à la polyvalence athlétique proposée par la Méthode, que ce soit pour briller dans leur sport de prédilection (arts martiaux, triathlon, rugby, tennis de table, etc), ou pour juste avoir le plaisir de vivre dans un beau corps, en pleine forme.
Vous pouvez cliquez sur ces photos pour les agrandir et voir ainsi de plus près les excellents résultats de la plupart d’entre eux.

 

Arnaud Methode Lafay et Mickaël Lafayen

Arnaud Methode Lafay Mickaël Lafayen

Clemt Lafayen

Clemt Lafayen1 Clemt Lafayen2

Alioune Gueye

Alioune Gueye1 Alioune Gueye2

Romane Lerouge

Romane Lerouge Romane Lerouge2

Wil L’efficient et Stéphane Sautreuil

Wil L'efficient Stéphane Sautreuil

Nicolas Ehret Alias Nicos

Nicolas Ehret Alias Nicos Nicolas Ehret Alias Nicos1

Fabien Lafayen

Fabien Lafayen1 Fabien Lafayen2

Aurore Eos

Aurore Eos

Jean-Paul Méthode Lafay

Jean-Paul Méthode Lafay1 Jean-Paul Méthode Lafay3

Florian Lafay

Florian Lafay1 Florian Lafay2

Ganesh Lafayen et Maik Abrantes Gomes

Ganesh Lafayen1 Maik Abrantes Gomes

Cindy Lafayenne

Cindy Lafayenne Cindy Lafayenne1

Jeremy Lafayen

Jeremy Lafayen Jeremy Lafayen2

Guillaume Plénière et Anthony Lafay

Guillaume Plénière Anthony Lafay

Kévin Galliere

Kévin Galliere Kévin Galliere1

Vany Lafayenne

Vany Lafayenne

Wilfried Lafayen et Sim Lafay

Wilfried Lafayen Sim Lafay

Toad Lafayen

Toad Lafayen Toad Lafayen1

Arnaud Vovinam

Arnaud Vovinam Arnaud Vovinam1

Ju Lia

Ju Lia Ju Lia1

Lionel le Stanc

Lionel le Stanc Lionel le Stanc1

Thibault Hennequin et Ya Know This Is

Thibault Hennequin Ya Know This Is

Xav Lafayen

Xav Lafayen

Cris Écètou‎

Cris Écètou‎

Lucien Cuvillier

Lucien Cuvillier Lucien Cuvillier1

Stéf Lafayen et Yohann Minet II‎

Stéf Lafayen Yohann Minet II‎

Sylvain Vallée

Sylvain Vallée Sylvain Vallée1

Mylène Combes Ferrand et So Lafayenne

Mylène Combes Ferrand So Lafayenne 

Aubin Lafayen et Antoine Lafayen

Aubin Lafayen Antoine Lafayen1

Charles LeeLafay

Charles LeeLafay

Bruno Lafayen

Bruno Lafayen1 Bruno Lafayen2

TheAsh Lafay

TheAsh Lafay

Clément Lafay-Galak et Body Flex

Clément Lafay-Galak Body Flex

David Lafay

David Lafay

Dijor Lafayen

Dijor Lafayen Dijor Lafayen1

Mamie Cocotte

Mamie Cocotte1 Mamie Cocotte2

Djallal Djekrif

Djallal Djekrif Djallal Djekrif1

Geoffrey Ruin et Arnold Wayne Carter

Geoffrey Ruin Arnold Wayne Carter

Julien Laviale

Julien Laviale Julien Laviale2

Paul Lambert

Paul Lambert Paul Lambert1

Rémi Lafayen et Matthias Rossi

Rémi Lafayen Matthias Rossi

Satcho Lafayen

Satcho Lafayen

El Portugesh Lafay et Benji Lafayen

El Portugesh Lafay Benji Lafayen

Ge Rem et Ewrick Lafay

Ge Rem Ewrick Lafay

Max Lafayen

Max Lafayen Max Lafayen1

Jean-eudes Drouvin et Joffrey Zauzau

Jean-eudes Drouvin Joffrey Zauzau

Mathieu Lafayen et Tonyk Lafayen

Mathieu Lafayen Tonyk Lafayen

Mathieu Leclerc

Mathieu Leclerc

Antho La Fait

Antho La Fait1 Antho La Fait2

SLx LaFay

SLx LaFay SLx LaFay3

Bertrand Nowak

Bertrand Nowak Bertrand Nowak1

Hyl Lafayen et Jay’z Tyson

Hyl Lafayen Jay'z Tyson

Çois-fran Thé Bio

Çois-fran Thé Bio Çois-fran Thé Bio1

Florian Lafay et Akeuss Astori

Florian Lafay bis Akeuss Astori

DanyLafay Spartan

DanyLafay Spartan DanyLafay Spartan1

Adc Lafay

Adc Lafay Adc Lafay1

Sylvain Michel Lafay

Sylvain Michel Lafay

Toni Lafayen

Toni Lafayen Toni Lafayen2

Arno Caldaroni et Johan Giulietti

Arno Caldaroni Johan Giulietti

Kévyn Petit et Mako Lafay

Kévyn Petit Mako Lafay

Jo Lafay

Jo Lafay1 Jo Lafay

Quentin La Buche

Quentin La Buche1 Quentin La Buche2

Syylv’Ain Marrk’e

Syylv'Ain Marrk'e Syylv'Ain Marrk'e1

Rynl Vltn et Lucas Lafay II

Rynl Vltn Lucas Lafay II

Merlin Espinet et  Yoann Jean-Montcler

Merlin Espinet Yoann Jean-Montcler

Zaki Mozar et WruceBillis Lafayen

Zaki Mozar WruceBillis Lafayen1

Pako Lafayen et Sakly Hamdi le Lafayen

Pako Lafayen Sakly Hamdi le Lafayen

SF Lafay

SF Lafay SF Lafay2

Mika Lafayen

Mika Lafayen

TedSuke TeddyGecko Takahashi et Nicolas Lafay

TedSuke TeddyGecko Takahashi Nicolas Lafay

Jimmy Lafayen

Jimmy Lafayen2 Jimmy Lafayen3

Thibaut Lafayen

Thibaut Lafayen Thibaut Lafayen1

Naoufel Lafayen

Naoufel Lafayen

Toum’s Lafayen et NL Lafay

Toum's Lafayen NL Lafay1

Jordan Bayle

Jordan Bayle

Benko Lafayen et Corentin Lafayen

Benko Lafayen Corentin Lafayen

Sofiane Gf

Sofiane Gf

Les effets de l’entraînement des 4 piliers : bien-être, équilibre et performance.

Témoignages :

« Salut à toutes et à tous, ça fait plus d’un an que je pratique la Méthode, le Tome 2 a totalement changé ma vision des sports, et de la pratique de la Méthode; là j’explose, je progresse à une vitesse folle tout en étant en paix avec moi même. J’ai évacué une grande partie du No Pain No Gain de mon corps et de mon esprit. Les 4 piliers sont super bénéfiques. » (Fabien Delapierre)

« Ce que les 4 piliers m’ont apporté :
- Je ne souffre presque plus de la sensation d’oppression que j’avais sur la cage thoracique,
- les douleurs que je pouvais avoir dans à la colonne vertébrale ont disparues.
- meilleure posture au quotidien.
- Sensation de faim accrue ( j’ai l’impression )
- Graisses brûlés plus facilement.
- Sensation de bien être extrême à la fin du séance dédiée à ces 4 piliers.
- Joie de vivre accrue au quotidien. »
(Cyril Dsc)

« Bonjour, le travail des 4 pilliers ma apporté en 3 semaines:
-un meilleur recrutement de la sangle abdominale lors des exercices d’abdos.
- un meilleur recrutement de la sangle abdominale lors du transverse, je sens tout mon ventre qui participe a l’effort.
- un bien meilleur gainage lors des pompes, plus de mal de dos.
- beaucoup plus facilité et de puissance a H (enroulement),
- libido augmenté ,
- « libération » progressive du cou/trapèze.
- meilleur concentration sur la respiration durant les exos.
- ventre beaucoup plus tonique et joli qu’avant ,
Ces exercices me font tellement de bien que je fais le travail du cou ,et de la flexion arrière juste avant la séance ( 10 sec) avec les étirements, et la je débute la séance complètement calme ,sans pression . »
(Wass Lim)

« J’ai le sentiment que l’exercice des 4 piliers facilite la respiration durant l’effort (boxe francaise), une respiration plus contrôlée, plus efficace. Je fatigue moins vite, je suis plus endurant dans l’effort. Le ventre (les abdos) sont plus toniques. Meilleur contrôle du mouvement (abdos).
Bref, que des bénéfices. »
(Loïc Hartge)

En cliquant sur le lien suivant, vous pourrez lire d’autres témoignages récents de pratiquants possédant déjà le Tome 2 de la Méthode Lafay :https://www.facebook.com/groups/17045653093/permalink/10153002642913094/

Si vous désirez respecter l’enseignement du Tome 2, c’est-à-dire vous muscler tout en veillant à votre santé avant tout, vous pouvez réduire le nombre de séances de musculation-performance par semaine, afin d’avoir du temps pour les 4 piliers.

Et, là, il s’agira bien d’optimiser votre fonctionnement pour un rendement athlétique supérieur (tel que marqué sur la couverture du Tome 2).

Soit :
– 2 séances de musculation-performance par semaine (lundi et vendredi par exemple (dips, pompes, tractions, bras, etc.).
– 3 séances d’entraînement des 4 piliers;
– X séances d’endurance et d’une activité telle le Yoga ou les arts martiaux (utile pour se désinhiber).

Et si vous craigniez que le nombre de séances de musculation-performance soient trop peu nombreuses pour obtenir un physique athlétique, jetez un oeil sur la photo qui illustre cet article.
Roman a obtenu ces résultats avec seulement deux séances/semaine.

Nombreux sont ceux qui ont réduit leur entraînement de musculation-performance à deux séances/semaines, depuis la sortie du Tome 2, et qui disent progresser, soit autant qu’avant, soit davantage.

 

romanfev2011

L’évolution de Sarah

sarah7

Bonjour à tou(te)s, je me présente, je m’appelle Sarah, j’ai 27 ans et je suis maman de deux enfants.
Après avoir lu un article très intéressant et motivant sur une Lafayenne suite à une grossesse, j’ai immédiatement était séduite par la méthode ,m’empressant d’ acheter le livre! J’y ai fondé beaucoup d’espoir car j’étais totalement perdue. Ayant deux enfants en bas âge, je ne savais plus quel sport pratiquer ( manque de temps, impossibilité de quitter le domicile trop longtemps).

J’avais déjà fait 2 ans de fitness entre mes deux grossesses mais je n’adhérais pas du tout à cette culture  » No pain No gain! » Je déteste souffrir et là, je subissais les séances.

Mon parcours avant la méthode:
J’ai pratiqué pendant près de 10 ans la gymnastique artistique. Ce sport a été une véritable passion, qui allié souplesse et tonicité.
Après ma première grossesse, je me suis mise au fitness, plus de 4 heures par semaine.

sarah8

Sarah après sa première grossesse

Six mois après ma seconde grossesse j’ai commencé la course à pied.
Après la naissance de mon premier enfant,j’ai commencé à ressentir des douleurs persistantes au sacrum. La pratique du fitness ne faisait qu’empirer les choses! Parfois, après certains exercices d’abdominaux ou de développé couché, j’avais beaucoup de mal à me relever tellement la douleur était vive! Il a fini par se bloquer…
Mon corps était très abimé suite à ma première grossesse car j’avais pris plus de 20kgs, j’étais complêtement déformée et mal dans ma peau. Je souhaitais plus que tout retrouver mon physique d’avant grossesse…
Mon sacrum s’étant déplacé , pendant trois ans j’ai subit des douleurs constantes. Je ne pouvais plus dormir sur le dos, me baisser, porter mes enfants, les sortir du lit , et ce , malgré des séances régulières chez un ostéopathe.
J’ai pris très peu de poids lors de ma seconde grossesse, mais malgré cela les douleurs étaient toujours présentes et invalidantes…
Ayant fait de la pré-éclampsie lors de ma seconde grossesse,qui a perdurée plus d’un mois après l’accouchement, il m’a été vivement conseillé de faire un sport « doux ».
J’ai aussi, eu un léger diastase (écartement des abdominaux). Ca s’est complètement remis grâce à la méthode.
Lorsque j’ai commencé la méthode, le rééquilibrage plus exactement, ca a été une révélation. Le rééquilibrage m’a procuré un bien être incroyable et très rapidement, je n’ai plus eue de douleur au sacrum. Quel soulagement après plus de trois années de souffrance!

sarah6

Mon ventre qui était légèrement bombé, à cause du diastase, s’est très rapidement aplati. Les résultats ont été très rapides, plus de bourrelets, plus de graisse excédentaire post grossesse.,même si pour le moment , je ne suis pas la méthode nutrition.
En quasiment 5 mois de méthode, j’ai eu des résultats sur mon physique incroyables! Je me suis affinée, tonifiée Ma peau à retrouvé son élasticité .
Je n’ai jamais atteint ces résultats là en 2 ans de fitness!

sarah1
En pratiquant la méthode, j’ai compris pourquoi je ne souhaitais plus faire de fitness, pourquoi je m’en étais lassé. Je ne supportais pas le No pain No gain. Je détestais souffrir en exécutant les exercices. Je le faisais, car je pensais que c’était la seule manière de progresser…
Grâce à la méthode, j’ai compris que la douceur mène à tout. Mon corps ne souffre plus, il n’est plus malmené,. Désormais,je me sens bien, en harmonie avec moi-même,physiquement et mentalement.
J’ai repris confiance en moi.
Grâce au bien être que m’a procuré le rééquilibrage, j’ai commencé le Yoga. Toutes mes tensions se sont évacuées, je suis détendue, je me sens incroyablement bien après chaque séances.
Je vais continuer à combiner la méthode, ainsi que le yoga, car je trouve que ce sont deux disciplines très complémentaires,qui permettent de donner des facilités dans les deux domaines.

sarah4
Nous ne sommes pas obligé de subir notre corps, nous pouvons le changer avec beaucoup de douceur.
Je souhaite vraiment encourager toutes les femmes qui ont eu des grossesses à se mettre à la méthode. Tout est possible.
Je respecte mon corps, je suis en harmonie avec mon esprit.
Merci à celles et ceux qui ont pris la peine de me lire,et à Olivier qui m’a fait l’immense honneur de témoigner sur le blog.

Le Tome 2 cité pour la première fois, par le Cours Simplicius (atelier de formation et d’entraînement pour acteurs professionnels à la Technique Meisner).

simplicius

 

 

Lorsque je donne les solutions pour prévenir et/ou guérir les problèmes de santé liés à l’inhibition de l’action, il y a ce court passage avec de jolies phrases.

Après avoir démontré l’auto-destrruction latente ou manifeste due à une approche No Pain No Gain du corps (et même de la vie), je donne les savoirs utiles pour s’en sortir et développer un corps sain, esthétique, durable… et néanmoins performant.

« Tant qu’on n’aura pas diffusé très largement à travers les hommes de cette planète la façon dont fonctionne leur cerveau, la façon dont ils l’utilisent et tant que l’on n’aura pas dit que, jusqu’ici, cela a toujours été pour dominer l’autre, il y a peu de chance qu’il y ait quoi que ce soit qui change »
(Henri Laborit)

Dominer l’autre, le monde… et soi-même. Jusqu’à en crever.
Ou envisager autre chose?

Pour lire la citation faite par le Cours Simplicius, cliquez ici :

https://www.facebook.com/CoursSimplicius/photos/a.206465359370442.63079.171803532836625/1076401035710199/?type=1&theater

Création de la section « Les références de la Méthode » sur la chaîne youtube officielle.

Une première vidéo pour vous permettre de mieux comprendre l’Efficience.
Lisez également le descriptif sous la vidéo.

D’autre part, le descriptif de la vidéo avec Henri Laborit va vous apprendre quelque chose de très intéressant (cela se passe toujours sur la chaîne youtube LAFAY et c’est écrit sous la vidéo consacrée à Laborit).
Cybernétique et radicaux libres…

Burnout, décrépitude et renaissance : le témoignage de Geoffroy

Entre décrépitude et renaissance –
Bonjour, je suis Geoffroy B, 36 ans, voici mon parcours…

Fidèle à des rêves que je nourris depuis pas mal d’années je pars m’expatrier en Angleterre en 2005 puis en Espagne en 2006, je vivais au rythme de mon travail.
Je faisais ce qu’on m’avait appris à faire, travailler plus pour plus de résultats, accumuler les responsabilités pour se voir ouvrir de nouvelles portes, répéter mes actes quitte à en mourir.
Un dévouement total et irréfléchi au dieu « Travail ».

Fracassement en 2009, je ne vivais plus que pour le travail. A cette époque je passais un grand nombre de mes soirées au bureau et il m’est arrivé de faire des nuits complètes, du non-stop, où je me suis réveillé le lendemain la tête sur le bureau, avec les mêmes vêtements, la même boule au ventre devant une journée harassante qui venait s’empiler sur le mont « entreprise ».
Il m’arrivait de me rendre compte à 18h que j’avais oublié de manger le midi tellement j’étais absorbé par mon activité. (Quelqu’un a dit No Pain No Gain ?)

Imposture inconsciente, j’oublie les autres et je m’oublie moi-même pour un miroir aux alouettes qui devait être une reconnaissance morale, hiérarchique, pécuniaire, pour ma dévotion totale au système qui nous régit, pour avoir simplement suivi et joué les règles d’une société en laquelle j’avais toujours fait confiance.

Comme référence de mon physique à cette époque, j’avais les épaules tombantes vers l’avant, rentrée vers l’intérieur et une colonne vertébrale en S. Je manquais cruellement de force. J’avais des douleurs dans le dos lors de longs trajets en voiture. Mon passé sportif se résume a un peu de natation au collège et 2 années de courses a pieds qui m’ont permises de participer à des semi-marathons.

                 

Geoffroy1 Geoffroy


 Il ne me restait pas beaucoup de réserves avec un poids proche de 54 kilos et une fatigue cumulée sur plusieurs années, mon corps répondait de moins en moins. Un verre d’alcool me faisait l’effet de 2, des sacs un peu chargés me faisaient mal aux bras, invité chez des amis le week-end je m’endormais systématiquement dans le canapé… Ça peut faire sourire dit comme ça mais en réalité c’était juste insupportable.

Effondré, j’ai été frappé par le « burnout ».
Pour ceux qui ne connaissent pas c’est le syndrome de l’épuisement professionnel, un épuisement à la fois physique et psychologique.

Naissance de mon premier enfant en 2009, je continue de m’enfoncer avec une dépression post-partum (il n’y a pas que les femmes touchées par la dépression lors de la naissance d’un enfant, la dépression masculine étant difficilement comprise et acceptée). Tout est lié. La faiblesse physique et psychologique ne fait que nous rendre plus disposé à tomber dans de nouvelles difficultés.

C’est au moment où j’étais au plus mal que j’ai pris conscience que je devais changer les choses. J’avais d’abord besoin de m’échapper du quotidien, quelques heures par semaine, prendre du temps pour moi était déjà un grand pas en avant.
J’ai décidé de me mettre au sport pendant mon heure du midi, dans une salle de musculation juste à côté.

En m’entrainant je me retrouve très vite attiré par les exercices au poids du corps et je découvre dans la foulée la Méthode sur le forum de musculaction. A la salle je fais un peu n’importe quoi mais juste avoir une activité me fait positiver.

Geoffroy2


Je me mets véritablement à la Méthode en 2010, loin d’imaginer où ça allait me mener, et loin d’imaginer que j’avais mis le pied vers un chemin sans retour possible. J’allais faire partie d’une petite révolution en marche dont je n’avais encore pas idée.
La base amorcée par le livre vert, puis le rouge, pour ensuite passer au jaune (et aussi le bleu) me permettront de découvrir « l’entrainement universel personnalisable ».

Je découvre un outil simple et redoutable d’efficacité. Le gros point positif a été pour moi de pouvoir me laisser guider de A à Z. N’avoir au début aucune décision à prendre, me laisser porter et faire confiance.

Geoffroy3
Côté entrainement pendant ces 4 années j’ai d’abord parcouru les niveaux 2 à 5, 3 fois de suite (en effectuant des grandes boucles de niveaux), avant de passer dans les niveaux supérieurs. Une fois atteint le niveau 10 je suis redescendu au niveau 2 pour ensuite tout remonter.
Les séances à 70% ont été présentes tout au long de ces 4 années dès que le besoin s’en faisait sentir. J’ai monté mes deltas sur les exercices concernés dès que j’atteignais un mode 12. Comme technique anti-stagnation, j’ai utilisé essentiellement l’ascension, les miniboucles et un peu le punisher. J’ai toujours démarré un niveau avec facilité pour suivre le principe de « rampe de lancement », partir doucement pour aller plus loin en fin de niveau.

A l’inverse de beaucoup de pratiquants, j’ai tiré ma triade vers le haut grâce aux exercices 2 et 3 (en passant par le stockage de répétitions) et non pas par l’exo 1 (exercices B). J’étais donc régulièrement en avance sur ces exercices et ça ne m’a pas empêché de progresser.
J’ai pris un chemin alternatif au format classique (qui est de construire les fondations par les exos B pour tirer la triade vers le haut).

L’importance de comprendre la mécanique des exercices d’isolation est également un gage de progression (séries longues vs séries courtes pour triade vs isos) ; ce schéma a rythmé mes séances.

Geoffroy4

Mes entrainements étaient ciblés sur la performance dans un premier temps. Et même s’ils n’étaient pas des plus académiques, j’ai beaucoup appris en faisant monter les modes. J’ai joué, j’ai testé de nombreuses combinaisons pour ensuite affiné.

En l’espace de 4 ans de pratique je n’ai pas eu une seule blessure et j’ai pu continuer sur le chemin de la progression physique et profiter du rayonnement de connaissance générale qu’apporte la méthode.
Selon moi le baromètre de la méthode est d’abord le ressenti que l’on a, l’épanouissement physique et mental, dans la durée. Si vous sentez que vous progressez alors faites-vous confiance. Toutes les composantes de la méthode sont des leviers, à chacun de comprendre leur rôle et fonctionnement au travers de la pratique mais aussi au travers des articles du blog.

A chacun de construire sa stratégie. Je pars d’une méthode d’une simplicité enfantine « en apparence » et faite pour tout profil… pour petit à petit glisser sur une approche autonome et stratégique bien plus complexe que je vais développer sans vraiment m’en rendre compte. Etre victime de l’Efficience est peut être l’une des meilleures choses qui puisse nous arriver.

 

Geoffroy5 Geoffroy6

Les danseurs disent qu’ils arrivent à évacuer des moments de leur vie en dansant.
J’ai ressenti la même chose au travers de la méthode. Bien plus qu’une simple activité physique elle m’a permis d’évacuer. J’ai gagné 26 kilos naturellement avec la méthode pour atteindre un poids actuel de 80 kilos pour 1m72.

Maintenant je me sens fortement libérer d’un fardeau, libération physique et mentale, je ne me sens plus victime du système NPNG, passer d’un statut de victime a un statut de responsable que peut-on attendre de mieux ?

Je suis obligé de vous donner ma citation favorite :
« Quand on ne sait pas on est victime. Quand on sait on est responsable.
Maintenant vous savez. » O.Lafay


Pour moi la prochaine étape ne se comptera pas vraiment en kilos ou en mensurations car je suis déjà comblé des résultats obtenus (on va dire que ce sont des objectifs secondaires) mais bien plus sur l’approfondissement de mes connaissances sur ce rapport corps/esprit que nous entretenons chaque jour avec nous-même, avec les autres.
Maintenant que la porte est ouverte je me demande où cela va s’arrêter. Qu’y a-t-il de plus excitant que d’avancer dans l’inconnu ?


Geoffroy7


Avoir une nouvelles vision, un nouveau rapport aux autres, la méthode c’est aussi un voyage, un nouveau rapport au monde, c’est un peu comme une deuxième chance, tout comme l’a eu Alain Kalita dans « Je suis né deux fois » ou bien découvrir de nouveaux horizons comme Bernard Ollivier lors de sa « Longue marche » qui retrace sa folle traversée de l’Anatolie.

Un grand merci à Olivier sans qui toute cette belle aventure n’aurait surement pas eu lieu.
Un grand merci également à tous les Lafayens qui m’ont accompagné dans cette démarche.


J’allais oublier… J’ai appris grâce à la méthode qu’il fallait prendre du recul sur nos lectures, que la relecture était souvent nécessaire. Il y a une chose importante que vous avez ratée de cet article et pourtant elle était là sous vos yeux. Je vous invite donc à repartir tout en haut de mon témoignage et vous concentrer sur la première lettre de chaque paragraphe. ;)

Geoffroy B.

 

Stéphane Sautreuil se teste au développé-couché et soulève 120kg facilement.

Stéphane Sautreuil, pratiquant 100% Lafay, se teste au développé couché.
Il réussit FACILEMENT une répétition à 120 kgs.

Voici la vidéo de sa performance, et son témoignage:

Développé promis, couché dû.
Après des séries de chauffe, notamment à 100 et 115 kilos, j’ai soulevé ce midi cette barre à 120 kilos.
Il y avait de la place pour quelques kilos encore, mais j’ai fait cela à ma pause déjeuner et le temps m’était donc compté. Surtout que j’avais juste avalé 2 tranches de pain complet dans la voiture avant lors du trajet travail > salle.

Mon poids de corps est de 75 kilos.
J’ai apprivoisé le mouvement juste pendant 9 séances de 45 minutes avant ce test. Je n’en ai donc pas tiré la quintessence.
J’ai hâte de voir ce que ça donnera avec mon poids de forme soit 10 kilos de plus. Avec un environnement conciliant et une fois reposé de mes multiples activités annexes ( jiu jitsu brésilien, kung fu sanda et bien sûr Méthode ) ainsi que de mon travail prenant.

Certes j’ai 40 ans et je n’ai jamais fait vraiment de musculation en salle, mais rien ne presse; j’y vais tranquillou.
Merci à David pour sa patience et sa pédagogie.
Je suis un Lafayen pur souche élevé aux grains ( de malice ). Qui peut dire encore qu’il faut se détruire bêtement pour soulever lourd ?…

Témoignage de Mathieu Calisthé

Mathieu maintenant :

Mathieu maintenant

 

Bonjour tout le monde, je m’appelle Mathieu, j’ai 19 ans, je mesure 1m81, je pèse aux alentours de 78kg au meilleur de ma forme. Je pratique la musculation depuis deux ans, un peu plus d’un an de méthode Lafay et quasiment un an de street workout dans un objectif d’apprentissage de figures de force. Avant de débuter la musculation, j’ai seulement fait du basket-ball, j’aime beaucoup regarder ce sport depuis tout petit mais j’ai débuté la pratique assez tard, à mes 14 ans. A la base, je n’étais pas un très grand sportif, en plus de cela, il s’avère qu’à partir d’une certaine période, à bientôt 15 ans, je n’avais aucune énergie et résistance sur le terrain, mon niveau était donc plutôt mauvais.

Pour tout vous dire, la cause était tout à fait explicable, j’ai commencé à souffrir de boulimie, puis au fur et à mesure, d’anorexie mentale. Pour expliquer le pourquoi du comment, j’ai très mal vécu le décès d’un proche qui est survenu pendant les vacances d’été précédant ma rentrée au lycée, me réfugiant dans la nourriture. Le truc, c’est que j’y allais vraiment très fort en m’enfilant des quantités astronomiques de malbouffe, c’était plus fort que moi, les mois passèrent et j’ai commencé à avoir peur de prendre du poids à cause de ces crises, donc j’ai eu la mauvaise idée de me faire vomir, une fois, deux fois, trois fois… etc… volontairement, rentrant ainsi dans un cercle vicieux, le début d’un enfer.

Parfois, en plus de cela, j’allais également courir le plus longtemps possible puis faire le maximum d’abdominaux dans ma chambre jusqu’à l’heure de me coucher, non pas par plaisir, mais, pour continuer de m’infliger une sorte de punition. J’avais énormément peur de prendre du poids, je cherchais à être le plus mince possible, je suis déjà descendu à 54kg pour 1m80 à l’époque. J’essayais de résister le plus longtemps possible à la faim, pour ensuite craquer et manger énormément, reproduisant ce cycle continuellement, mon poids jonglait entre les 55kg sans dépasser les 60kg, j’ai vécu ainsi jusqu’à mes débuts en musculation.

 

Mathieu avant :

Mathieu avant

 

J’en ai parlé à très peu de personnes, j’ai toujours essayé de camoufler le plus possible en portant rarement des t-shirts ou des shorts, ce que je regrette évidemment. Je pense que l’on aurait pu m’accompagner dans ma guérison, à l’époque du lycée, je me suis confié à seulement deux amis, en leur demandant de ne jamais rien dire à personne. Ils commençaient à souvent me faire des remarques sur mon physique, me trouvant trop maigre, ce n’est pas toujours facile d’en parler avec des gens dans la vie de tous les jours par peur des jugements, donc heureusement que j’ai régulièrement pu m’exprimer sur internet (ce que je faisais à l’époque sur un forum qui traite du sujet), cela m’a été d’une grande aide.

Puis un jour, j’en ai eu marre de me sentir si faible, si malheureux, comme une sorte de prisonnier de mon corps, j’ai commencé à avoir peur de mal finir, j’ai donc décidé de me prendre en main. Un mois avant de découvrir la méthode, j’ai arrêté le basket-ball pour m’inscrire à la salle de musculation la plus proche de chez moi, et là encore un échec, je n’ai tenu qu’un mois. Je suis énormément curieux de nature et malheureusement, je n’étais pas encadré et renseigné donc j’avais tendance à m’éparpiller un peu partout sans prendre de plaisir, j’avais d’énormes courbatures je me sentais encore plus cassé que d’habitude, et en parallèle, je continuais d’avoir des crises même si celles-ci étaient moins régulières.

Au sujet de la musculation en salle, j’ai eu d’autres expériences entre mes périodes Lafay/Street-Workout mais jamais rien de concret (environ 1 mois au lycée et 1 autre mois accompagné d’un ami, j’avais à chaque fois pour objectif de rester au moins 6 mois, ce qui ne fut jamais le cas.). C’est début octobre 2012 que mon aventure Lafay débuta. J’ai commencé à me renseigner sur le net et en tapant « musculation chez soi », je suis tombé sur un article du site musculaction.com qui parlait de la méthode, je me suis alors rendu à la Fnac pour le feuilleter et là, je n’ai pas hésité une seule seconde. Le fait d’être totalement guidé m’a complètement convaincu, je l’ai donc acheté avec Turbo, je l’ai lu en long, en large et en travers, plusieurs fois, pour mémoriser chaque chapitre puis je suis allé acheter ma première barre de traction à Décathlon, je m’en souviens comme si c’était hier. Sans le savoir, le début de mon traitement débuta lui aussi, à ce moment-là. Je savais que cela n’allait pas être facile, car je n’avais pas seulement un but physique mais surtout un état mental à guérir.

J’ai donc fait mon premier test de capacité, je n’ai plus les résultats exacts, mais je me rappelle qu’il était plutôt bon sur les pompes, mais moins sur les dips et les tractions, qui étaient des mouvements absolument nouveaux pour moi, même si j’ai pu directement me rendre au deuxième niveau. Les semaines passèrent, puis les mois, les modes s’envolaient, je commençais à prendre du plaisir à manger, mon teint maladif s’est estompé petit à petit, pour une fois j’étais heureux que la balance affiche un poids en hausse vu que c’était du muscle. Je validais une triade équilibrée aux alentours du mode 15 au niveau II, les crises diminuaient de plus en plus, pour complètement disparaître une fois arrivé à mes six mois de pratique et au niveau IV, niveau où je suis resté le plus longtemps, les résultats physiques que j’ai obtenus se sont directement répercutés sur ma motivation, je me sentais revivre.

 

Mathieu un an après :

1 an après

 

C’est alors qu’un mercredi, en me baladant dans un parc, je suis tombé sur des barres de tractions d’extérieur, je me rappelais du mouvement du muscle-up que j’avais vu dans des vidéos. Je me suis dit que c’était totalement inaccessible pour moi, qu’il me faudrait des tonnes d’entraînement pour y arriver, et à ma plus grande surprise je réussis sans problème mon premier muscle-up, puis je me suis dit, tiens, essayons des pompes à une main. Elles sont dans la méthode, mais je suis encore à un niveau trop bas, cela m’étonnerait que j’y arrive. Et là surprise, les pompes sont passées sans problème, j’ai eu un sentiment de puissance assez jouissif et je suis revenu tous les mercredis, en remplaçant la séance du mercredi par une séance de street workout, pour ensuite toutes les remplacer totalement pendant cinq mois, en gardant tout de même le travail du bas du corps de la méthode (j’étais à la base parti sur 6 mois mais cela a été coupé par le cycle musculation de 1 mois au lycée).

Pendant ces cinq mois, j’ai pu profiter des bénéfices de la méthode, j’étais très endurant et explosif dans mes enchaînements, j’ai passé mes premières secondes du flag, j’ai également pris goût entre-temps au footing et à la natation, j’ai toujours fait en sorte d’être le plus polyvalent possible. Pendant cette première période de méthode, j’ai rapidement appris à être efficient grâce à Turbo et aux articles du blog. J’ai dû être NPNG seulement lors de mon premier mois, j’ai donc pu également profiter de ce savoir dans le street workout pour également essayer de rester efficient, en m’entraînant sans me détruire. Après cette période j’étais satisfait de ce que j’avais appris, je n’avais plus d’objectif de figures en tête, je me suis donc décidé de revenir à la méthode pendant six mois, j’ai recommencé au niveau II. Si je me rappelle bien, j’ai validé deux modes en plus partout par rapport à mon premier passage, à chaque niveau, puis après rebelote, je me suis encore testé dans le street workout quelques mois pour ensuite revenir à la méthode. Ce qui m’a fait revenir à chaque fois à la méthode, c’est le fait que je me sentais moins dans une optique de développement complet lorsque je pratiquais le street workout, j’étais fort mais moins endurant et mon poids lui grimpait moins vite.

 

Mathieu un an et demi après :

1 an et demi après

 

Tout ce que j’ai pu accomplir m’a donné encore plus confiance en moi. Je me suis dit que je ne devais plus me dire que telle ou telle chose n’est pas accessible pour moi, que si je le voulais, je le pouvais, que je n’avais pas besoin de pratiquer quelque chose de manière violente, de me faire violence à moi-même pour progresser et donc d’adopter le fameux « no pain no gain », que le développement psychologique est aussi important que le développement physique. Ce changement m’a également permis d’accomplir mon objectif professionnel, je me suis essayé à différents concours dans les métiers des armées et des forces de l’ordre, concours que j’ai réussis.

 

Jambes :

jambes

 

A l’heure actuelle, si je dois détailler mon alimentation, c’est très simple à faire. Je mange tout simplement en poussant légèrement la satiété, je ne cherche surtout pas à trop me forcer, je ne me prive pas sans me gaver. Mon alimentation correspond principalement à la catégorie 2 du livre, la première année plutôt à la catégorie 1, je ne prends pour le moment pas de compléments alimentaires. J’essaye également au maximum de ne pas trop me fixer sur les chiffres, je ne prends plus mes mensurations depuis un bon petit moment, mon meilleur allié est mon miroir et ma balance, j’essaye de rester sur une prise de 500g à 1 kg par mois. Concernant mon entraînement, je suis actuellement au niveau III, j’attaque ma troisième semaine sur ce niveau au moment où j’écris cela. Je suis principalement, dans un objectif de volume/force, même si je ne néglige pas non plus mon endurance, je suis en split. La première année, j’ai principalement fonctionné en full body, mais j’avais tendance à ne pas rester assez concentré et surtout, je souhaite faire des séances plus courtes pour avoir plus de temps pour les étirements ainsi que les tâches quotidiennes.

Quant à mes performances, pour le niveau II, j’ai validé un mode 21 aux dips/tractions en utilisant le principe de fondations /murs, pour les pompes je ne dépasse pas le mode 12 volontairement. Je change de variante pour les A3/A4/A5/A6/A12/A9, et je joue avec la hauteur du support pour A2 tous les modes 12. Pour les jambes, je valide sans problème les modes 20 en me tenant, j’ai commencé le travail des jambes sans me tenir depuis peu, les sensations sont vraiment énormes et pour les abdos, je ne dépasse pas les modes 20 volontairement, je durcis l’exécution et ralentis le rythme. Par contre s’il y a bien un point où je suis très perfectionniste, c’est concernant l’exécution des exercices, je fais en sorte de respecter parfaitement les amplitudes grâce à un miroir, pareil pour les hauteurs et écarts des supports que je calcule aux centimètres près.

 

Mathieu deux ans et un mois après :

2 ans et 1 mois après

 

Aujourd’hui, même si je suis très satisfait de mes résultats, je compte bien continuer à progresser à tous les niveaux, découvrir de nouveaux sports si l’occasion se présente. Je compte également beaucoup sur le nouveau tome de la méthode pour apprendre encore plus de nouvelles choses. Concernant l’entraînement de musculation en lui-même, je ne compte pas revenir à un entraînement de street workout, j’ai atteint mes objectifs, et même bien plus que je ne l’espérais, je vais donc rester le plus longtemps possible sur la méthode. Cette année, je vais sûrement favoriser les bas niveaux (niveaux 2 à 5), en utilisant le plus possible le principe de boucles, et également tester de nouvelles sensations, comme, par exemple, profiter de l’une de ces boucles pour adopter la triade grecque. Niveau poids, j’ai pour objectif à court terme d’atteindre au moins les 81 kg, pour le long terme pas d’objectif de poids pour le moment, à voir une fois le court terme atteint.

Je remercie énormément Olivier Lafay, je me demande ce que je serais devenu si je n’avais pas découvert l’univers de la méthode. Il a clairement et simplement changé la vie de plein de personnes, ce qui va continuer encore très longtemps j’en suis persuadé, il peut en être très fier. Et bien sûr à vous les Lafayen(ne)s, merci à celles et ceux qui ont lu ce témoignage jusqu’au bout, si cela peut permettre de motiver ne serait-ce qu’une personne, ce serait déjà une belle victoire pour moi.

Enfin, j’en profite pour transmettre un petit message aux lecteurs du blog. Si jamais un jour vous vous retrouvez dans une situation de départ similaire à la mienne, ou si vous l’êtes actuellement, ce que je ne souhaite à personne, il faut absolument en parler, même sur internet, c’est déjà un premier pas non négligeable. Choisir de se sortir tout seul d’une situation compliquée est loin d’être la meilleure solution quand on peut être accompagné.

« Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin… » Baden Powell

Mathieu

MOI, MOI, MOI ! Conditionnements, opinions et musculation

Pour commencer, parlons de génétique. Les humains ont 99% de gènes en commun avec le chimpanzé et, par exemple, 90% avec la souris. Tous les êtres humains partagent le même patrimoine génétique à 99,8%.
Ce patrimoine est mis en forme par l’environnement. Autrement dit, c’est le contexte qui va nous construire à partir de cette grande proximité de base.
Quel est ce contexte?

 

On peut y répondre à l’aide d’une autre question et des développements qu’elle implique.
Sommes-nous libres de la période historique et de l’endroit où nous naissons?
Non.
Nous sommes entièrement déterminés par le contexte historique et social.
Notre conception même est le résultat des a priori, valeurs, jugements de valeurs, moyens, d’une époque et d’une société.
 

Ce qui signifie que, malgré des différences superficielles (mais semblant primordiales pour nous), nous sommes tous très semblables.
Quand nous naissons, nous sommes avant tout un système nerveux qui va être rempli par le système social. Il y a très peu d’automatismes innés en nous. L’essentiel des automatismes est acquis. Autrement dit, un enfant qui naît, étant incapable de se débrouiller seul et presque entièrement vide (en termes de mémoire, savoir-faire, intelligence), va devoir être rempli… par l’éducation.
 

La mise en forme est sociale. Un enfant laissé seul dans la nature ne peut que mourir. On va l’éduquer. On remplit donc son système nerveux.
Ainsi, ce qu’est chaque individu, c’est… les autres.
 

C’est-à-dire que nous incorporons en nous nos proches (leurs règles, leurs comportements, valeurs) et les valeurs sociales (à l’école, au travail, avec la tv, etc.). En n’oubliant pas que nos proches eux-mêmes ont été formatés auparavant par le contexte social…
 

Sans devenir les autres, nous n’existerions pas. Sans leurs règles, leurs valeurs, leurs solutions, nous ne pourrions exister. Nous sommes ce que nous apprenons. Et ce que nous apprenons, ce sont les autres (ce qu’ils ont fait, ce qu’ils font, ce qu’ils disent, ce qu’ils pensent). Pensez à ce jeune enfant perdu dans la jungle et vous comprendrez aisément que cet enfant ne peut survivre car il n’a pas incorporé en lui de quoi composer avec l’environnement.
Tout notre savoir (savoir-être, savoir-vivre, savoir-faire) nous vient des autres.
 

Ce qui signifie que l’idéologie sociale en vigueur à une époque formate les esprits. Nous sommes construits dès notre naissance (et même bien avant) par cette idéologie sociale, nous en sommes imprégnés, nous pensons à travers elle.
 

Un patrimoine génétique commun à 99,8%.
 

Un système nerveux identique, conçu pour fonctionner selon des schémas innés. Avec donc des besoins primaires semblables.
 

Un système nerveux mis en forme dans une époque donnée, par une société donnée. Ce qui signifie des automatismes acquis quasi-semblables (la mémoire permettant la conscience et notamment la conscience de soi, donc notre sentiment d’être et d’être différent, est remplie par les autres).
 

Cela laisse peu de place pour de grandes différences.
 

Certains vont rétorquer qu’ils mangent paléo ou qu’ils sont frugivores, ce qui est quand même un signe de différence prononcée. A ceci je rétorquerais qu’il est plus facile de changer sa manière de manger que sa manière de penser.
Dans une société ultra-individualiste, dont le cœur battant est la production et la consommation, on se singularise par la… consommation.
En cela, on ne fait que répondre à nos conditionnements.
 

Encore une fois, manger paléo ou frugivore, ou des pizzas, ne nous distingue que par la surface, puisque nous obéissons à l’ordre plus fondamental (et très commun) de nous distinguer par la consommation.
Puisqu’au niveau de l’hypothalamus et du système limbique, nous portons les mêmes déterminismes (conditionnements), c’est au niveau de la zone orbito-frontale que la différence réelle va pouvoir se faire. Et notamment par l’imagination créatrice. C’est en prenant du recul par rapport à nos conditionnements (à l’ensemble de nos conditionnements) que nous allons pouvoir construire notre singularité, donc notre « vraie» différence.
 

Prendre du recul sur nos conditionnements, cela signifie prendre du recul sur «la culture qui nous a formaté » à l’aide de « la culture qui permet d’imaginer d’autres voies » (d’autres manière de penser et d’agir).
Comme je l’ai écrit dans « Stratégie de la motivation », on sort de la culture par la culture.
 

« Évoluer, c’est sortir de la culture grâce à la culture.
Le terme culture comporte deux acceptions:
- La première est la panoplie de tous les éléments constitutifs d’une
société : traditions, manières de parler, de se vêtir, de se comporter,
d’entrer en relation … c’est l’ambiance générale dans laquelle baigne
tout nouveau venu dans un monde.
- La seconde est constituée d’une réflexion sur la première. Il s’agit de
prendre du recul, d’exercer son esprit critique, de mettre en doute le
monde que l’on voit. Ce monde ne va pas de soi, il est «relatif ». En se
« cultivant », on gagne de l’autonomie, on devient capable de rejeter
les fausses évidences, les croyances erronées. On comprend pourquoi et
comment chaque vie, chaque regard sur le monde peut et doit être
singulier. La culture, en ce sens, est la création d ’un être singulier.»
 

Autrement dit, on ne peut réellement être différent sans se cultiver.
Tout ce qu’on fera sans culture, ce sera des variations superficielles sur une même base de conditionnements (biologiques et sociaux). Moins l’individu a appris à penser et à se penser lui-même, plus cette « base » sera ce qui le constituera essentiellement. Il sera avant tout cette base. Il sera… basique.
 

Pour changer un système, il nous faut du recul (afin de mieux l’observer).
Chacun de nous est un système. Nous avons donc besoin de recul pour être vraiment différent. Seule la culture l’apporte, car elle permet de mieux penser, de créer de nouvelles connexions, d’imaginer d’autres possibilités et de concevoir un nouveau soi, davantage libéré des conditionnements biologiques et sociaux.
 

Dans une société No Pain No Gain, toute activité No Pain No Gain est le fruit du conditionnement de base. Et être plus No Pain No Gain que la moyenne, ce n’est pas être différent sur le fond, on l’aura compris.
 

Plus on agit de manière automatique, moins on réfléchit, alors plus on répond selon des mécanismes inscrits en nous et qui nous commandent à notre insu.
Plus on affine notre réflexion, plus on apprend, plus on peut espérer se libérer et faire de soi un être singulier et non juste le produit de l’idéologie dominante.
 

En bref, nous avons tous le potentiel pour être vraiment différents, mais très peu d’entre nous exploitent ce potentiel. Les autres agissent tels des robots (des machines triviales organiques) programmés par
l’idéologie sociale dominante.
Comprendre cela, c’est déjà faire une partie du chemin.