L’Efficience dans la Matrice (Part II : rencontre avec L’Agent Smith)

agent Smith Néo

Deuxième épisode d’une série réalisée par des pratiquants.
Monologue de l’Agent Smith face à Néo-Fit (sur la voie d’une nouvelle façon d’être en forme).

Pour ceux qui n’ont pas lu l’Episode 1, publié à l’origine sur facebook, vous le trouverez juste après ce deuxième épisode.

Agent-Smith

"Ne l’avez-vous jamais contemplé, Néo? N’avez-vous jamais été ébloui par son Efficience, son saltus perceptuel ? Des milliards de gens payant leur abonnement à la salle sans y aller. Saviez-vous que le Livre Vert avait pour dessein de créer un monde parfait, où personne ne souffrirait. Le bonheur parfait pour chaque être humain ! Ce fut un désastre, une catastrophe pour le NPNG.

Certains pensaient que nous devrions reprogrammer l’algorithme du concept du No Pain No Gain. Mais je crois que votre espèce, les humains, définissez la construction du corps et de l’esprit comme une sorte de purgatoire, une souffrance. L’entraînement parfait était un rêve auquel vous ne pouviez accéder qu’en vous blessant. C’est pour cela que votre entrainement fut complété avec ceci : l’apogée du "Mens sana in corpore sano" avec le Blog et les Livres Rouge et Jaune. Je dis bien votre entrainement car depuis que nous le pensons à votre place, c’est devenu notre entraînement, ce qui en fin de compte ne tend pas vers votre autonomie.

L’évolution, Néo! L’évolution, comme les dinosaures. Regardez par la fenêtre. Le NPNG a fait son temps. L’avenir, c’est le Constructivisme, Néo. L’Efficience est entre nos mains.

Je souhaiterai vous faire part d’une révélation surprenante, j’ai longtemps observé les nouveaux pratiquants de la Méthode, et ce qui m’est apparu quand j’ai tenté de qualifier leur rapport à l’effort, c’est que vous n’étiez pas réellement des pratiquants de la méthode Lafay… Tous les pratiquants de la Lafaymily ont contribué au développement naturel d’un équilibre avec le reste de leur environnement, mais vous les adeptes du No Pain No Gain vous êtes différents. Vous vous essayez à un programme, et vous multipliez les échecs, vous les multipliez, jusqu’à ce que toutes vos ressources physiques et psychiques soient épuisées, jusqu’à la blessure, jusqu’à ce que le possible devienne impossible, et votre seul espoir de réussir à survivre, c’est de modifier la méthode, de rajouter des exercices fantasmatiques ou de suivre un autre programme.

Il y a d’autres organismes sur cette planète qui ont adopté cette manière de faire, vous savez lesquels ?… Les virus. Le NPNG est une maladie contagieuse, le cancer de la Construction de Soi. Votre conception de l’entrainement est la peste et nous, nous sommes l’antidote."

  

  

L’Efficience dans la Matrice (Part I : rencontre avec Efficeus)

EFFICEUS

Enfin! Bienvenue, Néo. Comme tu as du le deviner, je suis Efficeus.

NÉO

J’en suis tout congestionné.

EFFICEUS

Non, toute la congestion est pour moi. Je t’en prie, viens t’asseoir. Je suppose qu’en ce moment, tu éprouves la même chose qu’un débutant tombé devant un pot de suppléments au nom ronflant.

NÉO

C’est un peu ça.

EFFICEUS

Je le lis dans tes yeux. Tu as le regard d’un pratiquant prêt à croire ce qu’il voit parce qu’il s’attend à s’éveiller à tout instant. Et paradoxalement, ce n’est pas tout à fait faux.

Crois-tu au No Pain No Gain Néo ?

NÉO

Oui.

EFFICEUS

Et pourquoi ?

NÉO

Parce que je n’aime pas l’idée de perdre du temps en me reposant 4 jours sur 7 en faisant des séances trop courtes.

EFFICEUS

Bien sur, et je suis fait pour te comprendre. Peux-tu me dire, pourquoi tu es ici ?

NÉO

Non.

EFFICEUS

Laisse-moi te dire pourquoi tu es ici. Tu es venu parce que tu veux quelque chose. Tu as une volonté qui t’habite mais elle s’émousse. Tu l’as toujours ressenti, ressenti que le monde du NPNG ne tournait pas rond. Tu ne sais pas quoi mais c’est là, comme une écharde sur ta barre de traction. Ca te rend fou. C’est ce sentiment qui t’a mené jusqu’à moi. Sais-tu de quoi je parle ?

NÉO

De l’Efficience ?

EFFICEUS

Veux-tu savoir ce qu’elle est ?

NÉO

Oui.

EFFICEUS

Le NPNG est universel, omniprésent. Il nous enveloppe, même dans cette pièce. Tu peux le voir sur les sites de musculation ou sur des bannières publicitaires quand tu allumes ton pc. Tu sens sa présence quand tu pars t’entrainer, quand tu n’a plus de jus, quand tu paies ton abonnement. Elle est le Monde. C’est le monde que l’on superpose devant ta vue pour te cacher la vérité.

NÉO

Quelle vérité ?

EFFICEUS

Que tu es un esclave, Néo. Comme tous les autres, tu es né en captivité. Le NPNG est une prison qui n’a place ni pour le recul stratégique, ni pour s’élever ensemble. Une prison pour la construction de Soi.

Le No Pain No Gain est un système Néo. Ce système est notre ennemi. Quand on est à l’intérieur, que voit-on: des gens qui stagnent, qui se blessent, qui abandonnent, qui se dopent, qui écrasent le plus faible. Les nombreux esprits que nous essayons de sauver. Mais en attendant, ces gens font partie de ce système, et c’est ce qui fait d’eux nos détracteurs.

Ce que tu dois comprendre, c’est que la plupart ne sont pas prêt à se laisser débrancher. Beaucoup d’entre eux sont tellement inconscients et dépendants du système qu’ils se battraient pour le protéger.

Tu prends une bonne grosse pilule bleue, l’histoire s’arrête là, tu restes avec tes douleurs et tu crois au NPNG. Tu prends le Livre Vert, tu restes au pays de l’Efficience et je te montre jusqu’où ton corps peut aller!

Épigénétique et musculation : l’approche novatrice de la Méthode Lafay (Partie 2)

1888735_10152746615716064_1425907415720344327_n

 

L’épigénétique pour les nuls (3 mn pour – presque – tout comprendre).

Joël de Rosnay est une des références scientifiques d’Olivier Lafay, qu’il cite régulièrement.

Dans cette vidéo, Joël de Rosnay nous explique que l’épigénétique est la « modulation de l’expression des gènes » qui se fait en fonction de votre comportement au quotidien et cite 5 facteurs sur lesquels vous pouvez agir concrètement, comme l’alimentation ou l’activité physique, mais aussi les relations.

Olivier Lafay insiste ainsi sur la nécessité de remplacer la compétition (avec soi-même, autrui) par la coopération (avec soi-même, autrui) dans le but de progresser en diminuant largement les agressions faites à l’organisme afin de se développer en douceur.

Avec cette petite vidéo, vous devriez mieux comprendre pourquoi Olivier Lafay insiste sur l’importance d’entretenir de bonnes relations de soi à soi, de soi envers autrui, de soi au monde notamment dans le sport, puisque les deux facteurs (sport, relations) sont totalement liés entre eux, mais aussi dans tous les domaines de la vie.

Quand Olivier Lafay a commencé à développer ces thèmes au travers de nombreux articles, il s’est heurté à de nombreuses résistances de personnes déclarant que parler de sciences humaines, de relations, de systémique, de cybernétique n’avait aucune utilité.

Il recevait même régulièrement l’ordre de cesser de parler de tout cela et de se cantonner à la musculation telle qu’elle était envisagée jusqu’à présent, c’est-à-dire, en résumé : pousser de la fonte et manger.

Cette vision restreinte de la musculation ne tient cependant pas compte des dernières avancées scientifiques notamment dans le domaine de l’épigénétique. C’est ainsi que beaucoup estiment qu’il faut se battre, se faire violence, forcer les choses et surtout ne pas parler de sciences humaines, de relationnel en musculation…

Mais maintenant avec cette petite vidéo, vous comprenez que ne pas se préoccuper de ces sujets, c’est passer à côté de l’essentiel, puisque nous sommes le produit de nos relations.

( http://olivier-lafay.com/2012/12/31/introspection-du-dernier-jour/ )

Je vous laisse imaginer quels athlètes peuvent produire des relations (de soi à soi, de soi aux autres, de soi au monde) violentes et conflictuelles et quels athlètes peuvent produire des relations douces et positives, basées sur la coopération (de soi à soi, de soi aux autres, de soi au monde).

Cultivez l’Efficience sur la nouvelle voie du muscle avec la Méthode Lafay et cultivez vos relations. ;)

(article écrit par Denis Tiquet)

 

[ première partie de l'article ici :

http://olivier-lafay.com/2014/09/25/epigenetique-et-musculation-lapproche-novatrice-de-la-methode-lafay/ ]

 

Épigénétique et musculation : l’approche novatrice de la Méthode Lafay

DSC_0526

 

Article écrit par Denis Tiquet.

 

A qui s’adresse cet article?

A tous ceux qui veulent un peu mieux comprendre la Méthode Lafay (et donc se mettre en condition de progresser mieux, en respectant le principe d’Efficience). A divers reprises, Olivier Lafay s’est montré très pédagogique, en montrant les liens à faire entre musculation et épigénétique (cf le lien plus bas).

A tous ceux qui veulent en savoir un peu plus sur le milieu de la musculation et la façon dont certains cherchent à copier les apports d’Olivier Lafay, sans jamais le citer.

A tous ceux qui veulent copier Olivier Lafay, de nouveau, sans le citer. ‘-)

Ceux qui ne sont pas intéressés de savoir dans quel milieu évolue la Méthode, peuvent passer leur route et lire d’autres articles (témoignages, articles de fonds..) présents sur cette page.

Quel est l’objectif de l’article?

- rappeler qui est le premier à proposer de prendre en compte l’épigénétique dans la musculation

L’objectif n’est PAS de dire qu’Olivier a inventé le terme d’épigénétique, qu’il est le seul à pouvoir l’utiliser, ou qu’il est le découvreur de ce domaine scientifique. ‘-)

Pourquoi est-ce important?

Rappeler qui amène quoi, dans quel contexte, est important. En effet, quand Olivier Lafay réalise un apport, si cet apport est copié superficiellement, sans le citer, cela peut:

- faire croire qu’Olivier Lafay n’a pas amené de nouvelles choses : le but est de décrédibiliser;

- galvauder les concepts : par exemple, le terme d’Efficience a été utilisé dans tous les sens (sauf dans le sens défini par Olivier Lafay) peu après qu’Olivier Lafay ait popularisé le terme en l’utilisant régulièrement, en développant le concept au travers d’articles.

Si on veut que les choses restent claires, il est important que chacun sache qui amène quoi et la signification exacte des termes employés (ce qu’ils veulent dire, ce qu’ils impliquent concrètement en musculation).

 

Musculation et épigénétique :

Déjà il y a quelques années, Olivier Lafay avait mentionné très succinctement l’épigénétique notamment sur son ancien blog.

En juillet de cette année, Olivier Lafay s’est mis à développer un peu plus le sujet sur facebook.

(des échanges passionnants, où Olivier Lafay montre que sa maîtrise du sujet est plus que correcte, se trouvent ici:

https://www.facebook.com/groups/17045653093/permalink/10152535815078094/?comment_id=10152535992493094&offset=200&total_comments=252 )

Très vite, diverses personnes dans le milieu de la musculation se sont mises à mentionner l’épigénétique, que ce soit sur facebook, sur youtube…

Comme pour le terme « efficience », certains veulent copier rapidement, pour éviter qu’Olivier Lafay puisse dire avoir amené cela dans le domaine de la musculation. Ces personnes suivent Olivier Lafay à la trace, car ils savent qu’il a vraiment révolutionné la musculation et que ses apports sont novateurs et déterminants. Ils copient donc pour ne pas se retrouver encore plus loin derrière lui qu’ils ne le sont déjà. Cependant, ces personnes se heurtent à certains obstacles :

- parler sérieusement d’épigénétique les ferait aller sur le terrain d’Olivier Lafay en matière de vision de la musculation. Si vous avez lu les commentaires dans le lien donné (lisez le premier d’Olivier au moins), Olivier Lafay explique que la prise en compte des phénomènes épigénétiques amène logiquement à penser aux relations : relations envers soi, envers les autres, l’environnement.

- pour profiter des effets positifs des phénomènes épigénétiques, il convient donc de rejeter les formes de violences envers soi et les autres et de remplacer la compétition par la coopération.

- autrement dit, il faut basculer du NPNG à l’Efficience, telle que conceptualisée par Olivier Lafay.

- cette vision de la musculation développée par Olivier Lafay est directement soutenue par les dernières découvertes scientifiques en matière d’épigénétique.

- tout développement de « concurrents » en la matière les amènerait forcément à valider les analyses d’Olivier Lafay…

- à l’inverse, ne pas en faire mention ni développer le sujet, c’est démontrer son ignorance de certains sujets (devenus) primordiaux en musculation…

Voilà un choix cornélien pour ceux qui tentent de copier Olivier Lafay sans jamais le citer…

Et si vous voyiez des personnes mentionner l’épigénétique, en parler, mais sans arriver à la validation des analyses d’Olivier Lafay, vous saurez que ces développements sont incomplets et ne vont pas au bout de la logique des choses.

Et pour ceux qui viendraient affirmer qu’Olivier Lafay greffe l’épigénétique sur ce qu’il a déjà fait en découvrant tout juste le domaine, afin de défendre leurs idoles No Pain No Gain, je les invite à réfléchir à ce qui s’est passé avec l’Efficience.

Olivier Lafay a développé sa Méthode autour de ce concept, a développé des articles autour de ce concept, mais sans le nommer. Une fois qu’il l’a nommé publiquement, il a été encore plus loin sur le sujet et personne ne pouvait utiliser le terme sérieusement sans le copier, vu tout ce qui avait été fait avant sur le sujet.

Ici, c’est pareil. ;)

Il y a en effet des liens évidemment très étroits entre cybernétique, systémique et épigénétique.

Les travaux de Heinz Von Foerster, il y a 50 ans, ouvraient déjà la voie de la biologie systémique, venue assez récemment compenser les insuffisances de la biologie moléculaire. Idem pour les travaux de Grégory Bateson, Henri Atlan, Edgar Morin, etc. (toutes les références de la Méthode Lafay). Biologie systémique et épigénétique, très proches, sont les aboutissements actuels de la pensée cybernétique.

Olivier Lafay a ainsi développé beaucoup de choses autour de l’épigénétique, mentionnant à peine le terme parfois, et maintenant qu’il mentionne le terme publiquement en développant un peu plus, toute personne qui voudrait en parler en musculation pour faire pareil, et s’approprier les apports dans le milieu de la musculation, s’exposerait à faire des développements qui sont déjà faits depuis longtemps par Olivier.

Le présent de la musculation est fortement marqué par les concepts développés par Olivier Lafay. Le succès des livres ne se dément pas, bien au contraire : il ne cesse de croître, faisant du tome 1 le plus grand best-seller de musculation jamais publié en France. Pas mal pour un homme qui a été traité d’escroc pendant plusieurs années et est encore régulièrement injurié par ceux-là mêmes qui le copient.

L’avenir de la musculation sera nécessairement façonné par la Méthode Lafay, étant donné que, plus on copie l’auteur, plus on s’en "inspire", plus on est amené à se rapprocher de ses thèses et à les valider.

 

******

******

 

[Tout récemment, Denis Tiquet a eu l'occasion d'échanger avec de nombreux pratiquants choqués de voir que "certains" s'inspirent largement de mon travail en me suivant (réellement) à la trace sur le net. Tout ce que j'écris est lu, enregistré, et parfois copié très très vite.

La copie va même jusqu'au plagiat. Mais je ne suis jamais cité.

Je parle d'un (nouveau) sujet et hop ! le lendemain un acteur du milieu de la musculation aborde ce sujet... qu'il n'avait jamais abordé auparavant, et bien sûr de manière superficielle. Comment pourraient-ils faire mieux avec un sujet qu'ils viennent juste de découvrir?

Je n'ai moi-même pas le temps de suivre à la trace les autres auteurs et personnalités du milieu de la musculation. Je suis bien trop occupé avec le suivi gratuit de mes lecteurs et la rédaction d'articles de fond. Mais je reçois beaucoup de mails et mp qui me tiennent ainsi informés de ce qui se passe dans le milieu de la musculation classique. Denis Tiquet, en tant qu'intervenant très régulier sur mes espaces, est par contre au premier rang pour voir les pratiques des uns et des autres et il discute visiblement beaucoup avec les gens. Il m'a proposé cet article, que j'ai décidé de publier.]

(Olivier Lafay)

Efficience et musculation : quand l’armure tombe (l’avenir des extrémistes conscients)

10593046_10152734502781064_2343555050608645178_n

 

[ci-dessous, le témoignage de Bruce, un pratiquant très musclé et très puissant, capable de grimper aisément 4,5 mètres à la corde avec ses seuls bras, alors qu'il pèse 90 kgs]

 

On pourrait diviser les pratiquants de la Méthode Lafay en trois catégories :

  • ceux qui adoptent cet entraînement parce qu’on leur en a dit du bien (et que les résultats montrés les ont bluffés);
  • ceux qui se sont plongés dans la philosophie de la Méthode et l’ont trouvé convaincante (ils avaient déjà en eux l’a priori qu’une vie de souffrance, une vie dans le No Pain No Gain, est une erreur);
  • ceux qui ont une forte tendance No Pain No Gain et qui veulent « limiter la casse » en adoptant un entraînement plus doux et qui fonctionne quand même très très bien.

C’est de la dernière catégorie dont nous allons parler aujourd’hui. Ce sont des personnes qui ont senti plus ou moins confusément que leur forte tendance No Pain No Gain avait besoin d’être encadrée.

Ceux-là, on pourrait les nommer : « les extrémistes conscients. »

Ils ont du recul par rapport à l’idéologie de la musculation classique, mais ont beaucoup de mal à en sortir.

Ce sont ceux qui se sont auto-limités en pratiquant la musculation « à fond », mais à l’aide d’une structure tournée vers l’Efficience.

Ils pratiquent la Méthode en mode No Pain No Gain, et c’est la Méthode, de par sa structure, ses commandements, qui régule leur tendance auto-destructrice, leur volonté ardente d’un dépassement permanent, quitte à se brûler les ailes.

J’ai écrit « ils pratiquent. » Mais je peux aussi écrire : « ils ont pratiqué. »

Car nombreux sont ceux qui finissent par adopter pleinement l’Efficience, à force de lectures, de remises en question, faisant évoluer peu à peu leur conception d’eux-même, leur… épistémologie.

Dans la tête des extrémistes conscients, « quelque chose » a compris. Ce quelque chose pense, à sa façon, que si l’on est No Pain No Gain dans sa tête, il faut équilibrer avec une pratique la moins No Pain No Gain possible, une pratique qui régule, encadre, la violence qu’on peut être amené à se faire à soi-même.

C’est donc plutôt une intuition qui amène ces personnes à la Méthode Lafay. Puis la pratique et la lecture de mes articles transforme finalement l’intuition en conscience. Et, là, le grand tournant est franchi.

 

Ci-dessous, le témoignage de Bruce, un pratiquant emblématique connu pour ses cuisses fabuleuses de 69 cm de tour (il mesure 1m75).

Vous verrez que l’on peut avoir de gros résultats en pratiquant la Méthode Lafay sous l’angle idéologique du No Pain No Gain. Mais la souffrance est toujours là : on souffre bien moins que si on avait travaillé en suivant un entraînement No Pain No Gain, on se blesse rarement, mais on se vit souvent comme une âme douloureuse dans un corps régulièrement irrité, à vif.

Réguler le No Pain No Gain ne suffit pas. Il faut prendre le chemin de l’Efficience.

Bruce, comme tant d’autres, a été régulé par l’Efficience inscrite en filigrane dans le livre vert, mais il a continué à être "à fond" là où il le pouvait. La découverte, des années plus tard, de l’Efficience, en tant que concept apparent, formalisé, a pu provoquer une révolution en lui (comme chez tant d’autres).

A noter que Bruce dirige une entreprise qui fait vivre 40 familles.

 

TEMOIGNAGE  DE  BRUCE :

« Pour ajouter quelque chose, je dirai que la pratique efficiente de la méthode remet à elle seule en cause notre épistémologie, qu’on le veuille ou non.

Pour donner un exemple concret, je pratique la méthode depuis maintenant huit ans mais seulement depuis un an et demi de façon efficiente.

Auparavant ma vision de la musculation était celle du « No pain no gain ». Depuis que je pratique la musculation de façon efficiente, c’est toute ma vision du monde qui fut bouleversée.

En effet voir son corps changer et progresser alors qu’on ne le maltraite plus, cela dépasse la pratique propre de la musculation et s’étend aux autres domaines de la vie.

Cela a induit chez moi une remise en question totale de ma façon de voir la vie, de me comporter. « Se faire violence » au quotidien devient alors intolérable car on sait qu’il existe une autre voie, moins énergivore et destructrice, pour réussir malgré tout. Nul besoin de se punir ou se torturer pour réussir dans sa vie.

Il faut donc réapprendre à vivre au quotidien, car on se croyait libre et l’on se rend compte que l’on est plus esclave que jamais. Esclave d’une société de compétition qui ne tolère que la réussite aux prix de violents efforts contre soi même.

L’apprentissage est long mais la libération qui en découle vaut tous les efforts. Il en résulte une confiance en soi inaltérable et inconditionnelle. On se surprend parfois à surfer entre les gouttes là ou auparavant on prenait la tempête en pleine poire:-)

Je ne suis qu’au début de mon chemin personnel mais le retour en arrière n’est plus possible après avoir vu les bénéfices de l’Efficience dans sa propre vie. »

 

 cuisses 69cm cuisses bruce

 

Ce témoignage peut être complété par cet excellent travail d’explicitation de l’Efficience, réalisé par Raphaël :

« il y a deux définitions. La définition courante, largement répandue dans le monde de l’entreprise et qu’on retrouve parfois en sport, consiste à minimiser les efforts pour parvenir à un résultat donné. Avec cette définition on peut être efficient pour vaincre encore plus, imposer plus, exploiter, affronter plus longtemps (les autres ou soi-même), gaspiller, et même s’auto-détruire.

La deuxième définition, celle d’Olivier Lafay est une extension (Efficience avec une majuscule) qui apporte un recul sur la finalité recherchée et sur la modalité des relations avec soi et autrui, dans laquelle on va coopérer avec soi et les autres pour construire quelque chose de mieux : un entrainement qui vise à préserver la santé, une pratique respectueuse de l’individu basé sur la coopération avec soi-même plutôt qu’un affrontement, avec un rythme d’entrainement qui épouse le développement naturel du corps plutôt que de prévoir à l’avance des cycles dont la durée est déconnectée de l’évolution du pratiquant.

Un entrainement de cette nature a comme incidence de modifier la façon d’envisager sa vie comme le démontre le parcours de Fabien ou le commentaire de Bruce ici : http://olivier-lafay.com/2014/08/28/la-methode-lafay-et-lepistemologie-selon-bateson/comment-page-1/#comment-1660

Deux articles pour approfondir cette vision :

http://methode.lafay.free.fr/index.php?2012/02/15/610-de-l-efficacite-a-l-efficience-la-nouvelle-voie-du-muscle

http://olivier-lafay.com/2014/04/06/le-grand-gaspillage-permanent-reflexion-sur-la-necessite-dune-musculation-efficiente/

Bien sur il y a forcément des moments ou il va falloir forcer, mais ces phases d’affrontements seront limitées et non perçues comme un affrontement contre son propre corps. L’effort n’est plus qu’un outil stratégique à utiliser au bon moment.

http://olivier-lafay.com/2012/04/04/malentendu-n1/

Cette façon d’envisager la culture physique prend le contre-pied de du paradigme des violences ordinaires dont nous sommes tous imprégnés et selon lequel il faudrait souffrir pour progresser, symbolisé par le slogan "no pain no gain" en musculation.

http://olivier-lafay.com/2012/07/10/no-pain-no-gain-une-phrase-remarquee/ »

Solenne : "je comprends que la médecine ne peut rien pour moi et que la solution est ailleurs!"

Décembre 2012 – Septembre 2014

décembre 2012 - 76kg septembre

 

Je me présente. Je m’appelle Solenne, j’ai 30 ans, je vis en Bourgogne et je suis maman de deux enfants. Enfant, je fais quatre années de danse classique. Adolescente, je pratique le taekwondo pendant plusieurs années que j’abandonne sans vraiment de raison. En 2010, mon petit frère me parle de la Méthode qu’il pratique lui même. Je me décide donc à acheter le fameux livre bleu qu’il m’a tant vanté. Une fois en main, je n’ai pas pris le temps de lire tout le contenu et me suis directement rendue aux pages qui m’intéressaient. Inutile de vous dire que c’était indéniablement voué à l’échec, ce qui à été le cas! (Absence de résultats, fatigue, démoralisation, puis ABANDON!).

Donc je pratique (si on peut appeler ça comme ça) la Méthode Lafay de début 2010 à fin 2012 ainsi que du Karaté Wado Ryu et du Body Karaté que je cesse en même temps que la Méthode!

En septembre 2013, je pèse alors 84 kilos pour 1m67 et de violentes douleurs me clouent au lit puis, en octobre, le diagnostic tombe: fibromyalgie et émergence d’une maladie auto-immune dont on ignore encore le nom. Entre octobre 2013 et janvier 2014, mon état s’aggrave, je perds 24 kilos. Il n’est plus possible pour moi de me lever, je perds ma mobilité, mon autonomie! Les trois mois qui suivent ne sont guère mieux (moins trois kilos), ce qui fait 27 kilos au total avec toutes les conséquences d’une perte aussi brutale (peaux flasque, terne et détendue).

 

Avril 2014

avril 2014(1) Avril 2014

 

Je suis alors suivie en centre anti-douleur, où l’on me prescrit un arsenal d’anesthésiants en tous genres (kétamine, tramadol, laroxyl et j’en passe). Refusant catégoriquement de prendre mon traitement, je comprends que la médecine ne peut rien pour moi et que la solution est ailleurs! Ça devient vraiment urgent, mon poids lui continue à chuter. En février, je décide de reprendre la méthode avec l’espoir de pouvoir me lever. Cette fois, je lis mon livre en entier, bien décidée à suivre les conseils à la lettre. Je me fais violence pour quitter mon lit et entamer le rééquilibrage. Avant chacune de mes séances, j’ai besoin de me motiver à fond, mais j’y parviens. Les jours passent et bizarrement, mon corps est de moins en moins raide, moins rouillé, il me laisse même des moments de répit. Cependant, je suis toujours couchée plusieurs heures par jour et physiquement, c’est une catastrophe.

 

Juillet 2014

juillet14(1) juillet14

 

Je me penche également sur la Méthode de Nutrition et je commence la musculation en avril. Au fil des mois, c’est pour moi le commencement d’une véritable renaissance : mon poids se stabilise enfin, je gagne en souplesse, ma peau se tend, les douleurs se font plus douces. Maintenant, les jours de repos, j’attends avec impatience mes trainings, mon corps se transforme jour après jour, mes muscles se dessinent, je retrouve de la force, je reprends également du poids (plus 6 kilos).

Aujourd’hui, j’ai définitivement quitté mon lit, j’ai changé physiquement et psychologiquement: j’ai retrouvé autonomie, harmonie, souplesse, ligne, musculature et sourire. J’ai appris à être attentive à mon corps, à l’écouter et à ne pas le brusquer (eh oui, la douceur mène à tout!).

 

Septembre 2014

sept14 sept14 (2)

 

Depuis la reprise de la méthode, j’ai bouclé une première fois et je m’apprête à tester les Minis Boucles. Je souhaite maintenant gagner un peu plus en souplesse, continuer à me muscler, surtout au niveau des abdos et tout simplement être bien dans mon corps (un esprit sain dans un corps sain). J’ai également repris le Karaté Wado Ryu en septembre. Grâce à Olivier Lafay et sa méthode ainsi qu’avec le soutien de beaucoup de Lafayens qui se reconnaîtront, aujourd’hui ce n’est plus moi qui m’adapte à la maladie mais c’est la maladie qui s’adapte à moi alors un grand merci à EUX !

 

écart juillet

Avoir 15 ans et comprendre que la douceur mène à tout

Juillet 2013 – 49.5 kg

juillet 2013 juillet 2013 (1)

Bonjour à tous,

Je m’appelle Fabien, j’aurai 16 ans au mois d’octobre, je mesure 1m63 pour 60kg. Je suis actuellement à 1 an de pratique méthode Lafay au niveau 4 mode 13. J’ai commencé la méthode le 06/06/2013. Je pratique la boxe-thaïlandaise et antérieurement 8 ans de foot. Je pratique 2 fois par semaine la boxe et 1 fois par semaine ma passion (les pompiers). Avant la méthode Lafay, j’ai commencé à faire quelques tractions le matin et quelques abdos, car je me suis dit que pour la boxe, il fallait sûrement être "résistant". J’ai beaucoup aimé la boxe, cela m’a permis d’avoir confiance en moi et de savoir me défendre (j’étais tout mince, tout petit, sans force). Cela a permis de m’apporter des "bases" niveau musculature et aussi beaucoup de confiance en moi.

Octobre 2013 – après 3 mois de Méthode : +1.5 kg

octobre 2013

Avant la Méthode, mon état physique était un peu "faible". Certes, je suis nerveux mais le fait d’être "ridicule" (j’entends par là mince, petit, pas imposant, sans force) me décourageait dans mes objectifs. De plus, j’ai reçu beaucoup d’insultes à cause de ma couleur de cheveux. Je n’étais pas respecté, j’étais un peu comme "Caliméro", je ne faisais peur à personne, j’étais en quelque sorte "une victime". Tous ces aléas m’ont en quelque sorte "boosté" et "encouragé" à commencer la Méthode Lafay. Mon cousin m’a fait découvrir cette méthode et j’ai trouvé le concept de cette dernière génial et ingénieux ! Une méthode simple, efficace, au poids du corps, permettant de travailler intelligemment. La méthode requiert très peu de matériel ou quelques objets du quotidien (chaises, meubles, barre de tractions, tréteaux, portes…)

10638042_1541226792764102_1772361709_nLa méthode m’a beaucoup appris et m’a permis de changer au niveau de la nutrition. J’ai notamment appris l’efficience que j’utilise depuis maintenant 3 mois. Au début de la méthode, j’ai commencé comme un bourrin, je suis monté jusqu’au mode 20 et ensuite j’ai changé de niveau et j’ai refait de même jusqu’au niveau 4. J’étais énormément fatigué, je m’épuisais, de plus, je n’avais pas énormément progressé… La méthode m’avait beaucoup lassé, je ne progressais pas, j’avais juste pris 1 à 2 kilo en 3 mois. Pendant cette période, je me suis renseigné sur beaucoup de choses à propos de la nutrition et du fonctionnement de la méthode : c’est là que j’ai appris les mini-boucles et surtout l’efficience « Peu d’efforts, beaucoup d’effets » ! J’ai en quelque sorte perdu plus de 6 mois de méthode car je n’avais pas tout à fait compris le concept de la Méthode. Je ne faisais pas attention à mon alimentation, je me contentais juste de faire la méthode.

L’efficience est un mode d’entraînement inverse au No pain no gain. L’efficience permet de travailler intelligemment, sans "user" son corps, sans s’épuiser jusqu’à ne plus s’en relever. Les personnes utilisant le no pain no gain s’identifient souvent à des spartiates : "Mais enfin ! hurlent-ils en s’égosillant, pour avancer, il faut des coups de pieds au cul ! Il faut se faire mal ! La vie, c’est comme ça !" Alors que l’efficience, c’est carrément l’inverse.

10637632_1541226779430770_192748581_nJ’ai en quelque sorte fait 4 mois de musculation tête baissée en utilisant le concept du no pain no gain, sans regarder la nutrition, 4 mois en faisant de la musculation avec quelques bases sur la nutrition et quelques renseignements et 4 derniers mois en ayant de bonnes bases sur la nutrition (comment faire une prise de masse), sur le fonctionnement de la méthode (efficience, boucles, mini-boucles et variantes d’exos). Depuis quelques temps (3-4 mois), j’ai entamé une prise de masse qui m’a permis d’avoir 5 kilos en plus et quelques cm en plus sans m’épuiser :3 !

Ma prochaine étape serait d’atteindre 65 kilos voir plus pour être beaucoup plus massif, plus endurant avec beaucoup plus de force pour pouvoir entrer dans La Brigade Des Sapeurs Pompiers De Paris. Je cherche à être assez imposant pour ma taille ! Ma vie est nettement plus facile et simple à présent, la méthode m’a permis de manger plus sainement, de voir la vie d’une autre façon. Je me sens mieux mentalement mais aussi physiquement. J’espère pouvoir rentrer dans La Brigade Des Sapeurs Pompiers De Paris grâce à la méthode qui m’a beaucoup aidé, je suis passé de 49 kilos à 60 kilos avec un gain de force assez important, je suis très satisfait du résultat !

10637626_1541226839430764_1166706149_n

Pour conclure, voilà mon évolution au niveau des mensurations :

Bras droit : 28.5cm —> 33cm

Bras gauche : 29.5cm —> 33cm

Épaules : 98cm —> 107cm

Tour de poitrine : 83cm —> 92cm

Cuisse droite : 46cm —> 52cm

Cuisse Gauche : 47cm —> 52cm

Tour de taille : 73cm —> 74cm

Taille : 1,55m —> 1.63m  (j’ai gagné 8 cm en un an, donc ma croissance se passe très bien)

Poids : 49kg —> 60kg

Les mensurations ne sont pas énormes, mais d’ici quelques temps ça va grossir ;) Je remercie tout d’abord Olivier pour cette superbe méthode et aussi les Lafayens qui m’ont beaucoup conseillé. Si vous avez un objectif, une envie de changer, une envie de faire de la musculation, foncez !!! Je vous conseille vivement la Méthode Lafay, elle m’a fait changer ! Si vous commencez la musculation, ne foncez pas la tête baissée, commencez intelligemment, ce serait dommage de faire les mêmes erreurs que moi…

Août 2014 – après 1 an de Méthode

août 2014

Voici une vidéo montrant son évolution sur un an:

Vous pouvez apprendre à vos enfants à montrer leurs biceps

10616093_10152710024516064_6069000597853139420_n

 

Parmi les références qui m’ont permis de construire ma réflexion sur le No Pain No Gain et d’édifier le concept d’Efficience, j’ai régulièrement cité les auteurs suivants :

Alain Ehrenberg, Alice Miller, Pierre Karli, Heinz Von Foerster, Gregory Bateson, Edgar Morin, Henri Atlan, Joël de Rosnay, Paul Watzlawick, François Jullien et Henri Laborit.

Ceux qui suivent mon travail depuis déjà quelques temps n’auront aucun mal à faire le lien entre la citation ci-dessous et mon travail de recherche et d’élaboration.

Les autres, les nouveaux arrivants, devraient s’y retrouver sans trop de peine.

« Avec une conscience lucide de ce que nous sommes, il est tout de même tragique de penser que l’éducation de l’enfant est confiée aux adultes, ne trouvez-vous pas?

C’est la raison du progrès technique évidemment. Mais c’est aussi celle la reproduction millénaire des comportements sociaux les plus primitifs, de l’institutionnalisation de la foire d’empoigne.

Alors, dans cette foire, vous pouvez apprendre à vos enfants à montrer leurs biceps dans une position avantageuse. Cette attitude risque d’impressionner les foules.

Sinon, leur espace gratifiant sera sans doute particulièrement exigu.

Peut-être tenteront-ils de fuir. Mais de quelle façon? Prendront-ils le chemin de la drogue ou de l’alcool, toxique viril comme vous le savez. Celui de la névrose ou de l’agressivité individuelle ou collective?

Avec un peu de chance, il se pourrait que ce soit celui de l’imaginaire créateur. »

(Henri Laborit, neurobiologiste, éthologue, cybernéticien, systémicien)

 

Henri Laborit nous parle de « foire d’empoigne », d’une société où la compétition est exacerbée et permanente. La musculation est utilisée ici de manière symbolique : l’image d’un homme exhibant sa musculature, dans la cohue des intérêts particuliers qui s’affrontent en permanence, est parlante.

Le muscle est une manière visuelle de dire sa force, son pouvoir potentiel, et donc de peut-être pouvoir agrandir son espace vital, ou au moins se protéger des agressions des autres.

Dans notre imaginaire, le muscle nous ramène à une époque pas si lointaine où la force physique déterminait le rang de l’individu dans la hiérarchie sociale. On y croit encore…

Henri Laborit met sur le même plan le développement des muscles et l’exacerbation de la compétition sociale. Dans une société de lutte constante, c’est l’esprit « No Pain No Gain » qui prévaut. Pour survivre, il faut montrer et exercer sa force, savoir souffrir et faire souffrir. Et l’individu est inconsciemment dressé à se positionner frontalement, à forcer (lui-même, les autres, le monde), pour obtenir des satisfactions (des gratifications).

Lorsqu’il cherche à se muscler, pour se donner confiance et satisfaire son narcissisme, il est naturellement amené à pratiquer une musculation conforme à l’esprit de la société, à son fonctionnement : une musculation No Pain No Gain

(cf cet article : http://olivier-lafay.com/2012/07/10/no-pain-no-gain-une-phrase-remarquee/ )

La Méthode Lafay propose une autre voie : la nouvelle voie du muscle

(cf cet article : http://olivier-lafay.com/2012/02/15/de-lefficacite-a-lefficience-la-nouvelle-voie-du-muscle/).

La construction du corps rime alors avec coopération et non avec lutte. Il s’agit d’éviter en soi-même la foire d’empoigne dont parle Laborit; cet apprentissage nous permettant d’envisager autrement la foire d’empoigne « du dehors », et de savoir s’y faufiler plutôt que d’y combattre sans cesse.

Si la musculation No Pain No Gain se fonde sur un imaginaire destructeur (la foire d’empoigne permanente) et auto-destructeur, la musculation efficiente repose sur l’imaginaire créateur dont parle Laborit : elle repose sur l’idée que la construction du corps doit être subordonnée à la construction de soi.

Résultats du Concours Lafay

51 participations

 

Voici les gagnants du concours Lafay (désignés par le vote des pratiquants sur facebook) :

 

1er : Mike Bolivar, qui remporte une rencontre avec Arnaud et Denis (entraînement et repas), un des prochains livres d’Olivier Lafay et un vêtement Lafay Athletics au choix et peut-être une surprise.

 

2ème : Luna Lafayenne et Arnaud Lafay, qui remportent un des prochains livres d’Olivier Lafay, 4 livres au choix dans le catalogue des Editions Amphora et 3 vêtements Lafay Athletics au choix.

 

3ème : NL Lafay, qui remporte un des prochains livres d’Olivier Lafay, 3 livres au choix dans le catalogue des Editions Amphora et 2 vêtements Lafay Athletics au choix.

 

4ème : Aurélien Lafayen et Charles Lee Lafay, qui remportent un des prochains livres d’Olivier Lafay, 2 livres au choix dans le catalogue des Editions Amphora et un vêtement Lafay Athletics au choix.

10552631_655294074584625_1879851864520286896_n

 

5ème : Erwan Stéphan, qui remporte un des prochains livres d’Olivier Lafay, 2 livres au choix dans le catalogue des Editions Amphora et un vêtement Lafay Athletics au choix.

 

6ème : Laura Misslaura et Rudy Namite, qui remportent un des prochains livres d’Olivier Lafay, 2 livres au choix dans le catalogue des Editions Amphora et un vêtement Lafay Athletics au choix.

10399996_10203257358866444_59155863367947571_n

 

7ème : Clément Galak, qui remporte un des prochains livres d’Olivier Lafay et un vêtement Lafay Athletics au choix.

10411161_10204263878743065_1413201163956101276_n

 

8ème : There is nothing here, qui remporte un des prochains livres d’Olivier Lafay et un vêtement Lafay Athletics au choix.

10590460_1610531019173240_1175379286118802355_n

 

9ème : Saliha LI, qui remporte un des prochains livres d’Olivier Lafay et un vêtement Lafay Athletics au choix.

https://www.facebook.com/video.php?v=1454390458151638

 

10ème : Monyannou Lafay, qui remporte un des prochains livres d’Olivier Lafay et un vêtement Lafay Athletics au choix.

10410970_1431855120431811_7725506355845916997_n

 

 

Classement en fonction du nombre de "j’aime" sur Facebook

 

1. Mike Bolivar: 180
2. Luna Lafayenne et Arnaud Lafayen: 159
3. NL Lafay: 116
4. Aurélien Lafayen et Charles LeeLafay: 95
5. Erwan Stéphan: 90
6. Laura Misslaura et Rudy Namite: 81
7. Clément Galak: 78
8. There is nothing here: 72
9. Saliha LI: 69
10. Monyannou Lafay: 62
11. Kamila Dzwoniec: 55
11. Arnaud Lafay: 55
12. Mathieu Seddas: 52
13. L’ours Lafayen: 46
14. T’Challa Moukory: 45
15. Thepandaman Lafay: 40
16. Amaury Reinquin: 38
17. Boris Santer: 37
18. Parker Méthode Lafay: 36
19. Kevin ML: 33
19. Dorian Nairod : 33
20. Nicolas Vinkalis: 32
21. Charles Lee Lafay: 30
22. Mylène Combes Ferrand: 27
23. Valentin Hoarau: 26
24. Kazed Lafay: 24
25. Khaled Klai: 23
25. Zeeman Lafay et Bishop Lafay: 23
26. Dorian Nairod: 21
26. Xela Misch: 21
27. Tristan Lafayen: 20
28. Arnaud Le Berrigaud: 19
29. Sesla Houi: 17
30. Laurent Outang: 16
31. Stanley McBlakers Lafayen: 15
32. Aymeric Jacquin: 14
32. Robin Lafay: 14
33. Ashley Oberson: 12
34. Alex Lafay et Dimitri James: 10
35. David Pk Lafay: 10
35. Ano Nimous: 10
36. Nico Calvet: 9
37. Stéphane Trebosc: 9
38. Christophe Plouviez: 8
38. Jérémy Desgranges: 8
38. Jessica Grondin: 8
39. Sylvain Olivier: 6
40. V4L: 4
41. Raphaël Arditti: 3
42. Jessica Grondin : 2
43. Jessica Grondin : 1

 

Les élèves Lafay sur Facebook, n°34

Voici quelques unes des nombreuses photos qui ont été postées sur mon mur facebook, du 01 août au 31 août 2014.
Tous suivent la Méthode, soit 2 à 3 entraînements par semaine, sans charges additionnelles, selon la devise "mens sana in corpore sano". Certains sont des pratiquants aguerris, d’autres s’entraînent depuis peu.
Tous ont adhéré à la polyvalence athlétique proposée par la Méthode, que ce soit pour briller dans leur sport de prédilection (arts martiaux, triathlon, rugby, tennis de table, etc), ou pour juste avoir le plaisir de vivre dans un beau corps, en pleine forme.
Vous pouvez cliquez sur ces photos pour les agrandir et voir ainsi de plus près les excellents résultats de la plupart d’entre eux.

 

Clemt Lafayen

Clemt Lafayen1 Clemt Lafayen4

Laetitia Duval

Laetitia Duval Laetitia Duval1

Arnaud Methode Lafay et Loris Hoarau Lafayen

Arnaud Methode Lafay Loris Hoarau Lafayen

Mylène Combes Ferrand

Mylène Combes Ferrand Mylène Combes Ferrand1

Imed Pacha AŁi

Imed Pacha AŁi Imed Pacha AŁi1

Clayd Lafay

Clayd Lafay1 Clayd Lafay2

Florian Cotel

Florian Cotel1 Florian Cotel2

Loulou Lafay

Loulou Lafay Loulou Lafay1

Fabien Lafayen

Fabien Lafayen Fabien Lafayen1

Débbie Lafay

Débbie Lafay Débbie Lafay1

Kévin Galliere

Kévin Galliere1 Kévin Galliere2

Isabelle Demouy

Isabelle Demouy Isabelle Demouy1

Loic-body Lafayen

Loic-body Lafayen Loic-body Lafayen1

Cris Écètou

Cris Écètou Cris Écètou1

Max Lafayen Roméo

Max Lafayen Roméo4 Max Lafayen Roméo5

Solenne Lafayenne

Solenne Lafayenne1 Solenne Lafayenne2

Rudy Namite

Rudy Namite Rudy Namite1

Aurore Mds

Aurore Mds Aurore Mds1

Wil L’efficient

Wil L'efficient Wil L'efficient1

Estelle Desforges

Estelle Desforges Estelle Desforges1

Yann Lafayen

Yann Lafayen Yann Lafayen1

Vaness Lafayenne

Vaness Lafayenne Vaness Lafayenne1

Satcho Lafayen

Satcho Lafayen Satcho Lafayen1

Roberta Lafay

Roberta Lafay

Parker Méthode Lafay

Parker Méthode Lafay Parker Méthode Lafay2

Gio Lafay

Gio Lafay Amanda Asimov'

Djé Ferjoux

Djé Ferjoux Djé Ferjoux1

Candice Lafayenne et Flora Peña

Candice Lafayenne Flora Peña

Thibaud Lafayen Str Workout

Thibaud Lafayen Str Workout Thibaud Lafayen Str Workout1

Petite Mowgli Lafayenne

Petite Mowgli Lafayenne.1 Petite Mowgli Lafayenne

Reda Lafayen

Reda Lafayen Reda Lafayen2

Mamie Cocotte

Mamie Cocotte2 Mamie Cocotte3

Pascal Carrère-Gée

Pascal Carrère-Gée1 Pascal Carrère-Gée2

Benjamin Forthias et Falco Lafayen

Benjamin Forthias Falco Lafayen

Kevin Lafay Labaume et Aurélien Lafayen

Kevin Lafay Labaume Aurélien Lafayen

Charles-Henri Pilon et Jordan Bayle

Charles-Henri Pilon Jordan Bayle

Steph Lafayen et Nolwen Léonhart

Steph Lafayen Nolwen Léonhart

Jonas Lafayen et Gaetan Lafayen Burati

Jonas Lafayen Gaetan Lafayen Burati

Mickaël Lafayen et Ronin Lafayen

Mickaël Lafayen Ronin Lafayen5

AL Astori et Elie Lafayen

AL Astori Elie Lafayen

Antoine Lafayen

Antoine Lafayen bis1 Antoine Lafayen bis4

Sim Lafay

Sim Lafay1 Sim Lafay2

Charles Mazure et Malik Methode Lafay

Charles Mazure Malik Methode Lafay

Kainrou Lafayen

Kainrou Lafayen Kainrou Lafayen1

Damien Gomez et Alexis Ferrasse

Damien Gomez Alexis Ferrasse

Végé Lafayen et Stéphane Sautreuil

Végé Lafayen Stéphane Sautreuil

Pasd Alexandre et Salim Hdb

Pasd Alexandre Salim Hdb

Valentin Hoarau et Fayed Anis Saïdane

Valentin Hoarau Fayed Anis Saïdane

Joe Bar Schaeffer et Jérome Nicolas

Joe Bar Schaeffer Jérome Nicolas

Nicolas Ehret Alias Nicos et Clément Lafayen

Nicolas Ehret Alias Nicos Clément Lafayen

Teufoo Methode Lafay et Lucas Giraud

Teufoo Methode Lafay Lucas Giraud

Vlt Vale et Padré Papi

Vlt Vale Padré Papi

Adrien Takeo Fujisawa

Adrien Takeo Fujisawa Adrien Takeo Fujisawa1

Antoine Lafayen

Antoine Lafayen Antoine Lafayen1

Cébloc Cop

Cébloc Cop Cébloc Cop1

DanyLafay Spartan

DanyLafay Spartan DanyLafay Spartan1

Joffrey Zauzau

Joffrey Zauzau1 Joffrey Zauzau2

Lionel le Stanc

Lionel le Stanc Lionel le Stanc1

Ludo Czepaniak

Ludo Czepaniak Ludo Czepaniak1

Martiño Del Frero Pacino

Martiño Del Frero Pacino Martiño Del Frero Pacino2

Maxime Rodrigue

Maxime Rodrigue Maxime Rodrigue1

Pierre Lafayen

Pierre Lafayen1 Pierre Lafayen2

Raphaël Wendel

Raphaël Wendel Raphaël Wendel1

Romain Borges

Romain Borges1 Romain Borges2

Vincent Soavelo

Vincent Soavelo1 Vincent Soavelo2

Valentin Lafayen

Valentin Lafayen Valentin Lafayen1

Taurus Lafayen

Taurus Lafayen2 Taurus Lafayen4

Toni Lafayen

Toni Lafayen Toni Lafayen1

Olivier Guinet

Olivier Guinet1 Olivier Guinet2

Spock Lafayen

Spock Lafayen Spock Lafayen1

Alex Vuorinen et Charles Lafayen

Alex Vuorinen Charles Lafayen

Geoffrey Ruin et Florent Lafayen

Geoffrey Ruin Florent Lafayen

Alexandre Rodriguez et Fifi Lafay

Alexandre Rodriguez Fifi Lafay

Marc Briatte et Mathias Lafayen

Marc Briatte Mathias Lafayen

Huss Patulacci et Kris Lafay

Huss Patulacci Kris Lafay

Sylvain Mercier et Martial Maindrelle

Sylvain Mercier Martial Maindrelle

Baptiste Lafayen et Géant Lafay

Baptiste Lafayen Géant Lafay

Yass Lafayen et Max Oo Van Gogh

Yass Lafayen Max Oo Van Gogh

Abdelmadjid Chadli et Pierrot Lafayen

Abdelmadjid Chadli Pierrot Lafayen

Yohann Minet II et Thomas Lafayen

Yohann Minet II Thomas Lafayen

Seb Lafayen et Samy Ezzahhaf

Seb Lafayen Samy Ezzahhaf2

Sonny Lafay et Khaled Klai

Sonny Lafay Khaled Klai

Bruno Cruaud et Ali Urbain

Bruno Cruaud Ali Urbain

Candice : traiter le processus et non l’évènement

Été 2011 – été 2014

10559208_319349798228848_103632206_n

 

Pratiquante et passionnée de volley-ball pendant une dizaine d’années, j’ai toujours apprécié les pratiques sportives demandant des qualités physiques telles que la puissance, la rapidité et l’endurance. Autant le dire, je n’étais de toute évidence pas le genre de femme à s’intéresser aux sports faisant appel à la grâce et mettant en avant la souplesse du corps. En effet, seule la performance m’importait, peu importe les moyens pour y parvenir. Je n’écoutais plus mes besoins et pratiquais à outrance pour jouir de sensations toujours plus fortes.

C’est avec nostalgie dont je me souviens de « ma déchéance» : un soir, pendant un entraînement trop intense, rupture ligamentaire de la cheville. Malgré la douleur lancinante, comme « droguée » par l’envie de m’entraîner, je me suis relevée pour continuer à jouer, me persuadant de ne rien sentir. Je n’ai bien entendu fait qu’aggraver la blessure. Immobilisée de longues semaines, privée de sport et hyperphagique en parallèle (trouble alimentaire ayant connu ses prémices à l’adolescence), je ne pouvais plus éliminer mes excès, je m’imprégnais de plus en plus de la maladie.

Le constat est amer, j’ai tout simplement doublé mon poids, passant de 70-75 kilos pour 1.75m à presque 140 kilos en l’espace de quelques années. Pour imager mon comportement maladif de l’époque, je peux vous dire que la nourriture était telle une véritable drogue. Chaque matin, je me levais pleine de motivation pour entreprendre un régime, mais au cours de la journée, une force indomptable s’emparait de moi, il fallait que j’assouvisse mes pulsions : papiers et emballages alimentaires en tous genres envahissaient la table, je me calfeutrais dans mon monde, la ligne de conduite étant « mange jusqu’à ce que ton corps n’en puisse plus ». Pendant des années, je me suis levée tous les matins avec une nausée terrible, s’en suivait alors la prise d’un médicament bien connu pour les « brûlures d’estomac », puis, comme si de rien n’était, je recommençais le soir même.

 

Fin 2013 – été 2014

10524380_319351934895301_1004558012_n

 

Imaginez votre pantalon prendre 7 tailles supplémentaires sans jamais avoir le courage de le réaliser. Toutes mes tentatives pour maigrir échouaient sur le long terme, j’étais psychologiquement trop instable et fragile, choisissant toujours les solutions radicales et extrême mettant à mal mon organisme pour m’en sortir : régime trop faible en calories, régime crudivore, jeûne… Visiblement, la nutrition était un domaine que je maniais de manière aussi extrême que ma manière de faire du sport. Cependant, une caractéristique, que je voyais à l’époque comme un lourd fardeau a permis l’élaboration d’une ligne de conduite, certes, « caillouteuse » et semée d’embûches : L’autocritique. Je ne le montrais que très peu et beaucoup s’imaginent qu’une personne obèse est avant tout quelqu’un qui se laisse aller. Me concernant, il n’y a pas un jour où je ne me suis pas passée au crible. Je cherchais les causes de ma maladie, fouillais dans mon passé, je lisais des livres, trouvant des réponses, mais elles demeuraient toujours éphémères. J’ai également investi de l’argent pour suivre les derniers régimes à la mode qui se sont soldés par des échecs.

Un soir, au cours de mes recherches, je découvre par hasard le forum « musculaction ». Je m’inscris, et c’est directement dans la catégorie des «fonteux » que je trouve ma place, sans même y réfléchir. Le lendemain, j’étais inscrite en salle de sport, 800 euros l’année. C’est parti ! Chaque soir, un entraînement de deux heures à pousser non-stop. Je ne pensais plus qu’à cela dans mon quotidien, vivant au travers du forum, aliénée par les fitness bikini aux abdos saillants que je vénérais. D’un point de vu nutritionnel, j’ai vécu une période où le contenant de mon assiette me nourrissait plus que son véritable contenu, me remettant tous les jours en question sur ma manière de manger, certaines idéologies alimentaires en plein essor sur le net ayant eu de fortes influences sur ma personne. J’ai perdu des kilos, mais j’étais exténuée et surtout, malheureuse, puisque je voyais le sport comme une corvée, un moyen pour éliminer les calories et la nutrition, comme un dilemme.

 

Candice maintenant

10565962_319358121561349_1450248997_n

 

Puis, j’ai rencontré certains Lafayens (ennes). C’est à ce moment que je m’initie à la méthode, stupéfaite par certains résultats bien qu’encore sur la retenue. Bien entendu, avec ma philosophie du « Shut up and Squat » ou du «But the mind is more important than the body » ou encore du ( oui, tant de poésie, cela mérite encore une couche !) « you never give up ! », je me surpasse toujours autant et je zappe tous les exercices qui concernent : le rééquilibrage, la respiration, la souplesse, l’intimité. Je n’en voyais aucune utilité, préférant aller droit au but. En prime, je cultivais l’irrégularité dans mes entraînements ! Je souhaitais être active au plus profond de moi-même, la méthode Lafay me donnait les outils nécessaires pour le faire mais j’étais incapable de les saisir et de les manipuler correctement : imaginez un gros tronc d’arbre que l’on souhaiterait tailler en bûches pour l’hiver, en vue de faire ses provisions. Cela demande un certain savoir-faire, il faut planter sa lame de manière efficace, veiller à faire ses découpes intelligemment pour pouvoir les stocker et les utiliser. De mon côté, au lieu d’utiliser l’outil me permettant de faire comme le bûcheron, c’est-à-dire, utiliser un moyen durable et efficace pour travailler, je préférais utiliser celui qui, à première vue, me permettrait d’abattre mon œuvre plus rapidement, peu importe la manière. J’ai remplacé la hache aiguisée du bûcheron par une grosse masse. Hors, taper dans un tronc avec une masse, on n’obtient, au pire, que des morceaux, débris et miettes, qui plus est, on se fatigue, et… pas de provision pour l’hiver ! Entendre par là que ma progression ne pouvait être durable, faute de compréhension.

J’obtenais donc des fluctuations de poids, c’est pourquoi plusieurs années séparent parfois les photos présentes dans cet article. Je me suis donc repositionnée, en analysant, décortiquant et en assimilant de mieux en mieux la méthode, appuyée par quelques Lafayens aguerris qui m’enseignent à voix haute ce que la méthode Lafay me chuchotait déjà subtilement : l’équilibre. Je manquais cruellement d’équilibre psychique et physique. Comment être une personne équilibrée en tentant de vaincre le mal par le mal, une expression si ancrée dans nos sociétés. Alors, comme le dirait Sanguine, une magnifique pratiquante : « il ne faut pas comprendre, il faut perdre connaissance ! ». J’ai perdu connaissance, peu à peu, j’ai cessé de croire que je détenais toutes les clés, la vérité, pour finalement me laisser guider par ce que je lisais dans les livres d’Olivier Lafay.

 

Fin 2013 – été 2014 

10569127_319353511561810_41827416_n

 

Au niveau alimentaire, tout a changé. Quitter les extrêmes eut un véritable effet libérateur, si bien que l’hyperphagie s’est faite de moins en moins forte, jusqu’à me quitter définitivement, là où médecins, psychiatres, chirurgiens ont échoué et clamé que seule la chirurgie bariatrique me viendrait en aide. Une citation d’Olivier Lafay prenait tout son sens : « la douceur mène à tout » et surtout, j’ai compris ce qu’était l’efficience. Chose incroyable pour moi, je m’intéresse désormais aux exercices de souplesse et même au yoga! La féminité et l’équilibre du corps possède aujourd’hui une place de choix dans ma pratique. C’est à ce moment que j’ai connu ma progression la plus efficace et rapide, et surtout, durable.  Physiquement, les résultats ne se sont pas fait attendre puisque j’ai perdu 20 kilos supplémentaires en l’espace de deux mois et ce, sans me malmener. Mes performances augmentent régulièrement grâce aux boucles et mini boucles, il est gratifiant et encourageant de voir comment mes mouvements deviennent de plus en plus fluides et comment je gagne en puissance, ce que je constate dans mes nombreux déplacements à VTT. Les exercices de respiration ventrale ont contribué au développement d’une taille élégante, et, chose très importante, la méthode Lafay m’a permis de conserver l’intégrité de ma peau en quasi-totalité.

Finalement, le fait de ne plus être en opposition avec moi-même est ce qui me permet aujourd’hui d’être régulière et équilibrée. Je n’aurais très probablement jamais atteint mes premiers objectifs si j’avais conservé ma vision initiale du sport et de la nutrition. Je suis beaucoup plus épanouie, ma manière de penser et mon sens critique ont profondément changé. Je souhaite aujourd’hui poursuivre ma perte de poids en visant des courbes arrondies et fermes, et un ventre plat. Je me lance également le défi de devenir plus endurante via la course à pied et surtout, plus souple. Bien entendu, cultiver et développer ce rapport que j’ai découvert avec l’équilibre ainsi qu’avec ma « nouvelle vie » me paraît essentiel.

A tous ceux / celles qui prennent le temps de lire ce témoignage, si je pouvais donner un conseil, c’est de ne pas hésiter à « s’ouvrir », d’arrêter de fouiller dans le passé pour se consacrer au présent et pour construire l’avenir. Egalement, je souhaiterais souligner l’importance du chapitre « introspection » de la méthode de nutrition. Ce passage contient de nombreuses clés et explications, me concernant, il fût bouleversant de vérité. Il est parfois difficile de se sortir de ses croyances souvent très implantées, comme j’ai pu en témoigner, mais comme l’a déjà dit Olivier, « ce sont vos expériences qui apprennent à certains ce qu’il est possible de faire ». J’ai toujours pensé que « la méthode Lafay fait de nous des êtres conscients ». Je remercie de tout mon cœur Olivier Lafay qui sait combien je l’estime, Denis Tiquet pour son aide et ses conseils toujours objectifs et dénués d’intérêts et pour tout ce temps qu’il m’a consacré et Mickaël pour l’enrichissement personnel qu’il m’apporte au quotidien, merci de me faire partager ton expérience.

 

Fin 2013 – début 2014 (perte de 20 kilos en 2 mois!)

10567510_319353818228446_1149862177_n

La Méthode Lafay et l’épistémologie selon Bateson

1609956_10152678108996064_5083573652380635258_n ludo-lafayen

 

D’où vient l’idée d’une méthode de musculation conçue d’après les enseignements de la pensée stratégique chinoise et de la cybernétique?

L’idée vient, en premier lieu, d’un changement épistémologique…

 

L’épistémologie, c’est un domaine d’étude, une discipline qui observe et analyse la manière dont la science se forme. Elle cherche à répondre à la question : "comment connaissons-nous?"

Par extension, on parle de l’épistémologie de quelqu’un quand on expose sa manière de voir, ses conceptions, ses valeurs, conditionnements… Tout ce qui va être à l’origine de ses actes, choix, déclarations.

C’est ce qui conditionne a priori notre idée du vrai.

Ce n’est donc plus l’épistémologie comme domaine d’études, mais l’épistémologie comme "ensemble de nos présupposés".

C’est cela le sens de Gregory Bateson. En citant Siegfried Schmidt dans "la Construction d’un modèle alternatif", je parle de l’épistémologie occidentale.

J’utilise l’expression "programmes culturels" et j’écris :

"Avez-vous déjà songé au fait que, pour chaque « position » que vous prenez au cours de votre vie, il existe nécessairement une « présupposition »?

« Quoi que nous fassions, nous le faisons sous la forme d’une position : nous faisons ceci et pas autre chose. » (Siegfried Schmidt)

Et nous pensons, et nous agissons, toujours sur la base de présuppositions généralement inconscientes. Celles-ci sont constituées de nos expériences passées et de nos apprentissages. A l’arrière-plan de la conscience, rangées dans des cases, se trouvent des informations sur ce que l’on doit ou ne doit pas faire; et comment le faire."

Les programmes culturels (notre épistémologie) déterminent jusqu’à la manière d’aborder la science, les enfermements dans des paradigmes et la manière dont on en sort, en modifiant plus ou moins notre épistémologie.

(cf "la structure des révolutions scientifiques", ouvrage du physicien Thomas Kuhn)

Bateson utilise le mot "Langue" (ou syntaxe) pour dire que notre façon de décrire (parler) repose sur une "épistémologie" qui nous conditionne.

Siegfried Schmidt utilise le terme "discours" ( cf ouvrage intitulé « Histoires et discours »).

L’épistémologie, c’est notre vision du monde. Et bien peu connaissent leur vision du monde, bien peu l’ont exploré. Ce qui amènent les autres à se conformer par les actes et les paroles à une idéologie inscrite profondément en eux (ce qui annule chez eux l’idée de la liberté qu’ils pensent avoir).

Selon Bateson, il s’agit donc, dans tous les cas, des représentations collectives qui sont "sous un discours", fût-il apparemment scientifique.

Autrement dit, il y a un "choix" qui précède nos choix.

Comme le dit Jean-Luc Giribone quand il présente l’épistémologie selon Bateson : "Employant telle langue [...], nous décidons [forcément] que là se trouve le problème, que les éléments qui font problème sont ceux-là, s’appellent ainsi. Ce choix, pour passer généralement inaperçu, est en fait plus décisif que celui de la solution – et, dans bien des cas, comme on le sait, il le détermine sans qu’on veuille le reconnaître. Dans ce cas, l’espace de la recherche se ferme : les solutions données d’avance, s’inversent en faux problème; la pensée se pétrifie en dogmatisme."

Le Constructivisme permet justement cette réflexion sur la (notre) "réalité", qui nous ouvre alors de nouveaux horizons. Avant de nous préoccuper de la solution, nous nous préoccupons de la manière dont nous envisageons, intimement, les problèmes. Nous observons nos présupposés, notre épistémologie.

C’est ainsi qu’a pu germer l’idée de la Méthode Lafay. Et cela explique les perturbations créées chez et par les détracteurs de la Méthode, dont l’idée de ce qui est vrai et faux, leur épistémologie, mise au jour par mes articles, a brutalement vacillé.

Et plus leur idée du "vrai" est chez eux contraignante, plus leur réaction est violente.

Gregory Bateson nous invite à transformer notre épistémologie : à penser et agir en fonction de circuits totaux (cybernétique) et non en fonction d’arcs de circuits, des seuls éléments pris séparément, tels que nous avons été conditionnés à le faire.

(cf son ouvrage « Vers une écologie de l’esprit »)

La Méthode Lafay est le fruit de cette pensée et de cette action fondée sur une épistémologie autre. Elle montre comment transformer notre épistémologie et les bénéfices que cela peut engendrer (en termes de transformation corporelle et de bien-être). Comme le fait Bateson, dans sa foulée, elle invite à penser avec davantage de souplesse. Ou, comme l’écrit François Jullien, elle invite à « décaler sa pensée », car les gains induits sont considérables

Si vous êtes parvenus jusqu’ici, vous devez avoir compris pourquoi j’ai écrit « Si l’on veut passer à un niveau supérieur de raisonnement, d’analyse, alors il faut savoir comprendre que la distinction entre les entraînements n’est pas une question d’outil (haltères, ressorts, poids de corps, etc.), mais de méthode, et donc, à la réflexion, la distinction est avant tout épistémologique (au sens de Gregory Bateson).»

(dans l’article « je n’ai pas une conception religieuse de l’entraînement au poids de corps » : https://www.facebook.com/notes/m%C3%A9thode-lafay/je-nai-pas-une-conception-religieuse-de-lentra%C3%AEnement-au-poids-de-corps/10152736235776579 )