MTC (médecine traditionnelle chinoise) et Méthode Lafay, par Philippe Cottone (Part I)

Présentation (par Olivier Lafay) :

Ceux qui ont bien avancé dans la compréhension de mon travail savent à quel point la pensée chinoise y occupe une place prépondérante.

Après avoir réalisé une analyse des paradoxes et impasses de la musculation classique, qui a développé sa cohérence scientifique et pratique autour de la fameuse maxime « No Pain No Gain », il me fallait élaborer une alternative crédible, conceptuellement pertinente et pourvoyeuse de résultats concrets indiscutables.

Si le constructivisme et tout ce qui le fonde (notamment la cybernétique et la systémique) ont permis de déconstruire la musculation classique tout en donnant les moyens d’élaborer une structure d’entraînement originale, c’est l’esprit stratégique chinois qui a principalement guidé cette élaboration. De la maxime « No Pain No Gain », très occidentale, nous sommes ainsi passés à une autre maxime : « Peu d’efforts, beaucoup d’effets ». Il s’agit d’une logique du contrôle de l’effort où le contournement remplace l’affrontement, où la coopération (avec soi) remplace la compétition (contre soi).

L’esprit stratégique chinois, créateur de stratagèmes, trucs et astuces pour parvenir à « vaincre sans combattre » a pu devenir « méthodique » grâce aux sciences de la complexité (ou sciences d’Ingenium); et le pratiquant peut désormais, lui aussi, vaincre (progresser), sans combattre (sans tension, déperdition énergétique, sans engagement total). Si la douleur était jusque là la voie unique menant à la réussite, on sait désormais, en pratiquant la Méthode Lafay, que la douceur mène à tout.

J’ai voulu élargir cette relation intellectuelle et « méthodique » avec la Chine en vous proposant d’autres éléments de la culture chinoise, et ce grâce aux articles de Philippe Cottone, praticien de MTC (médecine traditionnelle chinoise). A chacun de prendre ou rejeter, s’inspirer et critiquer, mais surtout à chacun de réfléchir, en tentant, une fois de plus à travers les articles de ce blog, de « décaler sa pensée » comme l’écrit si justement le sinologue François Jullien.

Philippe Cottone est Diplomé en Tui-Na, Pharmacopée et Acupuncture de l’Institut Shao Yang. Du point de vue sportif, il est instructeur fédéral (FFKDA) en Taï Jitsu et pratiquant de la Méthode Lafay. Je me souviens que, lors de notre première rencontre, il m’a très rapidement demandé si j’étais l’auteur de la Méthode. Puis, devant ma réponse affirmative, il m’ avoué être pratiquant et avoir même fait l’acquisition de la version féminine pour sa femme.


yingyang

 

Texte de Philippe Cottone :

 

Introduction

 

Les hasards de la vie ont voulu que je rencontre O. LAFAY dans le cadre de ma profession. Suite à nos discussions nous avons trouvé de nombreux points communs à l’approche de nos deux disciplines.

Aussi Olivier a-t-il eu la gentillesse de me demander d’écrire quelques articles créant un lien entre Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC) et Méthode LAFAY.

Je tiens avant tout à l’en remercier.

J’ai donc opté pour un premier article sur le Foie, pour une raison très simple : nous sommes au printemps et c’est la saison associée au Foie.

Débroussaillons le terrain

 

Pour aborder ce sujet je vais avant tout préciser quelques points :

  • Ces articles ne prétendent pas être un cours de Médecine Traditionnelle Chinoise mais proposent simplement une approche de la Méthode par cette vision

  • La médecine traditionnelle chinoise est une médecine ancienne (premières traces écrites autour de 2400 av. JC), il est donc évident qu’elle n’aborde ni le corps, ni les substances médicinales, ni l’alimentation sous leurs aspects physico-chimiques

  • Contrairement à l’approche occidentale qui se veut très analytique, l’approche chinoise est globale, le corps est un tout ; chaque individu est unique et considéré avec son historique, son état présent …

  • Dans cet esprit, toute pathologie ou dérèglement a des incidences à la fois physiques et psychiques

  • Je fais référence aux Organes et Entrailles (Zang Fu), vous noterez que j’emploie des majuscules pour les désigner. C’est pour les distinguer de l’approche physique pure. En effet un nom d’Organe en MTC ne désigne pas l’entité physique mais l’ensemble des fonctions qu’il assume. C’est un peu nébuleux, et cela se comprend, mais tout va s’éclairer par la suite …

  • De même que pour la méthode Lafay, la MTC insiste particulièrement sur l’hygiène de vie qui prend alors un rôle préventif majeur. Cela inclue bien sur l’alimentation mais aussi la respiration. Cet ensemble ayant pour objectif d’atteindre l’harmonie dans le respect du corps

Le Foie en MTC et ses implications sportives


empereur Huang di

Empereur Huang Di 

Au chapitre 8 du Huang Di Nei Jing on peut lire : « Le Foie est un viscère vigoureux, son émotion est la colère, il ressemble à un général vaillant et plein de ressources ».

En MTC le Foie (Gan) est, entre autre, associé au printemps et représente à la fois un renouveau et une phase de forte croissance, il est l’élément Bois. Il est également associé à la couleur verte et à la saveur acide.

Dans le cadre qui nous concerne, le Foie est le maître des Tendons mais surtout il stocke et draine le Sang :

L’une de ses fonctions est de gérer le volume de Sang (Chapitre 62 des « Questions Simples » : « Le Foie stocke le Sang ») circulant dans le corps à chaque instant, on peut le voir comme un réservoir qui se vide ou se rempli selon les besoins de notre corps.

Wang Ping (dynastie Tang) écrivait : « Le Foie Stocke le Sang […] lorsqu’une personne bouge, le Sang va dans les Vaisseaux […] lorsqu’une personne est au repos, il va au Foie »

En d’autre terme lors d’un effort physique ce réservoir va plus ou moins se vider afin d’aller nourrir et humidifier les muscles et les Tendons. C’est lorsque le Sang (envoyé par le Foie) se dirige au bon moment, aux bons endroits, pour nourrir les tissus que celui-ci nous donne de l’énergie.

A la fin de l’effort ce sang réintégrera bien sur le Foie.

On notera ici un lien direct avec l’importance des temps de repos entre les séries et surtout entre les exercices qui permettront au Foie de « réorienter » le Sang en fonction des besoins.

Au chapitre 10 des « Questions Simples » on lit : « Lorsque le Foie a suffisamment de Sang […]

la marche est bonne, les mains tiennent bien les objets et les doigts les agrippent bien ».

On comprend donc l’importance d’avoir un Foie en bon état et une bonne qualité de Sang dans certains aspects musculo-tendineux : douleurs musculaires ou tendineuses, crampes, courbatures persistantes. Attention ! Comme je l’ai souligné précédemment, l’approche chinoise étant systémique il est courant que plusieurs Organes soient impliqués dans un même trouble.

representaion physiologie chinoise

Représentation de la physiologie chinoise

A noter que pour les dames, certains de ces troubles seront rapidement visibles notamment au travers des menstruations puisque le Foie fournit également le Sang utérin. En cas de dysfonctionnement on pourra avoir : Sang foncé, caillots, règles courtes ou absence de règles, règles douloureuses, …

L’autre fonction qui nous intéresse est le drainage du Sang.

Au chapitre 10 des « Questions Simples » on lit également : « Lorsque l’individu est couché, le Sang retourne au Foie ».

Il faut bien entendu comprendre que cela se produit lorsque l’individu est au repos. La nuit, entre 1h et 3h du matin (solaire), le Foie va filtrer la totalité du Sang pour le « détoxiquer », que ce soit des résidus produits par l’organisme lors des efforts ou par les substances ingérées (notamment médicamenteuses). Le Foie contribue donc grandement à la reconstitution de l’énergie disponible lors des efforts physiques.

La plupart des déchets sont ensuite évacués par voie naturelle (Vésicule Biliaire).

Malheureusement, et pour plusieurs raisons (sommeil décalé, trop tardif ou agité, déchets en trop grande quantité ou trop « lourds », …), le Foie ne peut pas toujours se débarrasser de l’intégralité de ces déchets.

Il convient alors de lui donner un petit coup de pouce, généralement sous forme de phytothérapie, pour effectuer ce drainage. Dans ce domaine les plantes les plus efficaces, et les moins onéreuses, sont le radis noir et l’artichaut soit sous forme diététique en les intégrant (en saison) à l’alimentation (ce qui n’implique pas d’en manger beaucoup sur une semaine mais d’en consommer des quantités « normales» régulièrement) ; soit en gélules ou ampoules qu’il est facile de trouver en magasin bio (se conformer aux notices dans ce cas).

              fq-artichaut_m            70 87 15-000*20

                               Artichauts                                             Radis noir

En outre, bien que ce drainage puisse être réalisé plusieurs fois par an, la période la plus favorable sera le printemps (celui que vous constatez dans la nature, pas celui du calendrier), saison associée au Foie.

Notez que la saveur amère a un tropisme au Foie (elle oriente vers le Foie), une consommation modérée d’amère permet de solliciter de façon positive cet organe. Cependant l’excès de cette saveur aura tendance à le léser !

La saveur amère a également la propriété d’être dispersante, notamment en ce qui concerne la chaleur (par exemple, le concombre amer est excellent pour disperser la chaleur de l’été).

La couleur verte est également associée au Foie, regarder du vert (les yeux sont l’ouverture du Foie) et en manger aura donc une incidence positive sur le Foie. Le vert est également, en Feng Shui, associé au bien-être et à la santé. Il est aussi reconnu comme une couleur apaisante (cf. ci-dessous le lien aux émotions). En saison, et si cela est possible, faites vos exercices en extérieur au milieu de la verdure (mais pas dans les parcs citadins …).

jardin zen

 Jardin zen

Je terminerais en parlant des incidences psychiques du Foie. En effet, lorsque celui-ci tend à se bloquer (le Foie est un organe qui « monte vite »), on parle en MTC de « Stagnation de Qi du Foie », voir de « montée de Yang du Foie ». Le Foie est associé à la colère. Emotionnellement, en cas de dysfonctionnement, cela se traduira par : colère (manifestée), irritabilité, déprime (jusqu’à dépression), susceptibilité, personne dites « sanguines » …

Mais le Foie est lui-même lésé par des aspects émotionnels : colère (accumulée et contenue), frustration, ressentiment, deuil, stress et toute émotion approchant celles-ci.

Dans le cadre d’une pratique sportive, le Foie est donc un organe important tant par son aspect gestion du Sang (envoyer le Sang là où il est nécessaire) qu’en qualité (purifier le Sang de ses déchets pour alimenter convenablement les muscles et Tendons). Il convient donc de le « choyer » tant physiquement, en l’aidant à se drainer régulièrement, que psychiquement en évacuant les émotions susceptibles de le perturber.

Le Foie n’est qu’un maillon de la grande chaine qu’est l’Humain, et il est clair qu’en aucun cas les quelques symptômes décrits puissent mener à un diagnostic énergétique. Si vous vous retrouvez dans ces symptômes n’hésitez pas à consulter un praticien MTC.

Philippe COTTONE

Praticien en Médecine Traditionnelle Chinoise

168, Bd de la Croix-Rousse

69001 Lyon

http://www.simply-zen.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

30 réflexions sur “MTC (médecine traditionnelle chinoise) et Méthode Lafay, par Philippe Cottone (Part I)

  1. Vraiment très intéressant !
    Pourvu qu’il y ait d’autres articles de ce type pour les différentes parties/organes du corps.

  2. J’ai adoré ! 🙂

    La MTC est une médecine que j’apprécie beaucoup. Ayant eu une double entorse au genou, j’ai été soigné par une acupunctrice à Madagascar (diplômé de l’université de Pékin). En quelques séances, je pouvais remarcher et mon genou était « lubrifié » 🙂

    Comme Baptiste, j’attendrai avec impatience, la suite de ces articles.

    Pour le lien avec la méthode, pouvez-vous développer (ou accentuer?) le rapport entre le retour du Sang et les temps de repos entre les séries?

    Cordialement,

    ThePandaman.

    • Bonjour ThePandaman, si jamais tu passes par là encore, aurais tu les coordonnées de cette acupunctrice sur Tana ?
      Merci d’avance

  3. Alors si j’ai bien compris, Pandaman, Etant donné que le sang retourne au foie, apres d’une vascularisation importante, les étirements nous aident à « purifier » tant le corps comme l’esprit ?
    J’ai l’impression que je fais un gros hors sujet mais cet article m’a souligné l’importance des étirements 😐 ainsi que d’autres choses

  4. En fait la méthode lafay c’est le meilleur des deux mondes ?

    Le symbole du ying et du yang me fait penser au double point de vue systémique/analytique occidental, à la fois complémentaires et se nourrissant l’un de l’autre.

    Je ne connais pas du tout la médecine chinoise, hormis quelques clichés habituels, mais je me ferait un plaisir (si on peut dire ça comme ça) de tester. Ce qui me plait bien c’est la prise en compte globale du patient et l’absence de compartimentation physique/psychique.

    En fait il y a un vrai renversement conceptuel. Il s’agit d’aller voir son medecin quand on est en bonne santé afin de le rester alors que pour l’instant nous allons en général le voir quand nous sommes malades, blessés, c’est à dire quand le mal est fait.

    En revanche la question que je me pose c’est que à l’heure actuelle nous disposons sans doute des moyens de valider scientifiquement les informations posées ici. Est ce que cela a été fait ?

  5. Bonjour,

    @baptiste : C’est prévu ! Le prochain article portera sur les fonction de la Rate qui contrôle (entre autres fonctions) les muscles.

    @pandaman : le Sang ne peut être redistribué que si le corps est au repos (et donc qu’il n’y a pas de demande ailleurs), le temps de repos entre les exercices permet en quelque sorte (selon ce point de vue) de remettre le volume de Sang mobilisé précédemment à disposition pour l’effort suivant.

    @Maximo : pas tout à fait : les étirements vont faciliter la circulation des Liquides Organiques et du Sang (en l’occurrence chargé de « déchets »), ils permettent également d’éviter les stases. Pour résumer, ils facilitent l’évacuation des impuretés et évitent les douleurs. Le raccourci avec l’Esprit est un peu rapide mais un lien existe (j’en parlerais lors d’un prochain article sur le Coeur).

    @raphaël : La validation scientifique est vérifiée notamment sur les plantes … Mais pas forcément sur les mêmes fonctions.
    Pour le reste c’est plus compliqué :
    Les concepts de la médecine chinoise reposent notamment sur le Yin, le Yang et le Qi ce sont des concepts, des « énergies » « subtiles », impalpables. Or aujourd’hui seul le « grossier » (la matière) est mesurable (approche analytique oblige). Comment peut-on imaginer mesurer du subtil avec des instruments de mesure du grossier ?
    L’approche chinoise est pragmatique, les effets sont visibles mais pas forcément mesurables … Ce n’est pas pour autant qu’ils n’existent pas !

    Petite digression personnelle : la Chine nous propose un modèle qui a prouvé son efficacité depuis plus de 5000 ans, la médecine « moderne » et technologique / chimique n’a au mieux que 200 ans d’existence … Selon moi c’est à la seconde de faire ses preuves …

    Espérant avoir répondu à vos questions,

    Philippe COTTONE

  6. J’avoue que j’ai un peu de mal avec les notions de Yang et de Qi. Pour le coté grossier, je ne suis pas tout à fait d’accord, en science on mesure aussi des phénomènes non matériels et on manipule aussi des notions qualitatives et pas seulement quantitatives.

    Donc voici comment je vois les choses : selon la conception constructiviste occidentale la connaissance est une construction, Ernst Von Glasersfled indique que les connaissances que nous conservons sont sélectionnées parcequ’elles « conviennent » et non parcequ’elles « correspondent » à une réalité en soi. Donc je ne peux pas dire que le Qi n’existe pas, bien qu’ayant une formation scientifique j’aime bien ce qui est observable et réfutable, mais je reconnais que ça marche et c’est tout ce qui compte…

    • En ce qui concerne les résultats de l’acupuncture, des études ont été menées montrant son efficacité.
      Un gynécologue-acupuncteur lyonnais a obtenu des résultats notables (observables sans discussion possible) en ce qui concerne le problème de la mort prématurée chez le nouveau-né.
      De même, pour rester sur ce sujet, aux USA, une étude à montré que des femmes suivies par acupuncture arrivaient plus facilement à être enceintes que celles du groupe témoin. Le % d’écart était remarquable.
      Bien entendu, certains diront que c’est « psychologique ». Ils se définiront eux-mêmes comme « cartésiens » (et ils ont raison!). A partir du moment où, comme je l’ai déjà expliqué (ici : https://www.facebook.com/MethodeLAFAY/posts/10152316930511064), le corps et l’esprit ne sont pas dissociables (Descartes l’a fait et notre science et société ont pu se construire grâce à ce postulat de départ, ceci explique donc cela), on s’intéressera davantage au résultat qu’à chercher à l’expliquer comme phénomène résultant d’une opération ayant eu lieu « comme hors du corps » (dans ce que le « cartésien » nomme l’esprit ou le psychisme en le dissociant du corps quand il ne trouve pas d’explications rationnelles à des phénomènes relevant de la santé).

  7. @raphaël : Seulement la réponse « scientifique » est limitée. Prenons un exemple : qu’est-ce qu’une cellule vivante ? Selon la science c’est un ensemble de fluides, de protéines et de corps chimiques variés. Chimiquement cette réponse est vraie et irréfutable. Mais qu’est-ce qui anime cet ensemble ? Qu’est-ce qui fait que cette cellule est vivante ? C’est le Qi, le souffle de la vie. Et celui-ci n’est pas mesurable.
    En d’autre terme lorsque l’on parle de « subtil » on ne parle uniquement de « non palpable », la pensée est subtile et n’est pas mesurable (on peu néanmoins mesurer des impulsions électro-chimiques mais elles ne définissent ni l’intensité, ni la profondeur ni la qualité d’une pensée). Ceci en opposition au « grossier », la matière, le mesurable.
    Le Yin est le Yang quand à eux sont en quelque sorte des référentiels relatifs : l’un n’existe pas sans l’autre et l’un ne peut être défini que par rapport à l’autre. Dire, par exemple que le jour est Yang n’a de sens que si on le compare à un moment plus Yin (par exemple le matin est moins Yang (Yin dans le Yang) que le midi (Yang dans le Yang), le matin sera Yin par rapport au Yang.

    @olivier : Tout à fait ! Mais lors de ce type de tests on retombe plus ou moins sur l’approche chinoise : approche pragmatique ! On applique et on constate, sans forcément chercher à analyser le « comment ça marche ».
    Le seul soucis, selon certains praticiens, est qu’une méthode statistique (et donc analytique et générique) ne s’applique pas vraiment à la philosophie de cette médecine (globale et au cas par cas) … Toujours le besoin occidental de quantifier.

    Philippe COTTONE

    • Merci pour vos réponses Mr COTTONE 🙂

      « On applique et on constate, sans forcément chercher à analyser le « comment ça marche ». »

      On pourrait faire une analogie avec le concept de boîte noire en cybernétique ?
      C’est à dire qu’on chercherai juste à se concentrer sur ce qui rentre et ce qui sort, sans forcément comprendre l’intérieur de la boîte noire.
      Dans cette optique, on rejoindrai William James : « Est vrai, ce qui marche. »

      Pour le Qi, il s’agirait donc plus d’un processus complexe, multivariable plutôt qu’un état quantifiable et isolé ? On passerai donc d’une vue analytique, disséquée à une vue plus systémique, globalisante, macroscopique (pour reprendre J. DeRosnay).

      Merci encore pour vos réponses.

      ThePandaman.

      • Ne vous méprenez pas, quand je dis que j’ai du mal je ne dis pas que je les remets en cause ces notions, c’est juste que j’ai encore du mal à raisonner de cette façon. Il y a quelque chose dans la pensée chinoise qu’il va falloir creuser.

        Pour l’instant je serai assez d’accord avec ThePandaman. Le Qi, la vie, seraient des propriétés émergentes de certains systèmes complexes et cela n’entre donc pas dans le cadre d’une pensée analytique. D’ailleurs on a récemment réussi à faire fonctionner une simulation d’une cellule simple. Et bien que ce n’ait pas été programmé car on a juste mis dans le modèle les gènes les plus utiles et les différents processus moléculaires élémentaires, la cellule virtuelle s’est reproduite (cf magazine Pour La Science n°440 de Juin 2014). On est loin encore de la cellule humaine, mais ça marche.

      • Bonjour,

        De rien c’est un plaisir d’échanger avec des personnes intéressées. D’autant que vous me faites prendre conscience d’éléments manquants à mon article.

        Le concept de boite noire que vous évoquez est en réalité très proche de la réalité historique. En effet, pendant très longtemps la dissection humaine a été interdite. Puis autorisé mais uniquement sur les condamnés … Qui étaient considérés différents des autres puisque mauvais. Même en tant que praticien je m’étonne encore de la justesse et de la cohérence de l’ensemble obtenu avec de telles barrières.
        Je vais pinailler et plutôt dire que c’est W. James qui rejoindrait l’approche médicale traditionnelle chinoise … 😉

        Un chinois vous répondrai « le Qi est le Qi, il n’a pas d’autre nom ». Nous autres occidentaux nous heurtons souvent à un problème qui peut paraitre trivial a priori : la traduction. Qi ne peut être traduit puisque c’est un concept.
        Néanmoins je vais, avant la publication de mon article suivant sur la Rate, faire un article sur les San Bao (les 3 trésors) : Jing Qi et Shen.
        Je tente de vous faire ça pour le milieu fin de semaine prochaine.

        Dans l’attente, une petite anecdote : Alors que j’expliquais le Qi à un patient, celui-ci m’a fait remarquer, non sans humour « ah mais c’est comme dans star wars, c’est la force ! » … J’ai ri, mais il n’avait pas tout à fait tort !

        Au plaisir de vous lire,

        Philippe COTTONE

  8. @Raphael : j’avais bien compris, il s’agit d’une philosophie et d’une approche très éloignées des nôtres et pas toujours facile à appréhender.
    Comme vous le dites il s’agit d’une simulation … La vie ne peut-être engendrée que par la vie car elle seule peut transmettre les San Bao. L’étincelle de la vie n’est pas reproductible (heureusement).
    Pour moi cette cellule a certainement été très bien simulée d’un point de vue fonctionnel (la mitose faisant partie de la programmation de base d’une cellule vivante) … Mais l’étincelle de vie, ce qui la rendrait autonome, le Qi, est absent de l’équation.

  9. Merci beaucoup pour cet article, personnellement je n’ai aucune connaissance ni sur la MTC ni sur l’environnement, le type de pensée qui amènent à cette médecine, et je trouve ça vraiment interessant. De pouvoir lire ce genre d’article, dont l’approche est complètement différente de celle dans laquelle je baigne depuis tout petit, est vraiment enrichissant, de même que les discussions qui suivent. Même si je n’y participe pas, je vous remercie de vos interventions et serai lecteur attentif aux suivantes!

  10. Merci Philippe Cottone pour cette article passionnant et tres bien écrit.
    J attendrai moi aussi les suivants avec impatience.
    Pourquoi notre medecine moderne selon vous neglige t elle à ce point la relation entre nos emotions et nos maladies? Est ce vraiment à cause d une conception differente? Pensez vous par exemple qu un cancer
    puisse subvenir à la suite d un choque emotionel?

  11. Bonjour Mr Cottone,

    Merci pour votre article! Vraiment intéressant!

    Auriez-vous quelques références littéraires permettant aux néophytes de mieux appréhender la MTC? Vous avez piqué ma curiosité; je cherche donc à approfondir le sujet.

    Arnaud

    • @SG : Je vous en prie ! 🙂

      @cyril : Pour une raison très simple : la médecine moderne (ou west medecine abrégée en WM) a une approche analytique ! D’une façon un peu caricaturale on traite la pathologie et non le patient. La MTC elle a une approche globale.
      Dire qu’un cancer puisse survenir à la suite d’un choc est un raccourci un peu rapide, disons qu’il peut être un facteur déclenchant fort.

      @arnaud : Si vous vous intéressez aux sources de la médecine Chinoise je vous invite à lire « Qui peut chevaucher le Dragon ? » de Zhang Yu Huan et Ken Rose chez Guy Trédaniel. Si c’est la MTC en tant que discipline qui vous tente, c’est un peu plus compliqué, car rares sont les ouvrage de bonne vulgarisation ! Sans tomber dans un ouvrage trop technique je vous propose « Précis de Médecine Chinoise » d’Eric Marié chez Dangles (prendre la réédition, complétée et augmentée)

      Au plaisir de vous lire à nouveau,

      Philippe COTTONE

      • Merci Mr Cottone,

        Je vais de ce pas me lancer à la recherche de ces ouvrages, destinés avant tout à enrichir ma culture personnelle, et non pas à la pratique en tant que telle de la discipline.

        Si cela peut mener à une meilleure hygiène et approche de vie globale, c’est un sujet gagnant pour moi,

        Arnaud

  12. Bonjour Mr Cottone,

    Je tiens en premier lieu a préciser que j’aborde l’article (et vos commentaires) avec un esprit ouvert, et surtout attentif. Je m’intéresse a tout ce qui est « alternatif » autant en tant que client que pour ma pratique personnelle, et ce pas seulement avec la médecine.
    C’est donc avec un intérêt certain que j’ai lut l’ensemble de cette page.
    Mais j’ai quand même quelques difficultés, que je vais me permettre de vous exposer ici.

    Je ne connais pas la MTC, mais je ne pense pas me tromper en abordant ce texte comme le dégrossi d’un ensemble de connaissances bien plus large. Malgré cela, j’ai l’impression de lire un charabia (synonyme: chinois… 😉 ) qui cherche a ‘expliquer’, sans fond, un ensemble de pratiques qui, elles, fonctionnent de manière observable.

    Quand vous dites « faites vos exercices en extérieur », personne ne peut raisonnablement débattre. Le fait que ce soit bon pour la santé est presque reconnu comme une vérité générale, sortie de quelques cas particuliers. Par contre, quand je lis « faites le parce que regarder du vert […] aura une incidence positive sur le Foie », avec une chose aussi étonnante que « les yeux sont l’ouverture du Foie », je ne peux m’esquisser a écrire un tel commentaire. Notez que les yeux sont bien en minuscule, vous essayez donc de créer un lien avec la science du corps et MTC, alors que vous précisez en introduction que la MTC « n’aborde ni le corps […] », a mon avis pour donner du crédit a des propos qui n’en ont pas. J’ai bien conscience de la précaution (que je trouve pour le moins cavalière et sur laquelle je vais revenir) que vous prenez en disant que vous qualifiez de Foie « l’ensemble des fonctions qu’il assume », ‘il’ étant ici l’Organe. Mais même ceci pris en compte, soit cette abstraction qu’est le « Foie » et que vous utilisez ne fait aucun sens, soit vous devez en dire plus pour que ce qui est écrit puisse être appréhendé.
    Personne ne devrait prendre pour argent comptant ce qu’il lit, et je trouve que le texte est rempli de passages qui ne peuvent être raisonnablement acceptés tel quels.

    Vous dites que l’article (et les suivants, a priori) propose « simplement une approche de la Méthode par cette vision ». Pourriez-vous élaborer ? Il y a un lien avec la systémique évident, mais en quoi la MTC apporte une vision qui donnerait une approche différente/meilleure de la Méthode ? Ou bien s’agit-il de chercher a expliquer ce qui fonctionne ?
    Supposons que l’on dissocie pratiques et explications des deux ensembles que sont MTC et Méthode Lafay. Il est certain que les deux ont des résultats, leur partie pratiques seraient donc validées. Par ailleurs, il est certain que la Méthode est sur une voie certaine de réussite sur le plan des explications (je ne dit pas que c’est facile, simplement qu’un tout cohérent peut être –et a déjà et/ou est en court d’être– énoncé). Ce qui me fait peur, c’est qui vous usurpiez ce crédit explicatif, sous couvert de constructivisme, de cybernétique et de systémique. Parce que si la méthode s’explique bien, il apparait dans ce texte que la MTC n’a elle que peu d’explication valable. « Le Foie est un viscère vigoureux, son émotion est la colère, il ressemble à un général vaillant et plein de ressources » n’étant certainement pas recevable a mon sens. Je ne lis ici aucune preuve, seulement un on-dit. Ça me rappel certains discours New Age de par le type, a vrai dire.

    Je pourrais continuer mes arguments sur ce point, mais je pense que c’est clair. Vous semblez être un spécialiste du domaine, peut-être même un expert, alors je vous demande comment vous faites pour comprendre ce qui est écrit ici (et dans les textes que vous citez) dans un contexte moderne ? Sans la précaution cavalière dont je parlais tout a l’heure, les choses que vous citez sont simplement fausses.
    A moins que le concept d’Organe soit lui aussi subtile et impalpable ?
    Et c’est la raison pour laquelle je trouve cette précaution a la limite du malhonnête : tout devient acceptable a partir du moment ou l’on argumente derrière des prémisses volontairement imprécises. Soit il est possible de définir exactement ce que qualifie un Organe, soit c’est malhonnête d’en parler. Ça va plus loin, puisqu’il s’agit même de construire toute une pensée sur un système acceptant le vrai et le faux suivant les circonstances.

    Vous dites de Qi qu’il « ne peut être traduit puisque c’est un concept ». Est-ce que ça empêche cependant toute explication de ce concept ?
    Par ailleurs, tel que vous en parlez, ça ressemble a des dires de plus sans preuve, que vous avouez vous-même ne pas pouvoir mesurer. C’est un argument par la foi en fait ; un peu comme Dieu ? On reconnait le même type discours que pour les Organes : « ça existe, mais c’est flou, non mesurable, et on ne peut même pas le définir correctement en fait », donc on peut leur faire dire tout ou n’importe quoi.

    A noter que vous citez vous même une anecdote ou un de vos clients comprenait de vos explications une analogie a « la Force », une création purement imaginaire d’un univers de science fiction… Vous noterez qu’est associé a « la Force » quelques sortes de pouvoir magiques. Vous utilisez l’attrait et la sublime a la fois de l’ancien et du lointain dans votre discourt. C’est ancien donc c’est forcement bien. Ça vient de loin donc c’est forcement bien. Lire « la Chine nous propose un modèle qui a prouvé son efficacité depuis plus de 5000 ans » a un très mauvais gout, surtout quand vous utilisez encore une fois une efficacité démontrée pour « prouver » quelque chose (raisonnement fallacieux).

    D’ailleurs, dans tout ce paragraphe que vous terminez par « Selon moi c’est à la seconde de faire ses preuves … » il n’y a que sophisme et arguments fallacieux. Je n’en relèverai que trois, rien que dans cette dernière phrase :
    – pourquoi demander a la médecine de faire ses preuves ?
    – pourquoi supposez vous que ce n’est pas déjà fait ?
    – pourquoi un tel faux dilemme (les deux peuvent bien cohabiter, non) ?!
    Ça fait beaucoup…

    J’attends avec impatience votre réponse et/ou votre prochain texte. Je suis convaincu que, exempt de tout ce mambo-jumbo, la MTC a beaucoup a apporter a tous.

  13. Bonjour Philippe (COTTONE)
    pour rester dans le sujet de la méthode, du foie en MTC, vous serait il possible d’évoquer ici un autre aspect : l image de soi. Notre image ou celle que l on nous renvoie…..relation avec le foie….etc.
    Arnaud (un autre)

  14. Salut Thomas 🙂

    Pour l’histoire « des yeux », tu as tronqué la citation que tu as prises ce qui rend les choses de fait litigieuses, il ne faut pas oublier « ni le corps […] sous leurs aspects physico-chimiques ». Sinon il ne parlerait ni du Foie, ni des yeux, ni du sang ni de rien du corps si tout s’arrêtait à « la MTC ne parle pas du corps ». :p

    Concernant l’impact des couleurs sur les individus, il me semble que dans certaines émissions télé on faisait en sorte que le public ait des t-shirts de couleur plutôt orangée pour « exciter » le téléspectateur. (exciter dans le sens « maintenir son attention » spécialement lors d’émissions qui passent un peu tard)

    Du coup, il ne m’apparaît pas idiot que le vert puisse être considéré comme une couleur apaisante d’où un intérêt à faire du sport en pleine nature, pour ceux pour qui c’est possible. Il ne m’apparaît pas idiot non plus que d’autres couleurs puissent avoir des effets différents sur les individus.

    L’explication est au moins valable..depuis le point de vue de la MTC.

    Et c’est ce qu’il faut garder en tête, à mon sens.

    C’est que la MTC est un système complet avec sa manière de penser les choses, ses raisonnements, sa logique et sa cohérence.

    Au sein de ce système, ce qui est expliqué semble cohérent pour expliquer ce système.
    A moins que tu puisses démontrer que ce qui est expliqué par M. Cottone est incohérent avec un autre point de la MTC. (et donc que la MTC manque de cohérence vis-à-vis d’elle-même en cherchant à expliquer « sans fond » ce qui est objectivement observable. Même si j’imagine que, si on a su reproduire durant des millénaires certains résultats, c’est qu’on a pu comprendre certaines choses et élaborer un fond cohérent pour expliquer les choses.

    Même si ce fond n’est pas expliqué par notre science, même si ce fond n’est pas toujours pleinement mesurable dans tous ses aspects.

    En tout cas en l’état actuel des choses, qui sait ce qu’il en sera à l’avenir. 🙂

  15. J’ajoute rapidement, concernant les « preuves à faire » de notre médecine actuelle, je pense qu’il s’agissait d’un trait d’humour (une petite provocation) plus qu’une façon de dire « hey la médecine actuelle, si ça se trouve, elle ne sert à rien ». :p

    A mon avis, sans vouloir trop répondre à la place de M. Cottone non plus 😉 il s’agissait de rappeler que la MTC a eu suffisamment de résultats pour qu’elle perdure et se développe pendant des millénaires.

    Ce qui revient à dire qu’elle a sûrement fait ses preuves depuis bien longtemps, depuis même bien avant le développement extraordinaire de notre médecine tout récemment, médecine qui prétend quand même avoir la légitimité de demander à l’autre de « faire ses preuves ». (selon SES critères bien sûr…)

    • Bonjour,

      Merci à Denis pour la pertinence de ses réponses.
      J’élargirais juste sur le dernier point qui est bien évidement une petite provocation … Mais aussi un autre débat.

      @Thomas : « le dégrossi d’un ensemble de connaissances bien plus large » en effet c’est écrit en deuxième phrase : ce n’est pas un cours de MTC !
      Il m’apparait assez clair que résumer 7 ans d’études et plusieurs millénaires de tradition en quelques lignes relève de la sinécure !

      « c’est qui vous usurpiez ce crédit explicatif, sous couvert de constructivisme, de cybernétique et de systémique » je n’usurpe rien, ce n’est qu’en discutant avec Olivier que nous avons fait le parallèle entre nos activités. Je n’ai en outre jamais abordé la cybernétique ni aucune approche constructiviste.

      « Je ne lis ici aucune preuve » je vois que vous n’avez absolument pas compris un point : ceci est une citation d’un ouvrage remontant vraisemblablement à plus de 3000 ans. A cet époque, les seules référentiels accessibles étaient ceux proposés par la vie courante et la nature. En l’occurrence le corps, dans son organisation a été comparé à l’empire avec son Empereur, ses ministres et ses généraux.

      « et on ne peut même pas le définir correctement en fait » c’est vous qui le dites …

      « Est-ce que ça empêche cependant toute explication de ce concept ? » Vous avez mal lu ou sauté des réponses: « Néanmoins je vais, avant la publication de mon article suivant sur la Rate, faire un article sur les San Bao (les 3 trésors) : Jing Qi et Shen. »

      Bref, je ne vais pas reprendre vos citations une à une, en effet, le « mambo-jumbo » ne provenant que d’une erreur courante :
      « comment vous faites pour comprendre ce qui est écrit ici (et dans les textes que vous citez) dans un contexte moderne ? »
      Tout simplement en changeant de paradigme pour reprendre la terminologie systémique.
      En chine on dirait que vous « avez perdu votre sabre » :
      « Alors qu’un général s’entrainait au sabre sur le pont d’un bateau, il fit tomber son sabre à l’eau. Il se précipita et marqua une croix sur le coque. Un matelot lui demanda « mais pourquoi faites vous cela général ? ». Le général répondit « lorsque nous serons rentrés au port, je saurais exactement où plonger pour récupérer mon sabre ! »

      Je vous invite à lire l’ouvrage « Qui peut chevaucher le dragon? » qui plantera un décors un peu plus complet.

      Philipe COTTONE

      PS : pour les Yeux, je m’en excuse, mais il ne s’agit que d’une faute de frappe … Je suis étonné que cette éventualité ait échappé à votre sagacité. Mais comme vous le dites si bien : on accepte « le vrai et le faux suivant les circonstances. »

      • Bonjour Mr Cottone,

        En tout premier lieu, Mr Cottone, merci d’avoir pris le temps d’écrire ces quelques éléments de réponse.

        Concernant la provocation, elle a vraisemblablement fonctionné. 🙂
        Mais vous savez bien que la forme a autant son importance que le fond. Cette provocation me semble encore maintenant pleine d’intention.

        J’entends ce que vous dites vis a vis de l’origine de la pratique. Mais lorsque vous annoncez « En l’occurrence le corps, dans son organisation a été comparé à l’empire avec son Empereur, ses ministres et ses généraux. », je me demande, honnêtement, si vous trouvez ça pertinent ? Il y a quelques 5000 ans, sans meilleure analogie, bien sur. J’ai l’esprit plutôt imaginatif, et je trouve cette analogie sincèrement intéressante… Remise dans son contexte des 5000 ans !
        Et n’opposez pas une question de paradigme. Ça na rien a voir. Et si vous pensez que je fais une « erreur courante », vous ne m’avez pas compris ou bien je n’ai pas été suffisamment clair. On sait, depuis maintenant quelques temps, que notre manière d’apprendre consiste a créer des liens avec des connaissances auparavant acquises. Vous ne présentez non pas avec du concret mais avec des analogies décousues et très lointaines (par exemple a des émotions et des généraux), et vous demandez cependant au lecteur de l’accepter de manière crédule. Si votre texte a pour but d’enseigner, que voudriez-vous que l’on apprenne, et a quoi de pertinent devrions-nous le relier ?
        Encore une fois, je ne critique nullement la pratique, qui elle a fait ses preuves. Mais dire que la Rate (je note la majuscule) contrôle les muscles, c’est dangereusement proche d’accepter un système rétrograde qui ignore l’évolution des connaissances. A moins que vous ne soyez capable de situer ce que la « Rate » est, dans le système de connaissances moderne (très possiblement en montrant des zones d’ombres dans celui-ci), et par la même levant tous mes arguments sur l’ambigüité de votre dialogue dans mon message initial.

        Vous dites « ce n’est qu’en discutant avec Olivier que nous avons fait le parallèle entre nos activités ». Ça rejoint en fait une critique majeure que j’ai avec votre texte ! Il ne montre aucun de ces parallèles (pourtant nécessaire, cf. rapport a l’apprentissage) alors que c’est, peut-être, ce qu’il y a de plus intéressant pour les lecteurs de ce blog.
        Comme a son habitude, O. Lafay a été d’une grande clairvoyance lorsqu’il écrit en introduction « L’esprit stratégique chinois, créateur de stratagèmes, trucs et astuces pour parvenir à « vaincre sans combattre » a pu devenir « méthodique » grâce aux sciences de la complexité ». Il est dommageable de ne rien trouver allant dans ce sens dans votre texte. Peut-être qu’avec 7 années d’études ce contexte apparaît en fait évident, mais ce n’est clairement pas mon pédigrée, et certainement pas celui de la plupart des lecteurs non plus.

        Sur ce sujet des 7 années, vous êtes une fois de plus spécieux. Il n’a jamais été question de résumer 7 années, et je n’ai discuté que de ce sur quoi vous vous étiez exprimé auparavant dans cette page.
        Mais en plus, j’ajouterais qu’avec autant d’expérience il ne devrait qu’être aisé d’aller a l’essentiel et de vous faire comprendre, certainement pas l’inverse !

        Qu’est-ce que la « terminologie systémique » ?
        La ou vous m’invitez a changer de perspective (ce qui montre un manque de compréhension de mon discours, cf. mon point suivant), je vous rétorquerait, a l’opposé, que c’est votre texte qui s’enferme dans un unique modèle de pensée ! Vous semblez défendre, de plus, que seule la systémique permet de comprendre votre « paradigme », ignorant par la même la réalité bien plus complexe des choses.

        Vous dites que la majuscule des « yeux » est une faute d’édition. Soit. Je vous fait alors remarquer que vous oubliez au moins une autre majuscule dans « A la fin de l’effort ce sang réintégrera bien sur le Foie. » en parlant du « Sang ». Ma sagacité m’incite donc a vous faire remarquer l’impertinence du système qui vous présentez, puisqu’il s’approprie des termes scientifiquement très définis en leur faisant dire n’importe quoi, et en se protégeant par une majuscule… C’est malhonnête (encore une fois, décidément…), puisque les termes deviennent tellement proches que vous-même les confondez a plusieurs reprises, et vous tentez de vous ranger a cote de choses, elles, bel et bien démontrées.

        Enfin, vous me faites revenir au début de ce message lorsque, vous me comparez a un idiot qui perd son sable: vous dites faire une boutade, la ou vos mots et la forme parlent d’un simplet.
        Sans compter que je ne vois en plus aucune pertinence avec ce que je dit… Si vous pensez que je critique la systémique, que je ne le comprend pas, ou bien que je ne met pas en pratique ses enseignements, je vous invite a me relire.

        J’attends avec impatience votre article sur les San Bao, que j’espère sera précis et explicite, et qui ainsi devrait lever nombre d’interrogations restantes.

        Bonjour Denis,

        En fait, la partie qui a été tronquée sur ma citation sur les yeux n’aurais pas du l’être, c’est une erreur d’édition. Il est a noter que mon argument fait d’ailleurs bien plus de sens la citation complétée ! 😉
        Mais c’était aussi une erreur d’édition de la part de Mr Cottone d’omettre la majuscule, donc tout revient en bon ordre.

        Je suis parfaitement d’accord avec toi lorsque tu dis « il ne m’apparaît pas idiot que le vert puisse être considéré comme une couleur apaisante d’où un intérêt à faire du sport en pleine nature, pour ceux pour qui c’est possible. » ! Ce qui me fait tiquer, c’est d’utiliser ce constat d’évidence pour « prouver » une théorie douteuse. Je doute fort qu’il existe dans la nature un quelconque concept, nommé ici Foie a défaut de mieux, qui soit « associé à la couleur verte », « à la saveur acide », qui « est l’élément Bois », etc… Bien qu’il soit certain que de faire du sport dans la nature permette de créer « un renouveau et une phase de forte croissance » (en fait, c’est même le cas en faisant du sport tout court).

        D’ailleurs Denis, tu parfais mon argumentation quand tu dis « Au sein de ce système, ce qui est expliqué semble cohérent pour expliquer ce système. » ! C’est exactement qui se définie comme une idéologie (dont l’idéologie chrétienne est un exemple). Note que je n’ai rien contre les idéologies en tant que systèmes de pensée fermés et cohérents a eux même ! Mes nombreuses années de formation en logique me poussent même a les apprécier. Ce qui me saute aux yeux en revanche, c’est la volonté de les valider a partir d’éléments extérieurs (puisqu’en effet, en tant que tel, ne peuvent y croire que ceux qui ont la foi) pour grandir leur portée au delà de toute raison. C’est a ce moment la qu’ils deviennent « sans fond ».

        Encore une fois Denis, pour tes toutes dernières remarques: ce n’est pas parce que la pratique perdure et a des résultats que les théories fumeuses qui tentent de les expliquer deviennent pour autant pertinentes. Elles ont leur intérêt initial ! C’est même certain, puisqu’elles sont un modèle autour duquel s’articule la pratique. On n’a pas attendu Parménide pour pratiquer la navigation, et on avait bien des cartes (modèles) qui, bien qu’imprécises, permettaient de s’orienter. Cependant, une fois la théorie de la terre ronde « prouvée », les cartes ont été modifiées (modèles mis a jour en fonction des connaissances) et la navigation n’en a été qu’améliorée. L’argumentaire que tiens Mr Cottone, c’est en quelque sorte « on navigue avec succès depuis 3000 ans en supposant que la terre est plate, c’est donc que c’est vrai ». Cela te semble t’il recevable d’une quelconque manière ?

      • « Encore une fois, je ne critique nullement la pratique, qui elle a fait ses preuves. Mais dire que la Rate (je note la majuscule) contrôle les muscles, c’est dangereusement proche d’accepter un système rétrograde qui ignore l’évolution des connaissances. A moins que vous ne soyez capable de situer ce que la « Rate » est, dans le système de connaissances moderne (très possiblement en montrant des zones d’ombres dans celui-ci), et par la même levant tous mes arguments sur l’ambigüité de votre dialogue dans mon message initial ».

        Encore une fois vous commettez deux erreurs graves :
        – Vous dissociez une pratique de son contexte culturel, philosophique et historique
        – Vous tentez de rapprocher deux systèmes qui n’ont aucune référence commune

        « L’argumentaire que tiens Mr Cottone, c’est en quelque sorte « on navigue avec succès depuis 3000 ans en supposant que la terre est plate, c’est donc que c’est vrai ». Cela te semble t’il recevable d’une quelconque manière ? »
        Vos raisonnement sont d’une logique pus que douteuse :
        Vous partez de la supposition que des techniques plus récentes sont venues invalider les anciennes. Or à l’heure actuelle, comme l’a précédemment souligné Olivier, c’est (et ce malgré un référentiel différent) exactement l’inverse qui se produit : les études récentes réalisées prouvent l’efficacité et la cohérence du système.

        « Ce qui me fait tiquer, c’est d’utiliser ce constat d’évidence pour « prouver » une théorie » : je vous rappelle néanmoins que l’ensemble (ou presque) de notre géométrie repose sur un axiome (principe de base d’évidence, non démontrable).
        Cela vous semble-t-il si improbable qu’une médecine puisse émerger selon ce principe ???

        Encore une fois, je vous invite à lire « Qui peut-chevaucher le Dragon ? » les réponses que vous recherchez (du moins je le suppose) y sont sans doute.

  16. 1) « Ma sagacité m’incite donc a vous faire remarquer l’impertinence du système qui vous présentez, puisqu’il s’approprie des termes scientifiquement très définis en leur faisant dire n’importe quoi, et en se protégeant par une majuscule… C’est malhonnête ».

    A propos de la malhonnêteté dont vous l’accusez :
    Que vois-je par le trou de la serrure ? Mon propre regard.
    http://methode.lafay.free.fr/index.php?Philosophie/2013/05

    Pour en revenir à l’objection, le mot sang existait probablement bien avant la science… C’est la science qui s’approprie des mots courants pour leur donner un sens différent.

    2) « Vous dites « ce n’est qu’en discutant avec Olivier que nous avons fait le parallèle entre nos activités ». Ça rejoint en fait une critique majeure que j’ai avec votre texte ! Il ne montre aucun de ces parallèles (pourtant nécessaire, cf. rapport a l’apprentissage) alors que c’est, peut-être, ce qu’il y a de plus intéressant pour les lecteurs de ce blog. »

    De même qu’Olivier a mis des années avant de parler D’Efficience, il faut d’abord que les lecteurs se familiarisent avec la pensée chinoise. C’est justement le but des premiers articles que nous propose Philippe Crotonne. Les liens viendront ensuite. Laissez lui une chance, à travers plusieurs articles, nous présenter d’abord la culture et la philosophie chinoise, dont la MTC ne peut être traitée séparément. Les liens avec la méthode s’établiront ensuite.

    3) « Je suis parfaitement d’accord avec toi lorsque tu dis « il ne m’apparaît pas idiot que le vert puisse être considéré comme une couleur apaisante d’où un intérêt à faire du sport en pleine nature, pour ceux pour qui c’est possible. » ! Ce qui me fait tiquer, c’est d’utiliser ce constat d’évidence pour « prouver » une théorie douteuse. »

    Je serais curieux de savoir sur quelle source autre que votre opinion vous vous basez pour dire que c’est une « théorie douteuse ».

    « Je doute fort qu’il existe dans la nature un quelconque concept, nommé ici Foie a défaut de mieux, qui soit « associé à la couleur verte », « à la saveur acide », qui « est l’élément Bois », etc… Bien qu’il soit certain que de faire du sport dans la nature permette de créer « un renouveau et une phase de forte croissance » (en fait, c’est même le cas en faisant du sport tout court). »

    Doutez, doutez, cela n’en reste pas moins qu’une opinion. Les concepts ne sont que des constructions humaines, donc il n’existent pas dans la nature de toute façon.

    4) « D’ailleurs Denis, tu parfais mon argumentation quand tu dis « Au sein de ce système, ce qui est expliqué semble cohérent pour expliquer ce système. » ! C’est exactement qui se définie comme une idéologie (dont l’idéologie chrétienne est un exemple). Note que je n’ai rien contre les idéologies en tant que systèmes de pensée fermés et cohérents a eux même ! Mes nombreuses années de formation en logique. »

    La logique ne donne des idées valides que si elle s’appuie sur des prémisses valides et pas des opinions ou du « bon sens »… D’autre part vous vous méprenez sur la définition d’une idéologie. Une idéologie est un système mais un système n’est pas forcément une idéologie.

  17. Merci à tous les deux pour ce bel article, très agréable à lire et joliment illustré.

    « Il y a un lien avec la systémique évident, mais en quoi la MTC apporte une vision qui donnerait une approche différente/meilleure de la Méthode ? » (Thomas H).

    Ce que je vais dire est un peu approximatif et incomplet, mais il me semble que la Méthode LAFAY propose une nouvelle forme de relation au corps, en rupture avec celle enseignée par la musculation traditionnelle. N’étant pas « inné », ce nouveau mode de relation n’est pas forcément simple à saisir, à la fois dans sa compréhension et dans sa mise en pratique.
    D’où l’intérêt de mettre en lien ce nouveau mode de relation, avec d’autres modes de relation au corps qui lui sont proches, bien que fonctionnant dans des univers culturels distincts de la musculation (ici la Médecine Traditionnelle Chinoise).
    Comme tu le soulignes : « On sait, depuis maintenant quelques temps, que notre manière d’apprendre consiste a créer des liens avec des connaissances auparavant acquises. » (Thomas H). Ainsi, en décrivant une certain façon de concevoir le corps, comme le fait Philippe COTTONE, et en mettant en lien cette conception « connue » avec celle de la Méthode LAFAY, on peut approfondir notre compréhension de cette dernière et peut-être, in fine, faire évoluer notre propre relation au corps (compréhension et pratique concrète).

  18. Bonjour,
    @Raphaël Lafayen : Merci de votre intervention
    @Raphaël Arditti : merci de votre commentaire. Vous voyez juste !

    En revanche, je crois que j’ai été un peu trop optimiste en vous promettant un complément sur les bases de la MTC pour cette semaine … Mon agenda professionnel vient de me rappeler sèchement à l’ordre !
    Je vous propose donc d’intercaler un article plus global avant de poursuivre sur le rôle des Zang Fu en MTC.
    C’est sans aucun doute ce que j’aurais du faire en premier, je m’en excuse et espère qu’à la suite du prochain article le cadre sera un peu mieux posé.
    Cela me permettra en outre d’être un peu plus complet (tout en restant dans une approche sommaire, encore une fois il ne s’agit pas d’un cours).

    Au plaisir de vous lire,

    Philippe COTTONE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s