Du culte de la performance à l’effondrement psychique

Alain Ehrenberg, une des sources permettant de fonder le discours de la Méthode.

Comment ne pas se laisser déborder, puis détruire, par les exigences sociales contemporaines?
Il faut d’abord identifier ces exigences, en établir les potentialités, les risques.
Puis tenter d’y apporter une réponse qui construise l’individu, qui le rende apte à « faire le tri », à maîtriser autant que possible sa trajectoire de vie. A rencontrer la joie d’être.
Le rapport au corps et à la performance doit être abordé de manière à ouvrir la conscience, à éviter la chute dans l’abîme dépressif, inévitable sans la construction d’un recul critique et la manipulation d’outils adaptés au changement.

La Méthode est une réponse. En offrant la possibilité de s’inventer soi-même, en réduisant les risques de devenir victime de ses actions.
Limitant l’investissement chronophage de l’individu dans le dépassement de soi, ouvrant les portes du Constructivisme, elle offre des passerelles entre soi et l’autre, condition d’un plein épanouissement. Elle établit des frontières entre le sain dépassement de soi et l’autodestruction par addiction à la recherche de performance.

La Méthode aide à passer de la compétition à la conquête cf cet article ).

 

« Tout se passe comme si chaque individu avait sa propre personnalité pour totem ».
Claude Levi-Strauss

Content Protection by DMCA.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.