De la Musculation Verte à la Zone Verte (cultivez vos légumes Bio)

“Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs.”
Rapport Brundtland, 1987

 

1/ Musculation verte

Ne retrouve-t-on pas, dans la Méthode Lafay, la logique du développement durable appliquée au corps?

 

La gestion des ressources.

Le capital corporel est exploité en ayant une vision à long terme. Il ne s’agit pas d’amener son organisme à la destruction en cherchant un profit à court terme. Par profit, j’entends le développement exclusif du muscle. On apprend à gérer ses efforts afin d’éviter un épuisement précipité des ressources qui conduit à la fatigue et aux blessures. La musculation, outil de construction de soi, ne doit pas être énergivore.

Elle ne doit pas devenir non plus une activité chronophage, qui étoufferait dans l’oeuf le développement de nos autres potentialités, ou le limiterait. La souffrance, psychologique ou somatique, provient de ces potentialités oubliées ou gâchées, elle provient de déséquilibres.
Aussi, pour atteindre l’harmonie (l’épanouissement), on apprendra à éviter le gaspillage.

 

Le respect du potentiel exploitable.

On ne veut pas faire croître le corps malgré lui, mais avec lui. Il s’agit d’apprendre à dialoguer avec soi, pour que la construction se fasse dans un état de paix intérieure. Le pratiquant apprend à regarder son corps autrement que comme un objet de consommation immédiate dont seule l’apparence compterait. Il apprend à écouter ce corps qu’il ne veut plus contraindre comme il le ferait d’un adversaire, mais qu’il envisage désormais comme un partenaire. Plutôt que de se comporter comme un prédateur envers lui-même, plutôt que de s’utiliser sans se respecter, il entreprend des jeux à sommes non nulles, avec lui-même, avec son environnement.

 

La croissance autrement.

Se considérer soi-même comme un partenaire, rechercher l’harmonie, n’exclut ni la croissance, ni la performance. En privilégiant le dialogue avec soi et l’environnement, plutôt que la contrainte prédatrice, on peut aller très loin, beaucoup plus loin qu’en se pillant soi-même. Et ceci plus facilement.

La Méthode Lafay, pour promouvoir et mettre en place un développement durable, subordonne la construction du corps à la construction de soi , en actionnant de manière efficiente une logique de contrôle de l’effort.
Les résultats des pratiquants expérimentés montrent qu’un compromis rationnellement construit est au moins aussi efficace à court terme qu’une focalisation exclusive sur la performance (la prise de volume étant aussi une performance). A long terme, il sera beaucoup plus efficace, du fait même de son efficience.

 

2/ Musculation verte chez Zone Verte

Nous venons de le voir : l’approche qui sous-tend le rapport au corps, dans la Méthode, est assez semblable à celle qui anime l’agriculture bio ou les énergies renouvelables. Cette approche conduit nécessairement le pratiquant à adopter une alimentation qui soit la plus saine possible, de préférence Bio.

Les plus audacieux d’entre nous pourront même tester une alimentation Bio et végétarienne, en rendant visite à Laurent Bouffanet, un vieux copain de lycée qui anime Zone Verte, un restaurant situé à Lyon (24 Quai Saint Antoine dans le 2° arrondissement).

 

zoneverte3

 

Laurent se fournit chez les agriculteurs Bio du coin, et pourtant son plat du jour n’est pas plus cher que dans la restauration traditionnelle: 10 €.
Manger bon, bio, végétarien et pas cher, c’est possible !

 

zoneverte5

 

Pour ceux qui ne sont pas encore passés au Bio, et dont l’engouement pour l’alimentation végétarienne est plutôt modéré, la possibilité de tester vous est désormais offerte.

zoneverte2
Cliquez ici pour visiter leur site (concept, tarifs, horaires) 

 

3/cultivez vos légumes bio

Beaucoup de gens se disent que le Bio n’est pas pour eux, que c’est bien trop cher. Il existe pourtant des solutions pour manger Bio à un coût très abordable.
Parmi ces solutions, il en existe une qui permet de faire du Bio chez soi. Oui, chez soi et avec un minimum de place…

 

carrbio

 

Le principe des jardins bio en kit est plutôt enthousiasmant.
Du moment que vous disposez d’un jardin, d’une terrasse, d’un balcon, d’un toit ou même d’une cour intérieure, vous pouvez cultiver votre petit carré.
Vous vous le faites livrer à domicile, vous le montez, et vous disposer alors d’une surface de 1 m², apte à nourrir une personne pendant un an. Le terreau est bio, ainsi que les semences.
Le système des jardins en carré permet de rentabiliser au maximum une petite surface en y faisant pousser, en rotation, de nombreux légumes.

 

carrjardin

Cliquez ici pour visiter leur site (explication du concept, boutique en ligne) 

Content Protection by DMCA.com

Emmanuel Béato et l’alimentation musclée

Emmanuel Béato, 21 ans, 1m75 et 86 kgs, se prépare pour une compétition de bodybuilding aux USA.
Il le fait au naturel, en utilisant la Méthode Lafay.

 

DCIM104MEDIA batomars03

 

Dans la vidéo ci-dessous, il nous parle d’alimentation. C’est assez simple et clair, suffisamment pour faire réfléchir tous ceux (toutes celles) qui ont du mal à bien poser ce sujet épineux qu’est parfois la nourriture.

 

La manière dont Emmanuel envisage son alimentation, le rapport entre celle-ci et la construction de soi, peuvent être approfondis par la lecture du premier chapitre de Méthode de nutrition (Introspection).

 

couvdefMN

 

Un commentaire de Roderick Hannon à ce sujet : “Merci Olivier, pour ce chapitre, après l’avoir lu d’une traître sans pouvoir décrocher, je viens de voir son titre Introspection. C’est exactement cela, j’ai l’impression d’avoir discuté avec un psy, et plein de choses dans ma vie dont je modifiais ma vision, me semblent plus claires.
Vivement les chapitres suivants pour que je puisse voir les outils, pour reprendre possession de MON chemin, et ne plus subir LE chemin.”

Cliquez ici pour découvrir la chaîne Youtube d’Emmanuel Béato

 

DCIM104MEDIA

Content Protection by DMCA.com

Roderick Hannon a commencé la lecture de Méthode de nutrition

Roderick Hannon est Ingénieur d’affaires chez WAGO. Il a 31 ans.
Le commentaire ci-dessous, posté récemment sur facebook, et qui dit toute l’importance du premier chapitre de Méthode de nutrition, m’a séduit. J’ai donc décidé de le reporter sur le blog.

 

couvdefMN

 

“J’ai acheté “Méthode de nutrition” suite à l’article sur Daniel.
Reçu vendredi, je viens seulement de lire le chapitre 1.
Merci Olivier, pour ce chapitre, après l’avoir lu d’une traître sans pouvoir décrocher, je viens de voir son titre “Introspection”. C’est exactement cela, j’ai l’impression d’avoir discuté avec un psy, et plein de choses dans ma vie dont je modifiais ma vision, me semblent plus claires.
Vivement les chapitres suivants pour que je puisse voir les outils, pour reprendre possession de MON chemin, et ne plus subir LE chemin.”

Content Protection by DMCA.com

Etes-vous certain de savoir ce que vous mangez ?

Que voyez-vous sous la cerise ?

Le texte suivant a été rédigé par Claude Bourguignon (et est tiré de son livre « Le sol, la terre et les champs »), un ingénieur agronome qui travailla à l’INRA, avant de quitter cette institution pour cause de désaccord. Spécialiste de la microbiologie des sols, c’est lui qui démontra, pour la première fois, que les sols cultivés à grand renfort d’engrais chimiques et de pesticides, étaient biologiquement morts. Tout ce qui fait la vie, et donc la qualité des terres, à savoir les populations microbiennes et fongiques, est détruit par les produits chimiques, conduisant à une perte des nutriments et à l’érosion des sols.

Membre de la Société américaine de microbiologie – en France , il n’ y a plus aucune chaire de microbiologie des sols, y compris à l’INRA ! – Claude Bourguignon a créé avec sa femme le Laboratoire d’analyse microbiologique des sols pour aider les agriculteurs à retrouver la fertilité de leurs sols.

 

1/Histoire de la pâte

La farine :

Les grains de blé ont été enrobés d’un fongicide avant semis. Pendant sa culture, le blé a reçu de 2 à 6 traitements de pesticides selon les années, un traitement aux hormones pour raccourcir les tiges afin d’éviter la verse et une dose importante d’engrais : 240kg d’azote, 100 kg de phosphore et 100 kg de potassium à l’hectare. Dans le silo, après récolte les grains sont fumigés au tetrachlorure de carbone et au bisulfide de carbone puis arrosés au chlopyriphosmethyl. Pour la mouture, la farine reçoit du chlorure de nitrosyl, puis de l’acide ascorbique, de la farine de fève, du gluten et de l’amylase.

La poudre levante :

Elle est traitée au silicate de calcium et l’amidon est blanchi au permanganate de potassium.

Les corps gras :

Ils reçoivent un antioxydant comme l’hydroxytoluène de butyl et un émulsifiant type lécithine.

 

2/Histoire de la crème

Les œufs

Ils proviennent d’un élevage industriel où les poules sont nourries aux granulés contenant des antioxydants (E300 à E311), des arômes, des émulsifiants comme l’alginate de calcium, des conservateurs comme la capsanthéine, des agents liants comme lelignosulfate et enfin des appétants pour qu’elles puissent avaler tout ça comme le glutamate de sodium. Elles reçoivent en plus des antibiotiques et en particulier des anticoccidiens.
Les œufs avant séchage reçoivent en plus des émulsifiants, des agents actifs de surface comme l’acide cholique et une enzyme pour retirer le sucre du blanc.

Le lait :

Il provient d’un élevage industriel où les vaches reçoivent une alimentation riche en produits chimiques : des antibiotiques comme le flavophospholipol (E712) ou le monensinsodium (E717), des antioxydants comme l’ascorbate de sodium (E301), l’alpha-tocophérol de synthèse (E307), le buthyl-hydrox-toluène (E321), ou l’ethoxyquine (E324), des émulsifiants comme l’alginate de propyléne-glycol (E405) ou le polyéthyléne glycol (E496, des conservateurs comme l’acide acétique, l’acide tartrique (E334), l’acide propionique (E280) et ses dérivés (E281 à E284), des composés azotés chimiques comme l’urée (E801) ou le diurédo-isobutane (E803),des agents liants comme le stéarate de soduim, des colorants comme E131 ou E142 et enfin des appétants pour que les vaches puissent manger tout cela comme le glutamate de sodium.

Les huiles :

Elles ont été extraites par des solvants comme l’acétone puis raffinées par action de l’acide sulfurique, puis lavage à chaud, neutralisées à la lessive de soude, décolorées au bioxyde de chlore ou au bichromate de potassium et déodorisées à 160° C avec du cholure de zinc. Enfin, elles ont été recolorées à la curcumine.

La crème :

Une fois obtenue, elle reçoit des arômes et des stabilisants comme l’acide alginique (E400).

 

3/ Histoire des cerises

Les cerisiers ont reçu pendant la saison entre dix et quarante traitements de pesticides selon les années.
Les cerises sont décolorées à l’anhydride sulfureux et recolorées de façon uniforme à l’acide carminique ou à l’érythrosine. Elles sont plongées dans une saumure contenant du sulfate d’aluminium et à la sortie elles reçoivent un conservateur comme le sorbate de potassium (E202).

Elles sont enfin enduites d’un sucre qui provient de betteraves qui, comme les blés, ont reçu leur dose d’engrais et de pesticides. Le sucre extrait par défécation à la chaux et à l’anhydride sulfureux puis décoloré au sulfoxylate de sodium, puis raffiné au norite et à l’alcool isopropylique. Il est enfin azuré au bleu anthraquinonique.

 

Sources
Présentation de l’auteur et texte : Terre Future
Texte : Colibri-attitude

Content Protection by DMCA.com