Participer aux rencontres Lafay.

 

Vous le savez peut-être déjà, il est possible de rencontrer Olivier Lafay, d’assister à ses conférences et aux conférences et ateliers de son équipe de collaborateurs lors des rencontres Lafay.

Celles-ci se déroulent un peu partout en France et le temps d’une journée vous sont proposées diverses activités destinées à vous faire avancer sur la voie de la santé et du bien-être.

Conférence d’Olivier Lafay, de Yann Ollivier, étiopathe et professeur d’anatomie, atelier de shiatsu ou consacré à l’Entraînement Stratégique et bien d’autres choses vous sont proposées.

La rencontre du 25 novembre 2017 à Paris est complète, toutes les places ayant été vendues en une semaine.

La prochaine rencontre ensuite aura lieu en mars 2018 à Lyon.

Contactez-nous à contact@ldmt.fr pour nous faire part de votre intérêt, vous pré-inscrire et obtenir plus de renseignements.

 

Lire les témoignages de la rencontre du 23 septembre

Content Protection by DMCA.com

SOUS LE MASQUE

Le masque peut être une métaphore.
C’est, dans ce cas, l’apparence que l’on donne au visage, ce qu’on cherche à exprimer à travers lui, avec beaucoup d’efforts. Nos mimiques, celles des autres qui réagissent à notre présence peuvent être totalement calculées…
Et, dans le prolongement, c’est aussi notre posture, nos mouvements, nos réactions et même nos paroles (étudiées pour faire partie d’une certaine image).
C’est la constituante essentielle de notre image sociale.

Carl Gustav Jung appelle « persona » cette image sociale.

Elle est la partie visible, audible, de ce que Reich appelle « caractère ». Et ce caractère est le fruit d’apprentissages secondaires ( expression de Gregory Bateson). L’enfant apprend, sans le vouloir, à penser, se comporter, s’exprimer, d’une certaine façon.
Nous sommes construits pour prendre une certaine forme, qui limite nos possibilités, qui entrave notre potentiel d’épanouissement humain et le condamne en même temps.

En grandissant, nous nous accrochons à des images, qui sont directement valorisantes (brillantes), ou qui nous valorisent en montrant notre côté sombre. On peut se sentir gratifié, du fait des apprentissages dans le cercle familial, en adoptant une image auto-destructrice.
Cette persona auto-destructrice, à un autre niveau, peut être dévalorisante suite au regard des autres porté sur elle (cas du drogué devenant une épave) ou très valorisante (en Crossfit ou Bodybuilding, l’autodestruction est vue comme le suprême héroïsme).
Il s’agirait d’obtenir et conserver un beau visage, une belle apparence, une belle forme, qui contraindrait et/ou jouirait d’un corps, d’un fond (de Soi), meurtri.

Nous faisons beaucoup d’efforts pour maintenir cette image, beaucoup.

La femme qui veut une image valorisante, va se maquiller, cacher ses disgrâces, camoufler, toujours arranger, pour que l’image soit lisse et belle, et cet effort se fait au détriment du reste de la personnalité, qui déjà sous-développée par la formation du caractère durant l’enfance, attend, et souffre.

Sans le maquillage étudié des yeux, le regard semble soudain vide, mort, empli de peine. Il faut cacher cela, cacher honteusement qu’on n’est pas conforme à l’image fun et sexy tant valorisée dans notre société.

De plus en plus d’effort pour paraître. Et de plus en plus de souffrance tapie en soi.

Il faudra alors à cette femme de plus en plus d’efforts pour maintenir son image et elle sera de plus en plus souffrante au fond, de plus en plus abîmée sous la surface.
Et un jour, malgré les efforts, les digues cèderont, tout craquera.
La laideur liée à la souffrance non assumée traversera toutes les couches de l’être pour jaillir à la surface.

C’est le thème du roman « Le portait de Dorian Gray » d’Oscar Wilde. Le maintien forcené de l’apparence de l’image, se fait au détriment du Soi. Un jour la vérité profonde éclate. Elle finit toujours par éclater, malgré tous les artifices employés (ce peut être le maquillage ou la chirurgie esthétique, mais dans le roman, Wilde choisit le pacte avec le Diable, qui est une métaphore de tous les artifices possibles).

C’est aussi le thème du film American Psycho, où l’obsession pour l’image, l’enfermement dans un rôle et la quête absolue de l’adhérence totale au rôle conduit à la folie et au meurtre.
Plus on s’éloigne de soi, plus on perd contact avec la vie et la réalité.

C’est aussi un des thèmes de l’atelier Amour inconditionnel, que nous présentons lors des Rencontres Lafay, avec Raphaël Arditti.

Content Protection by DMCA.com

PROCHAINE CONFÉRENCE D’OLIVIER LAFAY

[Entraînement Stratégique de musculation, santé, traumatismes et solutions : approche originale et subversive]

°

Le 25 novembre prochain aura lieu à Paris une session de conférences.
On appelle cela « Rencontres Lafay » pour avoir une dénomination générique. Cela recouvre en fait les nombreux thèmes abordés, le repas tous ensemble au restaurant et les discussions avec les membres de LDMT hors conférence (jusqu’à parfois très tard).

Il y aura donc des conférences successives et simultanées (au choix), avec Brigitte Oriol et toute l’équipe de LDMT.

Ma conférence va aborder et lier plusieurs thèmes :
– historique de la création de la Méthode Lafay
– les notions d’entropie et de zone de confort (comprendre la santé en musculation).
– ce qu’est véritablement la croissance.
– les notions de traumatismes, d’inscription corporelle des tensions et le rapport clair avec la pratique de la musculation.
– l’Entraînement Stratégique vu par contraste avec l’entraînement classique en musculation (frontal).
– les difficultés à obtenir un changement important et durable (diagnostic et solution).
– les causes de la violence faite aux autres, certes, mais aussi à soi-même (plongée dans l’histoire et la science).
– la connaissance de soi.
– l’aveuglante et contre-productive compétition sociale permanente.
– la dépression nerveuse et le corps.

En deux heures à deux heures trente, je vais lier tout cela.

12 points, et deux gros et importants schémas récapitulatifs éclairants.

Le 23 septembre, j’ai bien développé les 6 premiers points et présenté rapidement l’un des schémas.

Le 25 novembre, je vais résumer rapidement les 6 premiers points, avec l’aide du public déjà présent le 23 septembre et m’attarder longuement sur les 6 derniers en présentant le deuxième schéma en conclusion.

Titre de la conférence : Le circuit intégral de la croissance par complexification volontaire.

Vous n’aurez aucun souci pour la suivre, même si vous n’êtes guère familiarisé avec les notions. Le langage utilisé est majoritairement simple, accessible, défini sous de nombreux angles afin d’être clair, et on peut poser des questions 

Ceux qui ont déjà assisté à cette conférence ont majoritairement témoigné pour dire qu’ils n’avaient pas vu le temps passé. Donc, pas d’inquiétude 

Content Protection by DMCA.com

THE WIRE

Est-ce que les bons sentiments, et la colère de façade issus de mon nombril et des postures morales imposées par les médias suffisent à changer le monde?

Qui veut de mon slogan? Il est beau mon slogan ! Il est frais mon slogan ! Il est d’usage facile, pas contraignant, mon slogan ! Il vous caresse le nombril mon slogan !

°

The wire est une série qui suit, à Baltimore, des policiers, des dealers, des politiques… on y voit la lutte contre la criminalité et la drogue mais surtout comment jamais rien ne change tant le système en place est verrouillé de toutes parts.

On peut éliminer un type en haut de la hiérarchie (policière, politique, de la drogue), il est remplacé. On en élimine un ou plusieurs en bas, ils sont remplacés aussi vite.

On peut ne pas pouvoir éliminer certaines personnes parce qu’il y a des intérêts politiques, policiers, financiers.. à garder un criminel notoire.
Un flic qui fait son boulot peut se voir bloquer s’il va trop loin. Un politique sera pieds et poings liés s’il veut agir autrement que dans le cadre qui lui est donné.

Tout ça pour que chacun (les puissants au moins!) puisse garder son boulot, réussir sa carrière….

Lutte pour la dominance à fond et inertie totale du système dans lequel plus ça change plus c’est la même chose

La série est brillante. Tout ça pour dire quoi?

Que si rien ne change, c’est qu’il y a un système en place qui se maintient en l’état.
Et qu’il vaut mieux agir là où c’est possible plutôt que de chercher à faire frontalement un travail qui n’amènera RIEN.

Tu te fais agresser, tu démontes le mec. Okay. En attendant, la machine économico-sociale va continuer à produire du connard à la chaîne.
T’en as viré un, t’en as 1 000 qui attendent de prendre sa place. 

C’est pas manger du porc ou faire un twerk dans la cité qui va changer positivement les choses. 

Ca te donne une belle image de toi-même, mais en terme d’efficacité c’est pas ça…

Par Denis Tiquet

°

Se considérer en guerre est une chose, mais pourquoi la mener frontalement?

Il y a de nombreuses choses contre lesquelles lutter, mais lutte-t-on efficacement contre la connerie ou le viol en se mettant EXPRES en situation de subir de plein fouet tout cela?

Quel est l’intérêt pour une jeune fille seule de ne pas faire de détour, de ne pas prendre une lacrymo, de ne pas mettre un pantalon, pour aller droit là où les risques sont pour elle les plus élevés de se faire agresser ?

Soit ça se passe bien constamment, et on peut légitimement se demander si tout le scénario qu’on s’était construit avait une quelconque réalité, soit ça se passe mal.

Et si ça se passe mal, qui va en subir les conséquences? La fille. Qui va devoir supporter toutes les réactions jusqu’à parfois, malheureusement, des choses très très graves.

Ces choses extrêmement graves, qui va en supporter les conséquences aussi? Celui qui lui a dit qu’elle ne devait pas céder au violeur? Si c’est son conjoint qui lui a dit d’y aller franco avant de se barrer, oui mais sinon?

Se mettre en situation de subir, d’être agressé, jusqu’à ce que ça arrive, ça sert à quoi, finalement?

On aura pas fait reculer la connerie, l’ignorance, la violence. Au mieux on se sera fait agresser et on s’en sera sorti. Chouette, mais après?

Par Denis Tiquet

Content Protection by DMCA.com

IL NE FAUT PAS SORTIR DE SA ZONE DE CONFORT

(mais il faudrait déjà y être, ce qui n’est pas le cas pour la majorité, et donc il faudrait d’abord savoir comment y retourner)Déjà, il faudrait y être, ce qui est impossible pour la majorité des humains, ayant été éjectés de leur zone de confort dès le plus jeune âge par les comportements parentaux, et devenus inaptes à y revenir à cause des contraintes imposées par la mémoire traumatique.

Cet éloignement plus ou moins important de la zone de confort (zone de fonctionnement optimal du système corps-esprit) est directement lié aux pathologies qu’Henri Laborit qualifie de psychose.

Les compensations qui font suite à la répression infantile des émotions, que l’on retrouve exprimées chez chacun dans ce que Reich appelle « caractère » ou Bateson « apprentissage secondaire » vont de la petite et constante rêverie psychotique aux cas de sociopathie aigüe.

Petite et constante rêverie psychotique :
– être dans sa bulle.
– timidité et difficultés relationnelles.
– accro à la recherche du bonheur.

Sociopathie aigüe :
– le bodybuilder dopé, ex-ado boutonneux et solitaire, enfermé dans les maths et les jeux vidéos, qui, ivre de puissance, va se faire beaucoup de mal à l’entraînement, et qui méprise les faibles, CAD ce qu’il est encore au fond de lui.
– L’autiste asperger qui se déclare humaniste, mais manifeste dès qu’il en a l’occasion sa soif de pouvoir et de destruction de l’autre.
– le « troll » internet qui, inapte à faire sa vie, cherche, dans un emballement compulsif qu’il ne peut contrôler, à détruire absolument tout ce qu’il ne pourra jamais être, caché sous un pseudonyme.

De l’un à l’autre (petite psychose à forte psychose), il y a de nombreux degrés.

Plus une personne aura dû réprimer ses émotions étant enfant, plus elle niera ses réels besoins.
Plus elle aura dû réprimer ses émotions, plus elle se sera construite une image pour compenser et arriver tant bien que mal à exister, malgré ce sentiment profond de non-amour, de rejet parental.

Le lien sécure, dont a tant besoin le petit d’homme pour une vie saine, équilibrée, épanouissante, aura été détruit par des parents inaptes, surmenés, devenus agressifs et négligents, tout en surinvestissant ou projetant leurs propres douleurs dans leurs enfants.

L’enfermement dans l’image (qui peut être rôle social, étiquette psychopathologique avantageuse – ou pas -, délire du justicier, du vengeur ou du super-héros) est ce qu’on nomme « narcissisme ».

Plus on nie soi pour se laisser prendre par l’inflation du moi (image de compensation), plus on est narcissique.
Et plus on est autodestructeur et destructeur.

« Le narcissique devient son propre monde et pense être le monde tout entier. »
(Theodore I. Rubin)

Les personnalités narcissiques « présentent des combinaisons variées d’ambition démesurée, de fantasmes de grandeur, de sentiments d’infériorité, en même temps qu’ils sont esclaves de l’admiration et des louanges d’autrui. »
Ils éprouvent « une incertitude et une insatisfaction chronique d’eux-mêmes, un besoin conscient ou non conscient d’exploiter impitoyablement les autres. »
(Otto Kernberg)

« Les narcissiques ne fonctionnent pas en termes d’image de Soi réelle, dans la mesure où elle leur est inacceptable.
Mais comment s’arrangent-ils pour ignorer ou nier la réalité ? La réponse, c’est de ne pas regarder du côté de Soi. »
(Alexander Lowen)

Vous aurez compris que :
1 – nous vivons dans une société narcissique. Car peu nombreux seront ceux qui ne pourront se reconnaître dans ce texte et les citations. Les causes en sont les violences éducatives et l’imaginaire social de guerre de tous contre tous, de concurrence effrénée, qui renforce la répression de soi et l’enfermement dans une image.
2 – nous sommes tous plus ou moins narcissiques, de l’obsession de la séduction (cf le succès de facebook) afin de faire vivre une image idéale compensant une vie de merde.,. jusqu’aux psychopathes/sociopathes, que l’on peut voir animer des pages facebook ordurières, aux trolls cherchant à blesser, humilier, pour enfin parvenir à jouir un tout petit peu. Sans oublier les obsédés du fric, prêts à tuer pour en avoir toujours plus…
3 – la volonté de nuire est symptomatique de la fuite de la mémoire traumatique. Plus on veut nuire, plus on est en souffrance. La fuite va jusqu’au déni de la volonté profonde de détruire ce qui nous met face à notre mémoire traumatique (notre responsabilité vis à vis de nous-mêmes). Plus on passe de temps à chercher à jouir en faisant du mal, plus on est dans la fuite de soi et plus on montre son impuissance (la puissance se démontre dans la capacité à jouir sans faire ou se faire mal).

Ceux ou celles qui s’exhibent sans vouloir/pouvoir prendre de recul sur le net (notamment facebook), sont condamné(e)s à toujours exhiber davantage pour occuper le terrain face aux autres, aux concurrents exhibitionnistes, à toujours plus se mettre sexuellement en avant (tout en le niant, bien entendu).
Quand l’exhibition impensée ne parvient plus à rassurer un peu une personnalité tourmentée par des démons insatiables, quand on ne peut plus briller, que le jeu a perdu sa saveur, au moins temporairement, alors le besoin de détruire se fait jour et de plus en plus pressant chez les personnes les plus en souffrance et dans le rejet d’elles-mêmes.

Chez d’autres, cette exhibition s’accompagne d’un travail sur soi, d’un recul et de la recherche de ses émotions enfouies, refoulées. Elle se fait sans haine, et sans volonté de nuire (mais non sans peine). Car on est conscient que ce qu’on ressent de violent n’est pas causé par l’autre, mais par ce qui nous tourmente depuis nos propres profondeurs.
On sait qu’il va falloir ressentir sa peine refoulée, ouvrir les vannes, et non pas externaliser la violence des émotions enfouies en attribuant son mal-être à un autre qu’il va falloir à tout prix salir et détruire.

Sur les pages Lafay, nous avons différents publics, et le tri se fait automatiquement avec un peu de temps. Les cas de narcissisme extrême (psychopathes, sociopathes, qui peuvent être parfaitement intégrés à cette société malade) sont malheureusement irréductibles.

Content Protection by DMCA.com

Les élèves Lafay sur Facebook, n°65

Voici quelques unes des nombreuses photos qui ont été postées sur mon mur facebook, du 01 mars 2017 au 31 mars 2017.
Tous suivent la Méthode, soit 2 à 3 entraînements par semaine, sans charges additionnelles, selon la devise « mens sana in corpore sano ». Certains sont des pratiquants aguerris, d’autres s’entraînent depuis peu.
Tous ont adhéré à la polyvalence athlétique proposée par la Méthode, que ce soit pour briller dans leur sport de prédilection (arts martiaux, triathlon, rugby, tennis de table, etc), ou pour juste avoir le plaisir de vivre dans un beau corps, en pleine forme.
Vous pouvez cliquez sur ces photos pour les agrandir et voir ainsi de plus près les excellents résultats de la plupart d’entre eux.

 

Alioune Gueye et Pietro Beretta

 

Antoine Maillard et Nicolas Ehret

 

LyLy DT

Louis Geboer et Aubin ML

 

Franck Lafay

 

Pauline Guervin

Loïck Lafay

Maxime Dos Santos

Laëticia Lafay

Jérôme le Lafayen

Fabien Apffel

Elo Elo et Eva Gabriel Zurecki

 

Alexis Ducaroy Sheguey et J-baptiste Frey

 

Dali Zarrouk

Julien Laviale

Adeline Arnault

Kevin Dubuc

Nicolas Beguin

Véronique Mordini et Corentin Nicolas

 

Guillaume Cat-Eyes et Pascal Lafayen

 

Geoffrey Ruin

Ced Lafayen

Nicoellia Aparisi et Rachid Naitaleb

 

Matthieu Oliver

Lafay StackHouse

Ben Neji Meher

Benjamin Mrc et Yannick Trouvé

 

Tony Decofit

Manea le Lafayen

Sandy Chevillard et Thibaut le Lafayen

 

Jean Celestin et Vince Li Veli

 

Nanoo Idir et D’jo Lass’Tuce

 

Bidou Sorbe

Fabien Dé Elle Pé

Didier Garnier et Hanch Lafay

 

Boris Santer

Content Protection by DMCA.com

Sortez de votre zone…d’INconfort !

Et si on apprenait à rester dans sa zone de confort et à sortir de sa zone d’inconfort, plutôt que de faire l’inverse?

On vous dit en permanence de sortir de votre zone de confort mais est-ce bien logique, quand on y pense?

Pour le savoir, voici la suite de notre série sur la zone de confort et qui va donc, vous l’avez compris, parler de la zone d’INconfort.

 

 

Schéma présenté dans la vidéo à 1’11

 

Schéma présenté dans la vidéo à 1’51

Content Protection by DMCA.com

Les élèves Lafay sur Facebook, n°64

Voici quelques unes des nombreuses photos qui ont été postées sur mon mur facebook, du 01 février au 28 février 2017.
Tous suivent la Méthode, soit 2 à 3 entraînements par semaine, sans charges additionnelles, selon la devise « mens sana in corpore sano ». Certains sont des pratiquants aguerris, d’autres s’entraînent depuis peu.
Tous ont adhéré à la polyvalence athlétique proposée par la Méthode, que ce soit pour briller dans leur sport de prédilection (arts martiaux, triathlon, rugby, tennis de table, etc), ou pour juste avoir le plaisir de vivre dans un beau corps, en pleine forme.
Vous pouvez cliquez sur ces photos pour les agrandir et voir ainsi de plus près les excellents résultats de la plupart d’entre eux.

 

Arnaud Isambourg

Lea Lafayenne

Alioune Gueye

Pietro Beretta

Pauline Guervin

Pascal Grev

Jérôme le Lafayen

Sarah ML et Del Fine

 

Nicolas Ehret

Virginie Merlier-Ferreira et Lyly DT

 

Benoît Hue de Carpiquet de Bougy et Yoann Lqp

 

Antoine Maillard

Alice Pnta et Laëticia Lafay

 

Loïck Lafay

Dali Zarrouck

Marion Rflt et Ashley Oberson

 

William Lafay

Fabien Apffel

Nono Guimbi

Michaël Franzese et Baptiste Metayer

 

Geoffrey Ruin

Estelle ML

Gadzouk le Lafayen

Raphi Lafay

Elise Monfrini et Aurélie Morinière

 

Florian Lingois

Kevin Owenn Capitaine et Pablo Rosillo

 

Anjali Lilou et Bejita Lafay

 

Mallory Ardry

Julien Laviale

Kevin Dubuc

Belkacem Ben Ben Hammou

David Robin des Leroy

Benjamin Mrc

HA Vanc

Sebastien Vanesthiago et Enzo Vlny

 

Maxime Bratanoff

Andréas Laval Lafayen

Hyl Lafay

Azog Leprofanateur

Cedric Dubois

Corentin Nicolas

Anthony Roze

Guillaume Baumann et Benjamin Weyland

 

Anis Debit et Frédéric Peters

 

Kevin Brusset

Jérémy Budin

Matthieu Oliver et Lafay StackHouse

 

Manea le Lafayen

Jérémi Renaud

Yliès Mtl

Valou Toplim

Vince Li Veli

Romain Lafay

Cyril Dsc et Louis Geboer

 

Yannick Trouvé et

 

Hanch Lafay et Loic Gebel

 

Lebag Age et Clément Galak

 

Mika Cor et Nicolas Garcia

 

Sébastien Piolet et Adèle Baroque

 

Arthur Macaroni et Okim Tnerolf

 

Michael Royet

Lou Nissart

Alcaline James et Sandy Chevillard

 

Pierre Audonnet

Stéphane Bellot-Godin et Pacôme Toutlemonde

 

Djallal Lafay Djekrif

Ben Neji Meher et Stephane Raho

 

Thomas Prsx et Lolorent Lafay

 

Jessica Faye et Thibaut Kindermans

 

Arthur Stepper Raymundie et Nicolas Tzu

 

Nicolas Lafayen et Mathieu Couture

 

Noctis Caelum Lucis

Content Protection by DMCA.com

REFERENCES DE LA METHODE LAFAY POUR LES DEBUTANTS

Pour celles et ceux qui souhaiteraient s’initier à la lecture des références de la Méthode Lafay en douceur, voici la liste des livres recommandés. Pour commander, il suffit de cliquer sur le titre du livre et vous pouvez également commander d’autres livres (ou autre chose) sans devoir recliquer sur un autre lien.

P.S. En achetant via ces liens, vous aidez LDMT. Même en achetant la version Kindle 

 

Giorgio NARDONE

Chevaucher son tigre

Le régime paradoxal

 

Robert FISHER

Le Chevalier à l’armure rouillée

 

Paul WATZLAWICK

Faites vous-même votre malheur

 

Comment réussir à échouer

 

Peter LEVINE

Réveiller le tigre – Guérir le traumatisme

 

George ORWELL

1984

 

La ferme des animaux

 

Henri LABORIT

Éloge de la fuite

 

La colombe assassinée

 

Joël DE ROSNAY

Surfer la vie

 

L’homme symbiotique

 

Jean-Marc FERT

Apprendre a penser le complexe (t 1) se relier au monde

 

Apprendre a penser le complexe (t 2) reliances humaines et personnelles

 

Florence MAGNIN et Rodolphe

L’autre monde : intégrale Cycle 1

 

Olivier MAUREL

La fessée, questions sur la violence éducative

 

Wilhelm REICH

Écoute petit homme

Content Protection by DMCA.com