MORALE ET LUTTE POUR LA DOMINANCE

 

Le texte ci-dessous est extrait d’un ouvrage de Nietzsche paru en 1881, et il est toujours d’une brûlante actualité.

On pourrait discuter longuement de la morale, dont l’origine rassemble le besoin de savoir vivre ensemble et les impératifs du maintien des dominances. Avec des dosages adaptés, et d’infinies nuances, selon les cultures et les époques.

On peut à la fois questionner la morale et la relation des gens à la morale.
Que veut-on obtenir comme effet, en soi, et sur les autres, en affichant publiquement une haute moralité (du moins ce qu’on pense être une haute moralité)?

Que devient une morale non-questionnée? Nietzsche déclare sans détour qu’elle abêtit. Et lorsque l’on dispose de connaissances sur ce qui nous conditionne, nous détermine et les mécanismes de compensation des frustrations, peines, souffrances, on ne peut que le suivre…

Dans une société comme la nôtre, où la lutte pour la dominance s’est démocratisée, jusqu’à l’extrême, les paradoxes honteux de la morale affichée par ceux qui se présentent comme des ascètes ou des saints « web 2.0 made in 21° siècle » sont tellement visibles, que ne pas les voir révèle au mieux un aveuglement de personne fatiguée, au pire une névrose, voire une psychose, sévère.
La haute moralité revendiquée est toujours associée à une lutte pour acquérir prestige, statut, argent, importance à la TV et sur les réseaux sociaux, en s’appuyant sans gène aucune sur la haine et le mépris de l’autre, de l’humain.

Je pense entre autres au veganisme, nouvelle religion, qui considère que l’importance extrême accordée à la sensibilité des animaux est gage de (très) haute moralité.
Il y a, pour toute religion, des dogmes moraux implacables et non questionnés. et beaucoup, ne se sentant pas sauvés par une religion adoptée à bras le corps, ne la questionnent pas, ne SE questionnent pas, et la remplacent sans plus attendre par une autre religion, souvent plus extrême que la précédente.
Aller toujours plus loin en espérant tant être enfin sauvé…
Et généralement en écrasant ou annihilant l’humain (cf toutes les formes de terrorisme, dont le terrorisme vegan).

Le vegan aspire à la sainteté. Il est tellement meilleur que le « mangeur de cadavres »… Il est « bon ».
Il méprise, agresse, au nom de sa morale.
Il est totalement imprégné du dogme et se fout de la science, de la réflexion, de la culture. Il veut juste être « sauvé » en allant plus loin que tout autre. Etre « grand » en s’imposant toujours plus de restrictions.
Autrefois, les restrictions sexuelles suffisaient, du moment qu’elles paraissaient être un choix libre associé à de hautes valeurs. Et donc un maintien, une posture, bien visibles…

Les « nonnes » d’aujourd’hui ne baisent pas, c’est certain, ou si peu et si mal, mais elles le cachent, car l’importance du sexe, dans nos sociétés, est tel qu’il faut au moins faire semblant. Mais leur credo est l’animal, l’animal enfin sauvé, qui nécessite des sacrifices, notamment alimentaires…
Manger que des végétaux, manger cru, manger qu’un seul aliment cru, jeûner, etc.

Si ces nonnes comprenaient enfin que l’animal qu’elles veulent tant sauver est l’animal en eux, qu’elles projettent sur le monde ! C’est de leur spontanéité animale qu’il s’agit, brisée par des parents pris dans la quête narcissique du « moi je », et délaissant leurs responsabilités affectives vis à vis de leur progéniture.
Et ces braves nonnes prosélytes ne réalisent même pas que leur quête, leur religion, n’est que la continuation du monde narcissique de leurs parents. Elles rejettent comme elles ont été rejetées.
Plus ça change, plus c’est la même chose…

Je pense aussi à Gilles Lartigot, nonne rebelle parée de tous les atours du système prétendument dénoncé.
Cela ne change guère des nonnes chrétiennes, qui méprisaient et dénonçaient les moeurs de leur époque et de la populace, tout en étant entièrement assujetties au système de dominance en place. Et l’idéologie dominante, aujourd’hui, chez nous, en occident, hurle et exige : « No Pain No Gain » et « moi je ! »
Les nonnes chrétiennes étaient faussement humbles, planquant le « moi je ! » derrière le « No Pain No Gain » (il faut souffrir pour atteindre le/son paradis).
Les nonnes vegan d’aujourd’hui piétinent sans vergogne toute humilité (sauf en cas de posture bouddhiste à gros bide d’ascète bien nourri, comme Mathieu Ricard).

Derrière le look et la posture, il y a un fond que les infirmes culturels ne questionnent jamais.

Comme le dit Nietzsche, que vaut une moralité qui repose entièrement sur le penchant à se distinguer?

« Voici une moralité qui repose entièrement sur le penchant à se distinguer – n’en pensez pas trop de bien !
Quel penchant est-ce donc au fond et quelle est l’arrière-pensée qui le dirige? On aspire que notre vue fasse mal à notre voisin et à son esprit d’envie, éveille son sentiment d’impuissance et de déchéance; on veut lui faire goûter l’amertume de sa destinée, en répandant sur sa langue une goutte de notre miel et, tandis qu’on lui fait goûter ce prétendu bienfait, on le regarde dans les yeux, fixement, et en jouissant de sa souffrance.
Le voici devenu humble et parfait maintenant dans son humilité. – cherchez ceux à qui, par son humilité, il préparait depuis longtemps une torture; vous finirez bien par les trouver.

Celui-ci témoigne de la pitié à l’égard des animaux et on l’admire à cause de cela, – mais il y a certaines gens à qui, par là, il a voulu faire subir sa cruauté.
Voici un grand artiste : la volupté qu’il goûte d’avance, en se figurant l’envie des rivaux terrassés, n’a pas lassé sa vigueur jusqu’à ce qu’il soit devenu un grand homme, – de combien de minutes amères chez d’autres âmes s’est-il fait payer pour atteindre à sa grandeur?
La chasteté de la nonne : de quels yeux accusateurs dévisage-t-elle les femmes qui vivent autrement qu’elle? Quelle joie vengeresse il y a dans ses yeux ! »

(Friedrich Nietzsche, Aurore, 1881)

Content Protection by DMCA.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.