THE WIRE

Est-ce que les bons sentiments, et la colère de façade issus de mon nombril et des postures morales imposées par les médias suffisent à changer le monde?

Qui veut de mon slogan? Il est beau mon slogan ! Il est frais mon slogan ! Il est d’usage facile, pas contraignant, mon slogan ! Il vous caresse le nombril mon slogan !

°

The wire est une série qui suit, à Baltimore, des policiers, des dealers, des politiques… on y voit la lutte contre la criminalité et la drogue mais surtout comment jamais rien ne change tant le système en place est verrouillé de toutes parts.

On peut éliminer un type en haut de la hiérarchie (policière, politique, de la drogue), il est remplacé. On en élimine un ou plusieurs en bas, ils sont remplacés aussi vite.

On peut ne pas pouvoir éliminer certaines personnes parce qu’il y a des intérêts politiques, policiers, financiers.. à garder un criminel notoire.
Un flic qui fait son boulot peut se voir bloquer s’il va trop loin. Un politique sera pieds et poings liés s’il veut agir autrement que dans le cadre qui lui est donné.

Tout ça pour que chacun (les puissants au moins!) puisse garder son boulot, réussir sa carrière….

Lutte pour la dominance à fond et inertie totale du système dans lequel plus ça change plus c’est la même chose

La série est brillante. Tout ça pour dire quoi?

Que si rien ne change, c’est qu’il y a un système en place qui se maintient en l’état.
Et qu’il vaut mieux agir là où c’est possible plutôt que de chercher à faire frontalement un travail qui n’amènera RIEN.

Tu te fais agresser, tu démontes le mec. Okay. En attendant, la machine économico-sociale va continuer à produire du connard à la chaîne.
T’en as viré un, t’en as 1 000 qui attendent de prendre sa place. 

C’est pas manger du porc ou faire un twerk dans la cité qui va changer positivement les choses. 

Ca te donne une belle image de toi-même, mais en terme d’efficacité c’est pas ça…

Par Denis Tiquet

°

Se considérer en guerre est une chose, mais pourquoi la mener frontalement?

Il y a de nombreuses choses contre lesquelles lutter, mais lutte-t-on efficacement contre la connerie ou le viol en se mettant EXPRES en situation de subir de plein fouet tout cela?

Quel est l’intérêt pour une jeune fille seule de ne pas faire de détour, de ne pas prendre une lacrymo, de ne pas mettre un pantalon, pour aller droit là où les risques sont pour elle les plus élevés de se faire agresser ?

Soit ça se passe bien constamment, et on peut légitimement se demander si tout le scénario qu’on s’était construit avait une quelconque réalité, soit ça se passe mal.

Et si ça se passe mal, qui va en subir les conséquences? La fille. Qui va devoir supporter toutes les réactions jusqu’à parfois, malheureusement, des choses très très graves.

Ces choses extrêmement graves, qui va en supporter les conséquences aussi? Celui qui lui a dit qu’elle ne devait pas céder au violeur? Si c’est son conjoint qui lui a dit d’y aller franco avant de se barrer, oui mais sinon?

Se mettre en situation de subir, d’être agressé, jusqu’à ce que ça arrive, ça sert à quoi, finalement?

On aura pas fait reculer la connerie, l’ignorance, la violence. Au mieux on se sera fait agresser et on s’en sera sorti. Chouette, mais après?

Par Denis Tiquet

Content Protection by DMCA.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.