LA MÉTHODE IDÉALE POUR RUINER FACILEMENT VOS ARTICULATIONS…

LA MÉTHODE IDÉALE POUR RUINER FACILEMENT VOS
ARTICULATIONS… ET JOUIR D’UNE IMPOTENCE FONCTIONNELLE PRÉCOCE

Ou COMMENT DÉVELOPPER DE L’ARTHROSE A 30 ANS ET MÊME AVANT !

Par vos coachs en mal-être et destruction, Arno Painoguen et Rocky Douilla.

°

Ce texte à vocation scientifique se veut humoristique et largement pédagogique. Toute ressemblance avec des faits réels ne relève pas de notre responsabilité. Bonne lecture !

°

°

12118591_10153644404171064_3582331833567574929_n

Dessin de Clément GALAK

 

A) Comprendre l’arthrose pour mieux l’acquérir.

Même s’il n’est pas nécessaire de comprendre ce qu’est l’arthrose pour en développer une belle, savoir ce que c’est vous aidera dans votre démarche.

Tout d’abord, il faut savoir que l’arthrose est une « altération des cartilages et de l’appareil capsulo-ligamentaire des articulations relevant d’un processus dégénératif [lié à l’âge], [accompagné de douleurs] et souvent de proliférations osseuses (ostéophytes) en bordure de l’articulation atteinte. »

[Vademecum Clinique, 18ème Edition, Fattorusso & Ritter]

°

Commençons par énoncer deux précisions par rapport à cette définition :

• Tout d’abord, il faut comprendre que l’âge n’est pas la cause de l’arthrose, disons plutôt que plus le temps passe et plus vous avez de chances de réunir les paramètres nécessaires à son bon développement.

• De la même façon, le cartilage n’étant pas innervé, les premiers stades de l’arthrose sont parfaitement indolores et asymptomatiques (bien que le maître-symptôme de ce processus soit la douleur mécanique).
Alors ne désespérez pas de votre jeune âge et de l’absence de douleur dans les premiers temps de votre pratique de cette méthode révolutionnaire.

Si vous êtes assidu et patient, les premiers signes d’usure articulaire ne tarderont pas apparaître !

Il faut savoir que les sièges privilégiés de l’arthrose chez l’être humain sont la hanche, le genou et le rachis : il y a plusieurs termes consacrés pour chacune de ces régions, respectivement, la coxarthrose pour la hanche, la gonarthrose pour le genou et les fameuses discarthroses, uncarthroses et lombarthroses pour le rachis.

D’où le constat suivant, l’arthrose semble se développer plus facilement sur les articulations porteuses de l’organisme en station debout.

C’est d’ailleurs là où les contraintes mécaniques de transmission du poids du corps sont les plus fortes que les cartilages sont les plus épais.

Si vous voulez être sûr de développer de l’arthrose, nous vous conseillons donc de choisir l’un de ces complexes articulaires.

Néanmoins, si vous voulez vous démarquer et ne pas tomber dans la conformité, vous pouvez toujours tenter une articulation plus exotique, l’articulation acromio-claviculaire par exemple.

Pour cela il faut suivre le slogan « l’esprit n’a pas de limites » (« Mind Has No limit » ça a plus de classe) et ne pas oublier que pour progresser, il faut se battre et lutter chaque jour contre vos croyances limitantes (fight for it).

Vous pourrez ainsi aller très loin dans l’handicap en brisant les boucles de régulations de l’organisme.

L’articulation acromio-claviculaire, située dans le complexe articulaire de l’épaule assure la jonction entre l’extrémité externe de la clavicule d’un côté et la partie acromiale de l’omoplate de l’autre.

Elle participe donc de tous les mouvements de l’épaule (qui est l’articulation la plus mobile du corps) et plus particulièrement des mouvements d’antépulsion, de rétropulsion et d’élévation.

Trois mouvements très usités dans les exercices de musculation au poids du corps (pompes, tractions, dips etc…) comme avec charges additionnelles (développé couché, développé militaire assis, abduction des membres supérieurs, etc.) et cumul de charges lourdes sur plusieurs exercices. Nous allons y revenir

°

°

12108232_10153644404726064_7372804758331353027_n

 

B) L’arthrose, j’ose !

Comme il s’agit d’une articulation plane, parfois dotée d’un fibro-cartilage (allant rarement jusqu’au ménisque), située au niveau de l’épaule, les contraintes mécaniques « naturelles » exercée sur elle en position debout sont très faibles comparées à celles exercées sur une tête fémorale ou les glènes d’un tibia (contraintes mécaniques parfaitement supportées en physiologie au demeurant).

Le développement de l’arthrose à ce niveau ne va vraiment pas de soi.

Il va donc falloir être attentif à respecter les points suivants de notre stratégie si vous voulez user rapidement vos cartilages :

1) Commencez par exercer une contrainte mécanique excessive sur les articulations visées.

Le poids du corps n’est ici pas suffisant à moins d’être, naturellement ou non, lesté.

Ce qu’il vous faut pour réussir, c’est intensifier par l’emploi de charges additionnelles de plus en plus lourdes et allonger le temps sous tension avec ces lourdes charges, bref d’ajouter un stress au système locomoteur déjà amplement stressé par notre vie sociale.

Et comme dit le dicton, qui peut le plus, peut le moins alors n’hésitez pas à y aller franco (No excuse !).

Si vous vous entrainez selon la logique de la méthode en séries légères et mini bouclées et exécutez bien les mouvements+ les Fondations de la Santé du Tome 2 , vous n’y parviendrez pas malheureusement.

Je répète, privilégiez le combo « augmentation du nombre de répétitions+charges de plus en plus lourdes ».

Intensifiez progressivement tous vos exercices plutôt que d’avoir une logique de boucle cybernétique.

Trouvez un moyen d’enfoncer le mur en cyclant pour se forcer à progresser, parce que « Failure is not an option !!! ».

2) Comptez sur votre destinée et votre volonté d’aller jusqu’au bout car le chemin vers la construction musculaire est épanouissant

Comme le veut la croyance populaire en musculation votre corps surcompense tout le temps.

Alors forcez l’adaptation !
Si vous cyclez de toute manière vous pourrez toujours dire que vous bouclez alors que c’est absolument différent.

Se mentir à soi même est une bonne solution et respecte votre pensée No pain no gain, so « Never Give Up ! »

Comptez également sur le fait que la seule biomécanique protège votre destinée en musculation. Et que la biomécanique n’est pas une affaire de cybernétique, non non.

Soyez donc de plus en plus analytiques, et accaparés par vos progrès très très lents que votre coach vous a promis.

3) Assurez-vous de vous entraîner très régulièrement pour entraîner une hyper-sollicitation et une hypertonie musculaires afin de provoquer une pression supplémentaire sur les articulations correspondantes.

Pour vous aider, retenez la formule mathématique complexe suivante :
Hyper-sollicitation musculaire = hypertonie musculaire = coaptation exagérée des articulations correspondantes = contraintes mécaniques supplémentaires au mouvement = bingo !

4) Négligez ou refusez toute ces pratiques efféminées tels que les étirements ou les 4 piliers et relaxation, les risques sont grands que cela nullifie ou atténue les trois premières étapes.

5) A ce stade, vous avez mis toutes les chances de votre côté de développer une arthrose précoce mais cela n’est peut-être pas suffisant et une vieille entorse peut accélérer le processus.
De même qu’une subluxation de l’articulation acromio-claviculaire peut devenir un atout de choix.
 
12119043_10153644407336064_7802575147480472205_n
 
C’est d’ailleurs sûrement l’étape la plus difficile à réaliser parce qu’elle ne dépend pas seulement de votre assiduité aux 4 premières étapes.

En effet, il vous faut ce petit quelque chose en plus qui vous assure la voie royale vers l’usure articulaire : une bonne chute sur l’épaule en vélo ou la pratique malchanceuse d’un sport de contact entraînant ce qu’on appelle un diastasis acromioclaviculaire.

Rassurez-vous, il est tout de même possible d’atteindre votre objectif sans ce petit coup de pouce du destin (ce que l’esprit veut, le corps peut l’accomplir)

6) L’arthrose est connue pour ne pas présenter de phénomènes inflammatoires particuliers dans son développement, néanmoins, une inflammation locale de l’épaule peut être la cerise sur le gâteau de votre processus dégénératif.

En effet, tout phénomène inflammatoire favorise la déminéralisation osseuse et la calcification des tissus péri-articulaires. C’est le petit plus qui favorise le remaniement osseux et vous permet de jouir de douleurs bien avant que les cartilages soient complètement usés.

Notez tout de même, qu’un grand nombre d’arthroses évoluées finissent par s’accompagner d’arthrites vous permettant de prédire les changements hygrométriques comme tonton Gustave.

7°) Nous pourrions également parler de l’instabilité neuro-végétative locale de l’épaule contribuant à la perturbation de la trophicité du tissu ostéo-articulaire mais comme la « chirurgie du sympathique » est passée de mode, nous ne nous étendrons pas sur le sujet.

Retenez juste que le cartilage étant très peu vascularisé, il se nourrit par imbibition via le liquide synoviale contenu dans la capsule articulaire.

Tout changement qualitatif et/ou quantitatif de ce liquide peut donc avoir des répercussions sur l’entretien du cartilage.

Si vous suivez la majorité de ces étapes, vous ne tarderez donc pas à sentir les premières douleurs au niveau de l’épaule. Ce stade est critique car il ne signifie pas que l’usure du cartilage est suffisamment prononcée pour parler d’arthrose, vous avez néanmoins la quasi-certitude qu’un état inflammatoire s’est installé.

Résistez à la tentation de consulter un médecin, il est encore trop tôt
pour crier victoire. En attendant vous pouvez toujours chercher d’autres exercices de manière a masquer le symptôme.

Continuez plutôt à vous concentrer sur les quatre premières étapes. Si vous avez la chance de souffrir d’une subluxation acromio-claviculaire, refusez tout traitement et continuez à vous entraîner sérieusement, la douleur va passer, enfin vous devez vous en convaincre.
 
12088091_10153644405606064_9078253446181702356_n
 
Le déplacement du centre mécanique des mouvements de l’articulation qui en résulte est une véritable aubaine pour vous, ainsi, chaque mouvement réalisé se fera avec des contraintes supplémentaires dues au « déplacement fixé » des surfaces articulaires.
Cela peut paraître saugrenu car la généralisation des subluxations (ou entorses) à l’ensemble des articulations synoviales de l’organisme est peu admis actuellement.

Cependant, si l’on conçoit facilement la possibilité de se faire une entorse de cheville au football, une entorse de genou au ski ou une entorse cervicale dans un accident de voiture, pourquoi cela ne serait-il pas possible pour l’ensemble des autres articulations du corps ?

Croyez moi, elles existent et elles seront vos meilleures amies pour notre petit projet de destruction programmée du système articulaire.

Persévérez donc et le jour où chaque mouvement de l’articulation déclenchera de vives douleurs empêchant la réalisation de vos exercices, vous saurez. Vous saurez que vous avez réussi, que votre cartilage a disparu, que les deux parties osseuses de votre articulation frottent l’une contre l’autre, que votre épaule est maintenant mûre pour au minimum 6 mois de kinésithérapie sûrement déjà inutiles ou une chirurgie réparatrice.

Félicitations ! Vos efforts ont payé, vous allez maintenant pouvoir profiter de votre impotence fonctionnelle et de notre merveilleux système de soins français pour une longue période à la grande joie des concitoyens qui payeront à perte pour votre comportement responsable.

8) vous oubliez tout ce que nous venons de vous dire et vous expliquez que l’apparition d’arthrose acromio- claviculaire est dûe à la malchance comme coach Rocky, spécialiste en anatomie pour les nuls.

… si vous aussi vous trouvez ça vraiment stupide (Soyez Cons) ! relisez les 7 premiers points.

On ne peut pas espérer que la malchance s’en mêle, il faut respecter les étapes décrites ci-dessus enfin !

°

°

12144741_10153644406076064_4302698828426188533_n

 

C) Que faire si vous réalisez qu’une arthrose précoce ne vous convient pas ?

Si, par malheur, vous réalisiez qu’avoir une ou plusieurs articulations aussi mobiles et douloureuses que celles d’un vénérable grand-père de 90 ans ne vous convient pas à 30 ans, pouvez-vous faire machine arrière ?

1°) Premièrement, priez pour que l’état d’usure de votre articulation ne soit pas irréversible. Le cartilage ayant la fâcheuse tendance à difficilement se régénérer, un bilan médical avec radiographie est plus que conseillé (certaines études affirment néanmoins le contraire, alibi merveilleux pour le massacre annuel de plusieurs millions de requins en vue de soigner toute sorte d’impotence…).

2°) Si l’usure de votre articulation n’est pas encore trop avancée, vous allez peut-être échapper à l’impotence articulaire irréversible et à la chirurgie. Alors, à moins de vouloir servir d’annexe à la station météorologique locale, arrêtez toute activité entraînant une contrainte excessive de vos articulations.

3°) Consultez un thérapeute manuel pour vous assurer que l’articulation en question n’est pas subluxée et que le déplacement du centre mécanique de mouvement qui en résulte, associé à une hyper-sollicitation mécanique, n’est pas à l’origine de votre arthrose (La réduction d’articulations subluxées est une des principales indications de l’étiopathie).

4°) Etirez-vous très régulièrement pour assouplir vos muscles et articulations. Comme nous l’avons déjà vu, l’arthrose se traduit par une restriction progressive de la mobilité d’une articulation et une hypertonie musculaire trop importante a des conséquences sur les articulations associées.

5°) Reposez-vous, il va falloir du temps à vos articulations pour récupérer. La question est de savoir jusqu’où des articulations traumatisées peuvent récupérer? A partir d’un certain stade, vous l’aurez malheureusement dans l’os !

6°) Si, après tout ça, vos symptômes semblent s’atténuer, votre articulation retrouver de la mobilité et que la musculation vous manque, vous pouvez toujours essayer de reprendre une activité physique non traumatisante pour votre organisme.

Essayez la Méthode de Musculation mise au point par Olivier Lafay, il paraît que ça marche.

Elle semble d’ailleurs particulièrement indiquée pour éviter la ruine précoce de votre système locomoteur. En effet le choix des exercices au poids du corps (aussi prépubère que cela puisse paraître) évite les contraintes excessives sur les articulations.
Et comme on est jamais à l’abri de se blesser, même en poids du corps, cette méthode possède de nombreux garde-fous nécessaires à la croissance et la pérennité de votre organisme tels que les étirements, la relaxation et la prise de conscience de certains comportements délétères que nous sommes nombreux à reproduire sans nous en rendre compte (ce qu’Olivier Lafay a théorisé sous le terme d’« attitude No Pain No Gain »).

Si une telle pratique heurte néanmoins votre sensibilité de gros dur et vos convictions profondes que pour faire du muscle il faut pousser lourd au détriment de sa santé, vous pouvez toujours faire une pré-réservation pour le loto du vendredi après-midi au club des anciens.

Cependant, dépêchez-vous, la population vieillit, les places vont être chères.

°

°

Yann Ollivier, Etiopathe, professeur d’Anatomie en école d’Etiopathie et expert en cybernétique

Maxime Bratanoff, Préparateur physique, spécialiste en mouvement et posture.

Ressources complémentaires :

Video explicative ici : http://www.arthritis-health.com/…/acromioclavicular-ac-join…

Une réflexion sur “LA MÉTHODE IDÉALE POUR RUINER FACILEMENT VOS ARTICULATIONS…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s