Hervé MAURICE : « Je cherchais à récupérer de mes multiples blessures et à faire mentir les médecins. J’ai réussi. »

Bonjour à tous.

Je me présente rapidement avant d’expliquer mon parcours et mon évolution. J’ai 40 ans dans un mois, les années passées ont été marquées par de multiples accidents ; fractures, entorses, traumatismes craniens et luxations.

J’ai un gros passé sportif, handball à haut niveau (gardien de but) jusqu’à mes 17 ans, ju-jitsu, alpinisme et escalade faisaient partie de mes passe-temps
Mon premier accident important a eu lieu à mes 17 ans : renversé par une voiture alors que je circulais à vélo sur une route de campagne, j’ai souffert d’une grave entorse des cervicales ainsi que d’une fracture de la 5ème dorsale. Après une longue période de convalescence, j’ai repris le handball mais en loisir dans un club « familial ».

Après mes études, ayant récupéré de mes blessures, je me suis engagé dans l’armée durant 15 ans. Pendant ce laps de temps, je me suis bousillé un genou (fracture de rotule, arrachement des ligaments croisés et ablation totale du menisque du genou gauche), je me suis re-fracturé une vertèbre, fracturé des cotes avec enfoncement « léger » de la cage thoracique mais le plus grave a été une luxation de l’épaule droite qui a été récidivante jusqu’à aboutir à un arrachement des ligaments, rupture de tendons et éclatement de la clavicule.
Opéré 4 fois de cette blessure. Les chirurgiens ont été contraints de m’enlever un morceau de clavicule (un éclat de 3,5 centimètres de long comprenant une partie de l’acromion) et un morceau de la tête de l’humérus en décembre 2001 car une infection due à une allergie au fil résorbable est venue se greffer là dessus.
Une fois vis et broches enlevées, le parcours du combattant a commencé pour moi. Les spécialistes consultés en rééducation fonctionnelle m’ont affirmé que je ne pourrais pas récupérer la mobilité de mon bras en totalité et que le sport était limité pour moi car je ne pouvais plus forcer.

dos[1]

Effectivement, après plusieurs mois de rééducation, je pouvais à peine lever une bouteille d’eau à cause des douleurs. Résigné, j’ai laissé tomber et je me suis « laissé mourir » comme on dit dans l’armée.
Ne faisant plus de sport, j’ai pris beaucoup de poids, je suis passé de 69 kg pour 1,75m à 93kg. Et les douleurs dorsales sont apparues, résultant des fractures antérieures.
En 2004, la naissance de mon fils a été un déclic pour moi. Né prématuré, il pesait 1,6kg et je ne pouvais pas le porter sans avoir mal et surtout, sans avoir peur de le faire tomber car mon épaule était toujours très faible…
J’ai alors décidé que les médecins s’étaient trompés et que je ferais les choses comme avant mes blessures. Aidé de ma mère kinésithérapeute et soutenu par mon épouse, j’ai recommencé une rééducation en repartant de zéro.

En 2008, je me suis inscrit dans une salle de musculation où le gérant a été de bon conseil et m’a pris en charge, me faisant travailler pendant plusieurs semaines sans poids. Puis j’ai commencé à lester les barres et autres appareils.
Seulement, même si je commençais à prendre un peu de volume, ça ne correspondait pas à ce que je cherchais, car les douleurs étaient omniprésentes et au niveau souplesse, je n’évoluais pas.
Un ami militaire m’a parlé de la méthode et, après en avoir longuement discuté avec ma mère, qui elle même en a discuté avec un chirurgien, j’ai commencé l’aventure.

bras_op+®r+®[1]

Dès les premières semaines, le résultat a été positif. M’entrainant à un rythme de tortue, j’ai bouclé le niveau 1 plusieurs fois.
Passé au niveau 2, les douleurs sont ré-apparues, donc j’ai stoppé pendant quelques temps et je suis reparti du niveau 1 sur lequel je suis resté presque une année, car je ne voulais pas changer de mode avant d’être sur de ne plus avoir mal. Plus motivé du tout, j’ai arrêté de m’entrainer.

En décembre 2010, ma famille et moi avons été victime d’un chauffard au volant d’un camion et avons eu un gros accident de voiture. Pas de grosses blessures physiques, mais un traumatisme assez important qui a déclenché des insomnies (4 heures de sommeil par nuit maximum) et qui m’a fait sombrer dans une dépendance à l’alcool.
Ayant quitté l’armée, j’ai fait connaissance d’un gars qui cherchait une méthode de musculation sans contrainte d’aller dans une salle, je lui ai parlé de la Méthode et nous avons décidé de nous entrainer ensembles.
Cette fois-ci, l’évolution a été rapide et nous avons atteint ensemble le niveau 4 en mode 10. Seulement, ma dépendance à l’alcool et le manque de sommeil ont provoqué des blessures à répétition.

Avec le soutien de mon épouse, j’ai maintenant vaincu cette dépendance et repris l’entrainement en repartant de zéro encore une fois. J’évolue maintenant au rythme de mes douleurs qui, même si elles ne sont plus aussi prononcées qu’avant, sont toujours là et me forcent à faire beaucoup de pauses plus ou moins longues. Mes progrès ne sont pas comparables à ceux de beaucoup de pratiquants, je ne suis pas dessiné comme certains que je peux voir sur le blog ou facebook, mais mon but est atteint. Je cherchais à récupérer de mes multiples blessure et à faire mentir les médecins. J’ai réussi. Je suis plus souple, plus endurant, plus fort physiquement et surtout moralement. Toujours un peu gras, je fais à l’heure actuelle 85kg. J’en suis au niveau 4 mode 8-12 (ça dépend des jours). Je ne sais pas si j’irais plus haut dans les niveaux car j’ai trouvé mon bonheur en faisant des boucles et je dois gérer avec la douleur.

En tous les cas, merci à vous Monsieur LAFAY pour ce que vous avez fait pour moi, mes enfants et mon épouse sans vous en douter.

22 réflexions sur “Hervé MAURICE : « Je cherchais à récupérer de mes multiples blessures et à faire mentir les médecins. J’ai réussi. »

  1. T’es peut-être pas aussi sculpté ni massif (t’a quand même un sacré dos o_o) que certains… Mais pas le quart de ceux-ci n’auraient eu ta motivation, à mon avis. Respect! (pour te dire à quel point, je crois que c’est mon premier commentaire sur le site que je ne fait pas en troll =P)

  2. Cher Monsieur Maurice,
    C’est une belle leçon de vie et de force mentale dont vous avez fait/faites preuve chaque jour. Je suis certain que votre épouse, ainsi que vos enfants (qui seront sans doute initiés à la méthode quand ils en auront l’âge), verront ce que vous avez du traverser. Jules Renard disait: » »Le véritable courage consiste à être courageux précisément quand on ne l’est pas. »
    Continuez sur votre lancée, vous avez tout une communauté lafayenne derrière vous!

  3. Bonjour a tou moi aussi g fait mentir les medecins accident de moto arrachement jambe gauche femorale apres ca deux ans de boxe anglaise muscu et la methode lafay j arrive au niveau treize bientot j en faire taire certain avec des drapeau et des muscle up handicap oui handicaper non quand on ve on pe bon courage a tous.

  4. Respect soldat !
    Tu as su dépasser beaucoup de limite et en cela ça montre ta détermination et ton courage. Tu peut un exemple pour beaucoup de personnes.
    Félicitation et ça n’a pas du être facile pour madame non plus. J’espère que arrivera a résoudre définitivement tes problèmes d’alcool.
    Bonne continuation 🙂

  5. Un témoignage poignant ! Merci beaucoup Hervé d’avoir partagé avec nous ton histoire, qui va continuer à rayonner et à inspirer pendant longtemps les Lafayens. Je te souhaite de continuer à garder cet équilibre que tu as trouvé grâce à la Méthode.

  6. bonjour à tous. merci pour vos commentaires, ça fait chaud au coeur.
    Pierrot, tu peux me contacter en cherchant Rin tintin sur facebook.

  7. Je rêve….C’est que ce truc…Avec, ne serait que 10% de ces blessures, je n’aurais simplement RIEN pu faire.

    Mais qu’est ce que la méthode viens faire ici ????

    N’importe quoi …. Moi je dit FAKE.

    2 genoux opérés, une (voir 2) clavicule explosées, 2 fois renversées par une voiture, multiples fractures aux vertébres……

    No comment.

    • Tu remarqueras que je valide ton commentaire, alors que je sais que tu es un troll 🙂
      Tous tes commentaires depuis des mois l’ont montré sans aucun doute possible.

    • …troll on…
      cher « anonyme ».
      tu dis, je cite : « avec ne serait ce que 10% de ces blessures, je n’aurais simplement RIEN pu faire… »
      Regarde donc les athlètes que l’on qualifie d’handicapés à qui il manque des membres, la vue ou autre.
      Nous, les abimés de la vie, avons deux choses pour nous que tu ne semble pas avoir… la volonté et la patience.
      Volonté de continuer malgré les bêtises et critiques débiles que l’on peut entendre.
      Patience pour ne pas bondir à chaque fois qu’un petit malin plus vieux que son grand-père croit en savoir plus sur notre vie que nous même…

      …troll off…

      Pour tous les autres, merci encore de votre soutien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s