La méthode progresse selon Livres-hebdo

Bien qu’étant N°1 en catégorie livres pratiques de sport depuis des années, la méthode n’est entrée dans le top 15 toutes catégories qu’en avril de cette année (voir document officiel ici).

Quelle ne fût pas ma surprise d’apprendre que le classement officiel toutes catégories de mai montre encore une progression impressionnante. La méthode occupe ce mois-ci la 11° place !

Elle ne s’est donc jamais autant vendue qu’en 2011, après plus de 7 années d’existence publique.

Sans soutien médiatique (passages TV, articles dans des magazines/journaux), uniquement par le bouche à oreille, sur la base de son efficacité démontrée.

Et quand on se repasse le film des 7 dernières années, montrant les multiples attaques, insultes, copies, plagiats, campagnes de dénigrement et autres piratages auxquels j’ai eu droit, la victoire n’en est que plus agréable.

 

LivresHebdoMai2011-Meilleuresventeslivrespratiques-000

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Content Protection by DMCA.com

Baptiste vient de fêter ses 5 ans d’entraînement avec la méthode

baptiste5ans01 baptiste5ans03

baptiste5ans05 baptiste5ans02

baptiste5ans04-1

Résultat mitigé sur cette année autant en terme de performance que physiquement. J’ai par contre fait de bonnes expériences en sport de combat.
Je pense avoir le bagage suffisant pour “exploser” l’année prochaine. En cette fin d’année, je pèse environ 88 kg en journée contre 78 en septembre. Mon physique actuel n’est pas celui que je vise sur le long terme, je suis trop gras et j’ai délaissé certains muscles.

En mensurations:
1m78 et 88kg contre 1m78 et 78kg il y a 8mois.
Epaules 131 contre 125 cm
Poitrine 115 contre 111
Taille 82 contre 76
Bras 42.5 contre 40
Cuisse 65 contre ? 63 sûrement.

J’ai laissé complètement les abdos de coté cette année et j’ai dû faire moins de 20 séances de cuisses. Pourquoi ? Par bêtise. Ces 4 derniers mois, par méforme en début d’année où je cumulais pas mal d’heures de sport déjà.
Les résultats s’en font ressentir, j’étais plus sec l’année dernière et j’avais plus de force alors que je m’entraînais plus régulièrement du bas du corps et des abdos (voir le site d’Alain).

Mes objectifs restent inchangés depuis le début de ma pratique : 41 cm de bras bien secs et 130 cm d’épaules le tout avec le maximum de force.

Cette année, j’ai récupéré de bons supports pour les dips (il y a seulement 3 mois, ça a bien freiné ma progression).

Les mois de juin/juillet 2011, je bosserai dans l’animation et ça m’interdira vite toute pratique sportive. J’espère ne pas finir trop amaigri comme l’année dernière où j’avais mal géré mon mois d’août en plus. J’aimerais arriver début août à plus de 80kg. Ou je pense repartir nv 2 et très vite monter 2->3->4 puis on verra. A côté, je reprendrai la boxe birmane et plus si j’ai le temps.

Voila, j’ai à peu près résumé mon année. Rien d’exceptionnel, mais j’ai pris en maturité quand même et c’est déjà pas mal.

Un grand merci à Olivier au passage qui profite honteusement de la faiblesse de l’Homme.”

Visitez son carnet d’entraînement en ligne en cliquant ici

Content Protection by DMCA.com

Boxe avec Giovanni Imboula

Je pratique la boxe française depuis mes 16 ans, mais par manque de sérieux, et de motivation je n’étais pas régulier.
En 2008, je suis arrivé dans mon club actuel, où j’ai tout réappris : humilité et travail.

Mais je recommençais ce sport plus sérieusement, avec un handicap de taille : +25 kg, je pesais 95 kg au lieu de 70 kg. Je suis conscient que mon poids à 20 ans ne pouvait pas être le même qu’à 26 ans. Ainsi, je me suis mis à la diète pour atteindre la catégorie des moins de 80 kg.
Ainsi en 2010, je suis devenu champion de la catégorie en Bourgogne, en technique. 2 mois après, c’était les championnats de l’Est, où je me suis rendu compte que la technique ne suffisait plus, le mental était mon plus gros point faible. Suite à ma défaite en finale, je me suis remis en question, jusqu’au jour où j’ai découvert la méthode par un ami que je remercie encore.

De cette méthode, j’ai appris plein de choses, et surtout : Si tu veux, tu peux.
J’ai pu ainsi améliorer mon déplacement, tout le temps sur la pointe des pieds, ma résistance à l’effort, et comme vous pouvez le voir, ma souplesse dynamique (en action). Je ne recule plus devant les efforts maintenant, et mon ancienne blessure à l’épaule (déboîtée) est du passé.

Donc voici le résultat de tant d’efforts depuis juillet 2010 : Championnat de l’Est 2011 de Savate Boxe Française Assaut (technique).
Je suis en rouge et noir et représente l’ASQuetigny et les résultats de la méthode, qui peuvent être autres que les photos déjà vues sur le blog.

Je suis au niveau 6 mode 15 à la triade, mode 9 à C1, mode 9 I3, mode 17 pour E2, mode 20 pour F, mode 25 pour G, mode 15 pour H.
Et seulement 9 répétitions de Z.

Content Protection by DMCA.com

Conquêtes et projets avec Alexandre – Part I

A ses débuts (il y a deux ans et demi), le tour de poitrine d’Alexandre était de 98 cm, son tour de bras était de 34 cm.

 

Après 3 mois de Méthode Lafay (début de prise de masse), il y a deux ans.

Alex01-1

 

En fin de prise de masse (prise de muscle et de gras à l’aide d’un régime hypercalorique), à 96 kgs. Tour de poitrine de 119 cm. Tour de bras de 42,5 cm.

alex03-1

 

En sèche (régime hypocalorique), à 86 kgs :

alex05-1

 

Après deux ans et demi d’entraînement avec la méthode, le voici, sec (sans gras apparent), à 84 kgs pour 1m80. Tour de poitrine de 114 cm. Tour de bras de 41,5 cm.

alex08-1

 

Avertissement : le texte ci-dessous peut sembler difficile, au début, à un lecteur non averti. Que cela ne vous arrête surtout pas. Les catégories et concepts abordés dans l’introduction seront développés, explicités, dès le point n°1. Au final, soyez assurés que vous ne regretterez pas votre engagement dans cette lecture.

 

Alexandre est un jeune pratiquant de la méthode, âgé de 21 ans, ayant réussi une transformation physique remarquable témoignant de la présence de qualités multiples.
Il a su partir à la conquête de lui-même, élaborer un plan, maintenir une attention, une tension motivante et non épuisante, renouveler quotidiennement ses efforts et, en formant ce qui n’existait nulle part ailleurs que dans la conception qu’il avait de lui-même, il s’est inventé.

Il avait une conception quant à la vision future de l’expression de son identité dans le monde. Il avait un projet qui n’en serait resté qu’à l’état d’ébauche sans les outils nécessaires à son accomplissement.
La méthode s’est présentée à lui comme elle se présente à tout lecteur : un code du système de soi, un modèle pour appréhender la complexité du système qu’est le Soi en devenir, une carte du territoire qu’est le projet que nous devons non seulement imaginer mais également concevoir, une carte-référence permettant l’établissement de la carte du cheminement personnel.
Comme nous le verrons plus loin, la méthode est tout cela avant d’être un outil efficace de transformation physique. C’est parce qu’elle est tout cela qu’elle est un outil efficace de transformation physique.

Alexandre a actualisé, à la fois par la prise de conscience et par l’action, une idée qui, bien que régulièrement démontrée, est bien peu expérimentée, faute de moyens d’aboutir la plupart du temps : chacun de nous est un possible métamorphe.

Mais beaucoup l’oublient ou préfèrent l’oublier, par crainte, ignorance, dépit.
Il est difficile, sous peine de rester perpétuellement frustré, de se rêver soi-même changeant lorsque les outils pour parvenir au but sont inexistants ou se révèlent défaillants, car l’existence de moyens efficaces de transformation physique ne garantit pas un résultat satisfaisant et durable.

L’outil efficace, l’outil efficace à court terme ou, localement efficace, ne vaut rien s’il n’est subordonné à un projet, un plan d’ensemble permettant de se définir dans le temps avec succès, s’il n’est rattaché à une carte permettant d’accéder à la complexité qu’est soi-même, permettant de se repérer dans cette complexité, et donc de faire les bons choix, de savoir hiérarchiser ses actions afin d’obtenir satisfaction dans la construction de son identité.

Il nous faut une méthode où l’action devient pédagogique en étant projet pour un projet.

Le parcours d’Alexandre est remarquable. Son témoignage, ainsi que les photos de son évolution montrent qu’il a franchi de manière très convaincante les étapes indispensables à un changement rapide et radical.
Ce parcours aurait pu néanmoins être optimisé, amélioré, par une meilleure utilisation des outils à sa disposition. Pour cela, pour définir un parcours optimisé, il faut savoir optimiser son raisonnement, et cela n’est possible que dans le cadre d’un projet plus solidement construit.

L’évolution d’Alexandre est donc le prétexte à une réflexion sur les conditions d’émergence de nos objectifs, sur les conditions de définition de ceux-ci, sur leur hiérarchisation et construction en système, sur la nécessité et la manière de les subordonner à un projet d’existence global.

 

1 – les conquêtes d’Alexandre

Alexandre le Grand, roi grec de Macédoine, est connu pour être un des plus grands conquérants de l’histoire. Il a érigé son empire au quatrième siècle avant JC. Sa volonté de fer, son obstination, son entêtement, se sont révélés dans sa volonté de conquête de l’ensemble du monde connu. C’est cette volonté qui l’a inscrit dans l’Histoire.
Parti de Macédoine, il conquiert l’Asie Mineure, le Moyen-Orient, l’Egypte, la Mésopotamie, la Babylonie, l’Asie centrale et le bassin de l’Indus.

AlexandreleGrand

Cette courte référence à Alexandre le Grand, portant le même prénom que notre conquérant moderne affichant son physique en ouverture de l’article, permet un glissement en douceur vers l’analyse du concept même de conquête.

Conquérir, c’est rechercher et organiser le déploiement de soi dans le mondeIl s’agit de se répandre et de s’organiser dans l’espace, d’organiser l’espace, avec un but exprimé de manière implicite ou, au contraire, volontairement affiché et formalisé : se donner à soi-même sens et valeur en manifestant son pouvoir. Plus le pouvoir est grand, plus le sens est assuré et plus la valeur personnelle est grande.

La conquête n’est en rien semblable à la compétition. Si certains postulent parfois une identité entre les termes, c’est à tort. Car la compétition a pour objectif de prouver son pouvoir en dominant un autre que soi, ou quelques autres, dans un domaine restreint.
Les conditions de la domination sont en effet restreintes par contrat explicite ou tacite entre les opposants (les compétiteurs). On s’affronte dans un domaine ou sport précis, ce qui diminue l’investissement, les risques et augmente également les chances de victoire : le compétiteur se spécialise, momentanément ou sur le long terme.

La conquête diffère de la compétition en ce sens qu’elle s’est choisie le monde comme adversaire. La rencontre-affrontement des « autres » sur le chemin de cette conquête n’est pas perçue comme une fin en soi (un objectif prioritaire) mais comme une succession ou simultanéité d’oppositions rencontrées dans le dévelopement d’un projet.
Dire que la rencontre de l’autre est vue comme une fin en soi, en compétition, c’est dire qu’il s’agit de transformer la rencontre d’un égal pour produire de l’inégalité : un vainqueur et un ou plusieurs vaincus.

La conquête voit au-delà de l’opposition à l’autre, elle est opposition au monde. Elle peut se faire par le truchement de l’asservissement de l’autre, de la victoire sur l’autre (sur les autres), mais elle est bien davantage un refus des règles du monde, une volonté de transformation de celles-ci afin d’assurer sa maîtrise sur la matière, sur les choses, sur la vie qui nous agresse, sur un chaos perçu que l’on veut mettre en forme, ordonner.

Le compétiteur veut trouver sa place dans le système (social), le conquérant veut changer le système.

La conquête n’est pas nécessairement sanguinaire. Et ceci dès l’Antiquité. Elle est quête avant tout. Mais c’est la modernité qui a engendré avec le plus de succès d’autres figures du déploiement de soi : la conquête du savoir, la maîtrise du monde par le savoir-faire technique (science, médical, invention). La modernité a engendré de multiples figures de la conquête, et elles les a démocratisées.
On peut conquérir un monde que l’on crée en avançant, en opérant notamment sur le corps, en se cultivant globalement. On peut conquérir son monde, en ouvrant un espace en soi et en se déployant avec les autres dans un espace en dehors de soi.

Avec et non contre les autres, par l’intégration des règles du jeu à somme non nulle, dans le cadre d’une pratique collaborative, au sein d’un univers que l’on crée en même temps qu’on le parcourt, en même temps qu’on l’utilise…
C’est sur ce chemin qu’avance désormais notre Alexandre.

Et c’est ce que nous approfondirons un peu plus dans la partie suivante intitulée « Les conquêtes contemporaines ».

Content Protection by DMCA.com

La bonne exécution du Curl Lafay

Attention au mouvement ! Ne faites pas un exercice de traction en tirant les coudes en arrière. Il faut au contraire lever légèrement les coudes au fur et à mesure de la flexion des bras.

Les mains sont normalement en supination, mais peuvent être également en prise neutre.

Voici un Curl Lafay (en prise neutre) posé par Baptiste :

 

[dailymotion id=xibk4o]

L’exécution est parfaite. Notez que les pieds sont à plat au sol, ce qui facilite le mouvement. Si vous voulez durcir le mouvement, il faut poser seulement les talons au sol  (pour ne pas glisser, bloquez alors les pieds sur le cadre de porte ou sur un liteau- ou manche à balai – posé au sol de part et d’autre du cadre).

Content Protection by DMCA.com

Quand récoltez-vous la puissance de vos rêves?

Cette vidéo a retenu mon attention du fait de son originalité.
Si les images sont classiques, montrant les résultats physiques obtenus par un pratiquant, le texte (en voix off) qui les accompagne est, lui, inhabituel. Et il se marie parfaitement avec la musique.
L’enthousiasme d’Anthony déborde parfois, et certains le trouveront trop manichéen, mais l’essentiel du texte est apte à donner de la force à la plupart des spectateurs de cette vidéo.

 

[youtube https://youtu.be/rsBnrNOqIv8]

Vous augmentez vos chances de paraître sur le blog si vos vidéos sont esthétiques, artistiques, bien construites, et reflètent, au premier ou second degré, une véritable réflexion sur ce qu’est la méthode, une véritable réflexion sur votre parcours et votre projet de vie.

N’oubliez pas de répondre à la question qui titre cet article.

Avoir un rêve.
Semer un rêve.
Protéger un rêve.
Nourrir un rêve.
En récolter les fruits.

La puissance est en puissance dans nos rêves. Mais une puissance qui reste seulement en puissance est impuissance.

 

Content Protection by DMCA.com

Pierre GREGORAT : 3° au FireFighter Challenge (Epreuve pompiers internationale)

PierreGregora02

 

J’ai toujours pratiqué beaucoup de sports, lancé sur les courts de Tennis à l’âge de 4 ans, puis ayant essayé le Foot, le Basket, je me lance dans le Judo 13 ans plus tard. 4 Ans de Judo en compétition, et quelques belles victoires sur les tapis, je quitte tout sport de compétition pour partir intégrer les Pompiers de Paris.

6 ans de carrière plus tard et de nombreuses heures de sport plus tard, je décide de quitter les Pompiers de Paris pour rentrer chez moi, et intégrer les Pompiers Professionnel sur Strasbourg.

J’avais une bonne base sportive, puis je découvre le FireFighter Challenge. Épreuve pompier internationale… 2 min d’effort, 2 min de souffrance, 2 min de … plaisir.

 

Voici une vidéo de l’épreuve…

[youtube https://youtu.be/S5S_VT0EOX8]

Une montée de tour de 3 étages (4 normalement), un tuyau de 20 kg à hisser, redescendre marche par marche, un poids de 72 kg à déplacer à la masse sur 1m50, un slalom de 25 m , une lance à tirer sur 25 m et tirer sur une cible, et pour finir le sauvetage d’un mannequin de 80 kg sur 25 m…
Sur la vidéo, il s’agit de moi avec la crête sur le casque face à un Allemand qui participe aux championnats du monde… une pression énorme, et une 4e place à l’arrivée.
A savoir que les participants respirent dans les masques grâce à la bouteille d’air dans leur dos…ce qui fait un équipement de 20 kg environ au total

Apres avoir participé à 2 épreuves européennes en 2010, je décide de me lancer à fond dans une bonne préparation. Le seul moyen efficace que j’ai trouvé pour allier Force, Puissance, Explosivité… : les méthodes de musculation et méthode Turbo.

Je profite de vacances pour acheter les livres, les lire, parcourir les forums et je me décide même à écrire un mail proposant mon programme à Olivier Lafay…
Après sa réponse, il ne fallait plus que compter sur moi-même.
Je démarre mes entraînements au niveau 2, avec 78 kg pour 1m85… un régime adapté et une motivation énorme… on est en septembre 2010…
Les mois s’écoulent, après 24 séances en 2 mois, la triade avec des modes entre 23 et 27 et une certaine lassitude du niveau 2, je décide de passer au Niveau 3…
Mon corps commence déjà à changer, je me rends compte que mes triceps ont explosés.
Les gens commencent à me demander ce qui se passe…
Pareil pour le niveau 3, 2 mois et un mode 21 à la triade… je décide de passer au niveau 4.
Je suis en train de me dire que ma garde robe va devoir changer, mes t-shirts sont trop petits, mes pantalons ne me vont plus au boulot, je suis trop serré…

Au niveau 4, les choses se corsent réellement… entre une blessure à l’épaule sur intervention et des amplitudes vraiment difficiles, la tâche est rude… Mais le moral tiens bon, et les performances suivent, à chaque séance terminée je me dis que ce que j’ai fait est énorme encore, et j’en arrive à être fier de terminer mes entraînements tellement j’ai du mal 😀

Voilà où j’en suis actuellement.
6 mois d’entraînement, toujours 1m85, mais 87 kg maintenant. 9kg de plus, des mensurations qui ont bien évolué, et surtout, une progression énorme.
Apres les 1ères épreuve de 2011, je me classe maintenant dans le TOP 5 européen de Firefigther Challenge, avec une 3e et une 4e place pour le moment… en Suisse et en Allemagne.

J’ai décidé de boucler au niveau 2 et de passer les modes 30 à la triade. Il en faut encore plus, le BUT est une qualification aux Championnats du Monde aux Etats-Unis en fin d’année.

Je dois tout cela à Olivier et à sa méthode de travail. Et je tenais à le remercier pour sa disponibilité et son écoute auprès des pratiquants.
Je lui dédie les trophées qui commencent à atterrir dans le salon.

Content Protection by DMCA.com