Tentative de piratage du site www.lafaychrono.com

J’étais parti pour écrire un article long, argumenté, documenté, dans l’optique de présenter le mail ci-dessous, de l’encadrer, de le mettre en valeur, de le situer afin qu’il soit mieux compris, intégré par les lecteurs de ce blog.

Je voulais dire, en développant, pourquoi je publie régulièrement des articles analysant, décrivant, décryptant les opposants farouches à la méthode, sachant que mon blog est un des rares espaces où je peux encore m’exprimer librement.

Je voulais rappeler que je suis censuré sur la plupart des forums de musculation, sous des prétextes fallacieux, alors que les raisons essentielles de ce silence organisé, de ce lynchage qui ne dit pas toujours son nom, sont les rivalités commerciales et idéologiques. Tout ceux qui aspirent à la reconnaissance sur les forums, qui se sont fait une petite place en évidence ou tentent de s’en faire une, avec « leur » entraînement, qui veulent exister en tant que prescripteurs ou petites starlettes virtuelles, ne peuvent exister qu’en me décriant, en me stigmatisant ou… en m’oubliant (en faisant tout pour que je sois oublié).

Je voulais dire combien il est selon moi pertinent de vouloir émettre un autre son de cloche sur mon espace personnel alors que l’on fait courir sur moi, en public ou en privé, des rumeurs infondées, des procès d’intention, des qualificatifs peu élogieux et jamais argumentés. L’invitation faite aux lecteurs de ce blog à se forger leur propre opinion sur la base d’éléments que je leur donne répond pour moi, avant tout, à idée que je me fais de ma dignité, de ma probité, à l’idée que je me fais du respect que l’on me doit.
Que l’on me critique, certes, que l’on n’apprécie pas mon travail, certes… mais que la critique soit honnête et fondée.

Je voulais rappeler que ce blog a été piraté, infesté de virus, que ma connexion Internet est piratée, que les espaces privés de musculaction.com sont piratés ainsi que mes boîtes mail, que des pratiquants emblématiques de la méthode ont vu leur compte Dailymotion détruit entièrement par ces pirates, que des commentaires négatifs postés sur les sites de vente en ligne ont été élaborés de manière concertée par des détracteurs; et j’en ai les preuves. Je suis la cible dans une guerre d’une violence inouïe.
Et je rends coup pour coup.
Et je suis alors traité d’arrogant par ceux qui ne se mouillent jamais, qui ne prennent aucun risque, mais qui sont intimement persuadés que la vraie sagesse (pour les autres, jamais pour eux) consiste à se faire piétiner avec le sourire et à attendre excuses et reconnaissance… quelques temps après être décédé de mort violente.

Je voulais dire qu’il y en a certains parmi vous que j’ai bien mal habitués, car ma volonté d’être au service de mes lecteurs n’est pas toujours comprise et ces personnes s’imaginent que je dois faire, écrire, analyser, que ce qui les agrée, que ce qui leur rend directement service, et elles rejettent, critiquent, interprètent de travers tout ce qui n’entre pas dans leur cadre, leur vision utilitariste stricte de mon travail et de ma personne, leur conception du monde et surtout… Leur conception de ce que je dois être, de ce que je dois dire, de ce que je dois faire.

Madame Bovary c’est moi. La méthode, c’est moi. J’écris ce qui correspond à ma conception de la vie, du sport et des relations humaines. Je me dois de vous satisfaire en tant que pratiquants de musculation mais cela s’arrête là, je n’ai pas d’autres obligations. Je préfère philosopher à coups de marteau, tenter de vous instruire, de vous informer, de vous enseigner, être instruit par vous, être informé par vous et être enseigné par vous, plutôt que m’abstenir, me retenir, m’auto-circonscrire, afin d’être lisse, imberbe, inodore, indolore… et conforme, puisque vide.

Si cela ne vous agrée pas, brûlez mes livres et quittez ce blog. Je ne ferai pas dans la démagogie.

Mail transmis par mon éditeur (Renaud Dubois, Amphora). Envoyé par Emmanuel Bès, concepteur du LafayChrono :

De : Emmanuel Bès <emmanuel.bes@gmail.com>
Date : 26 janvier 2011 10:13:12 HNEC
À : Renaud Dubois <r.dubois@ed-amphora.fr>

Objet : Serveur

Bonjour Renaud,

Petite anecdote en passant. Je m’y attendais un peu vu le contexte qui semble parfois tendu entre Olivier et certains de ses détracteurs. Il y a eu une attaque sur le serveur hier soir. Ou plutôt deux attaques : une qui consiste à essayer de modifier le contenu du site et une autre (à priori suite à l’échec de la première) qui consistait à essayer de faire « tomber » le serveur, c’est à dire de le noyer sous des volumes conséquents de requêtes pour le saturer.
Mais toutes les protections que je mets systématiquement en place ont correctement fonctionné.
Les adresses IP ne sont malheureusement pas identifiables car il s’agissait d’adresses « dynamiques » en Russie et en Chine.
Je reste vigilant mais ne me fait pas de soucis pour l’avenir.

Emmanuel

Content Protection by DMCA.com

Challenge TNT : Charles et Luc dominent

Le challenge TNT est un concours de dips organisé par Nico du forum Power Attitude.com et qui est ouvert à tous les sportifs.

L’an dernier, le podium du premier challenge TNT a été conquis par des pratiquants de la méthode, avec des performances considérées comme exceptionnelles. Il fallait réaliser le maximum de dips en 10 mn. Charles Le Lafayen a réussi à en faire 273 (cliquez ici pour voir sa vidéo) .

Cette année, le challenge TNT demandait de réaliser deux performances. L’une consistait en un maximum de dips en une seule série, l’autre en un maximum de dips avec un lest de 50 kgs.
Les deux premières places du podium ont été prises respectivement par Charles et Luc (boktai) , tous deux pratiquants réguliers et exclusifs de la méthode.
Charles a réussi 82 dips en une série (non-stop) et 19 répétitions avec un lest de 50 kgs.
Luc a réussi 67 dips en une seule série et 18 dips avec un lest de 50 kgs.

Ce que l’on notera, c’est le faible nombre de participants à ce concours, malgré une médiatisation largement entretenue sur plusieurs forums. Ceux qui sont considérés (ou qui se considèrent) comme costauds n’ont pas voulu, semble-t-il, se retrouver classés officiellement derrière des pratiquants de la méthode Lafay.
Car, avec le challenge TNT , plus de blabla, pas de moyens de se cacher derrière un écran de fumée, c’est la loi du sport qui prévaut : tu peux ou tu peux pas…

Romain Harter (hartouze), se donnant une image d’homme fort, aura au moins eu le courage de se présenter au concours, et termine d’ailleurs honorablement.

Que dire des autres, qui critiquent inlassablement cette méthode Lafay de « débutants », cette méthode « marketing », et l’incurie, l’incompétence de son auteur, mais qui n’ont pas assez de tripes pour venir montrer leur « évidente » supériorité dans un concours de dips ?

L’absence de beaucoup d’hommes vantés comme très forts, à ce concours, est édifiante.

Mais que vaut-il mieux : perdre, par peur du ridicule, en ne se présentant pas et en laissant donc le terrain aux pratiquants de la méthode Lafay ? Ou perdre en se battant honorablement et en acceptant sa place ?

Christo10, du forum musclefactory, a tranché. Il a préféré retirer sa vidéo (de 14 dips avec 50 kgs) après l’annonce des premiers résultats, désespéré sans doute d’être vaincu officiellement par Charles.

La victoire de Charles et Luc au challenge TNT est essentiellement la victoire d’une méthode systémique sur des modes d’entraînement qui ne le sont pas. Tout le monde, même (et surtout) les plus acharnés détracteurs, l’aura compris. Voilà qui va donner du grain à moudre à pas mal de monde…

Content Protection by DMCA.com

www.lafaychrono.com

La version web du LafayChrono est désormais disponible.

Gratuit, fonctionnel et esthétique.

Cliquez ici pour une utilisation immédiate

D’autre part, la version Web de Lafay Chrono est compatible avec le navigateur web intégré à la nouvelle Freebox Révolution. Les « freenautes » peuvent donc utiliser Lafay Chrono sur leur téléviseur !

Merci à Emmanuel Bès, le développeur de la société AdapTools

Content Protection by DMCA.com

Etes-vous certain de savoir ce que vous mangez ?

Que voyez-vous sous la cerise ?

Le texte suivant a été rédigé par Claude Bourguignon (et est tiré de son livre « Le sol, la terre et les champs »), un ingénieur agronome qui travailla à l’INRA, avant de quitter cette institution pour cause de désaccord. Spécialiste de la microbiologie des sols, c’est lui qui démontra, pour la première fois, que les sols cultivés à grand renfort d’engrais chimiques et de pesticides, étaient biologiquement morts. Tout ce qui fait la vie, et donc la qualité des terres, à savoir les populations microbiennes et fongiques, est détruit par les produits chimiques, conduisant à une perte des nutriments et à l’érosion des sols.

Membre de la Société américaine de microbiologie – en France , il n’ y a plus aucune chaire de microbiologie des sols, y compris à l’INRA ! – Claude Bourguignon a créé avec sa femme le Laboratoire d’analyse microbiologique des sols pour aider les agriculteurs à retrouver la fertilité de leurs sols.

 

1/Histoire de la pâte

La farine :

Les grains de blé ont été enrobés d’un fongicide avant semis. Pendant sa culture, le blé a reçu de 2 à 6 traitements de pesticides selon les années, un traitement aux hormones pour raccourcir les tiges afin d’éviter la verse et une dose importante d’engrais : 240kg d’azote, 100 kg de phosphore et 100 kg de potassium à l’hectare. Dans le silo, après récolte les grains sont fumigés au tetrachlorure de carbone et au bisulfide de carbone puis arrosés au chlopyriphosmethyl. Pour la mouture, la farine reçoit du chlorure de nitrosyl, puis de l’acide ascorbique, de la farine de fève, du gluten et de l’amylase.

La poudre levante :

Elle est traitée au silicate de calcium et l’amidon est blanchi au permanganate de potassium.

Les corps gras :

Ils reçoivent un antioxydant comme l’hydroxytoluène de butyl et un émulsifiant type lécithine.

 

2/Histoire de la crème

Les œufs

Ils proviennent d’un élevage industriel où les poules sont nourries aux granulés contenant des antioxydants (E300 à E311), des arômes, des émulsifiants comme l’alginate de calcium, des conservateurs comme la capsanthéine, des agents liants comme lelignosulfate et enfin des appétants pour qu’elles puissent avaler tout ça comme le glutamate de sodium. Elles reçoivent en plus des antibiotiques et en particulier des anticoccidiens.
Les œufs avant séchage reçoivent en plus des émulsifiants, des agents actifs de surface comme l’acide cholique et une enzyme pour retirer le sucre du blanc.

Le lait :

Il provient d’un élevage industriel où les vaches reçoivent une alimentation riche en produits chimiques : des antibiotiques comme le flavophospholipol (E712) ou le monensinsodium (E717), des antioxydants comme l’ascorbate de sodium (E301), l’alpha-tocophérol de synthèse (E307), le buthyl-hydrox-toluène (E321), ou l’ethoxyquine (E324), des émulsifiants comme l’alginate de propyléne-glycol (E405) ou le polyéthyléne glycol (E496, des conservateurs comme l’acide acétique, l’acide tartrique (E334), l’acide propionique (E280) et ses dérivés (E281 à E284), des composés azotés chimiques comme l’urée (E801) ou le diurédo-isobutane (E803),des agents liants comme le stéarate de soduim, des colorants comme E131 ou E142 et enfin des appétants pour que les vaches puissent manger tout cela comme le glutamate de sodium.

Les huiles :

Elles ont été extraites par des solvants comme l’acétone puis raffinées par action de l’acide sulfurique, puis lavage à chaud, neutralisées à la lessive de soude, décolorées au bioxyde de chlore ou au bichromate de potassium et déodorisées à 160° C avec du cholure de zinc. Enfin, elles ont été recolorées à la curcumine.

La crème :

Une fois obtenue, elle reçoit des arômes et des stabilisants comme l’acide alginique (E400).

 

3/ Histoire des cerises

Les cerisiers ont reçu pendant la saison entre dix et quarante traitements de pesticides selon les années.
Les cerises sont décolorées à l’anhydride sulfureux et recolorées de façon uniforme à l’acide carminique ou à l’érythrosine. Elles sont plongées dans une saumure contenant du sulfate d’aluminium et à la sortie elles reçoivent un conservateur comme le sorbate de potassium (E202).

Elles sont enfin enduites d’un sucre qui provient de betteraves qui, comme les blés, ont reçu leur dose d’engrais et de pesticides. Le sucre extrait par défécation à la chaux et à l’anhydride sulfureux puis décoloré au sulfoxylate de sodium, puis raffiné au norite et à l’alcool isopropylique. Il est enfin azuré au bleu anthraquinonique.

 

Sources
Présentation de l’auteur et texte : Terre Future
Texte : Colibri-attitude

Content Protection by DMCA.com

Le squat bulgare

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=kx-R70au0Ws]

 

Il y a 25 ans, le squat bulgare était « bêtement » appelé fentes avant avec pied arrière surélevé.

J’ai toujours été abasourdi par cette tendance très américaine à donner un nom de pays à une technique de musculation ou à un exercice. Et c’est amusant de voir des européens utiliser ces appellations, sans jamais les questionner. Le procédé donne immédiatement une enveloppe numineuse à l’exercice, le nom conférant, on le sait, un grand pouvoir à des choses souvent bien banales.

Comme si la Bulgarie (toute entière) avait inventé ce type de fentes avant….

Comme si tous les bulgares connaissaient ce « squat » et ne pratiquaient que lui…

Sémantiquement, « squat bulgare » implique que c’est comme ça que les bulgares effectuent un squat (préférentiellement).

Appliquer à toute une nation un type d’exercice, c’est comme lui attribuer des caractéristiques physiques ou intellectuelles. Cela sent le communautarisme contraint, le racisme et… la bêtise insondable des gros clichés.

D’autre part, cet exercice, qui a pour bienfait de solliciter quelque peu les ischios, est absolument déconseillé à tous ceux qui souffrent du dos et à tous ceux qui ne souhaitent pas en souffrir.
La position du pied arrière, surélevé, force la cambrure et la charge n’arrange pas les choses, au contraire.

Évitez-le.

Ou alors, faites-le en fin de séance, sans charges (ou avec charges très légères). Pensez à bien rentrer le ventre tout au long de la série et gardez-le bien tendu pour protéger autant que possible le dos. Analysez les vidéos suivantes pour tirer le meilleur parti de cet exercice, sans souffrir de ses potentiels et réels méfaits.

 

Une cambrure très accentuée (dangerosité évidente):

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=EdQSJNp65QM]

 

Une exécution soignée (vous noterez que, plus le tabouret est bas, plus il est facile de garder le dos dans une position convenable) :

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=zr4yegVq06s]

 

Regardez attentivement la position du pied sur le banc.
La dernière vidéo montre une position différente des deux premières : c’est le premier tiers de la plante du pied qui est en appui sur le tabouret. Sur les deux autres, alors que la cambrure est plus accentuée, donc dangereuse, c’est le dessus du pied qui est en appui sur le banc.

A surveiller donc : la position du dos, la tension abdominale, la position du pied arrière et la hauteur du support.

Content Protection by DMCA.com

Séries longues et squat : questions/réponses

Réponses à vos questions posées en commentaire de l’article précédent.

Question : Il est écrit que on peut s’aider d’un canapé lors de la descente pour pas descendre trop bas. On a pas le droit de prendre du repos une fois touché ?
Et aussi, on doit remonter que sur le talon ou on peut poser le pied en entier ?

Réponse : On peut prendre une seconde de repos une fois que les fesses sont en contact avec le support ; si on a besoin d’un petit temps de repos. Mais l’objectif à terme est de conserver la tension dans les muscles et donc de ne plus toucher le support. Il faut bien sûr poser le pied en entier.

Question : le mode 16 commence à me fatiguer, peut-on « stagner » volontairement si un mode 16-18 peut nous satisfaire ?

Réponse : tout à fait. On peut même réaliser plusieurs mini boucles à partir du mode que l’on désire conserver comme mode d’entretien.Si le mode 18 nous satisfait, on redescend régulièrement de trois modes pour remonter progressivement ensuite. Ce sera ainsi de plus en plus facile.

Question : est-ce normal après une séance de squat sur une jambe, d’avoir plus de courbature au niveau des fessiers qu’aux quadriceps ? Buste mal positionné ?

Réponse : C’est souvent le cas et cela n’empêche pas les quadriceps de se développer. Par contre, il faut veiller à ne pas trop pencher le buste en avant afin d’éviter de trop solliciter les fessiers. Plus le bute est droit (sans, pour ce faire, cambrer au point de se faire mal au dos) , plus le quadriceps sera ciblé. D’autre part, la concentration doit se focaliser sur le quadriceps. Imaginez-le se contracter fortement à chaque répétition.

Question: Que faire si la prise de volume semble obstinément devancer le gain de force? Mes quadriceps sont déjà bien développés (davantage serait trop) par contre mes perfs me semblent tout à fait dépassables… Dois-je forcément en passer par une augmentation du tour de cuisse? Alterner le travail droite/gauche à chaque série peut-il s’avérer une solution?

Réponse : il faut diminuer le nombre de séries. L’alternance gauche/droite peut être également une bonne idée si on ne cherche pas des performances exceptionnelles, car cela permet de limiter la congestion mais la prise de force est alors secondaire par rapport à l’endurance.

Content Protection by DMCA.com

+ 10 kgs en deux mois

Je précise qu’il s’agit de muscle perdu après une longue période sans entraînement et récupéré en utilisant la méthode (exclusivement).
Max60 s’est développé une première fois avec des haltères. Il est devenu massif et fort. Puis il a cherché à reprendre sa masse perdue (un an d’inactivité laisse des traces) avec la méthode, ce qu’il a très bien réussi à faire.
Ce sportif enregistre, en trois mois, un gain de 13 kgs.

 

Photo de gauche : 76 kgs / photo de droite : 89 kgs (après 3 mois d’entraînement)

Max6001

 

Un petit bilan Lafay de mes 3 mois :

Objectifs, résultats et cheminement: Au début je voulais seulement retrouver le goût de m’entraîner, je venais de perdre 17 Kg en 1an et demi sans entrainement. J’avais gagné environ 27 Kg en 2 ans d’entrainement juste avant de commencer une sèche (et par le fait même commencer mon arrêt de la musculation). J’ai commencé la méthode parce que je n’avais pas d’argent à dépenser inutilement dans un gym et parce que je ne savais pas si j’étais motivé à reprendre l’entrainement. Je connaissais la méthode Lafay et je savais qu’elle était principalement basée sur la motivation, en plus ça ne coûte rien. C’était parfait pour tester ma motivation. J’espérais (re)prendre 5 Kg les deux premiers mois, j’ai pris plus de 5 Kg le premier mois finalement. En deux mois j’ai pris un peu plus de 10 Kg, le troisième mois j’ai pris seulement 2 Kg. J’ai été moins sérieux avec mes examens de fin de session, c’est ce qui explique ce résultat un peu moins bon. Je ne prends pas mes mensurations donc seulement le poids sert à mesurer mon évolution.

Performances : J’ai terminé le niveau deux avec un mode 19 aux dips (en 6 semaines), le niveau trois avec un mode 31 (en 6 semaines plus ou moins sérieuses) et là je commence le niveau 4. Pendant mes vacances de Noël, j’ai fais du bench press close grip (développé couché serré) et j’ai fait une quinzaine de répétitions à 84 Kg assez facilement (le lendemain d’une séance Lafay, j’avais donc de grosses courbatures) j’ai ensuite fait 7 répétitions à 102 Kg de Flat Bench Press (développé couché large). Rien d’extraordinaire, j’ai déjà fait beaucoup mieux, mais pour quelqu’un qui n’avait pas fait de bench depuis plus d’un an je trouve ça pas mal…

Futur : Je voulais reprendre l’entrainement dans un gym cet hiver, le manque d’argent et ma satisfaction des résultats avec la méthode ont fait en sorte que je ne m’empresse pas de recommencer à m’entrainer comme avant (Low-volume avec beaucoup d’intensité) J’ai donc reporté ma décision de reprendre la  »fonte » à cet été, mais encore là je ne serais pas surpris de continuer à faire la méthode si les résultats sont là… (on peut dire qu’ils l’ont été jusqu’à présent, au vu de mes objectifs)

Content Protection by DMCA.com

La maîtrise des séries longues

Un exemple : progresser au squat


Problème :

Nous savons que pour progresser, quel que soit l’exercice, il va nous falloir allonger les séries. Nous devons, progressivement, ajouter des répétitions afin de voir croître nos muscles, notre force, notre endurance.

Ce n’est pas tâche aisée, puisque cela nous demande de repousser nos limites, de nous contraindre à le faire, à aller chercher ces limites pour les forcer ou les apprivoiser. Cela demande une impulsion mentale et une constance dans l’effort physique, consistant à s’engouffrer dans un tunnel où la pénibilité de notre avancée augmente au fur et à mesure que l’on s’approche de la sortie.

Avoir du mal à progresser, c’est avoir du mal à allonger les séries, c’est éprouver des difficultés à augmenter la longueur de ce tunnel séance après séance.

Pour ceux qui ont le plus de mal, c’est généralement à partir de 8 répétitions par série que le seuil critique est atteint. Le coeur s’emballe, la volonté commence à flancher et la capacité à contracter vigoureusement les muscles défaille.

Pour d’autres, c’est dépasser les 10 répétitions qui devient difficile, avec un seuil critique à 12. C’est pour cela qu’en musculation classique, il est conseillé de ne pas dépasser ce chiffre si l’on veut progresser, puisque le pratiquant se fatigue vite au-delà de 10 répétitions. Ce qui est une erreur si l’on considère que notre objectif est non seulement de gagner en force, mais aussi d’améliorer notre endurance et d’éviter de nuire à notre santé. Du moment que l’objectif n’est plus seulement esthétique, ou limité à un sport de force, il va falloir allonger les séries.

L’efficacité de la méthode repose sur une progression réalisée majoritairement avec des séries longues et des charges légères. Comment alors parvenir à allonger significativement les séries? Comment se modifier soi-même au point d’aller avec entrain au bout du tunnel que constitue une série? Comment supprimer toute appréhension à l’idée de devoir allonger ce tunnel régulièrement?

Dans mes livres et dans la FAQ de musculaction.com, j’ai déjà donné des techniques anti-stagnation ayant pour fonction de contourner nos blocages.
Allons cette fois un peu plus loin.

Nota : Si vous avez du mal avec un mode 6 seulement, c’est que l’exercice est trop difficile pour vous. Il faut donc opter pour un exercice plus facile ou réduire les amplitudes (voir L’Espace Stratégique).

Réflexion :

Si l’on est fatigué en réalisant des séries longues, on aura du mal à contracter fortement ses muscles en fin de série, au moment où il faut justement forcer pour espérer des progrès significatifs.

Il faut pouvoir aborder les fins de série en forme, frais, prêt à contracter pleinement ses muscles pour ajouter des répétitions sans avoir l’impression d’être dans le brouillard, vidé.

Si vous ne pouvez contracter vigoureusement vos muscles en fin de série, c’est que vous manquez d’endurance : votre force ne peut s’exprimer par manque d’endurance.

Pour une progression optimale, il faut réaliser des séries longues dans les meilleures conditions possibles.

Nous devons donc créer ces conditions, ce qui signifie qu’il nous faut nous éloigner autant que possible de ce qui cause épuisement, découragement, appréhension et opter pour des solutions plus douces et motivantes.

Solutions :

Si vous avez lu mes livres, si vous suivez régulièrement ce blog, vous connaissez le « Principe de stockage de répétitions » sur des amplitudes courtes (moins fatigantes), qui permet d’atteindre des séries longues plus aisément et donc d’avoir de la marge en passant à des amplitudes complètes. D’où l’importance du niveau 3.

Vous savez que l’on peut aussi stocker des répétition en se fatiguant à l’extrême, mais sur de courtes périodes (niveau 5 et niveau 9).

Si vous vous fatiguez facilement, si vous avez du mal à dépasser des modes 8 ou 10, ne négligez pas ces niveaux. Et pensez aussi à la Boucle, qui permet, grâce au passage à des niveaux mixtes (diverses sortes d’amplitudes – niveau 2, niveau 6) de repousser plus facilement ses limites.
Cela peut être très intéressant de faire une boucle au niveau 2 ou 6 juste après un niveau 9 où l’on aura procédé au « stockage de répétitions ».

Le stockage de répétitions permet de changer votre rapport psychologique et physiologique aux séries moyennes et longues.
Psychologiquement : parce que, si vous devenez capable de faire une série de 50 répétitions au niveau 5 ou au niveau 9, les six séries de 10 au niveau 2 ou 4 vous sembleront courtes; et vous aurez moins d’appréhension à aborder les séries de 12 ou de 15.

Physiologiquement : parce que vous devenez plus endurant, plus résistant grâce aux séries très longues, ce qui vous permet d’être moins fatigué sur des séries de longueur moyenne. Vous devenez aussi capable de forcer plus franchement en fin de série moyenne et donc de progresser.

Sachez également utiliser le principe des mini boucles : revenir en arrière permet de cesser de se cogner la tête contre un mur infranchissable avec un sentiment d’échec associé à une lassitude physique et psychologique conduisant à court ou moyen terme à l’abandon ou à la blessure.
Plutôt que d’abandonner l’entraînement, de le fuir en se disant : « ce n’est pas pour moi ! », mieux vaut abandonner la confrontation avec le mur. Mieux vaut cesser d’être têtu et abandonner le terrain en acceptant sa défaite… momentanément.

On recule, on bat en retraite pour mieux reprendre du terrain une fois frais et reposé. Ce principe de la mini boucle employé plus facilement par les sportifs non orgueilleux s’avère très payant. J’ai déjà donné l’exemple de Roman, avec ses 43 cm de bras obtenus en utilisant des mini boucles systématiques.

Il faut savoir brider son orgueil et accepter l’idée de la défaite provisoire. Plutôt qu’envisager la mini boucle comme une contrainte pesant sur notre personne, mettant en évidence notre faiblesse absolue, il faut l’envisager comme une stratégie. Si vous définissez un mode comme un adversaire à vaincre, vous risquez de perdre (stagnation, blessure) en ne vous considérant pas comme un stratège militaire sachant utiliser ses forces et ses faiblesses de manière opportune.

Le cas du squat une jambe :

Le squat provoque un fort essoufflement et engendre une fatigue importante. C’est un exercice qui demande beaucoup d’énergie. On peut cependant réduire considérablement l’appréhension et la fatigue en contournant habilement les obstacles.

Si vous désirez des cuisses athlétiques et massives, il faudra parvenir, à terme, à réaliser le squat sans se tenir. L’exécution avec les mains accrochées à un support permet de faciliter le mouvement et d’éviter les blessures en soulageant le genou (au début de l’extension) et en aidant à conserver une position n’engendrant pas de contraintes traumatisantes sur la colonne.

Mais, pour obtenir plus de masse et de puissance, il va vous falloir développer la partie située juste au-dessus du genou en vous lâchant. Moins on est expérimenté, plus on force, plus on aura tendance à tirer avec les bras et le dos, ce qui supprimera une partie de la stimulation du quadriceps. Pour qu’un quadriceps soit harmonieux et fort, il faut devenir capable de descendre jusqu’à ce que la cuisse soit, au minimum, en-dessous de la parallèle au sol; et ceci sans se tenir.
Cela doit se faire progressivement, une fois la bonne attitude enregistrée, une fois votre genou à l’abri des blessures nées de contraintes ingérables pour lui.

Première approche
Etape 1 : monter les modes très progressivement. Si vous réussissez un mode 8 le lundi, conservez-le une ou deux séances avant de passer au mode 9. Faites de même une fois atteint le mode 9.
Etape 2 : dès que vous atteignez la lassitude physique ou psychologique, si l’essoufflement est trop fort et vous empêche de bien vous concentrer, de battre vos records, optez pour la mini boucle. Revenez au moins trois modes en arrière et remontez tranquillement. En passant et repassant par les mêmes modes, ceux-ci vous essouffleront de moins en moins et vous aurez eu le temps de penser à autre chose qu’à franchir à tout prix le mur de vos records.
Etape 3 : dès que le mode 20 est atteint, redescendez au mode 6 et remontez en douceur (avec autant de mini boucles que nécessaire) en visant le mode 20, mais, cette fois, sans vous tenir. Commencez avec un support sous les fesses, pour contrôler la descente en évitant de descendre trop bas. Par exemple, vous pouvez faire le squat devant un canapé, vos fesses étant arrêtées par le canapé. Ou devant un tabouret bas. Et si vous devez descendre assez bas, utilisez un marche-pied (10/15 cm de haut) sur lesquel vous mettrez un coussin ou une serviette froissée : dès que vous sentez (avec les fesses) la matière du coussin ou de la serviette, vous cessez de descendre et vous engagez la remontée.
Vous pouvez aussi utiliser le bord d’un lit.

Deuxième approche
Etape 1 : montez les modes sautant que possible jusqu’à la lassitude physique ou psychologique, en vous tenant à un support.
Etape 2 : faites une mini boucle sans vous tenir cette fois, en utilisant un repère sous les fesses permettant de respecter l’amplitude prescrite sans trop avoir à y penser.
Etape 3 : dès que la lassitude physique ou psychologique est atteinte, faites une mini boucle en vous tenant à nouveau.
Etape 4 : on revient à l’étape 2.
Etape 5 : on revient à l’étape 1.

Troisième approche (pour E2)
Etape 1 : montez les modes sautant que possible jusqu’à la lassitude physique ou psychologique, en vous tenant à un support.
Etape 2 : faites une mini boucle sans vous tenir cette fois, en utilisant un repère sous les fesses permettant de descendre juste en-dessous de la parallèle au sol et pas plus. Si vous êtes grand, un canapé ou un lit fera l’affaire.
Etape 3 : dès que la lassitude physique ou psychologique est atteinte, faites une mini boucle en utilisant un repère un plus bas (par exemple, un marche-pied sur lequel vous aurez mis plusieurs coussins).
Etape 4 : dès que la lassitude physique ou psychologique est atteinte, faites une mini boucle en utilisant un repère encore plus bas (en enlevant un des coussins).
Etc.

Quatrième approche
C’est celle, très personnelle, que vous allez développer peu à peu en vous appropriant les trois approches précédentes et en les adaptant à vos besoins.

 

Retrouvez toutes les techniques anti-stagnation et bien plus encore dans le Tome 2 de la Méthode Lafay.

Content Protection by DMCA.com